Photos Action Syrie de l’action pour Paolo et tous les détenus en Syrie


Quelques photos de la veillée du 29 janvier 2014

1526676_639046942824014_2010300352_n1551773_639046782824030_319674646_n1555467_639047072824001_297711652_n1609624_639047536157288_623378385_n1622184_639047512823957_579513663_n1622879_639046762824032_219695974_n1653682_639047702823938_676315321_n

Publicités

Syrie : débat stérile à l’avant-dernier jour des pourparlers à Genève


jeudi 30 janvier 2014, par La Rédaction

Les pourparlers entre le régime syrien et ses adversaires se sont résumés jeudi à un débat stérile sur le « terrorisme » en Syrie, au moment où l’opposition annonçait que son chef allait se rendre le 4 février à Moscou, allié indéfectible de Damas.
Au 6e et avant-dernier jour des pourparlers à Genève avec le médiateur Lakhdar Brahimi, les délégations des deux belligérants, en guerre depuis près de trois ans, se sont accusées mutuellement d’actes de « terrorisme » dans le pays ravagé par les bombardements du régime et les combats contre les rebelles et les jihadistes étrangers.
« Il n’y a pas eu d’accord sur la façon de traiter le terrorisme », a indiqué M. Brahimi lors d’un point de presse, déplorant qu’il n’y ait pas « réellement de changement dans la position des deux interlocuteurs ».
Ce premier round de pourparlers, initiés sous la pression des Américains, alliés de l’opposition, et des Russes, se terminera vendredi, sans qu’il y ait de réelle avancée ni sur la question de transition politique, ni sur le dossier humanitaire.
Le médiateur Brahimi, pour qui ce premier face à face entre frères ennemis syriens est un succès en soi, a annoncé que la dernière réunion vendredi visera à tirer des « leçons » et à chercher une meilleure organisation pour le prochain round.
Celui-ci devrait se tenir aux alentours du 10 février à Genève. La date sera confirmée vendredi.
Entre les deux rounds, le chef de la Coalition de l’opposition syrienne, Ahmad Jarba, se rendra à Moscou le 4e février pour sa première visite officielle à cet allié du régime syrien, a annoncé l’opposition, précisant que c’était en réponse à une invitation russe.
« Nous sommes en contact avec les Russes (…) Je pense que la relation avec les Russes doit évoluer d’une façon positive », avait affirmé mercredi M. Jarba depuis Genève à la télévision Al AAn, basée à Dubaï.
Jeudi, M. Jarba avait affirmé que le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, lui avait dit lors d’une rencontre à Paris que la Russie « n’était pas attachée » au président Assad.
Les pourparlers à Genève se déroulaient au moment où l’ONG Human Rights Watch accusait le régime du président Bachar al-Assad d’avoir rasé des milliers d’habitations dans des secteurs où la population soutient l’opposition à Damas et à Hama (centre), comme « punition collective ».
L’ONG, qui a documenté sept cas, a accusé le régime « d’effacer de la carte des quartiers entiers », évoquant des « crimes de guerre ».
Après une minute de silence en hommage aux « martyrs » en Syrie, les deux délégations ont débattu, sans résulat, de la notion de « terrorisme ».
« Le régime veut parler de terrorisme (…) Affamer la population jusqu’à la mort, la torture et la prison, c’est du terrorisme », a affirmé l’opposition en séance, ajoutant : « Le plus grand terroriste en Syrie, c’est Bachar al-Assad ».
La délégation gouvernementale a présenté, elle, un communiqué appelant à l’ »arrêt du financement, de l’armement et de l’entraînement des terroristes », selon le texte obtenu par l’AFP.
Le pouvoir à Damas, qui assimile les rebelles à des « terroristes », insiste que la priorité des discussions à Genève est la question du « terrorisme », alors que pour l’opposition, le dossier central est la transition en Syrie, prévue dans Genève I.
Ce communiqué adopté en 2012 par les grandes puissances prévoit l’arrêt de « la violence sous toutes ses formes » et la formation d’une autorité gouvernementale de transition, sans mentionner le sort du président Bachar al-Assad.
Parallèlement au volet politique, la question de l’humanitaire ne progressait guère à Genève.
Le médiateur Brahimi s’est dit « très, très déçu » par l’absence de progrès sur l’aide aux quartiers rebelles assiégés de Homs, troisième ville du pays.
Dimanche, il avait annoncé avoir obtenu du régime la promesse de laisser partir femmes et enfants de Homs et de laisser entrer des convois humanitaires.
Mais l’opposition refuse la séparation des familles, tandis qu’humanitaires et diplomates rappellent que le droit international interdit les mouvements de population sous la contrainte de manque de vivres et de médicaments.
A Damas en revanche, un convoi d’aide alimentaire a pu pénétrer jeudi dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, dont le siège hermétique par l’arme depuis juin 2013 a causé la mort de plus de 80 personnes, ont annoncé une agence de l’ONU et l’agence de presse officielle syrienne Sana.
Sur un autre plan, Washington s’est dit « inquiet » du fait que la Syrie n’ait évacué de son territoire que moins de 5% de son arsenal chimique le plus dangereux, plus de quatre mois après un accord russo-américain sur la destruction de l’arsenal chimique syrien qui a fait éviter in extremis des frappes occidentales contre le régime.

L’apocalypse d’Internet?


Signez la pétition : allez ici

A l’attention des décideurs américains et européens:

Nous vous appelons à utiliser votre pouvoir pour bloquer l’émergence d’un internet à deux vitesses et garantir que toutes les données soient traitées de la même manière. Autoriser les fournisseurs d’accès à prioriser certains contenus et s’ériger en censeurs menacerait la nature ouverte et démocratique d’Internet. Nous comptons sur vous pour montrer à quel point vous vous mobilisez pour garantir la neutralité du Net.

493 610 ont signé. Aidez-nous à atteindre 500 000

Les 1% les plus riches pourraient désormais contrôler pour toujours ce que nous voyons sur le web. C’est l’apocalypse de l’Internet tel que nous le connaissons. C’est la fin de la promesse démocratique de l’autoroute de l’information pour tous qu’avaient imaginée les pionniers du world wide web.Notre communauté s’est créée grâce à cette idée: ensemble nous avons utilisé le web pour combattre la corruption, pour sauver des vies et apporter une aide citoyenne aux peuples des pays en crise. Mais les États-Unis et l’Union européenne sont sur le point de donner aux plus riches entreprises le droit d’accélérer l’affichage de leurs contenus, tout en ralentissant ou en bloquant tous les autres. Jusqu’ici, Avaaz pouvait montrer les images tournées par les citoyens en Syrie ou bien lancer des campagnes pour sauver la planète. Aujourd’hui, nous sommes menacés.Des deux côtés de l’Atlantique, les décisions sont prises en ce moment. Mais les innovateurs de la technologie, les défenseurs de la liberté d’expression et les meilleures entreprises du web contre-attaquent. Si nous sommes des millions à les soutenir, nous pourrons créer le plus grand appel jamais vu pour un Internet libre et démocratique. Signez maintenant et parlez-en à tout le monde:

Parlez-en à vos amis

 Partagez cette campagne sur Facebook.

Mobilisation contre la censure d’un magazine en Flandre


BELGA Publié le mardi 28 janvier 2014 à 16h26 – Mis à jour le mardi 28 janvier 2014 à 17h13

 De Nul n’avait pas apprécié la teneur d’un article paru mardi dernier et citant la société dans le cadre de pratiques de vol de sable à grande échelle sur les rivages du nord des Philippines.

L’association flamande des journalistes (VVJ) s’est dite surprise et préoccupée mardi par la décision de justice qui interdit à l’hebdomadaire néerlandophone P-Magazine de publier un article au sujet de la société De Nul. Le magazine risque une lourde amende. Selon la VVJ, l’article décrit « de manière sérieuse et équilibrée l’extraction de sable aux Philippines et les risques que cela implique sur le plan écologique ». « Le président du tribunal de commerce de Termonde a intégralement suivi la requête unilatérale de la société De Nul, et ce sans aucune empathie pour la liberté de la presse ou les règles et pratiques journalistiques », indique Pol Deltour, secrétaire général de la VVJ.

Selon Pol Deltour, une telle décision s’apparente à une grave censure. Sous peine d’amende, P-Magazine a d’ailleurs supprimé l’article de son site internet. La VVJ espère que la décision sera annulée.

De Nul n’avait pas apprécié la teneur d’un article paru mardi dernier et citant la société, parmi d’autres groupes internationaux, dans le cadre de pratiques de vol de sable à grande échelle sur les rivages du nord des Philippines.

source