« La Deuxième Intifada palestinienne » de Ramzy Baroud


– Éditeur : Scribest Publications

Il vient d’être publié en français !!!
A commander à l’éditeur :

SCRIBEST PUBLICATIONS
BP 10077 – F-67802 BISCHHEIM CEDEX

20 €

LA DEUXIEME INTIFADA PALESTINIENNE
de Ramzy Baroud

Scribest et CCIFP

Un livre qui fait autorité au sein du monde anglophone – et dont voici [enfin] la version française, préfacée par Alain Gresh du Monde diplomatique et illustrée par les photos de Joss Dray réalisées en Palestine entre 2001 et 2004.

Traduction assurée par l’équipe du site http://www.Info-Palestine.net

UN LIVRE POUR MIEUX COMPRENDRE LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

« […] Ce livre se veut un moyen de construire une position palestinienne indépendante, sans aucune allégeance vis-à-vis d’aucun parti politique ou individu, ni aucune organisation officielle. En cela, il se veut simplement une tentative de se référer aux mêmes principes que ceux des innombrables réfugiés vivant dans des camps confinés et surpeuplés où avec fierté la liberté est chérie plus que la vie. » RAMZY BAROUD

Voici ce qu’écrit Ramzy Baroud en introduction de son livre : « La Deuxième Intifada palestinienne restera durablemnent gravée dans l’Histoire comme l’époque où les règles du jeu ont été profondément transformées. Cette période a connu le choc des nombreux jeunes qui se faisaient volontairement exploser ainsi que la honte de l’érection d’un des plus grands murs dans l’Histoire pour créer ainsi une séparation permanente entre deux peuples… »

Dans son Introduction, il nous présente l’ouvrage : « […]. Le premier chapitre, intitulé L’Intifada éclate, couvre la fin de 2000 et l’année 2001 […] Le chapitre 2 intitulé Une Intifada internationale, traite des événements de 2002 […] de la solidarité internationale toujours croissante […] Le troisième chapitre, Appel à des réformes, traite […] de la corruption au sein de l’Autorité Palestinienne […] et comment une telle corruption a été instrumentalisée par Israël et les États-Unis […]. Le chapitre 4, De profonds changements, d’insurmontables défis, rappelle les nombreux événements […] de l’année 2004, depuis le rejet par Israël de l’avis rendu par la Cour internationale de Justice sur l’illégalité du Mur israélien de séparation, jusqu’à la mort du dirigeant palestinien Yasser Arafat. En conclusion, le chapitre 5, La fin de l’Intifada ?, aborde les nombreuses questions de 2005 qui ont conduit à la fin du soulèvement.  »
(JPG)

Ramzy BAROUD, journaliste et écrivain américano-palestinien connu au niveau international, est également rédacteur en chef du site Internet The Palestine Chronicle, une source irremplaçable d’informations et d’analyses sur le conflit israélo-palestinien. Il a enseigné la communication à la Curtin University of Technology australienne, Campus de Malaisie.
Ramzy Baroud est également ancien responsable du département de recherches et d’études d’Aljazeera.net en version anglaise. Il est l’auteur de plusieurs livres, son dernier volume étant My Father Was a Freedom Fighter : Gaza’s Untold Story (Pluto Press, Londres, 2010).
Ses livres ont été traduits en plusieurs langues. Il réside actuellement aux Etats-Unis.
Pour en savoir plus sur Ramzy Baroud : consulter le site Web http://www.ramzybaroud.net

(JPG)

Joss DRAY, photographe et écrivaine française, est l’auteure des photos illustrant cet ouvrage, extraites de son travail pendant la Campagne des missions civiles pour la protection du peuple palestinien, de 2001 à 2004 en pleine Seconde Intifada.
Ses multiples reportages, dont ceux sur la destruction du camp de réfugiés de Jénine par l’armée israélienne en 2002, ont servi à plusieurs expositions photographiques dont Mémoires de Jénine, 1989-2002, sur les traces d’Arna Mer, résistante israélienne ayant créé un théâtre pour enfants à l’intérieur du camp de réfugiés.
Elle a participé à plusieurs ouvrages, dont Femmes aux mille portes (avec Leïla Houari, éd. EPO-Syros, 1996), La guerre israélienne de l’information, Désinformation et fausses symétries dans le conflit israélo-palestinien (avec Denis Sieffert, éd. La Découverte, 2002), Le coeur en friche, éd. La Dispute 2004.
Plus sur Joss Dray : http://hoka.free.fr/HOKA_CUEILLEUR_…

(JPG)

Alain GRESH, qui signe la préface de ce livre, est l’actuel directeur adjoint du mensuel Le Monde diplomatique après avoir occupé le poste de rédacteur en chef jusqu’en 2005.
Spécialiste reconnu des questions du Proche-Orient, il est l’auteur et coauteur de nombreux ouvrages : Palestine 47, un partage avorté (avec D. Vidal, éd. Complexe, 1994), Les 100 portes du Proche-Orient (avec D. Vidal, éditions de l’Atelier, 1996, rééd. Hachette Les 100 clés du Proche- Orient, 2006), L’islam en questions (avec T. Ramadan, Actes Sud, 2000),Israël, Palestine : Vérités sur un conflit (Fayard, 2001, rééd. actualisée, 2010), L’Islam, la République et le Monde (Fayard, 2004), 1905-2005 : les enjeux de la laïcité (L’Harmattan, 2005), De quoi la Palestine est-elle le nom ? (éd. Les Liens qui libèrent, 2010). Le blog d’Alain Gresh : http://blog.mondediplo.net/-Nouvell…


DESCRIPTIF DU LIVRE :

-  Format 14 x 21 cm, 256 pages, 5 chapitres annotés (avec citation des sources), broché.
-  Couverture quadri avec rabats de protection.
-  Préface et présentation par Alain Gresh du Monde diplomatique (voir ci-contre).
-  Photographies N/B de Joss Dray réalisées durant la Seconde Intifada, de 2001 à 2004.
-  Index chronologique des événements, avec les relevés statistiques des victimes, repères bibliographiques.
-  ISBN 978-2-9534496-6-2.
-  Prix de vente public : 20 euros.

FESTIVAL : 9 FILMS De viDEP


du 5 au 8 juin 2011 – Bruxelles


LIRE & ÉCRIRE organise du 5 au 8 juin 2012, le FESTIVAL ART & ALPHA.

Pour croiser regards, publics et disciplines, 6 lieux culturels bruxellois accueillent plus de 50 projets artistiques de groupes en alphabétisation. Vous pourrez découvrir des expositions, des projections, des spectacles, des installations… et 9 films produits par le VIDEP.

Bande annonce du Festival


Les instants VIDEP :

Mercredi 6 juin 2012 de 10h00 à 14h00
À la Maison des Cultures de Molenbeek
Rue Mommaerts 4 – 1080 Bruxelles

La boîte à outils: un moment  où des formateurs en alpha auront la possibilité de rentrer en contact avec des opérateurs culturels. VIDEP y proposera à la vente les dvds de ses nombreuses productions autour de l’alpha.


Jeudi 7 juin 2012 à 14h00
Au BRASS
Av. Van Volxem 364 – 1190 Bruxelles

Projection de TERRE PAPIER CISEAUX de Christian Van Cutsem (52′ – 2011)
En présence du réalisateur et de l’équipe du GAFFI Asbl


Vendredi 8 juin à partir de 9h30
À la Maison des Cultures de Molenbeek
Rue Mommaerts 4 – 1080 Bruxelles
Sur réservation 02 415 86 03

Projection de 4 films d’ateliers vidéo réalisés par les stagiaires du Piment asbl:

LA MAISON – Atelier Vidéo Le Piment – 9′- 2008
MAMAN – Atelier Vidéo Le Piment – 7′ – 2008
LA CAGE – Atelier Vidéo Le Piment – 6′ – 2008
UN BEAU FILM – Atelier Vidéo Le Piment – 9′- 2006

En présence de Christian van Cutsem, animateur/cinéaste et de l’équipe du Piment.


4 films consultables :
À la Maison des Cultures de Molenbeek (Rue Mommaerts 4 – 1080 Bruxelles)
le 5 juin à partir de 18h et du 6 au 8 juin de 10h à 18h
À la Maison de la Création (rue du Champ de l’Église 2 – 1020 Bruxelles)
du 6 au 8 juin de 10h à 18h (nocturne le 8/06/12 à partir de 19h)

ON NE DEMANDE JAMAIS L’ÂGE À UNE DAME – Atelier Vidéo Gaffi – 13′ – 2010
LE PAPILLON PART À L’AVENTURE – Atelier Vidéo Le Piment – 18′ – 2007
LE CADRE PREND LE LARGE – Atelier Vidéo Le Piment – 26′ – 2006
L’ESPACE UNIVERSEL
– de Christian Van Cutsem – 25′ – 2010

PROJECTION

IMAGES D’À CÔTÉ, ateliers vidéo Centre culturel de schaerbeek

samedi 23 juin 2012 de 13h00 à 18h00 – Bruxelles


Depuis cinq ans Videp et le Centre Culturel de Schaerbeek proposent des ateliers vidéo aux personnes désirant tenter l’expérience de réaliser un film.

Frédéric Guillaume, animateur/cinéaste, guide et accompagne le travail de chacun du choix du sujet à l’écriture, de la prise d’images et son au montage du film.

Le Centre culturel de Schaerbeek présentera les films d’IMAGES D’À CÔTÉ #4 dans le cadre de ses journées des ateliers créatifs où seront présentés des pièces de théâtre, des spectacles de danses et un vernissage de dessins d’enfants.

LE PLAT PAYS, un film de Michel Antoine – 5′
La Flandre expliquée par son caractère rude et poétique.

JE SUIS NÉ AU XXIème SIÈCLE, un film collectif de l’atelier – 5′
Un portrait tout en couleur de Dounia Luna.

SCHAERBEEK EN COULEURS, un film de Michel Antoine – 8′
Schaerbeek étant souvent décriée, on oublie que cette commune est aussi un endroit où des initiatives sont prises pour que tout le monde s’y sente chez lui.

BALLADE POUR TROU DE MÉMOIRE, un film de Stéphanie Wahli – 16′
Des errances bruxelloises mêlées à des réminiscences grinçantes d’enfance.

Le samedi 23 juin 2012 de 13h00 à 18h00
Centre Culturel de Schaerbeek
91/93 Rue de Locht – 1030 Bruxelles

Plus d’infos

PRemière publique

et demain on sera où ?, atelier vidéo bonnevie

vendredi 29 juin 2012 à 16h00


Première publique du film ET DEMAIN, ON SERA OÙ ?
À l’occasion de la journée porte-ouverte du Centre de Formation Bonnevie Asbl

Vendredi 29 juin 2012 à 16h00

Centre de Formation « Bonnevie »
Rue de la Colonne, 54 – 1080 Bruxelles


ET DEMAIN ON SERA OÙ ?
un film des stagiaires du Centre de Formation Bonnevie Asbl – 26′- 2012

13 adultes suivent une formation en bâtiment et mécanique automobile. Au fil des cours et des ateliers, ils reviennent sur leurs parcours professionnels. Avec pudeur et poésie, ils construisent et démontent leurs vécus en formation. Tous parlent d’avenir… En route vers l’emploi ?

Entrée libre

Ouverture des portes dès midi avec présentation des ateliers par les stagiaires du centre jusqu’à 19h00. Inauguration d’une mosaïque à 15h00.

Extrait

Reportage du J.T. Télé Bruxelles à l’occasion de l’avant-première du film

STREAMING – REDIF

COUP2POUCE


Vous n’avez pas l’occasion de regarder Coup2Pouce, sur Télé Bruxelles, 1 dimanche sur 2 à 22h ?
Regardez les émissions en streaming sur le site Coup2Pouce – www.coup2pouce.be

Nous vous proposons ce mois-ci : DO IT YOURSELF (ou la surconsommation)

L’équipe vous a concocté un petit panel de consommacteurs par tranches d’âges bien saignante! On y parlera de processus de production, d’alternative et d’autonomie à la consommation!
Un atelier de confection de jouet pour les enfants, la consommation raffinée et choisie des adultes, une consommation alternative et une mami plus que débrouillarde vous ponctuera cette émission faite maison!

LDJ, ça suffit ! Tous avec les prévenus des 5 et 12 juin !


mercredi 30 mai 2012 par Omar Alsoumi

Quand l’agresseur sioniste joue les victimes et que la justice française cède aux pressions, nos frères et amis risquent la prison…
Vérité et justice pour les opposants à la LDJ (Ligue de défense juive) : liberté pour Hassen, Nizar, Souleymane et tous les prévenus !

A tous les militants actifs depuis les mobilisations contre les massacres israéliens à Gaza.

Vous vous rappelez que depuis 2009, la LDJ a multiplié les agressions contre nos mobilisations. Jusqu’à présent, à quelques rares exceptions, les fanatiques pro-israéliens ont bénéficié d’une impunité inouïe, qui contraste avec la répression dont sont l’objet les militants du boycott d’Israël. Le dernier exemple est la condamnation de Sakina Arnaud par la cour de cassation de Bordeaux : elle avait collé des stickers de la campagne BDS sur des bouteilles de jus de fruits israéliens.

Un prochain rendez-vous important arrive. Les mardi 5 et 12 juin après-midi, au Palais de Justice de Paris, auront lieu des procès opposant des jeunes sympathisants de la cause palestinienne aux membres de la LDJ. Comme d’habitude, les fanatiques pro-israéliens, soutenus par les officines pro-israéliennes BNCVA et autres SPCJ, veulent nous la faire à l’envers : ils ont porté plainte et se présentent en victimes. Dans les deux cas pourtant, ils sont clairement venus pour casser du « sale arabe ».

La première affaire jugée remonte aux manifestations de l’hiver 2008-2009. Le 4 janvier 2009, rassemblés devant l’ambassade israélienne à l’appel du CRIF, les fascistes sionistes ont ensuite déboulé à Opéra à une manifestation spontanée contre les massacres israéliens. Là, ils se sont heurtés à des jeunes militants du droit et de la justice. Ils jouent maintenant les victimes et essayent de se faire passer pour de simples passant juifs victimes d’une agression antisémite. Mensonge !

La seconde affaire s’est déroulée en avril 2009 au métro Rue des Boulets, à proximité du CICP, le soir d’un événement de solidarité organisé par Génération Palestine : les sionistes attendaient les invités à la sortie du métro et en ont agressé plusieurs. Ils prétendront ensuite être venus coller des affiches pour Ilan Halimi et avoir été attaqués par les jeunes militants. Mensonge encore.

Dans les deux cas, la police et la justice semblent intimidées par les pressions sionistes. Dans les deux cas, Hassen, Nizar, Souleymane et les autres inculpés ont besoin de notre solidarité. Ils se sont défendus contre la LDJ, ils nous ont défendu contre les agressions. A nous de les défendre !

Ils ont besoin d’un maximum de monde pour les soutenir lors des procès des 5 et 12 juin. Ils ont besoin d’aide pour les frais de justice. Soyons à leurs côtés.

Informations et soutien : omar.jeningrad@gmail.com

Rejoignez la page Facebook de soutien : STOP LDJ !

Chèques à l’ordre de JEDPS, 21 ter rue Voltaire – 75011 Paris (mention au dos : STOP LDJ)

source

Syrie : le massacre de Houla raconté par des enfants rescapés


Le Monde.fr | 30.05.2012 à 18h35 • Mis à jour le 30.05.2012 à 18h35Par Christophe Ayad

Les Nations unies désignent de plus en plus ouvertement le rôle des milices du régime syrien dans le drame de Houla, théâtre, vendredi 25 mai, d’un massacre ayant causé au moins 108 morts dont 49 enfants et 34 femmes.

Plus que dans les bombardements d’artillerie de l’armée syrienne, la plus grande partie des victimes, toutes civiles, sont mortes lors d’une véritable opération punitive planifiée par un groupe de tueurs, agissant méthodiquement, progressant de maison en maison à travers le hameau de Taldaou, tuant à l’arme automatique, voire à l’arme blanche. Damas attribue ce massacre à des  » bandes terroristes armées «  sans plus de précisions.

Dans l’impossibilité d’être présente sur place, la presse internationale est réduite à consulter les témoignages mis en ligne par des activistes antirégime sur le site YouTube. Nous en publions ici quelques extraits, sans garantir pour autant l’authenticité ni la véracité de ces témoignages. Parallèlement aux exactions en cours en Syrie se livre une véritable guerre de l’information. Il demeure que ces témoignages corroborent les récits recueillis par les enquêteurs de l’ONU.

NOURA A SURVÉCU EN FAISANT LA MORTE

Dans cette vidéo mise en ligne lundi, Noura, une petite fille de Taldaou, attribue ce massacre à l’armée et aux milices du régime, les chabiha, composées de civils armés, issus pour la plupart de la communauté alaouite tout comme la famille Assad au pouvoir. Comme plusieurs autres enfants rescapés du massacre, dont un garçon de 11 ans cité par le quotidien britannique The Guardian, Noura, elle-même blessée d’une balle dans le dos, a survécu en faisant la morte, parmi les cadavres de ses proches assassinés. Tous sa famille, ainsi que celle de son oncle a été massacrée. Les miliciens, vêtus d’uniformes selon la jeune fille, ont pris le temps de piller les maisons, emportant l’or et les bijoux trouvés sur les cadavres, ainsi que l’argent liquide.

Dans un autre témoignage, Ali Adel Al-Sayed raconte que des soldats et des civils arrivés en blindés se sont arrêtés devant la maison de ses parents, en sont descendus, puis ont enfermé toute sa famille dans la pièce principale de la maison, avant de tirer. L’enfant, blessé, aurait vu les hommes emporter trois télévisions, une machine à coudre et un ordinateur. Sa mère et son frère, enlevés par les miliciens, auraient été tués plus tard. Enfin, dans un dernier témoignage, un enfant décrit d’un geste éloquent comment certaines victimes ont été égorgées.

Christophe Ayad

Comment les multinationales ont exploité la Grèce


[Lettre de Georges Floras] [traduction]

29 février 2012

Par 

Vu sur le site de « The Economist » : une lettre de GEORGE Floras, responsable de BookStore Floras (librairie d’Athènes spécialisée dans les livres en langue étrangère) et Président de l’association des libraires de Grèce, qui s’est opposé au cartel des grand distributeurs de livres.

Mesdames et Messieurs,

je vous adresse cette lettre comme l’un de ces nombreux Grecs que tout le monde appelle «paresseux» et «inutile». Il est possible que vous ne puissiez pas avoir une idée claire sur la Grèce et je voudrais vous montrer un nouvel aspect de la situation ici.

Entre 2000 et 2010, la Grèce a, en effet, dépensé plus que ce qu’elle a produit. Malheureusement, les grandes multinationales ont profité de cela pour faire un profit facile sur le dos de la population «paresseuse» et «inutile». Beaucoup de ces entreprises ont profité de la situation misérable de l’Etat grec et ont enfreint la loi pendant de nombreuses années, en empochant la plupart des millions d’euros que l’on nous accuse de gaspiller aujourd’hui.

Ils ont gagné cet argent en vendant leurs produits à des prix extrêmement élevés, profitant de leur position dominante sur le marché grec ou de la chance d’imposer des conditions illégales dans leurs accords avec les Grecs «paresseux» et «inutiles». Ils ont fait ces bénéfices parce que certains politiciens corrompus grecs ont fait en sorte qu’ils s’en tirent avec des amendes minimales. Ces multinationales ont anéanti leurs concurrents grecs en utilisant des méthodes illégales, sous la protection des gouvernements grecs pendant des années. Notre compétitivité a donc touché terre. 

Toutes ces sociétés ont utilisé les profits illégalement obtenus, qu’ils ont pris des Grecs  »paresseux » et « inutiles » pour offrir des salaires aux personnes restées au pays.

Voici quelques exemples explicites :

PEARSON

La plus grande maison d’édition dans le monde, l’éditeur britannique Pearson a été accusé et reconnu coupable pour avoir enfreint les lois sur la concurrence en Grèce de 2002 à 2007. Leur politique a continué jusqu’en 2009. Pour leurs pratiques illégales, ils ont été condamnés à une amende  de seulement 1 500 000 € (appel en attente à la Cour suprême).

Les cadres de Pearson, Paul Anderson, John Knight, Kenneth Bristow, John Fallon et Mark Short font actuellement l’objet de poursuites par les autorités grecques pour leurs responsabilités dans  la vente de leurs livres ELT à des prix très élevés en Grèce (bien sûr tout le monde est innocent jusqu’à preuve du contraire). Pendant le même temps (2002-2009) les ventes et les profits de PEARSON tirés des  Grecs «paresseux» et «inutiles»  étaient à la hausse.

L’éditeur a, bien sûr, en même temps, utilisé les mêmes contrats illégaux dans d’autres pays européen, et seulement après qu’ils aient été accusés par les Grecs «paresseux» et «inutiles»  il se sont mis en conformité avec les lois européennes de la concurrence (tous ceci est apparu au grand jour après l’enquête du Comité européen de la concurrence «l’affaire 39771 Floras Librairies vs Pearson et d’autres» Suite à la plainte d’un «paresseux» et «inutile» grec). [okeanos : voir ici]

NESTLE

La grande multinationale a été accusé d’abus de position dominante entre 2002 et 2006 et a été condamnée à une amende de 30 000 000 €. Pendant la même période, les profits de Nestlé pour le marché grec étaient d’environ 460 000 000 €. NESTLE a également été condamné à une amende 4 100 000 € pour participation à des ententes illicites.

COCA COLA HELLAS

Un des plus grands embouteilleurs de Coca-Cola a été condamné à une amende 11 000 000 € pour abus de position dominante entre 1991 et 2006. Les bénéfices de la société pour la même période étaient d’environ 2 milliards d’euros.

DIA HELLAS

La filiale locale de DIA a été condamné à une amende de 5 192 000 € pour l’imposition de conditions illégales sur le marché grec.

British Petroleum (BP) et ROYAL NÉERLANDAIS SHELL

Les filiales des géants multi-milliardaires ont été condamnées à une amende de 50 000 000 € pour participation à des ententes illicites en 2003. Leurs ventes aux Grecs «paresseux» et «inutile»  dans les années respectives étaient de 3 milliards d’euros.

UNILEVER

UNILEVER a été condamné à une amende 6 946 588 € pour des pratiques illégales en 2001-2002, leurs ventes pour ces deux années aux Grecs «paresseux» et «inutiles»  étaient de 520 000 000 €

CARREFOUR

La filiale de Carrefour en Grèce a été condamnée à une amende 12 512 000 € pour des pratiques illégales pour les années 2003-2008 alors que pendant la même période, leurs ventes aux «paresseux» et «inutile» Grecs ont totalisé 8 694 000 000 €

[okeanos : il se dit encore -beaucoup- en Grèce que Carrefour n’aurait jamais payé ses taxes en Grèce. Rumeurs ou … ?]

SIEMENS 
Pendant de nombreuses années, le géant allemand a été corrupteur des politiciens grecs corrompus, assurant ainsi des projets de plusieurs milliards d’euros, surchargeant les Grecs «paresseux» et «inutile», qui doivent maintenant payer cet argent.

HEINEKEN 
La filiale grecque de Heineken (brasserie athénienne) est accusée d’abus de position dominante. Dans la dernière décennie, leurs ventes aux «paresseux» et «inutiles» Grecs étaient de 4 500 000 000 € et les bénéfices de 1 000 000 000 €

Au nom de tous les «paresseux» et «inutiles» Grecs, je voudrais vous demander de nous montrer un peu de sympathie, car tout au long de ces années, les profits illégaux de la fête des  multinationales vautours dans le pays ont fourni des revenus et des emplois pour des nombreux employés dans leurs pays respectifs.

Sincères salutations, 


GEORGE Floras 
Un «paresseux» et «inutile» grec 
ATHENES, GRECE