Afghanistan : la Belgique aussi


L’armée belge déploie une centaine de soldats dans le sud

Le gouvernement d’Yves Leterme a décidé d’engager de manière plus intensive l’armée belge en Afghanistan. Une centaine de soldats et quatre avions de combat F-16 sont arrivés à Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan, pour y appuyer, aux côtés des forces néerlandaises notamment, la Force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF). Des soldats se sont envoler le 3 août pour établir le campement.

L’opération belge a été baptisée – en anglais, pour ne froisser personne – « Guardian Falcon » (Faucon protecteur). Jusqu’ici, quelque 350 militaires belges assumaient une mission de protection de l’aéroport de Kaboul et, avec l’Allemagne, une opération conjointe de reconstruction à Kunduz, dans le nord de l’Afghanistan. Des engagements moins périlleux que celui prévu dans le sud, où l’ISAF recense quotidiennement entre 30 et 50 « incidents violents ».

D’une ampleur qui pourrait sembler modeste, cet engagement décidé par le ministre de la défense, le chrétien-démocrate Peter De Crem, soulève toutefois un beau tollé. Déjà surnommé « Crembo » (mélange de De Crem et de Rambo) le ministre se heurte aux critiques de l’opposition, des syndicats militaires et des services officiels de contrôle financier. L’inspection des finances estime, en effet, que le budget du ministère de la défense ne lui permet pas d’assurer la charge d’une telle opération, soit quelque 22 millions d’euros pour la première phase, d’une durée de six mois. Engagée au Kosovo, au Congo, au Liban et au Tchad, l’armée belge pourrait être contrainte de renoncer à plusieurs de ces déploiements pour assurer sa nouvelle mission afghane.

Si la guerre contre les talibans entraîne une nouvelle guéguerre politique en Belgique, c’est que la stratégie du ministre flamand rompt avec celle de son prédécesseur francophone. M. Flahaut s’était efforcé de bâtir une « armée de la paix », essentiellement chargée de missions humanitaires. M. De Crem, accusé d’avoir cédé aux pressions des Etats-Unis et des Pays-Bas, entend rendre un caractère plus offensif aux troupes. Les avions belges de Kandahar seront autorisés à effectuer des frappes préventives et fourniront un appui aux troupes de l’ISAF. Ils seront aussi autorisés, « très exceptionnellement, dans des situations spécifiques » à aider la coalition antiterroriste dirigée par les Etats-Unis, pour l’opération « Liberté immuable ».

SOURCE

TROUPES FRANCAISES HORS D’AFGHANISTAN !


MANIFESTATION A PARIS SAMEDI 6 SEPTEMBRE

Que fait l’armée française en Afghanistan ? A part semer la mort et la désolation dans un pays détruit par trente années d’occupation étrangère et de guerres civiles ?

Il y a déjà longtemps que l’armée française ne sert plus à défendre notre pays, au point que le gouvernement a annoncé la liquidation de la plupart des régiments censés défendre le territoire, pour ne garder que des troupes dédiées aux « opérations extérieures » (soit 13 000 soldats français aux quatre coins du monde, pour quoi faire ?)

On ose nous parler de défense de la « liberté », des « droits de l’homme » voire, comble de cynisme, de « défense des droits de la femme », alors qu’il n’y a jamais eu autant d’hommes et de femmes tuées, de veuves et d’orphelins, avant que des troupes étrangères envahissent l’Afghanistan.

Curieusement, nos dirigeants qui se prétendent émus par la condition de la femme afghane, entretiennent d’excellentes relations avec des pays comme l’Arabie Saoudite, qui n’ont pas la réputation d’être particulièrement féministes.

Quelle « civilisation » les engins de mort sont-ils en train de défendre ? Quelles leçons de démocratie ont à donner des Etats qui lâchent des bombes sur les populations, qui ont semé le chaos en Indochine, en Algérie, en Afrique comme en Amérique du Sud, sans parler d’Hiroshima et de Nagasaki ? Ils ont détruit l’Irak, mis à sac le Liban et étranglent la Palestine. Pour quel résultat ?

Quant au « terrorisme », nos gouvernements ne le combattent pas, ils le développent dans le monde entier, en agressant des pays, en semant la terreur. N’oublions pas au demeurant, que ces fameux talibans ont été armés, financés, entraînés par les Etats-Unis et considérés comme des « soldats de la liberté », avant d’être désignés comme des terroristes.

Assez de mensonges ! Comment, dans notre « démocratie », un président peut-il envoyer des troupes dans un pays qui ne nous attaque pas, après avoir affirmé lors de son élection, qu’il était opposé à la présence de troupes françaises en Afghanistan ?

Enrôler des jeunes à partir de 17 ans et demi pour aller tuer des milliers d’hommes, des femmes et des enfants, est criminel.

Mais il y a un moyen simple et immédiat pour que ces engagés cessent de mourir et de tuer pour une cause qui n’est pas la nôtre : c’est en quittant tout de suite ces pays où ils n’auraient jamais dû aller.

A bas les guerres impérialistes !

Troupes françaises, troupes de l’Otan, hors d’Afghanistan !

TOUS PLACE DU CHATELET A 14 H 30

SAMEDI 6 SEPTEMBRE

Premiers signataires :CAPJPO-EuroPalestine, Americains Contre la Guerre, Réseau Solidaire Citoyens, Droits devant !, GUPS, Théâtre du Tiroir, Association Solidarité Mayenne Algérie, Enfants de Palestine, Comité Poitevin France Palestine, « 5 minutes pour rêver », ASTR (Association de Solidarité Tourcoing Rafah), Niort pour la Palestine, Odile Tobner (auteur du livre « Le racisme français »), SOS Sexisme, ISM (International Solidarity Movement)Jean Baumgarten (auteur de « Pâle Palestine »).
—————————————————————————————————————————————————————————————–