L’hommage à Muntazar Zaydî


Depuis qu’il a envoyé ses chaussures à la tête du terroriste
américain Bush, en signe d’adieu de l’Irak, le journaliste Muntazar
Zaydî est devenu le héros national dans le monde arabe. Partout, des
manifestations, des rassemblements de soutien, des articles, des
hommages, dont celui-ci, en toute modestie.

Muntazar Zaydî a relevé la tête des masses arabes, qui se sont vues
toutes entières en train de lancer leurs chaussures sur la tête de ce
criminel. Certains journalistes, voulant paraître professionnels,
modernistes, occidentalisés, font la moue. Ils auraient été d’accord
si…. D’autres responsables politiques, se haussant au-dessus des
masses, essaient d’en parler avec détachement, comme s’il s’agissait
d’un acte banal, pour montrer à leurs maîtres, américains, occidentaux
en général, qu’ils ne sont pas comme ces foules excitées, qu’ils
réfléchissent, qu’ils savent analyser, à tête froide.

Moi, je l’avoue, j’ai adoré le geste, et j’ai souhaité que les
chaussures touchent ce criminel en plein front. J’ai même souhaité que
les chaussures aient plus d’effet que de simples coups. Et je suis
certaine que des milliers et des milliers d’Arabes, et d’autres, comme
Hugo Chavez, par exemple, auraient voulu la même chose. Peu nous
importe qu’il soit journaliste, que ce geste soit professionnel ou
pas, mais le geste est symbolique. Il résume la situation.

Mais nos sentiments indiquent notre frustration, aussi. Jusqu’à quand
allons-nous applaudir les héros et ne pas les imiter ? Jusqu’à quand
allons-nous faire la surenchère pour de simples gestes, mais
significatifs, sans pouvoir oser faire de même ?

L’hommage, le véritable hommage par lequel on pourrait célébrer le geste de Muntazar
Zaydî, c’est de faire la même chose, c’est d’oser frapper l’ennemi,
oser se lever devant lui, oser lui cracher à la face notre haine, oser
l’affronter. Nous en sommes capables car nous le désirons si fort,
mais jusqu’à quand allons-nous continuer à vivre, par procuration, des
gestes héroïques comme celui-là ?

Des jeux internet sont parus, pour que nous puissions nous défouler,
battre Bush avec une, deux, trois chaussures. La première idée qui
nous traverse l’esprit c’est : qui veut nous aider à nous défouler ?
Quoi de plus simple que de lancer des chaussures fictives sur une tête
fictive et faire passer notre rage ? Qui a intérêt à nous faire
ravaler notre énergie dans des jeux vidéos ???

C’est toute la question. Saurons-nous nous lever comme Muntazar Zaydî
et affronter le véritable ennemi ??? Et ne pas, ne plus nous contenter
de vivre ces moments décisifs, par procuration ??

Rim
16 décembre 2008
source: liste assawra

L’homme qui a accueilli Bush en grandes pompes à Bagdad


(Cet homme) est justement célébré par la résistance mondiale.

Mountazer al-Zaïdi, correspondant de la télé irakienne Al-Baghdadia, est en passe de devenir un héros dans le monde arabe.

Voir et revoir la vidéo, la rediffuser partout, en attendant celle de Sarko…

« L’homme qui a accueilli Bush en grandes pompes à Bagdad »

Qui est l’homme qui a lancé une, puis deux chaussures sur George W.Bush, dimanche, lors de la conférence de presse que le président des Etats-Unis donnait, en compagnie du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki?

Première réponse: un type plutôt chanceux. Il a pris le risque d’être descendu dans la seconde par les agents du Secret Service, chargés de la protection du président, mais ceux-ci, en professionnels extrêmement bien formés, ont eu le flair de ne pas tirer.

Deuxième réponse: l’homme est un journaliste, qui a fait le choix de sortir de son rôle de journaliste. Il s’appelle Mountazer al-Zaïdi, (voir sa photo ici), il est le correspondant de la télé sunnite irakienne Al-Baghdadia, basée au Caire.

Alors que le président américain pronostiquait une victoire proche, le journaliste a hurlé: « Voici un cadeau des Irakiens. C’est le baiser de l’adieu, espèce de chien! » Et lui a lancé dessus ses chaussures, l’une après l’autre, en continuant de crier:

« De la part des veuves, des orphelins, et de tous ceux qui ont été tués en Irak! »

Le président américain a esquivé les chaussures. Il a ensuite plaisanté:

« Tout ce que je peux vous dire, c’est que c’était du 43. »

Le geste, plutôt inhabituel, est d’une force symbolique extrême, d’autant plus qu’il est associé à l’insulte suprême dans le monde arabe: « chien ». Immédiatement embarqué par les agents de sécurité, Mountazer al-Zaidï est actuellement entre les mains de la police irakienne.

La chaîne irakienne pour laquelle il travaille a immédiatement réagi. Sur une vidéo postée sur son site Internet, AlBaghdadia réclame la libération de son envoyé spécial au nom de la démocratie et de la liberté d’expression promises par les Américains et le nouveau régime:
« N’importe quelle mesure prise contre lui rappellerait ce qui se passait sous la dictature de Saddam Hussein: la violence, les arrestations arbitraires et le temps des fosses communes. Nous demandons à nos confrères des autres médias de nous soutenir en réclamant sa libération. »

En Irak, Mountazer al-Zaïdi est déjà en passe de devenir un héros. Ses anciens confrères rappellent qu’il a été détenu par des miliciens chiites l’année dernière et sur le site de la chaîne irakienne, les commentaires de soutien affluent. Un internaute, Nouri Al-Abidi, le remercie de toutes ses forces:

« Que soit bénie la mère qui t’a portée, tu es un héros, tu nous a redonné de la fierté, nous sommes tous avec toi! »

Dr Nehal évoque « l’un des moments les plus heureux’ qu’il lui ait été donné de vivre. Bonheur partagé par Mahamed80:

« Très cher Mountazer, tu n’étais qu’un inconnu…mais en quelques minutes, tu as fais ce que n’importe quel autre arabe rêve de faire depuis des années sans pouvoir le faire. »

Sur le site, un grand bandeau rouge appelle à sa remise en liberté.

20081215bushchaussure

Après l’incident, Bush a rejoint par hélicoptère Camp Victory, pour remercier les troupes américaines et vanter la conduite récente de la guerre qui restera, dit-il « l’un des plus grands succès de l’histoire militaire des Etats-Unis »:

« L’Irak où nous sommes aujourd’hui est beaucoup plus libre, beaucoup plus sûr et bien meilleur que celui que nous avions trouvé il y a huit ans. »

Source

Quand des Israéliens démontent le mythe sioniste


On ne sortira pas de la fuite en avant criminelle de la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens sans une forme de rupture avec le sionisme. Depuis quelques années, une critique radicale émanant de diverses personnalités israéliennes s’attaque à cette idéologie. En effet en Israël, l’éducation, l’histoire, la loi, la propriété, la façon de penser, l’air qu’on respire, sont sionistes. Il est interdit de douter.

Et pourtant, certain-e-s s’échappent. Ils/elles sont journalistes, écrivain-e-s, cinéastes ou historien-ne-s. Ils/elles ont parfois fait de la politique dans les partis de gauche avant de rompre. Ils/elles passent une partie de leur temps à l’étranger comme 15% de la population. Ils/elles s’appellent Amira Hass, Michel Warschawski, Ilan Pappé, Nurit Peled, Gideon Levy, Avi Mograbi, Idith Zertal …

Deux livres très différents sont sortis en 2008. Ce sont « Vaincre Hitler » d’Avraham Burg et « Comment le peuple juif fut inventé » de Shlomo Sand (l’un et l’autre édités par Fayard). Deux livres très différents mais indispensables pour comprendre et donc pour combattre l’oppression.

SUITE

Désinformation


Source : lettre de diffusion de Assawra

From: Martine Monville
To: médiateur France 2 ; telematin
Sent: Wednesday, December 10, 2008 8:05 AM
Subject: information déformée

Copie d’une lettre envoyée par courrier postal ce jour à Madame Arlette Chabot.

Madame,

je suis scandalisée par la désinformation des téléspectateurs ce mercredi 10 Décembre au journal de Télématin.
Parlant des 5 pays où les droits de l’homme sont le plus baffoués, j’entends  » à Gaza tenu par le Hamas « 
Pour le téléspectateur non averti, il apparaît que c’est le Hamas qui ne respecte pas les droits humains des Gazaouis

Certes le Hamas n’est pas « tout blanc » mais votre information déformée masque le fait que 1,5 millions d’êtres humains sont privés du droit à l’alimentation, à l’electricité, de se soigner, de travailler, de suivre normalement des études de par l’unique volonté de l’état d’Israël, qui a pris prétexte de l’élection tout à fait claire du Hamas en Palestine, qui refuse d’écouter tant les injonctions de l’ONU que les multiples appels de personalités respectables comme Desmon Tutu ou des organismes humanitaires.

L’état d’Israël a interdit ces derniers jours l’accès à Gaza d’un bareau chargé d’une livraison humanitaire.
L’état d’Israël qui n’hésite pas à faire tirer sur des pêcheurs gazaouis dans leurs propres eaux territoriales accompagnés d’internationaux.
L’état d’Israël qui vient de refuser l’accès de Gaza au consul de France à Jérusalem, à 20 diplomates européens et aux journalistes les accompagnant afin que, justement, nul ne sache la situation « monstrueuse » dans laquelle il maintient une population innocente.
Enfin l’état d’Israël qui n’hésite pas à tuer des gazaouis chaque semaine dans le but ( secret de polichinelle ) de déclencher l’envoi de roquettes inoffensives mais lui permettant de continuer à étrangler des êtres humains.

Semaine du 27 novembre au 3 décembre 2008. Palestinian Centre for Human Rights (PCHR)
Au cours de la semaine du 27 novembre au 3 décembre 3 Palestiniens dont 2 mineurs ont été tués et 10 autres dont 3 internationaux pour la défense des droits de l’homme ont été blessés par les Forces d’Occupation Israéliennes (FOI) en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

La police israélienne bloque un bateau chargé d’une livraison humanitaire pour Gaza. Reuters

A l’unanimité, les 27 ministres européens disent oui à l’Apartheid !


mercredi 10 décembre 2008 – 06h:20

Ma’an News Agency


Israël et les ministres de l’Union européenne (EU) ont voté lundi pour renforcer leurs relations, en dépit de l’opposition manifestée par les défenseurs des droits de l’homme et par plusieurs états arabes.

La décision de développer ces relations a été approuvée à l’unanimité de tous les 27 ministres des affaires étrangères de l’Union Européenne lors d’une réunion à Bruxelles ce lundi 8 décembre. Le nouveau premier ministre israélien célèbrera l’évènement au siège [israélien de Bruxelles] en avril prochain, a annoncé le ministre israélien des affaires étrangères.

Après l’adoption de la proposition, Sergio Yahni, le responsable du programme du Centre Alternatif d’Information basé à Jérusalem (AIC) a qualifié le vote de lundi « d’échec du système légal international. »

Dans une entrevue par téléphone avec Ma’an, Yahni a expliqué que l’accord est « la première fois depuis la deuxième guerre mondiale que la Communauté européenne a réellement régressé dans sa défense des droits de l’homme. »

« Mais la chose la plus honteuse est que les états arabes auraient pu menacer d’arrêter les démarches en cours, auraient pu intervenir, » a noté Yahni. « Au contraire, ils n’ont rien fait. »

SUITE

Pétition pour soutenir l’appel du président de l’assemblée générale de l’ONU Miguel d’Escoto Brockmann pour le boycott, désinves


05 décembre 2008


Au cours de la 57e réunion sur la question de la Palestine le président de l’assemblée générale Miguel d’Escoto Brockmann a brisé un tabou diplomatique en décrivant la politique d’Israël dans les territoires palestiniens occupés comme étant semblable à celle du défunt régime de l’apartheid en Afrique du Sud.

Brockmann a pressé aussi les Nations Unies d’utiliser le terme « apartheid » sans crainte et recommandé que les Nations Unies devraient considérer l’attitude d’une nouvelle génération de la société civile qui appelle à une campagne non-violente de boycott, de désinvestissement et de sanctions afin de faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à ses violations.

On ne sera pas surpris que Brockmann ait été désigné comme antisémite par les apologistes d’Israël.

Nous sommes épouvantés de l’usage récurrent des accusations sans fondement d’antisémitisme qui vise à faire taire la compassion pour le peuple palestinien et son humanité. L’utilisation de telles accusations pour défendre la violence massive contre des civils offense toutes les consciences. La fausse invocation de la calomnie d’antisémitisme fait passer Israël et son grand avantage politique et militaire, pour une victime, en* *profanant l’histoire des Juifs et en banalisant les expériences réelles et les* *conséquences* *de l’antisémitisme.

Comparer la politique d’Israël à l’apartheid n’est pas de l’antisémitisme. C’est du bon sens. La politique d’Israël a été largement décrite en ces termes par, parmi d’autres, Desmond Tutu, Nelson Mandela, Jimmy Carter, ,Jamal Zahalka, Azmi Bichara, Gideon Levy, John Dugard, Omar Barghouti, Danny Rubinstein, Amira Haas, Shulamit Aloni, Meron Benvenisti et Ami Ayalon.

Appeler au boycott, au désinvestissement et aux sanctions contre Israël n’est pas de l’antisémitisme. C’est reconnaître que seule une telle campagne peut établir les bases d’une paix durable fondée sur la justice et la réconciliation. Les termes de Nelson Mandela :

Les réponses faites par l’Afrique du Sud aux abus contre les droits de l’homme émanant respectivement de la politique de déplacement et de la politique de l’apartheid jette de la lumière sur la voie que la société israélienne doit emprunter avant que l’on puisse parler d’une paix juste et durable au Moyen Orient

Comme Israël continue d’ignorer l’outrage grandissant du blocus de Gaza et comme Israël romps continuellement les cessez le feu , bloque l’aide humanitaire et empêche les journalistes de couvrir l’impact catastrophique de ses actions, nous soussignés exprimons notre soutien au président Brockmann et pressons les Nations Unies et tous les états membres d’adopter sa recommandation sans délai.

Nous vous invitons à signer la pétition en ligne : http://www.ipetitions.com/petition/IJAN_Brockmann_BDS/

Si vous souhaitez envoyer un courriel de soutien a M le Président de l’Assemblée Générale de l’ONU : clarks@un.org <mailto:clarks@un.org>

IJAN, International Jewish AntiZionist Network
01/12/08
traduit de l’anglais

Source