Tous les prisonniers en grève de la faim depuis le 24 avril hospitalisés


vendredi 30 mai 2014
Jawad Bulous, avocat palestinien, a annoncé qu’Israël a hospitalisé des dizaines de prisonniers qui sont en train de se laisser mourir pour protester contre cette spécialité de la grand démocratie israélienne : la détention sans charges et sans procès pour une durée illimitée, appelée « détention administrative ».

Si vous avez entendu Hollande, Valls ou un autre de nos dirigeants —toujours prompts à dénoncer le manque de démocratie d’autres pays— s’élever contre cette pratique de l’occupant israélien, merci de nous le faire savoir.

Le régime israélien a proposé d’entamer des négociations avec les représentants des prisonniers, tout en refusant que des prisonniers grévistes de la faim y participent ! Ils se sont fait envoyer paître.

Vive la résistance exemplaire des prisonniers palestiniens !

Honte à nos dirigeants qui collaborent avec un Etat criminel, dont l’occupation pousse les Palestiniens à placer leur dignité et leur exigence de liberté avant leur vie.

Source : Agence Ma’an news

CAPJPO-EuroPalestine

 

Après 35 jours de grève de la faim, de nombreux prisonniers palestiniens sont en danger de mort

jeudi 29 mai 2014 – 07h:32

Middle East Eye

Le service israéliens des prisons a dit ce mercredi, avoir hospitalisé 40 détenus palestiniens qui refusent de s’alimenter depuis plus d’un mois pour protester contre les conditions de leur emprisonnement.

http://www.info-palestine.eu/spip.php?article14588

 

Du côté belge, nos dirigeants et notre presse n’ont pas été plus loquaces.

Crime au commissariat d’Al Hoceima : la police marocaine tente de falsifier l’acte de décès de la victime


28/05/2014 – 17:06

 

AL HOCEIMA (SIWEL) — Hier 27 mai, entre 3 et 6 H du matin, la police marocaine dans la localité rifaine d’Al-Hoceima a arrêté puis torturé à mort, à l’intérieur du commissariat central, Karim LACHQER, militant syndicaliste rifain de gauche. La victime a été arrêtée aux environs de 3 h du matin, à l’entrée de la ville d’Al Hoceima, avant d’être conduite au commissariat de police où il sera torturé puis assassiné. Quelques heures plus tard, le corps de la victime est conduit à l’Hôpital où la police tente de faire pression sur les médecins pour signer un certificat de décès préétabli et falsifié, attestant que la victime était morte après son arrivée à l’Hôpital. Les médecins légistes qui ont reçu le corps de la victime sans vie ont refusé de signer le l’acte de décès falsifié


La victime, Karim ACHRAQ, ancien militant de gauche, était membre du syndicat des pêcheurs d’Al-Hoceima. Il était connu dans les milieux amazighs et rifains pour son intégrité et son engagement en faveur des droits économiques et sociaux des siens.( PH/DR)

La victime, Karim ACHRAQ, ancien militant de gauche, était membre du syndicat des pêcheurs d’Al-Hoceima. Il était connu dans les milieux amazighs et rifains pour son intégrité et son engagement en faveur des droits économiques et sociaux des siens.( PH/DR)
Selon la famille de la victime, la police de contrôle marocaine a arrêté Karim LACHQER à l’entrée de la ville d’Al Hoceima avec deux de ses amis qui étaient dans une voiture pour un contrôle de circulation routière. La victime a été conduite par la police au commissariat central d’Al Hoceima aux environ de 4 H du matin et deux heures plus tard, vers 6h, la famille reçoit la mauvaise nouvelle du décès de leur fils.Alors que le corps de la victime était transférée du commissariat à l’hôpital, un des compagnons qui était avec lui et qui est un de ses amis proche, «Mustafa ABERKAN » aurait « disparu », selon la famille de la victime et selon les sources de la société civile.

Une source hospitalière de l’Hôpital provincial M.V a indiqué que la police d’Al Hoceima a tenté de faire pression sur les médecins qui ont pris en charge le corps de Karim LACHQAR pour qu’ils signent un certificat de décès préétabli, certifiant que la victime était vivante à son arrivée à l’Hôpital et que sa mort était survenue dans l’enceinte de l’hôpital. La même source a indiqué que les autorités médicales de l’hôpital ont refusé de signer le certificat de décès préétabli, ces dernières ayant reçu un corps sans vie.

C’est dans ce contexte que la police d’Al-Hoceima a rendu public un communiqué pour donner une version totalement ahurissante des faits qui a été reprise, sans complexe, par la presse du makhzen, dont Hespress.com et Goud.ma. Ainsi selon la police du makhzen, la victime a été arrêtée à un contrôle de routine à l’entrée de la ville, à bord d’un véhicule où se trouvaient 3 personnes qui étaient toutes « ivres ». N’ayant pas de papiers sur lui, et pour éviter d’être contrôlé, Karim LACHQER a ouvert la porte du véhicule et a pris la fuite. Il était tellement ivre qu’il a trébuché et qu’il est tombé en se cognant la tête sur un objet contendant. C’est n’est qu’après cela qu’il a été arrêté, puis transféré au commissariat de police où il a été identifié avant d’être transporté par ambulance à l’hôpital où la victime est décédée alors qu’il était dans le coma.

 

Réflexions autour de l’attentat du Musée juif à Bruxelles


Ce qui s’est passé samedi 24 mai au Musée juif de Bruxelles soulève le coeur. Comme je l’indiquais dans un tweet, cet acte injustifiable, révoltant, suscite un sentiment d’indignation et de dégoût.

Rien, en effet, rien ne peut excuser ce genre de méthodes d’une brutalité inouïe. Celui ou ceux qui se sont levés samedi en se disant «aujourd’hui, nous allons tuer quelques juifs» et qui sont ensuite passés à l’action ne méritent aucune circonstance atténuante. Ils ne doivent inspirer qu’opprobre et mépris. Et aussi recevoir un châtiment juste et exemplaire.

Un de nos «amis» sur Facebook lançait cette suggestion dès samedi: la meilleure façon de condamner ce crime est d’aller tous visiter le Musée juif. Celui qui s’exprimait avait un patronyme arabe. Une bonne idée. Car la condamnation doit prendre la forme de la solidarité envers les victimes, celles qui ont payé de leur vie parce que juives ou qu’elles se trouvaient dans un endroit dédié aux juifs.

La récupération politique de ce sombre événement ne laisse pourtant pas par ailleurs de surprendre sur le toupet de certains. Ainsi, quand Alain Desthexe écrit sur Facebook, en substance, «Je vous l’avais bien dit… Il ne vous reste qu’à voter pour moi», il dépasse les bornes de la décence.

En exprimant son émotion et sa condamnation, Simone Susskind, elle, avait veillé à aussi glisser qu’on n’en était pas revenu aux années 38-40, que parler d’un retour en force de l’antisémitisme lui semblait exagéré. Je crois qu’elle a raison. L’antisémitisme reste une maladie honteuse et c’est très bien ainsi. Peu osent d’ailleurs s’en revendiquer, de crainte d’être instantanément stigmatisés. Les juifs belges ne subissent du reste pas de discriminations, contrairement à d’autres parties de la population. Mais l’attentat de samedi vient rappeler qu’ils ne sont pas en sécurité, et cela inspire de lourdes inquiétudes.

Ce danger ne paraît pas provenir des nostalgiques du nazisme, même s’il en reste sans doute ici ou là. Rien n’indique en tout cas que ceux-là voulaient passer à l’acte. En revanche, oui, il existe une frange extrémiste, infiniment minoritaire, au sein des populations musulmanes, que la haine habite en raison de la situation au Proche-Orient et des souffrances du peuple palestinien. Il y a eu des «Mort aux juifs!» proférés en arabe lors de la manifestation à Bruxelles contre la sanglante offensive israélienne sur Gaza en décembre 2008-janvier 2009. Amalgame stupide, injuste, nauséabond, mais aussi donc dangereux.

En Israël, la réaction à l’attentat bruxellois du Premier ministre Binyamin Netanyahou lui a ressemblé, lui qui a incriminé «les calomnies et les mensonges contre l’Etat d’Israël» diffusés en Europe. C’est le retour à l’habituel chantage à l’antisémitisme sur lequel des livres entiers ont été écrits. La «leçon» sous-entendue: ne critiquez pas Israël, ce serait de l’antisémitisme et voilà ce qui arrive quand on n’écoute pas ce conseil, cela se termine en attentat antisémite. Il s’agit là en fait d’un autre amalgame souvent mal intentionné: celui que d’aucuns insinuent entre la critique de la politique d’Israël et l’antisémitisme. C’est gros, très gros, mais certains reprennent ce raisonnement au premier degré et je sais de quoi je parle depuis vingt-quatre ans.

Les malheurs du peuple palestinien se trouvent-ils à l’origine de l’odieux attentat du Musée juif? Si c’est bien le cas, il faut être clair: les Palestiniens ont certes droit à la justice, et ils ne l’attendent que depuis trop longtemps; mais s’en prendre aux juifs dans le monde (ou aux civils israéliens) par des attentats qui inspirent la répulsion n’assouvit que des pulsions haineuses sans aider à leur cause, bien au contraire.

BAUDOUIN LOOS

source

Alerte : la grande synagogue de Paris appelle à la guerre sainte ! samedi 24 mai 2014 par le Bureau National de l’UJFP


 

  

« Alerte : la grande synagogue de Paris appelle au Djhad. Sergent recruteur : Yossi Gal Ambassadeur d’Israël en France. Voici ce que l’on peut lire dans un communiqué officiel :

« L’Ambassade d’Israël souhaite informer la Communauté juive de l’arrivée d’un représentant de TSAHAL (l’armée israélienne) à Paris.

« La rencontre aura lieu à la Grande Synagogue de la Victoire, 44 rue de la Victoire, le 26 mai entre 18h30 et 20h00, 75009 Paris. »

Et il est précisé que des rendez-vous individuels pour engagement sont possibles.

L’alliance de la kippa et du fusil UZI est organisée au centre de Paris.

La communauté juive religieuse se retrouve ainsi envahie et prise en otage dans le plus prestigieux de ses lieux de culte.

Pendant que la plupart des médias s’inquiètent du départ éventuel en Syrie de tel ou telle, c’est au grand jour et sans commentaires que Tsahal’ recrute dans un édifice religieux.

Tsahal :

  • une armée coupable de nombreux crimes de guerre avérés.
  • une armée qui en ce moment même organise l’épuration ethnique du Néguev et de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, par la destruction des villages et l’expulsion des habitants (voir le rapport de l’Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires dans les territoires occupés palestiniens (OCHA) publié le 22 mai dernier).
  • une armée qui vient d’assassiner cette semaine deux adolescents mineurs et inoffensifs en Cisjordanie, ce qui a provoqué la demande de l’ONU d’une ouverture d’enquête, et fait scandale sur les chaînes de télévision du monde entier mais beaucoup moins en France.
  • une armée dont l’organisation DCI Palestine dénonce les arrestations de plus en plus fréquentes d’enfants et adolescents suivies de traitements violents en prison.

L’UJFP demande au gouvernement français de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour rappeler à l’ambassadeur d’Israël en France les devoirs auxquels son accréditation l’oblige, dans le respect des lois de la République et du droit international.

L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) demande au Ministre de l’Intérieur, ministre des cultes, d’interdire immédiatement cette réunion, à la grande Synagogue comme ailleurs.

Bureau National de l’UJFP, 24 mai 2014

 

Suite au message de Serge Grossvak


Bonjour Serge,

RIEN, JAMAIS RIEN n’excuse le fait raciste quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, dis-tu.

Bien sûr Serge.

Mais les complices et donc aussi responsables sont  la presse et les politiques qui laissent parler un Netanyahu à la tête d’une état qui pratique un racisme systématique et odieux.

Laisser parler ce type qui profère des mensonges avec son arrogance habituelle, c’est ça qui aujourd’hui  est aussi odieux; laisser parler ce type qui hier encore niait l’assassinat de deux jeunes Palestiniens sans rectifier la vérité, ça c’est odieux.

Benjamin Netanayhu. « On continue d’entendre des calomnies et des mensonges contre l’Etat d’Israël sur le sol européen alors même que les crimes contre l’humanité et les actes meurtriers commis dans notre région sont systématiquement ignorés », a accusé M. Netanyahu dans un communiqué. « Notre réponse à cette hypocrisie est de toujours établir la vérité et poursuivre une lutte sans répit contre le terrorisme », a ajouté le Premier ministre….

De quelles calomnies parlez-vous, Monsieur Netanyahu?
Colonisation: calomnies? Mais alors vous mentez lorsque vous dites: “pas question d’arrêter…”
Vol de l’eau: calomnies?
Les jeunes tués en pleine rue: calomnies?
Emprisonnements administratifs: calomnies?
Arrestations enfants la nuit: calomnies?
Destruction patrimoine, notamment religieux: calomnies?
Etc etc etc
De quels crimes contre l’humanité qui auraient eu lieu récemment en Israël parlez-vous, Monsieur Netanyahu?

A Bruxelles, a eu lieu hier une grande fête pour l’année de la Palestine, humaine, totalement pacifique, sans le moindre accent raciste pour la défense des droits et de la justice du peuple Palestinien.

Et pour nous, cette fusillade abjecte  est triste à en mourir.
Le ou les criminels sont porteurs de haine comme tous les complices, dont une certaine Presse .

S’il n’y avait pas toutes les entraves à l’application du Droit international (veto USA à l’ONU, lâcheté de l’Europe, lâcheté de la Presse “officielle” audiovisuelle et écrite), il y a longtemps que les Palestiniens auraient un état indépendant. Aujourd’hui, un rêve devenu impossible sur le terrain….

Merci pour ton message,
MP

Tuerie au Musée Juif de Belgique : NOUS AVONS BESOIN D’ETRE ENSEMBLE !


 

Il faudrait refuser d’ouvrir les yeux pour ne pas voir la bête immonde renaitre et prospérer partout dans le monde. Tous les racismes s’étalent. Ils s’avancent par des mots, par des rires, par des votes, par des actes, par du sang.

 

RIEN, JAMAIS RIEN n’excuse le fait raciste quel qu’il soit,d’où qu’il vienne.

 

Aujourd’hui c’est en un lieu juif que le sang a coulé par une attaque armée. La violence est barbare, elle ne peut qu’être odieusement barbare et il n’est d’autre réplique possible que l’affirmation de notre humanité commune. Nous devons montrer notre détermination à nous affirmer ensemble et solidaires.

 

Notre humanité commune se déclare de tous les engagements pour la dignité, pour le respect de tous les peuples. Cette exigence est en nous pleine de force et de détermination malgré l’avanie des tempêtes contraires. Dans un même et égal mouvement nous sommes conduits à nous indigner, à nous révolter, à clamer de toutes nos voix notre refus du sang versé sur les corps palestiniens comme sur les corps du Musée juif de Bruxelles. C’est avec un égal dégout que nous refusons les sangs versés parce-que le sang ne lave pas le sang, il l’appelle.

 

A la face de ceux qui se nourrissent de ce sang, s’en éclaboussent pour justifier leurs mépris de l’humain et des lois de l’humanité,nous avons à montrer notre combat commun de la bête immonde, notre engagement dans le combat de tous pour la justice de chacun. NOUS DEVONS ÊTRE ENSEMBLE AVEC FORCE POUR DÉFENDRE NOTRE HUMANITÉ.

 

D’autres mots que ceux là vont disposer de puissants relais médiatiques pour diviser, opposer, séparer. Il n’est pas temps de nous décourager, nous avons à nous rassembler. Nous sommes solidaires des victimes de cette tuerie en Belgique, des juifs légitimement affectés par cet acte ignoble. Notre solidarité, parce qu’elle est ancrée dans les valeurs humanistes, ne se détournera pas de notre dénonciation des tueries contre les palestiniens, des souffrances qui leur sont infligées par un pouvoir d’extrême droite.

 

Nous devons être prêts à nous manifester ensemble.

 

Serge Grossvak sur facebook

Le 24 mai 2014

 

et un communiqué de l’UPJB

Tuerie au Musée Juif de Belgique

Communiqué et appel à la mobilisation

En ce 24 mai 2014 où les 2 artistes – Marianne Berenhaut et Christian Israël – à l’affiche du Musée Juif de Belgique abordent l’histoire par le biais conceptuel ou autobiographique, dans ce même musée, un attentat tue 3 personnes et laisse une quatrième entre vie et mort. Nos pensées vont d’abord vers elles et leurs familles.

Plus que jamais, en cette veille d’élections, nous appelons à une vigilance de tous et, en particulier, du monde associatif dans toute son ampleur. L’antisémitisme n’est pas qu’histoire des Juifs : il met à l’épreuve la capacité de la démocratie à se mobiliser pour elle-même.

Nous appelons tous les démocrates de ce pays à se joindre au rassemblement dont le Centre d’Action Laïque a pris l’initiative demain dimanche 25 mai à 17h devant le Palais de Justice de Bruxelles.

Le Conseil d’Administration de l’UPJB

24 mai 2014

UPJB