Quel bonheur d’être un Belge à peau blanche!


 

Premier texte d’une série par Rudi Barnet

Déjà rien que son nom… Mouloud!
Je l’ai appelé Mouloud, mais peut-être que c’était Mourad ou Fela ou Mehdi?
Quoi qu’il en soit, quand il a vu sa mère se faire violer puis étriper par un bataillon de brutes venues de Khartoum, Mouloud il a pas supporté.
C’est le général Omar, le grand chef du Soudan, qui avait organisé cette petite fiesta.
Un perfectionniste, Omar!
Il estimait que les 300.000 macchabées du Darfour c’était pas suffisant.
Alors, il a envoyé ses commandos faire quelques cartons, histoire d’améliorer son score.
Mouloud, lui, il a attendu que les assassins se taillent de son village, il a enterré sa mère et pris ses cliques et ses claques… Droit vers le nord!
Sac en bandoulière, il a marché des centaines de kilomètres à travers le désert pour arriver à Tripoli. Là, il est monté sur un grand canot gonflable, direction Lampedusa. Heureusement qu’il savait nager sinon il y serait resté comme un tas d’autres qui sont allé nourrir les requins.
Après, il s’est retrouvé à Ponte Galeria, près de Rome, dans une de ces prisons que les Européens appellent « centre de rétention »… Ça non plus il a pas supporté. Il s’est évadé, a traversé les Alpes, fait du stop/camion clandestin et a fini par débarquer dans la capitale de l’Europe.
Heureux qu’il était! Quelques kilomètres encore et il arriverait à Manchester chez son oncle Kasim.
C’était sans compter sur Théo!
Ah! Théo! Le grand défenseur de la blancheur de notre plat pays.
Heureusement qu’il est là pour défendre les honnêtes citoyens contre tous ces droitsdelhommistes qui veulent qu’on respecte la convention de Genève et qu’on applique ces soi-disant obligations sur l’accueil des réfugiés.
La loi, c’est Théo qui décide comment il faut l’appliquer!
Alors… Ouste! Buiten!
En plus, il est futé Théo… il a appelé Omar! Et Omar a envoyé quelques-uns de ses spécialistes pour identifier ces Soudanais qui lui avaient échappé et qui risquaient de nous polluer.
Ça n’a pas traîné! Ils ont immédiatement fait l’inspection du parc Maximilien où ces enquiquineurs de bénévoles faisaient ce qu’ils pouvaient pour nourrir et soigner ces basanés.
Les hommes d’Omar en ont repéré quarante-trois et, sans perdre de temps, Théo en a tout de suite livré deux à la milice d’Omar qui repartait à Khartoum.
Il était content, Théo. Déjà deux nègres de moins!
Pour les autres, c’est devenu plus compliqué quand un juge de Liège – de quoi il se mêle celui-là – a osé décréter qu’il fallait « respecter le droit international »… et a interdit l’expulsion des Soudanais.
Théo n’en croyait pas ses oreilles.
Scandalisé! Il était scandalisé not ministre de l’expulsion!
Et ça n’a pas traîné! Il a tout de suite cherché un autre juge qui serait d’accord avec lui.
Mouloud, lui, il avait reconnu les sbires d’Omar – la même tête que ceux qui sont venus dans mon village, il a dit – et n’a pas demandé son reste.
Depuis, on n’a plus de nouvelles.

 

Publicités