Facebook et Israël annoncent officiellement leur collaboration pour censurer les contenus des réseaux sociaux


 

Facebook et Israël annoncent officiellement leur collaboration pour censurer les contenus des réseaux sociaux

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/facebook-et-israel-annoncent-officiellement-leur-collaboration-pour-censurer-les-contenus-des-reseaux-sociaux/#xPWkcOwe1hTfxD2b.99

 

Suite à la controverse soulevée par la censure sur Facebook d’une photo mondialement célèbre de la guerre du Vietnam, Facebook a accepté de « travailler ensemble » avec le gouvernement d’Israël pour censurer des contenus jugés inappropriés par les responsables israéliens.

Facebook a annoncé officiellement l’accord de l’arrangement «coopération» après une réunion entre des ministres israéliens et de hauts responsables de Facebook le 11 septembre. La volonté frénétique du gouvernement israélien de surveiller et de censurer les contenus de Facebook qu’il juge inappropriés fait suite au succès viral du mouvement en faveur du BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions), un mouvement mondial non-violent qui travaille à dénoncer les violations israéliennes des droits humains.

Le succès du BDS a touché un point sensible d’Israël, ce qui a conduit son gouvernement à adopter une loi lui permettant d’espionner et d’expulser les militants étrangers agissant en Israël et en Palestine. En outre, Israël a menacé la vie des partisans de BDS et a fait pression pour que des mesures législatives soient prises contre le BDS aux quatre coins du monde. Il cherche maintenant à réduire encore plus le succès BDS en contrôlant directement le contenu des utilisateurs de Facebook.

En savoir plus sur http://reseauinternational.net/facebook-et-israel-annoncent-officiellement-leur-collaboration-pour-censurer-les-contenus-des-reseaux-sociaux/#cGvpEi4cy6WJSIvQ.99

Publicités

Les grands studios ont refusé le film « Snowden », accuse Oliver Stone


Les grands studios ont refusé le film « Snowden », accuse Oliver Stone

L’Orient-Le Jour | Dimanche 24 juillet 2016

Cinéma« Le scénario était bon, le budget était bon, le casting était bon. C’était très certainement… de l’auto-censure », affirme le réalisateur.

C’est la plus grande fuite de données de l’histoire des Etats-Unis. Pourtant « Snowden » a failli ne jamais voir le jour au cinéma, rejeté par toutes les grandes sociétés de production américaines, d’après son réalisateur Oliver Stone.

« Snowden » retrace l’histoire du lanceur d’alertes Edward Snowden, ex-consultant de l’agence de sécurité américaine NSA qui a révélé l’ampleur des programmes de surveillance du renseignement aux Etats-Unis.
Mais le cinéaste de 69 ans, connu pour ses critiques virulentes de l’establishment américain, a eu des difficultés à trouver un studio pour financer le film.

« Franchement, chaque grand studio a refusé mon projet. Le scénario était bon, le budget était bon, le casting était bon. C’était très certainement… de l’auto-censure », a déclaré Oliver Stone devant le public du festival Comic-Con 2016 jeudi à San Diego.
« Je ne pense pas que la NSA était derrière. Mais l’auto-censure est définitivement un gros problème dans ce secteur et elle empêche de dévoiler de nombreuses vérités ».
« Chaque studio, chaque conseil d’administration des studios plutôt que les employés des studios, a dit non ».

La société de production indépendante Open Road Films a finalement accepté de distribuer le film, dont la sortie est prévue le 16 septembre aux Etats-Unis et le 2 novembre en France.
Open Road Films a également produit « Spotlight », l’histoire du scandale des prêtres pédophiles révélé par le journal américain Boston Globe en 2002, sacré meilleur film aux Oscars de 2016.

Rencontre à Moscou
Edward Snowden est toujours recherché par les autorités américaines, accusé d’espionnage et de vol de biens appartenant au gouvernement après avoir transmis en 2013 des documents classifiés à des journalistes.

Traître pour certains, héros pour d’autres, l’homme de 33 ans est aujourd’hui réfugié en Russie où il a obtenu en 2014 un droit de résidence pour trois ans.

Oliver Stone a acheté les droits du livre « The Snowden Files » de Luke Harding, journaliste du quotidien britannique The Guardian, et s’est également inspiré de l’ouvrage « The Time of the Octopus » de l’avocat russe de Snowden, Anatoli Koutcherena.

Joseph Gordon-Levitt, 35 ans, qui interprète le rôle principal du film, a accompagné Oliver Stone en Russie pour rencontrer le lanceur d’alertes en personne. Il décrit Edward Snowden comme un homme « très poli… presque un homme à l’ancienne », qui s’est montré plutôt optimiste quant à l’impact positif de la technologie sur la démocratie.

« Nous avons parlé pendant des heures. C’était intéressant parce que je pense que la plupart des gens qui vont le rencontrer l’abordent d’un point de vue politique », a déclaré l’acteur et réalisateur californien lors du Comic-Con de San Diego.
« J’essayais d’apprendre à le connaître à un autre niveau, parce que je peux facilement lire des choses sur ses positions politiques. Je voulais comprendre qui il est. »

Pour mémoire