En Suisse aussi : lancement de la campagne nationale du « boycott des produits israéliens »


Le samedi 5 février

14h-17h

à Berne (à proximité de la gare de long de la Heiliggeistkirche)

La campagne BDS Suisse a décidé de focaliser ses efforts sur les deux grands distributeurs suisses Migros et Coop. Par toutes sortes de pressions, il leur est demandé de cesser de vendre des produits israéliens. Ceci jusqu’à ce qu’Israël respecte le droit international et reconnaisse les droits légitimes des palestiniens. Ces deux chaînes sont ainsi prises au mot, puis que l’une et l’autre prétendent être animées par un souci éthique dans le choix des produits venus. Lors de la distribution de tracts de boycott devant les supermarchés, beaucoup de consommateurs et consommatrices affirment boycotter les produits depuis des années. Lors de cette campagne nationale, nous espérons fédérer cette contestation individuelle et la rendre plus visible. Mais surtout nous voulons insister sur le fait que la politique menée par l’Etat d’Israël est une politique d’apartheid. En cela les gouvernements et les compagnies qui travaillent avec Israël deviennent eux-mêmes complices de cette politique.

Le 5 février 2011 les militants BDS de différentes villes de la Suisse viendront à Berne pour lancer la campagne. Différentes actions sont prévues au centre ville et une conférence de presse aura lieu en fin d’après-midi.

BDS Genève compte bien être présent et nous aimerions être nombreux ! Pour cela nous allons organiser des moyens de transports etc. Si vous voulez participer à cette après-midi, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante: bdsgeneve@gmail.com

Par ailleurs nous voulons créer un groupe d’action pour animer la campagne à Genève. Dans un premier temps nous allons lancer «  une boîte aux idées » pour récolter des suggestions, idées etc., pour différentes animations. Ensuite il s’agira de mettre sur pied ces animations pour que les gens puissent participer facilement.

Grâce au travail du BDS Suisse, nous avons toute un matériel à disposition : poster, autocollants, flyers, textes avec arguments vis-à vis de Migros et Coop. Sur le site www. bds-info.ch, vous pouvez consulter le matériel y compris « not Shop » qui fournira des informations plus spécifiques sur les produits.

Si vous aimeriez faire partie du groupe d’actions, si vous avez des idées d’animation, si vous êtes d’accord de participer de temps en temps à ces animations, inscrivez-vous !

BDS GE

bdsgeneve@gmail.com.

Un minaret sur le toit d’une entreprise : un Suisse non-musulman l’a fait !


jeudi 10 décembre 2009

Construire un minaret sur le toit de son entreprise, quand on est non-musulman et suisse de surcroît, non seulement il fallait y penser, mais surtout oser le faire.

A l’impossible, nul n’est tenu ! Appliquant à la lettre ce vieil adage, Guillaume Morand, est un homme d’affaire de Bussigny, près de Lausanne, à la tête de la chaîne de magasins de baskets Pomp it up, que rien jusqu’ici ne distinguait de ses compatriotes, si ce n’est son cri du cœur contre le vote sanction anti-minarets, qu’il a ingénieusement transformé en une action coup de poing au très fort impact visuel.

S’élançant du toit du siège social de sa société, la réplique artisanale d’un minaret dont une partie est en pierre, suivie d’une partie ronde en tuyau PVC, le tout surmonté d’un chapeau de bois peint en couleur or, surplombe depuis mardi dernier l’axe le plus fréquenté de la Suisse romande, comme un phare fait maison de la protestation face à une manipulation pernicieuse de l’opinion.

« Oui, c’est une provocation », s’exclame Guillaume Morand vers qui tous les projecteurs se braquent aujourd’hui, soulignant avec un écoeurement dans la voix clairement perceptible : « personne avant cette votation ne savait qu’il y avait des minarets et tout le monde s’en foutait », ajoutant : « Le fait que le parti d’extrême droite, l’UDC, ait lancé cette initiative, ça a créé un faux problème qui n’aurait jamais eu lieu d’être. (…) Maintenant, le débat dérive. Comme vous avez le même problème avec Sarkozy qui reprend les thèses du Front national ».

Citoyen ordinaire entré en résistance contre un consensus de la Terreur, ce chef d’entreprise a choisi son camp non sans témérité, subissant l’inéluctable opprobre populaire à travers des salves d’injures, et la descente non moins inévitable de la police, dont il espère la clémence, résidant dans un des trois cantons, sur les vingt-six que compte la suisse, qui s’est démarqué par un rejet de l’action anti-minarets.

En marge de ce coup d’éclat, véritable électrochoc des consciences sous emprise, la ministre suisse de la Justice et de la Police, Eveline Widmer-Schlumpf, a indiqué attendre un éventuel verdict de la Cour européenne des droits de l’homme, qui devrait conclure que l’interdiction des minarets constitue une violation de la liberté de religion. Une décision de justice qui rendrait caduque l’interdiction des minarets, car ne pouvant être appliquée par les tribunaux.

Très attendu, cet arbitrage judiciaire enverrait un signal fort aux prosélytes de la haine en mal de reconnaissance, qui n’hésitent pas à sévir au plus grand mépris de la loi…

source

voir aussi ceci