Ali n’écrira pas car Ali n’existe pas!


Au Maroc, on a trouvé un moyen original pour empêcher un journaliste de (re)lancer son journal: le priver de papiers d’identité. C’est l’aventure vécue par Ali Lmrabet, poil-à-gratter du régime. Un régime qui ne raffole pas vraiment des voix libres… 

«Alors, que fait-on avec cet Ali?» On imagine bien les têtes pensantes – l’expression est certes un peu flatteuse – réunies dans un bureau du palais royal à Rabat. Tous se regardent d’un air tout à la fois las et embarrassé. Comment, en effet, faire taire ce journaliste, Ali Lmrabet, qui déclenche si facilement le royal courroux? Le problème prend une acuité particulière ces jours-ci: l’énergumène a retrouvé le 11 avril sa pleine liberté de manœuvre, c’est-à-dire que, vu du palais, le pire est à craindre. En 2005, en effet, la «justice» marocaine avait inventé pour lui une peine ne figurant pas dans l’arsenal pénal, une interdiction de profession pendant dix ans, et voilà que ces dix ans ont pris fin. Pire: la rumeur dit que ce cuistre s’apprête à relancer un journal!

Alors, quelqu’un a eu une idée. Et les têtes pensantes s’y sont ralliées. Faute de mieux, car il s’agit d’un pis-aller de piètre facture morale. Mais la morale, parfois… Bref: on va priver l’intéressé de tout papier, comme cela il sera bien en peine d’obtenir une autorisation pour lancer un journal. On pourrait appeler ça un sabotage administratif. C’est moins spectaculaire que des poursuites judiciaires qui pourraient encore susciter à l’étranger des articles au ton désobligeant et, au fond, c’est tout aussi efficace.

Voilà le plan: on s’est arrangé pour qu’il doive renouveler sa carte d’identité (et son passeport est bientôt périmé). Quelle sera la faille? Son domicile, pardi! Il prétend habiter chez son père à Tétouan? Eh bien! on va dire qu’il s’agit d’un mensonge et lui refuser le renouvellement de ses papiers. Et des papiers, il en a besoin depuis que des agresseurs non identifiés (mais tellement reconnaissables…) les lui ont volés d’une manière violente.

Peu importe si un fonctionnaire de police qu’on avait oublié de mettre au parfum lui a délivré un certificat de résidence l’autre jour. Ce pauvre policier est allé pleurnicher chez Ali en disant qu’on le menaçait des plus graves ennuis s’il ne lui rendait pas le document, ce qu’Ali, bonne âme, accepta de faire (non sans en avoir fait quelques copies, histoire de pouvoir les exhiber à qui veut entendre son histoire). En quelque sorte, désormais, Ali Lmrabet n’existe plus. Pas de papiers, pas d’Ali Lmrabet et pas de journal créé par Ali Lmrabet! Le tour est joué, il suffisait d’y penser. Les têtes pensantes y ont donc pensé. On imagine sans peine leur soulagement un peu veule…

Mais, au fond, pourquoi ce collègue est-il tant craint? Ce journaliste met-il à lui tout seul le royaume en péril? Serait-il proche des djihadistes nihilistes prêts à faire tout sauter? Non, pas du tout. En fait, le bougre s’est taillé une fameuse (mais aussi fâcheuse) réputation depuis qu’il a quitté la diplomatie marocaine pour se lancer dans le journalisme. Voilà en effet un type qui estime que le journalisme consiste à ne pas se contenter de l’avis officiel, qui croit que tenter de voir ce qui se cache sous les cartes peut servir l’intérêt général. Quelle outrecuidance!

Cet Ali Lmrabet n’a jamais cessé d’enquiquiner son monde. Au sommet de l’Etat, surtout. Comme rédacteur en chef du Journal hebdomadaire (un organe iconoclaste que le régime a écrasé par des mesures judiciaires qui ont eu sa peau en 2010), comme propriétaire d’un autre hebdo, Demain (et sa version arabe), fermé en 2005, qui avait le toupet non seulement de voguer sur le mode ironique mais aussi de transgresser quelques tabous locaux tel que désigner les Sahraouis qui vivent à Tindouf, en Algérie, par le terme de «réfugiés» au lieu de l’appellation contrôlée et imposée d’en haut, les fameux «séquestrés du Polisario» (le mouvement indépendantiste sahraoui).

Le vrai-faux SDF n’a pas perdu la main: pendant qu’il purgeait sa peine, il a bossé pour des journaux espagnols. Et, surtout, il a depuis longtemps créé un journal en ligne, demainonline.com, hébergé à l’étranger, que le pouvoir exècre pour l’excellente raison que ce site refuse évidemment de respecter les intouchables «lignes rouges» (le roi, l’islam, l’armée, les «provinces du sud», à savoir la sacro-sainte «marocanité» du Sahara occidental).

Ali Lmrabet n’est pas seul dans son cas au Maroc. Dans ce pays où le décor démocratique ne trompe plus depuis des lunes les sujets de Sa Majesté, tout est fait pour que les journaleux les plus courageux finissent par choisir un autre métier ou… l’exil. Des journalistes sont d’ailleurs en prison ou attendent leur procès, des sites ont dû fermer, tous exemples qui illustrent l’inflexibilité absolue de ce souverain absolu. Le Maroc idéal des têtes pensantes susmentionnées? C’est «Circulez, y a rien à lire!».

BAUDOUIN LOOS

source

Mohammed VI: le souverain montré sans fard


Mohammed-VI

Un livre important sorti en septembre et traitant du roi Mohammed VI n’est pas en vente au Maroc. Pourquoi? Simplement parce qu’au Maroc «on» n’aime pas voir les tabous transgressés. Surtout celui-là.

L’essai Mohammed VI, derrière les masques (Editions du Nouveau Monde) que signe le journaliste marocain Omar Brouksy, synthétise avec talent la carrière d’un roi, commencée en 1999 en charriant maints espoirs, qui se poursuit à l’heure actuelle alors que les déceptions s’accumulent.

Déceptions? Le mot est sans doute faible. Dame! n’avait-on pas très vite surnommé Mohammed VI «le roi des pauvres» pour saluer son apparente sollicitude envers les innombrables démunis parmi ses «sujets»? Cet homme-là, en vérité, figure en bonne place au faîte du classement des plus grandes fortunes de ce bas monde, contrôlant une économie nationale qu’Omar Brouksy décrit comme «fortement marquée par la rente et la prédominance des réseaux clientélistes, lesquels se ramifient parfois jusqu’à un niveau élevé de l’Etat».

Brouksy n’est pas en odeur de sainteté au Maroc, son pays. Il a naguère dirigé le remarquable Journal hebdomadaire (que le régime a réussi à faire interdire), il a été récemment journaliste à l’AFP (où le régime a réussi à lui retirer son accréditation), et pourtant son livre, malgré les nombreux tabous qu’il piétine, ne ressemble pas un règlement de compte. Cet essai réussit en effet plutôt et sur un ton plutôt froid, presque détaché, à faire un diagnostic inquiétant mais si peu contestable de l’état du Maroc de «M6».

C’est dans la description du système du pouvoir au royaume chérifien que l’auteur se montre sans doute le plus dérangeant. Nous voilà en effet plongé dans les arcanes d’un pouvoir où «les ministres sont de simples fonctionnaires» et «ne font pas partie du cercle des décideurs». Qui prend, alors, ces décisions? Brouksy s’en réfère notamment à Wikileaks et donc aux câbles de l’ambassadeur américain qui met en cause «l’avidité consternante de ceux qui gravitent autour du roi Mohammed VI».

Et Brouksy d’entreprendre des «fiches» des «potes» du roi, qui participent de «ce régime de copains qui sont aussi parfois des coquins». Où l’on voit le cabinet royal agir tel «un gouvernement de l’ombre, dont l’objectif est notamment d’affaiblir l’équipe islamiste de Benkirane» (le Premier ministre, NDLR).

Omar Brouksy a écrit un livre comme si au Maroc on pouvait écrire librement. Il dit donc que la santé du roi suscite des inquiétudes, que son visage bouffi a bien changé ces dernières années. Il dit donc que le statut traditionnel du roi du Maroc qui le situe dans la descendance directe du Prophète (et en fait d’ailleurs le «commandeur des croyants») se base sur «une légende» qui «ne repose sur aucun argument historique fiable». Il dit donc que la séparation des pouvoirs prévue par la Constitution devient à l’analyse des faits «une contrevérité» puisque le roi domine les trois pouvoirs.

Un livre à recommander, assurément, même si on regrettera peut-être que l’auteur n’accorde pas une place plus visible aux actuelles violations des droits de l’homme et au harcèlement subi par la partie de la société civile qui n’accepte pas l’apathie imposée par le système.

BAUDOUIN LOOS

Cet article a été publié dans Le Soir du 12 novembre 2014.