Salah Hamouri


Un petit mot que Salah Hamouri nous a fait parvenir par ses avocats.

« J’ai ressenti une étrange sensation, lorsque, le 23 août, aux alentours de 4h30, si je me souviens bien, j’ai été tiré de mon sommeil par des bruits sourds. Quelqu’un s’acharnait sur la porte de mon appartement et appuyait nerveusement sur la sonnette à répétition. Je me suis dit que je connaissais ce type de vandalisme mais dans les toutes premières secondes, je pensais qu’il s’agissait d’un rêve. Je vis dans un bâtiment de six étages, à Jérusalem-Est. Chaque étage est composé de deux appartements. Les soldats et leur commandant ne savaient pas exactement dans quel appartement je vivais, alors, ils ont frappé brutalement à chaque porte. J’ai alors eu une pensée pour mes voisins, tous réveillés en pleine nuit par les soldats, terrorisant chaque famille;je pouvais entendre des enfants pleurer.

Les soldats n’ont pas cessé de frapper sur ma porte jusqu’à ce que je finisse par ouvrir, encore engourdi par le sommeil. Le premier soldat que j’ai vu portait une cagoule. Je ne pouvais voir que ses yeux remplis de haine. Il m’a alors hurlé dessus, me demandant ma carte d’identité. Après vérification, les soldats présents ont appelé du renfort, en criant qu’ils avaient trouvé la personne qu’ils cherchaient. A la seconde où j’ai compris que la force occupante venait bien pour moi, mon cerveau m’a envoyé un ordre clair : « Une nouvelle bataille commence là pour toi, cet ennemi ne doit pas te vaincre une seule seconde ». Ils m’ont forcé à m’asseoir sur une chaise et trois soldats m’entouraient, leurs armes pointées sur moi. Pendant ce temps-là, leurs collègues ont fouillé tout l’appartement, bouleversant les meubles, les livres, les vêtements… Je les sentais fébriles, ils s’énervaient, ils ne trouvaient rien de ce qu’ils cherchaient dans cet appartement. Le commandant a fini par donner l’ordre de repli. Ils m’ont alors ordonné de m’habiller pour partir avec eux. En marchant vers la porte d’entrée de mon appartement, avant d’en sortir pour une durée qui m’était inconnue, j’ai fixé la photo de mon fils accrochée au mur. Dans son regard, j’ai puisé de la force pour affronter les durs moments qui m’attendaient. Je l’imaginais me dire « Papa, sois fort, on sera vite réunis tous les trois ». Je lui promettais alors de rester fort et de ne jamais donner l’occasion à cette occupation de nous confisquer notre humanité et de détruire notre vie comme elle s’acharne à le faire. Ils me bandèrent ensuite les yeux et me conduisirent vers une voiture blindée. La marche vers ce nouveau destin commençait. Une marche pénible vers un monde que je ne connais que trop bien. Un monde dans lequel nous devons rester forts, humains et garder notre sourire en toute circonstance. Une nouvelle fois, je suis conduit dans ce véhicule blindé vers l’endroit le plus sombre et le plus misérable pour un être humain : une prison de l’occupant.

En arrivant dans la prison du Neguev, après deux semaines passées dans le centre d’interrogatoire, tout me semblait tristement familier. Je suis rentré dans la section 24, j’ai vite reconnu les visages que j’avais quittés il y a quelques années. Je n’ai pas su quoi leur dire, j’étais soudainement impressionné de les retrouver ici. Parmi eux, certains sont derrière les barreaux depuis plus de quinze ans. Ils me questionnaient et je ne savais pas quoi leur répondre. « Qu’est ce qui est arrivé, pourquoi es-tu là ? ». Je n’avais pas les réponses à leurs questions. Pas plus que je n’arrivais à leur parler de l’extérieur, eux, qui sont là depuis tant d’années. Que faisons-nous pour eux, pendant qu’ils paient le prix de leur lutte ? En les retrouvant, je me demandais si j’avais assez agi pour parler d’eux à l’extérieur. On a ensuite énormément discuté. Un détenu m’a dit « Ah tu es de retour, on va parler de nous en France alors ! ». J’ai réalisé alors que malgré ma nouvelle privation de liberté, je n’avais aucun doute sur le fait que la mobilisation allait se mettre en place en France, c’est un véritable espoir pour moi et pour eux. J’ai pensé à toutes les personnes qui avaient déjà lutté pendant ma première incarcération et depuis, toutes celles et ceux que j’ai rencontrés en France et en Palestine. Aucun doute qu’ils seraient tous à nouveau au rendez-vous pour dénoncer l’injustice qui nous frappe.

Et des éléments que je reçois par fragments, je sais que vous êtes même plus nombreux que la dernière fois ! Des personnalités que j’apprécie, des élu-e-s, des citoyen-ne-s en nombre plus nombreux encore vous vous êtes mobilisés pour dénoncer l’injustice, l’arbitraire et pour exiger ma libération.

Je vous en remercie très sincèrement. Je veux vous dire aussi que je serai digne du soutien que vous m’accordez. On ne marchande pas la liberté même si on la paie parfois très chère. Ce n’est pas une question d’entêtement mais de dignité et de principe : pour la liberté je ne lâcherai rien. Le peuple palestinien, comme tous les autres, ne veut pas vivre à genoux. Et quelle force cela nous procure que de savoir que, vous aussi, vous n’avez pas l’intention de lâcher. Cela, l’occupant ne le mesure pas. Moi je le ressens au fond de moi. Et c’est pourquoi même quand il pleut je pense au soleil qui vient…  »

Salah Hamouri
Novembre 2017, prison du Néguev, section 24.

Publicités

Salah Hamouri libéré dimanche (officiel)


AFP Mis à jour le 14/12/2011 à 20:52 | publié le 14/12/2011 à 19:45 Réactions (9)

Le Franco-Palestinien Salah Hamouri sera libéré dimanche par Israël dans le cadre d’un échange de prisonniers palestiniens, a-t-on appris ce soir de sources officielles israéliennes. Selon la deuxième chaîne de télévision israélienne, aucun membre du Hamas ne figure sur la liste de ce second contingent de 550 détenus palestiniens libérables dimanche, publiée par les services pénitentiaires israéliens.

Salah Hamouri, 26 ans, apparaît sous le numéro 524 sur la liste de 550 libérables dans le cadre d’un accord d’échange qui a permis la libération le 18 octobre du soldat israélien Gilad Shalit, également titulaire de la nationalité française. Le rabbin Ovadia Yossef, dirigeant spirituel du parti orthodoxe israélien Shass, visé selon la justice israélienne par le projet d’assassinat pour lequel Salah Hamouri a été condamné, s’était dit favorable à sa libération, lors d’une rencontre dimanche avec l’ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot.

La France réclamait que le jeune homme, qui selon l’administration pénitentiaire israélienne devait retrouver la liberté en mars, soit relâché dans le cadre de cet échange. « On a eu un coup de fil de Paris on nous a dit ‘voilà il est sur la liste' », a déclaré la mère du détenu, Denise Hamouri. « C’est un conseiller du président (Nicolas Sarkozy) qui nous a prévenus », a-t-elle précisé, ajoutant: « M. le consul (de France à Jérusalem) aussi nous a appelés ». « On est un peu dans l’euphorie », a confié Mme Hamouri. « Ces trois jours vont peut-être être plus longs que tous les moments qu’on a passés », a-t-elle dit. « Ce qui est important aussi à dire, c’est qu’il rentre à Jérusalem, à la maison », a-t-elle souligné.

Arrêté en mars 2005

Né à Jérusalem de mère française et de père palestinien, Salah Hamouri a été arrêté le 13 mars 2005 et reconnu coupable en 2008 par un tribunal militaire israélien de projet d’assassinat du rabbin Yossef. Condamné à sept ans de prison, il a toujours clamé son innocence.

Gilad Shalit a été libéré le 18 octobre après plus de cinq ans de détention dans la bande de Gaza dans le cadre d’un échange de prisonniers entre Israël et le mouvement islamiste Hamas. Selon l’accord conclu avec le Hamas grâce à une médiation égyptienne, Israël a relâché un premier contingent de 477 détenus palestiniens et doit en libérer 550 autres dimanche.

« Je me réjouis de la libération de Salah Hamouri, c’est le fruit de longues démarches depuis plusieurs semaines », a affirmé Bigot. Le diplomate a précisé qu’il s’était entretenu à deux reprises avec le jeune homme alors qu’il était en prison. « Le rabbin Ovadia Yossef a donné son accord écrit au président Nicolas Sarkozy par amitié pour la France. Il s’agit d’un geste de bienveillance et généreux qui n’allait pas de soi », a-t-il estimé.

Par ailleurs, un responsable israélien qui a requis l’anonymat a précisé qu’aucun des détenus qui seront libérés dimanche n’avait « de sang sur le mains », autrement dit pris part à des attentats anti-israéliens ayant fait des victimes. « Le choix des noms a été le fait d’Israël seul, il n’y avait pas de nécessité de négocier, car ces libérations faisaient partie de l’accord qui a été conclu avec l’Egypte », a ajouté ce responsable. Selon lui, cet accord prévoit qu’il s’agisse de prisonniers de sécurité et non pas de détenus de droit commun et « que la priorité soit accordée aux détenus du Fatah », le mouvement du président palestinien Mahmoud Abbas

source

Jour sombre : Salah toujours en prison…


Soumis par admin le 28 novembre, 2011 – 19:58

Il est 19 heures à Paris, et donc 20 heures à Jérusalem, et nous ne pouvons pas vous annoncer la très attendue bonne nouvelle : Salah est enfin libre !

Salah est toujours en prison. C’est un jour sombre. Pour Salah, pour sa famille et pour nous tous. C’est un jour sombre pour la France aussi.

Salah devait être libéré, c’était écrit noir sur blanc dans une note officielle du CICR, au terme de 6 ans, 8 mois et 15 jours après son arrestation, c’est-à-dire aujourd’hui 28 novembre.

L’administration pénitentiaire israélienne en a, de manière totalement arbitraire, décidé autrement. Estimant que désormais – du fait de la libération de 1.027 prisonniers palestiniens en échange de Guilad Shalit – les prisons n’étaient plus « surpeuplées » (sic), les prisonniers restants pouvaient rester au-delà des peines décidées et annoncées en années administratives (345 jours). Et donc ils pouvaient désormais purger des peines en années civiles (365 jours), ce qui équivaut pour Salah à une prolongation annoncée jusqu’au 12 mars 2012 de son incarcération ! Ni plus ni moins.

Tout cela n’est possible que parce que les autorités israéliennes ont l’arbitraire comme loi. Mais aussi parce que – car personne ne peut imaginer les choses autrement – les autorités françaises n’ont pas « tapé du poing sur la table » pour défendre notre compatriote, le faire sortir et faire respecter le droit israélien par les… israéliens.

Désormais que faut-il faire ? Accepter cette prolongation ? Accepter qu’à l’injustice soit ajouté à l’arbitraire ? Impossible d’accepter pour le Comité de soutien qui regroupe des dizaines de milliers de personnes.

Nous demandons encore une fois solennellement aux autorités françaises d’agir pour que Salah sorte « au plus vite ». Il n’aurait pas du faire un jour de prison.

Nous prendrons d’ici peu des initiatives auxquelles nous vous confierons et pour lesquelles toutes les idées que vous pourriez avoir seront utiles. N’hésitez pas. Notre combat rassembleur n’est donc pas terminé. Il faut sortir Salah des griffes de ses geôliers. Le gouvernement doit intervenir énergiquement.

Liberté plus que jamais pour Salah Hamouri car nous sommes à J+1….

Salah Hamouri


La France doit agir pour la libération de Salah.

Venez exprimer votre indignation et exiger sa libération.

(apportez des bougies)

Lundi 28 Novembre 2011 de 18h30 à 20h00

Devant l’ambassade de France à Bruxelles

41, Boulvard du Régent à 1000 Bruxelles

(Métro : Arts-Loi-Kunst-Wet)

Vous pouvez aussi Ecrire à Salah Hamouri
par Comité National de Soutien à Salah Hamouri
Les parents de Salah ont pu le voir aujourd’hui mardi 8 novembre. Depuis plus d’un mois Salah Hamouri était isolé de tout, ses parents interdits de visite.
Ce jour ils ont pu le voir dans la nouvelle prison où il se trouve. « Il a maigri mais il conserve le moral » nous fait savoir Denise Hamouri.
On peut désormais lui écrire à :
Salah Hamouri
Shata prison
Section 7
10900 Afoula
Israël
Nous rappelons qu’il convient de ne pas mettre d’adresse au dos de votre lettre au risque qu’elle vous soit retournée.


Salah, mon fils, mon frère…