Afghanistan : la Belgique aussi


L’armée belge déploie une centaine de soldats dans le sud

Le gouvernement d’Yves Leterme a décidé d’engager de manière plus intensive l’armée belge en Afghanistan. Une centaine de soldats et quatre avions de combat F-16 sont arrivés à Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan, pour y appuyer, aux côtés des forces néerlandaises notamment, la Force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF). Des soldats se sont envoler le 3 août pour établir le campement.

L’opération belge a été baptisée – en anglais, pour ne froisser personne – « Guardian Falcon » (Faucon protecteur). Jusqu’ici, quelque 350 militaires belges assumaient une mission de protection de l’aéroport de Kaboul et, avec l’Allemagne, une opération conjointe de reconstruction à Kunduz, dans le nord de l’Afghanistan. Des engagements moins périlleux que celui prévu dans le sud, où l’ISAF recense quotidiennement entre 30 et 50 « incidents violents ».

D’une ampleur qui pourrait sembler modeste, cet engagement décidé par le ministre de la défense, le chrétien-démocrate Peter De Crem, soulève toutefois un beau tollé. Déjà surnommé « Crembo » (mélange de De Crem et de Rambo) le ministre se heurte aux critiques de l’opposition, des syndicats militaires et des services officiels de contrôle financier. L’inspection des finances estime, en effet, que le budget du ministère de la défense ne lui permet pas d’assurer la charge d’une telle opération, soit quelque 22 millions d’euros pour la première phase, d’une durée de six mois. Engagée au Kosovo, au Congo, au Liban et au Tchad, l’armée belge pourrait être contrainte de renoncer à plusieurs de ces déploiements pour assurer sa nouvelle mission afghane.

Si la guerre contre les talibans entraîne une nouvelle guéguerre politique en Belgique, c’est que la stratégie du ministre flamand rompt avec celle de son prédécesseur francophone. M. Flahaut s’était efforcé de bâtir une « armée de la paix », essentiellement chargée de missions humanitaires. M. De Crem, accusé d’avoir cédé aux pressions des Etats-Unis et des Pays-Bas, entend rendre un caractère plus offensif aux troupes. Les avions belges de Kandahar seront autorisés à effectuer des frappes préventives et fourniront un appui aux troupes de l’ISAF. Ils seront aussi autorisés, « très exceptionnellement, dans des situations spécifiques » à aider la coalition antiterroriste dirigée par les Etats-Unis, pour l’opération « Liberté immuable ».

SOURCE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s