Trafic d’organes, ce que vos journaux ne vous ont pas dit


1_aVos journaux en ont parlé, même s’ils n’ont pas accordé à cette information l’importance qu’elle mérite. Car si, en effet, l’implication de rabbins dans des affaires de corruption de politiciens et de blanchiment d’argent ressortit, en dépit du caractère étrange de l’implication d’hommes du culte dans cette affaire, à des formes de délinquance classiques, il n’en va pas de même dans le cas du trafic d’organes dirigé par un certain Levy-Izhak Rosenbaum.

Dans ce dernier cas, nous touchons en réalité à une forme de crime auquel l’opinion un peu partout dans le monde est très sensible.

Pourquoi cette affaire n’a pas eu le retentissement qu’elle mérité a certainement à voir avec la crainte d’attiser des sentiments antisémites (au sens d’anti- juif). Après tout, le parlementaire sioniste Nissim Ze’ev n’écrit-il pas dans le Jerusalem Post du 27 juillet que l’opération du FBI était un cas d’antisémitisme?

Or, à mon avis, ces arrestations ne nous apprennent rien sur les Juifs ou le judaïsme d’une manière générale mais en disent long sur la nature de l’entité sioniste: une voyoucratie qui, naturellement est le havre idéal de toutes sortes de délinquants, en col blanc, en blouse blanche, en costume cravate etc.

suite

Publicités

Régularisations et infos !


Si vous avez des connaissances qui n’ont pas leur régularisation, n’hésitez pas à imprimer les 3 feuilles en pièce jointe et à les informer svp.

Voici quelques informations sur la régularisation en Belgique et une lettre a envoyer au ministre de l’immigration pour libérer les personnes dans les centres fermés.

Merci de faire circuler ces informations !

Lettre pour le Ministre Wathelet aidez-nous à la diffuser, merci

Monsieur Melchior Wathelet, Secrétaire d’Etat et Ministre de l’Asile et l’Immigration.

34, 36 rue de la Loi

1000 Bruxelles

Envoi par courrier ordinaire,

par télécopie : 02/231.09.81

ou par mail à un conseiller :

garrot@milquet.belgium.be

Bruxelles, le 24 juillet 2009

Monsieur le Ministre,

En devenant Ministre belge chargé de l’asile et l’immigration, vous avez endossé une responsabilité qui symbolise l’espoir et l’avenir pour des milliers de personnes victimes de la politique d’immigration de notre gouvernement.

Le nouvel accord sur la régularisation des « sans-papiers » est le signe évident d’un changement de cette politique qui, nous espérons, sera le reflet de nos valeurs les plus dignes afin d’assurer l’accès aux droits fondamentaux pour tous et le respect des Droits de l’Homme.

Par cette lettre nous vous demandons de libérer les personnes actuellement détenues dans les six centres fermés du pays (Merksplas, Vottem, Bruges, 127bis, 127 et INAD), lesquelles n’ont commis aucun délit et qui peuvent, si vous leur en donnez la possibilité, régulariser leur situation le 15 septembre prochain.

Les actuels détenus de ces centres fermés correspondent aux critères de l’accord sur la régularisation, et ce n’est pas à eux de pâtir, aujourd’hui, du retard dans l’accord de l’année dernière.

Ne leur faisons pas payer doublement des fautes qui n’ont pas commises !

D’avance nos vous remercions de l’attention que vous porterez à cette requête et vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de notre respectueuse considération.

Nom,

Prénom,

Adresse

CRER / Tel : 0474 08 85 35
Info : http://regularisation.canalblog.com/
Travailleurs sans papiers : http://1maimanif.canalblog.com/
Reseaux Parrainage : http://parrainage127bis.canalblog.com
Soutien au N° Triodos : 523 – 0801898 – 74

En renvoi ici, les documents des critères de régularisation.

Le boycott des produits israéliens est-il légal ?


Entretien avec Jean-Claude Willem

Jean-Claude Willem, 75 ans, raconte dans cet entretien comment, alors qu’il était maire (PCF) de Seclin, une bourgade française de 12’000 habitants, il a été emporté par une tornade judiciaire de sept ans et condamné à 1’000 euros d’amende pour avoir déclaré son intention d’écarter des cantines de l’école communale les jus de fruit provenant des colonies illégales israéliennes. En définitive, son recours vient d’être rejeté par la Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg (CEDH).

Tout en reconnaissant l’intention légitime de Jean-Claude Willem de lutter contre l’apartheid, la Justice française a considéré qu’en l’espèce, un boycott des produits de l’apartheid israélien revenait à une discrimination économique contre les producteurs de nationalité israélienne. De ce fait, elle l’a condamné à la fois comme un citoyen appelant à la discrimination sur une base nationale et comme un élu manquant à la neutralité de sa charge.
Franchissant un pas supplémentaire, la Cour européenne lui a reproché de faire justice lui-même en décidant d’un boycottage en lieu et place des autorités gouvernementales.

suite : interview de Silvia Cattori

Entends-nous Salah : on continue


La décision de la Commission israélienne, réunie dans la prison de Gilboa ce dimanche 26 juillet, en a donc décidé ainsi : Salah doit rester en prison ! Pourquoi ? Nous en saurons plus demain, au vu des attendus, mais de premiers éléments nous sont parvenus.

Salah serait récidiviste puisque c’est la troisième fois qu’il est en prison. Rappelons que la première fois il a été emprisonné durant 5 mois parce qu’il avait collé des affiches. La seconde fois, il a été kidnappé alors qu’il se trouvait à Bethléem chez un ami qui était « recherché » par l’armée. Ils ont arrêté son ami mais aussi tous les jeunes présents à cette soirée. Salah a fait 4 mois de plus. Et cette fois c’est la troisième alors qu’il n’a rien fait de répréhensible non plus. Il n’est pas « guéri » ont dit, semble-t-il, les juges. De quelle maladie souffre Salah ? D’une maladie qui s’appelle « Liberté » ! C’est trop pour la Force occupante.

Salah serait « terriblement dangereux » car il appartiendrait, selon ses accusateurs, à un mouvement de jeunesse lié au FPLP, parti déclaré « terroriste ». Aucune preuve de son appartenance à ce mouvement n’a été apportée. Seulement une dénonciation anonyme. Aucun des témoins, convoqués pour confirmer cette « thèse », ne s’est présenté à la barre durant les 25 audiences de son procès qui ont été annulées de ce fait. Aucun. Qu’importe pour la Force occupante.

Et pour faire bonne mesure, jamais son appartenance réelle cette fois à la citoyenneté française n’a été évoquée. Et c’est là que la lumière est terriblement accusatrice pour le Président Nicolas Sarkozy. Jamais il n’a prononcé le mot « Salah » en public. Jamais il n’a estimé devoir écrire personnellement à ceux, parlementaires ou non, qui lui ont écrit. Jamais il n’a usé de son pouvoir relativement à ce qu’il a fait pour tous les autres, sans parler de Shalit pour qui il ferait le tour du monde s’il le fallait. Jamais il n’a voulu « gêner » ses amis israéliens. Eh bien nous en tirons les conséquences. Sarkozy a été aussi condamné ce 26 juillet. Maintenant, pour qui doutait, les choses sont claires. Nous n’allons pas le laisser tranquille. Certainement pas. Il ne veut pas dire « Salah » et avec lui des médias importants ? Ils vont y être contraints…

Pour le Comité national pour la libération de Salah Hamouri,
Jean-Claude Lefort, coordinateur

source

Autopsie des élections présidentielles iraniennes, ou tous les chemins mènent à Qom


elections

Ma vision des élections présidentielles iraniennes a été celle d’un agnostique. Lorsque j’ai entendu le résultat officiel des élections présidentielles iraniennes du 12 juin dernier, donnant Ahmedinejad gagnant au premier tour avec 62% des voix, j’ai été surpris.

Ma première réaction était cependant de reconnaître que je n’y connaissais rien et que rien ne pouvait être plus trompeur sur l’intention réelle de tout l’électorat que les impressions glanées à Téhéran par la presse internationale, dont on peut se dire que la plupart des envoyés ignorent le farsi – bref, le syndrome mon-chauffeur-pense-que bien connu des journalistes et diplomates à l’étranger. Après tout, si on se basait sur les opinions de New Yorkais pour tenter de savoir si Bush était plus populaire que Kerry en 2004, ce dernier aurait été donné vainqueur sans coup férir. Il n’est donc pas si rare de voir un électorat défier les préférences quasi-universelles du reste du monde et voter pour un candidat populaire à l’intérieur mais honni ou pas pris au sérieux à l’extérieur – Bush en 2004, Berlusconi et Netanyahu récemment.

la suite