Bruxelles : Les sans-papiers de Saint-Josse menacés d’expulsion


de belga/7sur7

La centaine de sans-papiers afghans et irakiens qui occupent depuis quatorze jours un immeuble à l’abandon situé au 22 de la rue du Méridien à Saint-Josse et qui ont entamé une grève de la faim sont menacés d’expulsion. Un arrêté d’insalubrité a été pris par le bourgmestre de la commune Jean Demannez (PS).

L’arrêté a été signifié aux occupants jeudi matin par la police. Les occupants ne contestent pas l’insalubrité globale de l’immeuble mais précisent qu’ils ont procédé au nettoyage et à l’aménagement des pièces qu’ils occupent pour les rendre propres. Une assemblée des occupants devrait se tenir jeudi après-midi. Aucune expulsion imminente n’est à ce stade envisagée par la police. Des pourparlers sont en cours. Les bâtiments sont destinés à accueillir l’ASBL « Les Briques du GAMP ». Ils sont mis à la disposition de l’ASBL par la Régie fédérale des bâtiments.

Selon l’ASBL, l’occupation des bâtiments a eu lieu à son insu. L’octroi des bâtiments à l’asbl Les Briques du GAMP est soumis à la condition d’y ouvrir un centre d’accueil de jour et d’hébergement pour personnes handicapées de grande dépendance. Selon le contrat de bail, le projet doit être réalisé impérativement dans un délai de 2 ans. L’asbl s’est déclarée opposée à l’occupation du bâtiment qui contient de l’amiante.

« Des fils d’électricité sont dénudés, une baie vitrée est sur le point de s’effondrer dans la cage escalier dont la partie terminale est également menacée et de nombreux panneaux se détachent des faux plafonds », dénonce l’ASBL. Celle-ci n’a entamé jusqu’à présent aucune action en justice visant à obtenir l’expulsion des occupants. « C’est à la commune à prendre ses responsabilités », a dit la présidente de l’ASBL, Cinzia Agoni.
04/09/08 15h44

L’aviation israélienne survole le Liban-Sud à basse altitude


De l’Orient le Jour

Six avions de chasse israéliens ont survolé hier à basse altitude le Liban-Sud et franchi le mur du son au-dessus de Tyr, a indiqué un responsable de la sécurité.

« Le survol a duré plus d’une heure et les avions ont franchi le mur du son à deux reprises au-dessus de Tyr », a déclaré ce responsable qui a requis l’anonymat.

Pris de panique, des habitants qui faisaient leurs courses dans le marché de centre-ville ont pris la fuite. D’autres sont sortis dans la rue, regardant nerveusement le ciel.

Ces dernières semaines, une guerre de mots et de menaces a opposé Israël au Hezbollah, le secrétaire général du parti intégriste Hassan Nasrallah menaçant de « détruire » l’État d’Israël en cas de nouveau conflit, et Israël menaçant pour sa part de s’en prendre aux installations civiles du Liban.

Irak : Un mercenaire par soldat


Selon une étude de l’organisme de surveillance du congrés des Etats-unis, le CBO – Congressional Budget Office, au début de l’année 2008, l’armée U.S. employait plus de 190,000 sous-traitants privés sur des projets militaires en Irak. Ceci signifie qu’il y a un sous-traitant pour chaque étatsunien en uniforme en Irak, un taux de 1 : 1.

“Le degré de dépendance de l’armée vis à vis de ces sous-traitants est exceptionnel” a expliqué le directeur du CBO, Peter Orszag lors d’une conférence de presse, le 12 août dernier. Lors de la guerre de Corée, le taux était de 1 sous-traitant pour 2.5 soldats. Au Vietnam, le taux était de 1 sous-traitant pour 5 soldats.”

Dans les années 1990, le conflit dans les Balkans a inauguré la guerre “sous-traitée” avec également un rapport de 1 sous-traitant pour chaque soldat engagé dans le conflit. “Mais, explique M. Orszag, dans les Balkans le nombre de soldats déployés était bien plus faible qu’en Irak.

Le CBO estime que le coût de cette sous-traitance militaire a été de 100 milliards de dollars, entre 2003 et 2008. Cela représente 20% de tout l’argent dépensé par les Etats-Unis pour financer des opérations militaires en Irak . La plus grande partie de cet argent sert à payer des services logistiques – cantine, distribution d’essence, maintenance du matériel, gestion des passations de marché et suivi logistique et de stocks.

Sur ces 100 milliards de dollars, environ 12 milliards a servi à payer les factures des sociétés privées d’assistance militaire : les Blackwater, Aegis et autres fournisseurs de mercenaires.

SOURCE

Un casque bleu belge tué dans le sud du Liban


Un casque bleu belge de la Finul a été tué lors d’une opération de récupération de bombes à sous-munitions utilisées par les Israéliens durant leur guerre contre le Hezbollah pendant l’été 2006 au Sud-Liban, rapporte des témoins.

Un autre a été légèrement blessé par l’explosion d’une de ces bombes près du village d’Aitaroun.
La Finul (Force intérimaire des Nations unies au Liban) a confirmé la mort d’un de ses membres sans en préciser la nationalité.

La dépouille du Casque bleu belge tué mercredi par l’explosion d’une sous-munition, l’adjudant Stefaan Vanpeteghem, sera accueillie jeudi soir à 19h30 à l’aéroport militaire de Melsbroek, a-t-on annoncé de source militaire.