VIEILLIR selon Bernard Pivot


Extrait de son livre paru en avril 2011 : Les mots de ma vie

Vieillir, c’est chiant. J’aurais pu dire : vieillir, c’est désolant, c’est insupportable, c’est douloureux, c’est horrible, c’est déprimant, c’est mortel. Mais j’ai préféré « chiant » parce
que c’est un adjectif vigoureux qui ne fait pas triste.
Vieillir, c’est chiant parce qu’on ne sait pas quand ça a commencé et l’on sait encore moins quand ça finira.
Non, ce n’est pas vrai qu’on vieillit dès notre naissance.
On a été longtemps si frais, si jeune, si appétissant.
On était bien dans sa peau.
On se sentait conquérant. Invulnérable.
La vie devant soi.
Même à cinquante ans, c’était encore très bien. Même à soixante.
Si, si, je vous assure, j’étais encore plein de muscles, de projets, de désirs, de flamme.
Je le suis toujours, mais voilà, entre-temps – mais quand – j’ai vu le regard des jeunes, des hommes et des femmes dans la force de l’âge qu’ils ne me considéraient plus comme un des leurs, même apparenté, même à la marge.
J’ai lu dans leurs yeux qu’ils n’auraient plus jamais d’indulgence à mon égard.
Qu’ils seraient polis, déférents, louangeurs, mais impitoyables.
Sans m’en rendre compte, j’étais entré dans l’apartheid de l’âge.
Le plus terrible est venu des dédicaces des écrivains, surtout des débutants.
« Avec respect », « En hommage respectueux », Avec mes sentiments très respectueux ».
Les salauds!
Ils croyaient probablement me faire plaisir en décapuchonnant leur stylo plein de respect? Les cons! Et du « cher Monsieur Pivot » long et solennel comme une citation à l’ordre des Arts et  Lettres qui vous fiche dix ans de plus!
Un jour, dans le métro, c’était la première fois, une jeune fille s’est levée pour me donner sa place. J’ai failli la gifler.
Puis la priant de se rasseoir, je lui ai demandé si je faisais vraiment vieux, si je lui étais apparu fatigué.
« Non, non, pas du tout, a-t- elle répondu, embarrassée.
J’ai pensé que… » Moi aussitôt : «Vous pensiez que…?
– Je pensais, je ne sais pas, je ne sais plus, que ça vous ferait plaisir de vous asseoir.
– Parce que j’ai les cheveux blancs?
– Non, ce n’est pas ça, je vous ai vu debout et comme vous êtes plus âgé que moi, ça été un réflexe, je me suis levée…                                                                                                                                                                          – Je parais beaucoup beaucoup plus âgé que vous?
– Non, oui, enfin un peu, mais ce n’est pas une question d’âge…
– Une question de quoi, alors?
– Je ne sais pas, une question de politesse, enfin je crois…»
– J’ai arrêté de la taquiner, je l’ai remerciée de son geste généreux et l’ai accompagnée à la station où elle descendait pour lui offrir un verre.
Lutter contre le vieillissement c’est, dans la mesure du possible, ne renoncer à rien.
Ni au travail, ni aux voyages, ni aux spectacles, ni aux livres, ni à la gourmandise, ni à l’amour, ni à la sexualité, ni au rêve.
Rêver, c’est se souvenir tant qu’à faire, des heures exquises.
C’est penser aux jolis rendez-vous qui nous attendent.
C’est laisser son esprit vagabonder entre le désir et l’utopie.
La musique est un puissant excitant du rêve. La musique est une drogue douce.
J’aimerais mourir, rêveur, dans un fauteuil en écoutant soit l’adagio du Concerto no 23 en la majeur de Mozart, soit, du même, l’andante de son Concerto no 21 en ut majeur, musiques au bout desquelles se révéleront à mes yeux pas même étonnés les paysages sublimes de l’au-delà.
Mais Mozart et moi ne sommes pas pressés.
Nous allons prendre notre temps.
Avec l’âge le temps passe, soit trop vite, soit trop lentement.
Nous ignorons à combien se monte encore notre capital.
En années? En mois? En jours?
Non, il ne faut pas considérer le temps qui nous reste comme un capital.
Mais comme un usufruit dont, tant que nous en sommes capables, il faut jouir sans
modération.
Après nous, le déluge? Non, Mozart.

Des journalistes créent une « coordination » au sein de la TV syrienne


28 septembre 2012

 

Le site All4Syria rapporte, le 26 septembre, que, « dans une initiative sans précédent,des Syriens travaillant au sein de la télévision d’état viennent de créer une coordination sur Facebook, sous le nom de « Coordination de la TV syrienne ». Ils lui ont donné pour slogan « Ensemble pour nous réapproprier et pour libérer l’information nationale ».

Logo de la Coordination de la TV syrienne

Ouverte le 20 septembre, la page se présente ainsi : « Employés de l’Office de la Radio et de la Télévision Arabe Syrienne (ORTAS) et partisans de la liberté, nous voulons œuvrer à travers cette page à dévoiler en continu les crimes médiatiques du régime et à servir sur ce site la glorieuse révolution en cours. Nous y publierons les informations importantes et graves qui nous parviennent chaque jour. Nous contribuerons ainsi à creuser la tombe de ce régime criminel. Beaucoup de fonctionnaires respectables souffrent en silence de ne pouvoir diffuser les nouvelles qu’ils détiennent. Il est de notre devoir de mettre leur rôle en lumière ».

Dans ses premiers postes, la page offre une description précise de ce qui se déroule dans les coulisses de la télévision et de l’ambiance de travail qui y règne. Elle affirme que « des éléments de la sécurité sont présents en permanence dans la totalité des salles et des studios, au sein du bâtiment de la radio et de la télévision, y compris durant les diffusions en direct. On en dénombre au minimum 200 dispersés parmi les fonctionnaires. Ils sont périodiquement relevés. On leur a affecté des salles, et les plus importants d’entre eux disposent de toilettes particulières. Ils ne sont pas autorisés à quitter les lieux pour rentrer chez eux. Les employés de l’ORTAS peuvent voir les moukhabarat étaler leur lessive au sein du bâtiment, comme ils le feraient dans une caserne normale. D’autres éléments, chargés de la protection des lieux, sont positionnés à l’extérieur et aux portes d’entrée destinées aux piétons, aux voitures et aux visiteurs ».

Siège de l’ORTAS

Mardi 23 septembre, elle rappelait que « les arrestations ont commencé dans l’ORTAS avec l’ingénieur Saïd Derki, qui avait filmé et diffusé des vidéos montrant le chef de l’Etat sur l’estrade de la place des Omeyyades, face au bâtiment de la TV. Ils démontraient que, contrairement à ce que le la télévision officielle avait diffusé, les lieux étaient quasiment vides, la foule n’étant pas au rendez-vous ». A moins que, comme précédemment suggéré sur ce blog, les services de sécurité aient préféré alors ne pas regrouper trop de menhebbakjieh, les adorateurs de Bachar, parmi lesquels pouvaient se faufiler des perturbateurs, des provocateurs ou des terroristes échappant à leur contrôle.

Le même jour, elle dressait une première liste des collègues arrêtés par lesmoukhabarat : Saïd Derki, Hassan Mahara, Mohammed Chihab, Haytham Asfari, Mohammed Qaddah, Marwan Qadiri, Hicham Mousallali, Ayham Abdel-Razeq, Ahmed Bakdach, Basem Kilani et Mohammed Idelbi… Certains d’entre eux avaient été détenus 2 mois, d’autres 3. Ils avaient été accusés d’avoir insulté le président, d’avoir aidé l’Armée Syrienne Libre, d’avoir utilisé Internet, d’avoir fourni des secours aux réfugiés, d’avoir participé à des manifestations de protestation – des mouzâharât, strictement prohibées en Syrie, alors que les masîrât, marches de soutien au pouvoir, sont chaudement encouragées, autrement dit obligatoires pour les élèves, les étudiants, les travailleurs et les fonctionnaires de l’Etat… – et d’avoir insulté des agents des forces de sécurité ».

Une vue de la place des Omeyyades prise par Saïd Derki

La nouvelle coordination a couvert, mercredi 26 septembre, l’explosion qui a visé le siège de l’Etat-major, postant les informations suivantes :
1 / Mercredi 26.09.2012 au matin, au moment où s’est produit l’attentat contre le bâtiment de l’Etat-major, proche de la place des Omeyyades, des éléments de la sécurité qui assuraient la garde de l’ORTAS ont tiré au hasard des coups de feu.
2 / Mercredi 26.09.2012 au matin, en raison de cet attentat, l’entrée et la sortie du bâtiment de l’ORTAS, qui donne sur la place des Omeyyades, ont été interdits.
3 / Mercredi 26.09.2012 au matin, dès l’explosion intervenue à l’Etat-major, proche de la place des Omeyyades, les programmes ont été arrêtés et remplacés par la diffusion de documentaires et de films d’archives sur la 1ère chaîne et sur le canal satellitaire, pour préparer la diffusion en directe des images de l’attentat et des analyses. Elles avaient été précédées par les chaînes Al Manar (du Hizbollah libanais) et Al Akhbariya.

Un journaliste de TV Orient a reçu un message sollicitant son aide à la diffusion de la page de la coordination. Ce message se lit ainsi :
« Cher collègue…
Nous sollicitons ton aide à la diffusion de la page que nous venons de créer sous le nom de « Coordination de la TV syrienne », à l’adressehttps://www.facebook.com/tvsyria. Nous travaillons toujours à l’ORTAS et nous craignons d’être découverts si nous la postons sur nos comptes personnels. Nous espérons que tu pourras nous aider à dévoiler les pratiques tordues dont nous sommes victimes. Nous apprécierons aussi toute critique de la situation des médias syriens sous le règne du régime en place. Nous sommes preneurs de toute orientation destinées aux journalistes qui pourraient contribuer à soutenir la révolution ».

Logo de l’Association des Journalistes syriens

Il n’est pas inutile de rappeler que des journalistes appartenant à tous les médias ont créé, il y a quelques mois, une « Association des Journalistes syriens », une nouveauté absolue en Syrie. Elle était destinée à exprimer leur refus des contraintes imposées par le syndicat unique des gens de presse, placée sous le contrôle théorique du parti Baath mais sous la surveillance effective des moukhabarat, et à organiser leur travail d’information dans des conditions répondant davantage à leur éthique professionnelle.

Cette tentative d’organisation des rangs de la profession fait partie de toute une série d’initiatives prises, en Syrie, depuis le début de la révolution, en vue de permettre aux membres de différentes professions – médecins, ingénieurs, professeurs, avocats… – d’organiser leur travail de manière indépendante du gouvernement.

source 

Al-Jazira, trop critique face au régime Assad ?


ANALYSE

BAUDOUIN LOOS

Al-Jazira a-t-elle perdu sa crédibilité en raison de sa couverture des événements en Syrie ? C’est la thèse d’un influent commentateur des Emirats arabes unis, Sultan al-Qassemi, qu’il a étayée dans un article écrit pour Foreignpolicy.com et traduit par le site Slate.fr.

Al-Qassemi s’en prend aussi à la télévision saoudienne Al-Arabiya, mais ses flèches les plus acérées sont tirées vers la plus importante chaîne arabe d’information continue, la Qatarie Al-Jazira. Laquelle, on le sait, s’est octroyé depuis sa création en 1996 la place de leader sur le marché arabe, revendiquant quelque 50 millions de téléspectateurs quotidiens.

Sa thèse ? Ces chaînes, pour contrer la propagande du régime de Damas « ont abaissé leurs niveaux journalistiques au risque, comme leur adversaire, de travestir la vérité ». L’auteur reproche à ces télévisions de recourir de manière intensive aux témoignages et vidéos anonymes, de minimiser les défauts des rebelles (voire d’occulter la présence de vrais groupes terroristes), de favoriser les analyses favorables aux Frères musulmans et enfin de n’être en fait que le reflet des positions politiques de leurs bailleurs de fonds qatari et saoudien.

Al-Jazira, en conclut l’observateur, « a le plus perdu dans cette histoire : cette chaîne qui avait été suivie par des dizaines de millions de téléspectateurs arabes l’an dernier, en plein apogée du printemps arabe, n’est plus désormais que l’ombre d’elle-même ».

Pourquoi nier l’évidence ? Une guerre médiatique se déroule à côté des violences féroces sur le terrain. La neutralité – guère aisée – n’est d’ailleurs pas revendiquée par ces chaînes. Ainsi, pour le chercheur belge de l’Université d’Edimbourg Thomas Pierret, « il n’est pas interdit de critiquer Al-Jazira mais il est malhonnête d’affirmer que c’est sur la Syrie qu’elle a opéré un tournant propagandiste ; la chaîne n’a jamais été un modèle d’objectivité, il se fait simplement que sa ligne éditoriale “anti-impérialiste” était agréable à une certaine gauche » jusqu’aux révoltes arabes.

La journaliste française Claire-Gabrielle Talon, qui a écrit un livre sur la chaîne qatarie aux PUF en 2011, confirme : « La couverture d’Al-Jazira est engagée en faveur des rebelles syriens, comme elle l’a été pour les révolutionnaires tunisiens, égyptiens et libyens. Rien de nouveau donc, si ce n’est que la Syrie est un ancien allié du Qatar. C’est le retournement des alliances du Qatar qui pose question, plus que la couverture d’Al-Jazira ».

Cet engagement en faveur des révolutions est souvent salué. « Savoir pour qui roule Al-Jazira est le dernier de mes soucis, confie par exemple Mohamed Bouriga, un Tunisien trentenaire originaire de Sousse, à mon avis cette chaîne fait un travail remarquable, et sans ce travail les peuple tunisien, libyen, égyptien, yéménite et syrien auraient été exterminés à huis clos par des dictateurs sans foi ni loi. »

Sa compatriote Hamida Beji, « amie » de Liège sur Facebook, fait en revanche partie de ceux qui retiennent surtout le tropisme islamiste allégué de la chaîne qatarie. Elle approuve Al-Qassemi : « En Tunisie, les journalistes d’Al-Jazira ont été malmenés. Le peuple déteste le Qatar et l’Arabie Saoudite… Donc ces chaînes-là, on ne les regarde plus ».

Ridha Mohamed Khaled, intellectuel tunisien de Belgique va dans le même sens. « Al-Jazira a perdu de son aura du fait de son alignement sur la politique de l’émirat et des intérêts de la confrérie des Frères musulmans… Sa couverture des événements est partiale et peu professionnelle – toujours les mêmes canaux : témoin oculaire (par téléphone), séquences tirées d’internet, statistiques fournies par le seul Observatoire syrien des droits de l’homme, invités idéologiquement marqués, islamistes en général »…

Un journaliste de la chaîne qatari affecté en Afrique confirme de manière anonyme certains soupçons : « Ce qui est certain, c’est la volonté de quelques monarchies du Golfe à aider les islamistes à prendre le pouvoir coûte que coûte dans les pays arabes. Les supports médiatiques ne sont que l’artillerie lourde permettant d’atteindre ce but stratégique ».

Difficile de conclure, donc. Sauf à reprendre la réaction d’une Syrienne de Belgique, Fawzia Harakat, pour qui l’article de Sultan al-Qassemi est largement à côté de la cible. Notamment parce que « les révoltes arabes ont changé le journalisme. Entre autres, parce que les médias sociaux jouent un rôle sans précédent dans la désobéissance civile et dans l’information au point que cela secoue profondément la communication moderne… même si le public doit rester vigilant à propos des informations venues du “web” comme des médias lourds internationaux ».

On laissera le dernier mot à un Damascène contacté par mail, et qui ne s’embarrasse pas de considérations savantes. « Les chaînes visées par Al-Qassemi, je les regarde tous les jours. Elles montrent une partie de ce qui se passe sur le terrain. Elles ne sont pas sectaires ni porte-parole des Frères musulmans. On en a marre de ce genre d’article qui permet de maintenir la vérité dans les ténèbres. Nous avons une cause à défendre plutôt que de parler de ces absurdités. » Un avis pas neutre, en effet, écho exaspéré d’un conflit amer.

source LeSoir