Israël, où est votre indignation face à la légalisation de l’apartheid ?


Gideon Levy's picture
26 juillet 2018

Des dizaines de milliers de personnes sont venues protester contre la loi sur les mères porteuses. Les Palestiniens et les autres devront attendre leur tour

Environ 80 000 personnes, pour la plupart des jeunes, se sont rassemblées samedi soir sur la place Rabin. La plus grande place de Tel Aviv n’avait pas connu un tel rassemblement depuis longtemps ; certainement rien qui se voulait être une manifestation de contestation.

Le rassemblement a couronné une journée de manifestations au cours de laquelle des milliers de personnes ont défilé dans les rues. Les principales voies de communication ont été brièvement bloquées, et beaucoup de gens se sont mis en grève – la plupart avec la bénédiction de leurs employeurs, y compris certaines des plus grandes compagnies du pays. Après des années sans contestation publique généralisée d’une telle ampleur sur un quelconque sujet, la société israélienne a montré des signes de réveil de son profond sommeil.

Les plus de 160 Palestiniens non armés tués le long de la barrière de Gaza ; le siège cruel de la bande de Gaza ; la discrimination croissante contre les Arabes en Israël ; les défis auxquels sont confrontés les Israéliens handicapés, les demandeurs d’asile africains et les employés des usines israéliennes fermées – aucun de ces sujets n’a su susciter ne serait-ce qu’une fraction de la contestation qui a balayé Israël ce week-end. Loin de là.

Progrès pour la communauté LGBT

Alors qui a réussi à sortir Israël de sa léthargie d’indifférence ? La communauté LGBT. Les Israéliens sont descendus dans la rue, pour la première fois depuis des années, suite à l’exclusion des couples homosexuels (ou des hommes célibataires) de la loi sur la gestation pour autrui adoptée par la Knesset. Cela a provoqué un tollé qui perdure.

La communauté LGBT israélienne a parcouru un long chemin ces dernières années, devenant l’un des groupes les plus branchés, tendances et émancipés. Ses progrès sont le résultat d’un effort prolongé et ses réalisations sont une source de fierté.

Mais il reste encore beaucoup à faire. Les gays, les lesbiennes et les personnes transgenres en Israël font toujours l’objet de discrimination et sont loin de jouir d’une pleine égalité. Ils ne peuvent pas se marier dans leur propre pays et sont encore moqués dans certains cercles de la société. Toutefois, la distance qu’ils ont parcourue pour atteindre leur position actuelle de pouvoir, pour faire partie du consensus israélien, est impressionnante.

Il y a quelque chose de suspect dans cette ruée des entreprises vers la solidarité. Que cherchaient-elles exactement avec cette contestation ? La justice ? L’égalité ? C’est une blague

Des dizaines de grandes sociétés ont donc permis à leurs employés de faire grève dimanche. Elles ont soutenu cette marche par le biais de campagnes de relations publiques réalisées par des professionnels grassement rémunérés. Elles n’en ont pas fait de même pour les handicapés ou pour les demandeurs d’asile et certainement pas pour les Palestiniens sous occupation. Elles savaient que suivre la communauté LGBT était sûr ; l’égalité des droits pour les Israéliens LGBT fait maintenant partie du consensus. Le soutien à la communauté LGBT en Israël est le meilleur moyen d’apaiser sa conscience.

Il y a quelque chose de suspect dans cette ruée des entreprises vers la solidarité. Que cherchaient-elles exactement avec cette contestation ? La justice ? L’égalité ? C’est une blague. Vont-elles maintenant permettre à leurs employés de manifester et de faire grève pour d’autres causes, vont-elles permettre à chaque employé de suivre son cœur ? Encore plus drôle.

Ce sont néanmoins des questions insignifiantes. La communauté LGBT a réussi à engager le secteur économique dans sa lutte ; bravo pour la puissance de sa campagne.

La zone de confort d’Israël

Ce qui reste très important aujourd’hui, c’est l’ordre des priorités pour la société israélienne, sa boussole sociale et morale, sa conscience collective. Israël s’est mis en grève pour une question qui, objectivement, ne figure pas parmi les causes de contestation les plus pressantes – la gestation pour autrui – pour un groupe qui ne figure pas en tête de la liste des marginalisés, opprimés et discriminés dans le pays : la communauté LGBT.

La vérité est qu’aujourd’hui, il existe peu d’autres groupes aussi puissants et ayant d’aussi bonnes relations que la communauté LGBT. Le succès relatif de ce groupe n’indique rien sur son devoir de continuer la lutte pour ses droits, ni sur la justice de son chemin.

Cependant, la grève révèle tout ce qu’il y a à savoir sur la société israélienne, qui a choisi une fois de plus de fuir vers sa zone de confort, où aucun prix n’est à payer pour la contestation, toujours dans le domaine du permis et de l’accepté – où il s’agit seulement d’Israël se sentant bien, améliorant son image, et, surtout, nettoyant les couches de crasse qui souillent sa conscience en raison de ses autres crimes et maladies.

La loi sur la gestation pour autrui a attiré environ 80 000 manifestants à Tel Aviv le 22 juillet 2018 (AFP)

Israël aurait dû faire grève, avec le soutien des principales sociétés du pays, contre la loi sur l’État-nation qui a été approuvée la semaine dernière à la Knesset. Ils auraient dû faire grève en signe de solidarité avec les résidents arabes de ce pays après que la Knesset leur a craché au visage tout en leur remettant un avis législatif officiel : vous êtes des citoyens de seconde zone ici.

Quelle guérison profonde, quelle infusion d’espoir aurait été produite par une grève de cette envergure, par solidarité avec Sakhnin et Nazareth, Umm el-Fahm et Taibeh, et en signe de solidarité avec tous les citoyens arabes d’Israël pour qui la loi sur l’État-nation était un coup bas.

Quelle atmosphère de camaraderie aurait pu s’ensuivre ; quel fruit précieux récolté pour toute la société aurait pu donner une démonstration de solidarité dans ce sens. Toutefois, cela exigerait une dose de courage et une boussole morale claire – deux choses qui manquent parmi les entreprises leaders du pays comme dans la société israélienne dans son ensemble.

Endoctrinés et haineux

Personne ne s’attend plus à ce qu’Israël organise des manifestations de masse contre l’occupation, le siège ou les colonies dans les territoires : presque tout le monde en Israël est trop endoctriné, haineux et anxieux pour le faire.

Peut-être pensaient-ils que s’ils se joignaient à cette lutte relativement plus marginale, leur conscience les troublerait moins à l’avenir. Ou peut-être qu’ils espéraient nettoyer la tache de leurs crimes vraiment importants. Mais c’est une illusion, bien sûr

Cependant, la loi sur l’État-nation, adoptée quelques heures après la loi sur la GPA, est de loin la plus cruciale, fatidique, outrageante et discriminatoire, celle qui exclue le plus. Elle ne prévoit pas de fardeau sur le droit de devenir parents. Elle légifère un fardeau sur l’appartenance à votre propre pays. C’est, pour certains Israéliens, un repère qui marque leur fin de l’appartenance ici. Il signale à tous les Israéliens qu’à partir de maintenant, ils vivent dans un État d’apartheid – non seulement en pratique, mais aussi d’un point de vue législatif.

La direction de cette tendance est également différente. La communauté LGBT est sur la voie du succès. Une autre manifestation, une autre élection et la gestation pour autrui – ce problématique chemin vers la parentalité parfois considéré avec plus de révulsion que la prostitution – sera également approuvée pour les hommes.

À LIRE ► Vous ne nous empêcherez pas de dénoncer le pinkwashing d’Israël

La législation contre les Arabes nous pousse exactement dans la direction opposée. La loi sur l’État-nation est seulement un avant-goût de ce qui va arriver. Il y a une pente glissante évidente droit devant, et rien pour arrêter la chute. Une contestation de masse aurait pu signaler un changement et stopper l’avalanche.

La loi sur l’État-nation intéressait toutefois relativement peu d’Israéliens, et en a fait descendre encore moins dans les rues, bien qu’elle ait dû toucher la conscience de tout Israélien – juif ou arabe – qui se soucie du genre de pays où il vit, du genre de régime sous lequel il vit.

La loi sur l’État-nation a tracé la voie qu’Israël emprunte, définissant par des mots, en droit, ce qu’on savait déjà : Israël est un État d’apartheid, pas seulement dans les territoires occupés, mais dans tout le pays entre le Jourdain et la Méditerranée.

Contestation d’évasion

Ce fait n’a pas indigné la plupart des Israéliens, ni ses chefs d’entreprise ni ses citoyens. Au fond de leur cœur, peut-être, ils savent à quoi tend leur pays, mais n’ont pas le courage de résister au troupeau galopant qui soutient ce gouvernement d’extrême droite.

C’est peut-être pour cette raison que ces entreprises ont si bruyamment soutenu le droit des gays à la gestation pour autrui. Peut-être pensaient-ils que s’ils se joignaient à cette lutte relativement plus marginale, leur conscience les troublerait moins à l’avenir. Ou peut-être qu’ils espéraient nettoyer la tache de leurs crimes vraiment importants. Mais c’est une illusion, bien sûr.

L’incroyable fuite, le déni et la répression d’Israël sont visibles partout : dans l’apathie à propos de l’occupation, dans l’ignorance, dans les mensonges que les gens se racontent, et dans l’indifférence face à ce qui se passe

L’incroyable fuite, le déni et la répression d’Israël sont visibles partout : dans l’apathie à propos de l’occupation, dans l’ignorance, dans les mensonges que les gens se racontent, et dans l’indifférence face à ce qui se passe – et désormais dans les mouvements contestataires.

C’est un phénomène nouveau et fascinant : la contestation pour fuir la réalité. C’est ce qui s’est passé cette semaine en Israël. Imaginez ce que nous aurions pensé si les blancs en Afrique du Sud, à l’époque de l’apartheid, étaient descendus dans la rue pour défendre le droit des hommes à devenir parents grâce à la gestation pour autrui, tandis que la population noire continuait à vivre sous un régime malfaisant. C’est exactement ce qui s’est passé en Israël cette semaine.

Le vrai opprimé peut attendre. Israël participe à la marche des fiertés.

 

– Gideon Levy est un chroniqueur et membre du comité de rédaction du journal Haaretz. Il a rejoint Haaretz en 1982 et a passé quatre ans comme vice-rédacteur en chef du journal. Lauréat du prix Olof Palme pour les droits de l’homme en 2015, il a obtenu le prix Euro-Med Journalist en 2008, le prix Leipzig Freedom en 2001, le prix Israeli Journalists’ Union en 1997 et le prix de l’Association of Human Rights in Israel en 1996. Son nouveau livre, The Punishment of Gaza, a été publié par Verso en 2010. 

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : des pro-LGBT participent à une manifestation à Tel Aviv, le 22 juillet 2018 (AFP).

Traduit de l’anglais (original).

Publicités

Syrie. Témoignage du général Ahmed Tlass sur le système et la répression (1/4)


Né en 1961, originaire de la petit ville de Rastan, entre Homs et Hama, le général Ahmed Tlass est diplômé de l’Académie de Police et docteur en Sciences politiques. Après plus de 20 ans à la direction de la Section financière de la Police du gouvernorat de Hama, il a été nommé, en 2008, directeur du Bureau des contrats au Ministère de l’Intérieur, à Damas. Il occupait encore ce poste lorsqu’il a décidé, le 27 juillet 2012, de prendre ses distances avec un pouvoir dont il ne parvenait plus à accepter les agissements. Il est aujourd’hui réfugié à Amman, en Jordanie, où ses confidences ont été recueillies par François Burgat, chercheur CNRS à l’Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman et porteur du programme WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World) soutenu par le Conseil Européen de la Recherche (ERC).

Le général Ahmed Tlass

===

Émanant d’un officier supérieur de la Police en fonction au début des événements en Syrie, le témoignage du général Ahmed Tlass revêt une importance particulière. Il montre en effet comment, dès le début du soulèvement populaire, les membres d’une cellule placée sous l’autorité du chef de l’Etat en personne ont délibérément cherché à provoquer l’escalade de la violence. Situés hors hiérarchie, ils ont ordonné de tirer pour tuer. Ils ont organisé des attentats spectaculaires pour prévenir le ralliement des minorités et des hésitants à la contestation. Ils ont manipulé l’information pour dissuader les puissances extérieures de soutenir les révolutionnaires.

Ses propos confirment donc ce qui est devenu une évidence depuis le discours « historique » prononcé le 30 mars 2011 devant une Assemblée du Peuple hystérique : Bachar al-Assad est un menteur et un criminel. Des tirs à balles réelles sur les manifestants aux bombardements aveugles des agglomérations, en passant par les massacres de villageois en bordure du « pays alaouite » et l’assassinat sous la torture ou par la faim de milliers de détenus, la stratégie de mort appliquée en Syrie est la sienne. Les Syriens l’ont bien compris, qui réclament son renversement et sa mise en jugement devant un tribunal syrien ou une Cour pénale internationale.

===

Je suis le général Ahmed Tlass. Je suis originaire de Rastan, une petite ville sur les rives de l’Oronte, où j’ai longtemps habité et où j’ai vu les manifestations commencer. J’ai également assisté à Hama à la montée de la contestation. J’ai dirigé, au Ministère de l’Intérieur, le Bureau des Contrats. Avant de faire défection, je me suis évidemment tenu informé du déroulement des événements dans les différentes villes au jour le jour, et en particulier à Homs, proche de ma ville natale.

A mon poste, au Ministère de l’Intérieur, j’avais plus d’une vingtaine d’hommes sous mes ordres. Par ce bureau passaient la totalité des contrats concernant les différents ministères. J’avais donc directement affaire à plus de la moitié des membres du gouvernement. J’étudiais les contrats, je les signais et j’en suivais la réalisation. J’ai travaillé principalement avec les Russes, les Iraniens et les Coréens. J’ai eu des interlocuteurs dans des sociétés françaises et allemandes mais sans que les choses aboutissent. Je ne m’étendrai pas ici, parce que ce n’en est pas le lieu, sur les innombrables formes de sollicitations et de tentatives de corruption auxquels mes hommes et moi-même étions confrontés. Elles provenaient de personnalités à l’intérieur comme à l’extérieur de Syrie, parfois travaillant au Palais présidentiel, et elles pouvaient prendre des formes diverses : de l’argent, des téléphones mobiles, et même des voitures…

Je m’exprimerai ici en tant que citoyen. J’ai vécu les événements dont je vais parler, à la fois avec ma perception de simple Syrien et ma conscience d’officier. J’indiquerai ce j’ai vu, pour avoir observé dans le cadre de mes fonctions les faits que je vais maintenant mentionner.

Ce qu’on désigne comme « l’explosion du 15 mars 2011 », avait en réalité débuté en Syrie plusieurs années auparavant. Au cours des mois précédant la révolution, des écrits – des tracts et des graffitis – avaient fait leur apparition, distribués ou tracés sur les murs, un peu partout dans Damas et jusque sur l’enceinte du ministère de l’Intérieur. Il n’y était pas question de renverser le régime. Ils demandaient seulement du pouvoir la mise en œuvre de véritables réformes et ils réclamaient les droits et les libertés dont les gens s’estimaient privés. Il y avait chez nous, depuis longtemps, des jeunes et des étudiants, entre 18 et 30 ans, qui souffraient du chômage. Ils étaient de ce fait dans l’impossibilité de fonder un foyer. Il y avait aussi chez nous, depuis longtemps, une grande quantité de détenus. Il ne s’agissait pas de criminels mais d’opposants. Leurs proches ne comprenaient pas pourquoi ils avaient été arrêtés et ils en réclamaient la libération.

Certains membres des Services de renseignements pensaient qu’il fallait laisser ces demandes s’exprimer de manière à faire baisser les tensions. Ils n’étaient pas toujours étrangers d’ailleurs à cette multiplication de tracts et d’affiches… D’autres estimaient qu’il fallait au contraire mettre un terme au plus vite à un mouvement susceptible de s’étendre et de se radicaliser. De fait, des jeunes ont été arrêtés. Pas des individus pris en flagrant délit, mais des activistes dénoncés par des informateurs. Il en a été de même dans les autres villes.

Au milieu du mois de décembre 2010, les écrits de ce genre se sont multipliés. A Damas, mais aussi à Homs et dans le reste du pays, des tracts listant les revendications ont été apposés sur les murs des écoles, des magasins, des mosquées… Des manifestations spontanées se sont déroulées en plusieurs endroits.

Au début de 2011, des gens se sont rassemblés sur la Place Merjeh, près du Ministère de l’Intérieur, pour réclamer leurs détenus. Des officiers sont sortis pour leur parler et les entendre. Je n’étais pas avec eux. Mais, à ce qu’on m’a dit, ils ont parlé correctement avec les manifestants, auxquels ils ont poliment demandé de se disperser. Les officiers leur ont fait des promesses… qui n’ont pas été tenues, mais qui, durant un moment, ont apaisé leur rancœur. La manifestation s’est donc dispersée dans le calme au terme de la discussion.

Le 17 février, suite à l’arrestation musclée d’un jeune homme dans le quartier de Hariqa, les commerçants et leurs clients se sont attroupés à l’entrée des souks. Ils ont profité de l’occasion pour crier ce qu’ils refoulaient en silence depuis longtemps et qu’ils n’avaient jamais eu jusqu’alors le courage ou l’occasion d’exprimer. Saïd Sammour, qui était ministre de l’Intérieur, s’est rendu sur les lieux. Bien que moins habile que son prédécesseur, Bassam Abdel-Majid, il est parvenu à circonscrire le mouvement de protestation avant qu’il dégénère. L’affaire s’est close sans violence. Elle a rapidement disparu des médias.

La situation s’est compliquée avec les événements de Daraa. La mort de jeunes gens puis celle d’étudiants en médecine tués de nuit, par balles ou à coups de gourdins, dans l’enceinte de la cité universitaire de la capitale, ont provoqué une réprobation populaire et une colère générale dans l’ensemble du pays. Mais qui avait donné l’ordre aux responsables de ces meurtres d’intervenir comme ils l’avaient fait ?

Je dois dire ici quelques mots sur les mécanismes de la prise de décision en Syrie. Tout le monde a entendu parler de la Cellule de Gestion de Crise, créée au début du soulèvement et placée sous l’autorité formelle du secrétaire régional adjoint du Parti Baath. Tout le monde sait également en Syrie que le Ministère de la Défense élabore régulièrement des plans destinés à assurer la protection du pays en cas d’agression. Ce que personne ne sait en revanche, c’est qu’il existe une autre instance de décision. Elle n’a pas d’existence officielle. Elle n’inclut ni le ministre de l’Intérieur, ni celui de la Défense. Elle n’agit jamais au grand jour. Mais c’est elle qui détient dans l’ombre la réalité de la décision. C’est elle, et non la Cellule de Gestion de Crise, qui définit la stratégie à suivre. Elle est composée d’officiers appartenant à différents services, choisis un à un, nominativement, qui sont spécialement affectés à cette tâche et qui travaillent au Palais présidentiel. Cette commission, si on peut l’appeler ainsi puisqu’elle n’a même pas de nom, est présidée par Bachar al-Assad en personne. Et c’est son avis qui y prévaut. Quand il n’y a pas d’urgence, ses membres profitent de leur situation et des privilèges qui y sont attachés pour organiser à leur convenance leur vie et leurs loisirs… Vous m’aurez compris.

(A suivre)

deuxième partie

troisième partie

quatrième partie