Le rapport de Richard Falk et Virginia Telley sur l’apartheid israélien, publié en français


Au mois de mars, la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO) des Nations-Unies a publié un rapport sur l’apartheid israélien. Pour le Comité national palestinien (BNC) de BDS, le rapport constitue un « un progrès historique ». C’est la première fois qu’une agence des Nations-Unies établit, à travers une étude scrupuleuse et rigoureuse, qu’Israël impose un régime d’apartheid sur l’ensemble du peuple palestinien : sur les Palestiniens des territoires occupés, sur les citoyens palestiniens d’Israël et sur les réfugiés et exilés palestiniens. Le rapport recommande aux Nations Unies et à ses états membres de soutenir la campagne BDS.

Très rapidement, sous pression des Etats-Unis et d’Israël, le rapport est retiré des sites des Nations Unies.
Deux jours après sa sortie, il est enterré.

Mais de nombreux instances et associations ont sauvegardé le rapport. Une équipe de traducteurs a traduit le rapport en français. Un traducteur de ce site a participé à ce travail collectif.

La version française du rapport :
pour télécharger le PDF, cliquez ici

Publicités

#SAFEPASSAGE NOW! :


Partagez et invitez vos amis !
Deel en nodig je vrienden uit!
Share and invite your friends !

FR// Le 27 février, des citoyens se mobilisent dans toute l’Europe pour réclamer à nos gouvernements et aux institutions européennes d’agir maintenant pour garantir les droits humains fondamentaux de toute personne cherchant protection en Europe.

13h30 – Rassemblement – Esplanade de la gare du Nord – Bruxelles
14h – Départ de la manifestation
16h – Discours, musique, stands et convivialité
17h – Fin

NL// Op 27 februari 2016 komen burgers in heel Europa op straat om te eisen van onze regeringen en de Europese instellingen dat ze de fundamentale mensenrechten garanderen voor al wie bescherming zoekt.

13u30 – Verzamelen – Plein voor het Noordstation – Brussel
14u – Vertrek
16u – Toespraken, muziek, eetkraampjes en gezelligheid!
17u – Eind

EN// On 27 February 2016 European citizens will come together in cities across the continent to stand up for human rights in Europe. We are demanding that our governments and European institutions take action now to guarantee the fundamental human rights of people seeking protection.

13.30: Meeting point Esplanade – Brussels North Station
14.00: Start of the march
16.00: Arrival – speeches, music, meeting place
17.00: End

FR//NL//EN

Le 27 février 2016, les citoyen.ne.s européen.ne.s se mobilisent massivement pour manifester en faveur des droits de l’Homme à travers toute l’Europe.

Ce sont plus de 80 villes dans 20 pays d’Europe et du monde qui manifesteront ce jour-là pour demander aux institutions européennes et à nos gouvernements d’agir pour ouvrir des voies de passage sûr pour toute personne qui cherche protection.

#SAFEPASSAGE : des routes sûres et légales : plus aucun mort à nos frontières.
#SAFEPASSAGE : une protection de tou.te.s les réfugié.e.s tout au long de leur parcours en Europe.
#SAFEPASSAGE : des normes d’accueil et d’asile élevées dans tous les pays européens et la cessation de la limitation des droits des demandeur.se.s d’asile et des réfugié.e.s – leur permettre de garder leurs possessions, de faire venir leur famille, d’avoir une stabilité en termes de droit de séjour.

Ces personnes fuient la guerre, la persécution et la famine. Le décompte de 363 femmes, hommes et enfants décédés en Méditerranée rien qu’en janvier 2016 ou les conditions de vie inhumaines dans les camps de Calais et Dunkerque nous le montre quotidiennement.

Il est aujourd’hui urgent d’agir.
Rejoignez-nous à Bruxelles et réclamons à nos gouvernements et aux institutions européennes de garantir les droits humains fondamentaux de toute personne cherchant protection, déjà présente ou non sur le territoire européen.

Une initiative citoyenne en collaboration avec la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, Bredene met een hart voor vluchtelingen, Solidarity4all, Community support group for refugees, Réseau Inter-Collectif Refugees.

Avec le soutien du CIRE, de Vluchtelingenwerk Vlaanderen, de Médecins Sans Frontières, de Médecins Du Monde, de Hart boven hard, de Tout Autre chose, d’Amnesty International, d’Agir pour la Paix, du MRAX, d’Amitiés sans frontières, du réseau ADES, de Greenpeace, de la Ligue des droits de l’homme, de Change Partnership, du Colectivo García Lorca, du CNCD-11.11.11, de Clowns Without Borders, de deMens.nu, du Centre d’action laique, d’Oxfam Solidarité, de WeCanHelp, du MOC, de Humanistisch-Vrijzinnige Vereniging, de la CSC-ACV et la FGTB/ABVV.

La liste des participants: https://www.facebook.com/events/586531178166656/permalink/587252931427814

NL//

#SAFEPASSAGE NOW!
Op 27 februari 2016 komen burgers in heel Europa op straat om te betogen voor de mensenrechten in Europa.
In meer dan 80 steden in 20 landen in Europa en de rest van de wereld wordt er op die dag betoogd om te eisen van onze regeringen en de Europese instellingen dat ze nu actie ondernemen om een veilige doortocht mogelijk te maken voor al wie bescherming zoekt.
Sluit je bij ons aan in Brussel en eis van onze regeringen en de Europese instellingen dat ze de fundamentale mensenrechten garanderen voor al wie bescherming zoekt.

#SAFEPASSAGE : veilige en wettelijke routes: geen doden meer aan onze grenzen.
#SAFEPASSAGE : bescherming voor alle vluchtelingen tijdens hun volledige reis door Europa.
#SAFEPASSAGE : hoge normen qua opvang en asiel in alle Europese landen, geen afbreuk meer doen aan de rechten van asielzoekers en vluchtelingen, dus ook ervoor zorgen dat zij hun bezittingen mogen behouden, gezinshereniging toelaten en stabiliteit garanderen wat het verblijfsrecht betreft.

Deze mensen vluchten voor oorlog, vervolging en honger. Getuige daarvan zijn de 363 vrouwen, mannen en kinderen die in januari 2016 verdronken zijn in de Middellandse Zee en de mensonwaardige leefomstandigheden in de kampen in Calais en Duinkerke.

Het is dringender dan ooit om een veilige doortocht te garanderen.
Stap met ons mee in Brussel en eis van onze regeringen en de Europese instellingen dat ze de mensenrechten garanderen voor al wie bescherming zoekt, zowel wie hier reeds is als wie nog zal komen.

Een burgerinitiatief in samenwerking met het Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, Bredene met een hart voor vluchtelingen, Solidarity4all, Community support group for refugees, Réseau Inter-Collectif Refugees.

Met de steun van CIRE, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, Artsen Zonder Grenzen, Dokters van de Wereld, Hart boven hard, Tout Autre chose, Amnesty International, Agir pour la Paix, MRAX, Amitiés sans frontières, ADES, Greenpeace, Ligue des droits de l’homme, Change Partnership, Colectivo García Lorca, CNCD-11.11.11, Clowns Without Borders, deMens.nu, Centre d’action laique, Oxfam Solidariteit, WeCanHelp, MOC, Humanistisch-Vrijzinnige Vereniging, ACV-CSC en FGTB/ABVV.

De link naar de andere Europese deelnemers: https://www.facebook.com/events/586531178166656/permalink/587252931427814

EN//

#SAFEPASSAGE NOW!

On 27 February 2016 European citizens will come together in cities across the continent to stand up for human rights in Europe.

More than 60 cities in 19 countries in Europe and the world are taking part in this demonstration to ask our governments and the European Institutions to take action now to open safe passage routes for all those who seek protection.

#SAFEPASSAGE : legal and safe routes: no more deaths at our borders.
#SAFEPASSAGE : protection for refugees on their travel through Europe.
#SAFEPASSAGE : high standards of reception and asylum in all European countries, no longer diminishing the rights of asylum seekers and refugees, allowing refugees to keep their belongings, allowing them to be reunited with their families and providing stability as far as their right of residence is concerned.

These people are running away from war, persecution and starvation. A death count in the Mediterranean Sea of 363 women, men and children in January 2016 and appalling conditions in refugee camps like Calais and Dunkirk speak for themselves.

The need to provide safe passage has never been more urgent.
Join us in Brussels to ask our governments and the European Institutions to guarantee the fundamental human rights of people seeking protection, both those already here and those yet to come.

A citizens’ initiative in cooperation with Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, Bredene met een hart voor vluchtelingen, Solidarity4all, Community support group for refugees, Réseau Inter-Collectif Refugees.

Supported by CIRE, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, MSF, MDM, Hart boven hard, Tout Autre chose, Amnesty International, Agir pour la Paix, MRAX, Amitiés sans frontières, réseau ADES, Greenpeace, Ligue des droits de l’homme, Change Partnership, Colectivo Garcia Lorca, CNCD-11.11.11, Clowns Without Borders, deMens.nu, Centre d’action laique, Oxfam Solidarity, WeCanHelp, MOC, Humanistisch-Vrijzinnige Vereniging, ACV-CSC et FGTB/ABVV.

Check the list of European participants here: https://www.facebook.com/events/586531178166656/permalink/587252931427814

Asile et contre-vérités


François Roland

Petite piqûre de rappel (oui, j’en ai marre).

Imaginez-vous. Vous quittez votre pays, en proie à un conflit. Vous laissez derrière vous votre famille, leur promettant qu’ils pourront vous rejoindre au plus vite. Vous arrivez, après plusieurs mois d’un voyage dangereux, dans un pays que vous estimez sûr et respectueux des droits de l’homme. Vous y demandez une protection, un séjour, la possibilité de reconstruire votre vie.

Depuis le 21.10.2015, voici (ci-joint) la première communication officielle que vous recevez lorsque vous introduisez une telle demande. Une lettre, signée de la main du Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, qui vous dit en résumé :

– que la procédure va être très longue, mais que vous pouvez toujours rentrer chez vous si c’est trop long ;
– que la Belgique ne vous donnera pas d’autorisation de séjour à durée indéterminée, même si la décision est positive (FAUX) ;
– que pendant la procédure d’asile, vous vivrez dans un endroit horrible où il ne fait pas bon vivre, et qu’on vous donnera rien d’autre qu’un lit et à manger (ILLEGAL) ;
– que si vous avez déjà été enregistré dans un autre pays d’Europe, de gré ou de force, on vous y renverra par tous les moyens ;
– que si vous souhaitez que votre famille vous rejoigne, ça va prendre très longtemps et ça va être très compliqué (FAUX) ;
– que si votre demande est rejetée, vous allez être arrêté et renvoyé de force dans votre pays d’origine.

Cette lettre continent des informations qui sont partielles, partiales et, pour la moitié d’entre elles, erronées (certaines mesures n’ayant pas encore été adoptées sous forme de loi et n’étant donc pas d’application à l’heure actuelle). Elle fait montre d’une dérive autoritaire inacceptable de la part des responsables politiques en charge de ces matières. Intolérable dans un Etat de droit (comme la Belgique ?).

Et vous, comment réagiriez-vous ? Aimeriez-vous être accueilli de la sorte après avoir été forcé de fuir votre pays ?

Ah oui, j’oubliais, le droit d’asile est un droit de l’Homme fondamental. Une petite piqûre, Messieurs les membres du gouvernement ?

12642985_10153229300591436_280561142790139054_n 12651029_10153229301111436_912541810228317870_n

Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés Bruxelles


Des milliers de personnes appellent le gouvernement belge à traiter les demandeurs d’asile plus humainement !

Bruxelles, le 22 décembre 2015

Plus de 3.500 personnes en Belgique ont signé une pétition s’adressant au Secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Theo Francken. Cette pétition en ligne, lancée par la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés au début du mois de décembre, demande à Theo Francken d’ouvrir plus de logements temporaires pour les personnes déposant une demande d’asile à Bruxelles et d’augmenter le nombre de demandes d’asile enregistrées par jour à l’Office des Étrangers (OE), aujourd’hui limité à 250.

La générosité des citoyens et la mobilisation du secteur associatif ont permis que moins de demandeurs d’asile dorment dans les rues au cours de ces dernières semaines. Des groupes de bénévoles se sont organisés pour distribuer des vêtements et de la nourriture. Certains citoyens ont même accueilli chez eux des demandeurs d’asile pendant plusieurs nuits d’affilé. Cette générosité et cette mobilisation ont compensé les manquements des pouvoirs publics, pourtant dans l’obligation, selon la législation européenne, d’offrir aux demandeurs d’asile un niveau minimum de protection sociale.

Si le nombre de nouveaux arrivants a diminué depuis une dizaine de jours, la mise en place rapide de centres d’accueils dignes pour soulager les centres existants et augmenter la capacité d’accueil actuelle reste une nécessité. Au 16 décembre, 31.705 personnes occupent les 32.655 places disponibles. Les centres sont surpeuplés et les conditions de vie minimum tant pour les réfugiés que pour le personnel.

Le WTC III sert de transit prolongé. Si plusieurs centaines de personnes se présentaient à nos frontières demain, le système serait à nouveau pris en défaut. Les délais d’inscription à l’Office des Etrangers sont désespérément long. Le 4 novembre, ce délai était déjà de 10 jours. Le 16 novembre, il était passé à 15 jours. Plus d’un mois plus tard, ce délai n’a toujours pas diminué et le retard accumulé n’est pas encore résorbé.

Le délai de traitement des dossiers risque d’être aussi allongé. En effet, en novembre, il y avait 12.546 dossiers de demandes d’asile en cours à l’Office des Etrangers et 9739 dossiers au CGRA (dont 5239 d’arriérés).

Le manque de réactivité du gouvernement lors des dernières arrivées importantes de septembre et de novembre laisse présager les mêmes travers la prochaine fois. Or, il est fort probable que davantage de demandeurs d’asile arrivent en Belgique à court- ou moyen-terme, compte tenu de l’afflux continu de personnes aux frontières de l’UE, en Grèce et en l’Italie notamment, et de la difficulté de l’Allemagne de faire face à près d’un million de demandeurs d’asile arrivés sur son territoire récemment.
Pour ces raisons, la Plateforme Citoyenne appelle, en plus des revendications citées dans la pétition, le gouvernement belge à :

– Investir davantage de ressources pour fournir un accueil de qualité aux demandeurs d’asile. Parmi eux, beaucoup ont fui des situations terribles et ils/elles ont besoin d’un logement offrant calme et sécurité. Un accueil de qualité est également l’une des premières étapes vers une intégration réussie dans la société belge pour ceux et celles qui seront reconnus en tant que réfugié.e.s.

– Adapter le système d’accueil actuel en acceptant davantage de demandeurs d’asile, étant donné le contexte de la crise de réfugiés sans précédent et la nécessité pour chaque pays de l’Union Européenne d’accueillir sa juste part de demandeurs d’asile.
https://secure.avaaz.org/…/Theo_Francken_Nous_vous_demand…/…

Des centaines de demandeurs d’asile dorment dans les rues de Bruxelles. Avant que l’hiver ne fasse des victimes, offrons à ces familles un meilleur accueil! Signez la pétition.

LANCEMENT D’UN CROWDFUNDING Refugees for Refugees : enregistrement d’un album


Aidez à la réalisation d’un CD rassemblant des musiciens traditionnels réfugiés ou exilés (Irak, Syrie, Afghanistan, Pakistan, Tibet…)

Large_refugees_for_refugees_desatureefinal_kkbb2-1448292172-1448292180

Présentation détaillée du projet

Emus par la vague de migrants arrivant en Europe dernièrement et convaincus de la plus-value qu’ils représentent pour notre société, Muziekpublique a voulu mettre sur pied un projet ambitieux réunissant une vingtaine de musiciens réfugiés de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, du Kazakhstan, du Tibet…  Nous avons rassemblé des virtuoses de différentes régions du monde, ayant finalement posé leurs bagages en Belgique, pour porter leur voix, espérant qu’elle sera entendue.

 

Nous souhaitons, par l’enregistrement d’un CD, dévoiler au grand jour les richesses de sommités devenues presque invisibles en Belgique. Nous réalisons qu’avant d’arriver en Europe, ces musiciens ont déjà eu un long parcours. Ils ont fréquenté les plus grandes écoles de musique du Moyen Orient (Damas, Baghdad, Alep) ou sont passés par une kyrielle de centres musicaux parsemant la route de la soie. Ils ont eu une carrière fructueuse, une renommée internationale, des projets variés et ambitieux… Fuyant les désastres de leur région d’origine, la menace les a poussé à quitter un terreau autrefois formidable et à laisser derrière eux un bagage crucial, emportant avec eux leur savoir et leur instrument. Ce savoir est la base du travail que nous entamons avec eux. Ensemble, nous voulons mener un projet qui leur redonne une place, et les aide à reconstruire leur vie en Belgique.

 

[youtube https://youtu.be/Rdph8F8W2dA?]

Kelsang (Tibet) 

 

Avec eux, nous voulons réaliser un CD compilant leurs morceaux, les traces de leurs traditions et de leur voyage. Nous voulons également les mettre en réseaux, les faire se rencontrer autour d’un projet professionnel et donner des ailes à leur carrière musicale. C’est un projet de CD mais c’est également un projet humain dont le sens déjà fort est aujourd’hui démultiplié par les événements de l’actualité. C’est une rencontre humaine et culturelle, une gifle aux idées préconçues et une revendication forte de ce que la musique doit signifier dans un monde aux conflits croissants.

Artistiquement, nous avons sélectionné les musiciens pour leur qualité en tant qu’instrumentiste et leur lien avec la tradition de leur pays d’origine.Avec ce CD, la volonté est aussi de créer des ponts sonores entre les musiciens et les différentes traditions dont ils sont issus afin de proposer un album riche, innovateur, symbole de mixité et de rencontres des cultures.

 

Avec quels musiciens travaillerons-nous ?

 

Musiciens_kkbb_bandeaumosaique-1448297245

 

Le trio Ramel Aleppo (Syrie)

 

Des musiciens traditionnels de Syrie, Irak,  Pakistan, Afghanistan, Kazakhstan, Tibet et d’autres pays encore, récemment arrivés en Belgique, uniront leurs instruments et leurs voix dans ce projet réalisé à Bruxelles. Ils seront rejoints et soutenus par des musiciens habitant en Belgique depuis plus longtemps, ou nés ici, dans une optique de partage et de rencontre entre les artistes.

 

Nous aurons l’honneur de pouvoir compter notamment sur la participation de:

 

·         Tamam al-Ramadan (ney, Syrie)

·         Khaled al-Hafiz (duff, chant, Syrie)

·         Tareq al-Sayed (oud, Syrie)

·         André Bakhach (violon, Syrie)

·         Fakher Moudallal (chant, Syrie)

·         Shalan Al-Hamwy (violon, Syrie)

·         Mohammad Al Fekhrani (violon, Irak)

·         Hussein Rassim (oud, Irak)

·         Hazem Faris (violon, Irak)

·         Jahida Wehbe (chant, Liban, guest)

·         Asad Qizilbash (sarod, Pakistan)

·         Aman Yusufi (dambura, Afghanistan)

·         Moharram Bola (flutes, Afghanistan)

·         Arken Mänsur (ghijak & dutar, Kazakhstan)

·         Norbu Tsering (dramyen, Tibet)

·         Kelsang (dramyen, mandoline, chant, Tibet)

·         Dolma (chant, Tibet)

 

Asadqizilbash-julestoulet-1448297303

 

Petit bout d’histoires – Asad Qizilbash (ci-dessus) est l’unique représentant pakistanais du sarod, un instrument à dix-neuf cordes. Il jouit d’une renommée internationale (il a joué devant Nelson Mandela !) Dans son pays natal, sa décision de fonder une école de musique n’a pas plu aux fondamentalistes actifs dans la région. Contraint de quitter son pays pour garder sa liberté, Asad vit aujourd’hui en Belgique, où il recommence sa carrière à zéro.

 

En 2012, quatre des musiciens du groupe syrien Ramel Aleppo ont fui pour la France lorsque leur ville fut frappée par la guerre. Khaled al Hafez (duff, chant), Tarek al Sayed (oud) et Tamam al-Ramadan (ney) se sont ensuite installés en Belgique, où, malgré leur dispersion géographique, ils travaillent ensemble à la reconstruction de leur avenir.

 

 

Quel est le but de l’album ?

 

Grâce à la réalisation de cet album, nous soutiendrons les musiciens traditionnels réfugiés en Belgique par divers moyens :

 

– Revalorisation de l’image des réfugiés et migrants devant l’opinion publique : au-delà des idées négatives et stigmatisantes autour des migrants, en construisant un projet musical professionnel de haute qualité avec les personnes concernées, Muziekpublique souhaite montrer que les migrants arrivent en Belgique avec un bagage intéressant, qu’ils ont leur rôle à jouer dans notre société et sont source de richesse.

 

– Soutien aux musiciens :

 

Un cachet sera versé aux musiciens pour leur investissement car nous pensons que leur travail mérite salaire.

Ensuite,  dans une optique durable, nous mettrons en place des outils de communication (en filmant les enregistrements, en organisant éventuellement plusieurs concerts de sortie du CD et en apportant du contenu au CD) que tous les musiciens pourront réutiliser pour développer leur carrière musicale ici en Belgique.

Nous espérons également que les collaborations qu’ils auront développées avec d’autres musiciens dans le cadre de ce projet les aideront à s’insérer dans les réseaux musicaux existant en Belgique, leur offrant une reconnaissance qui les aidera à développer leur carrière sur le long terme.

 

– Soutien à d’autres associations : après avoir couvert tous les frais de réalisation de l’album, une partie des bénéfices perçus de la vente des CDs ira à deux associations artistiquement actives en Belgique avec les réfugiés : Synergie14 et Globe Aroma.

 

Qui sommes-nous ?

 

Muziekpublique, une association déterminée et une fenêtre sur les traditions du monde

 

Photogroupe_bastion_julestoulet-620x376-1448297499

 

 

Muziekpublique est une asbl qui défend et promeut les musiques du monde, plus particulièrement celles qui ont un lien avec les musiques acoustiques, traditionnelles, populaires et folk. Ce travail se réalise autours de quatre axes de travail : l’organisation de près de 100 concerts au théâtre Molière à Ixelles, l’offre de plus de 40 cours de musique et de danse du monde, et la production de CDs et de créations musicales.

 

C’est via ce dernier axe, le label Muziekpublique, que nous encadrons le projet Refugees for Refugees avec le même soin que celui apporté à la confection de nos précédents albums, notamment Aduna (Best Album 2012par le magazine anglais de référence Songlines) et Blindnote (Best Album 2011 par le magazine anglais de référence Songlines et Octave de la Musique 2011).

 

 

Hazem Faris (Irak) cliquez sur le lien

 

Muziekpublique, c’est aussi une communauté. Pour assurer toutes les différentes activités et défendre les musiques du monde traditionnelles à Bruxelles, Muziekpublique s’est entourée de membres actifs, d’artistes talentueux, de personnel bénévole et d’un public fidèle. Parmi eux, Hélène Sechehaye, musicologue de 25 ans, est responsable de mener à bien le projet. Son expérience au sein du label Muziekpublique et ses connaissances dans le milieu des musiques arabes font d’elle la personne adéquate pour relever ce défi qui lui est aussi très personnel. Emre Gültekin, joueur de saz mais aussi excellent ingénieur du son, supervisera et enregistrera les performances. Son ouïe fine et sa sensibilité permettront un album au rendu subtil, reflet du talent des musiciens. Le musicien et cinéaste jordano-yougoslave Karim Baggili mettra à profit sa grande expérience de la scène pour filmer la genèse des enregistrements, les rencontres entre artistes mais aussi leur performance musicale. L’oeil du photographe Dieter Telemans prendra les photos pour le livret qui sera réalisée par Désirée De Winter. Florence Plissart et Pablo Diartinez dessineront les musiciens sur le vif lors des enregistrements.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Quelles sont les étapes du projet ?

 

Console-julestoulet-1448297558

 

 

· Enregistrement

 

La création artistique et les enregistrements débuteront dans le courant du mois de décembre. De ce moment d’échange naîtra une création unique et porteuse de valeurs fortes. L’album sera le fruit des rencontres entre ces musiciens, des diamants qui s’enrichiront mutuellement de leur éclat. L’enregistrement se fera au théâtre Molière, où une technique suffisante et aguerrie est déjà présente, et dont la salle bénéficie d’une acoustique idéale et quasi parfaite pour ce genre de musique.

 

·  Mixage

 

De fin décembre à début janvier aura lieu le mixage, assuré par un professionnel du son et en collaboration avec les musiciens qui souhaitent faire partie du processus et avec l’équipe de Muziekpublique responsable du projet.

 

· Réalisation de la pochette

 

Ensuite, la pochette sera réalisée, comme un kaléidoscope des multiples histoires des musiciens et des morceaux qui auront été créés. Elle servira également d’outil de promotion de leur travail (leurs coordonnées figureront à l’intérieur).

 

·  Sortie du CD

 

Dans le courant du mois de mars sera prévue la sortie du CD. Selon les ressources disponibles, un concert de sortie sera organisé, pour faire honneur aux musiciens et fêter la réussite du projet jusqu’à cette étape.

 

·  Vidéo

 

À la fois pour rendre hommage au projet et pour favoriser le développement de la carrière musicale de ces musiciens en Belgique, il nous semble important de filmer de manière professionnelle les musiciens lors de leurs enregistrements. Nous considérons donc l’aspect vidéo comme une part essentielle du projet. Les réalisateurs que nous avons choisis viendraient filmer deux jours de travail au théâtre Molière.

 

· Concerts

 

Par la suite, le projet pourrait encore se développer en une tournée de concerts des musiciens participants au CD. Ce n’est pas prévu dans le schéma actuel mais cela étant dans nos compétences, nous l’envisagerons dans le cas où tous les musiciens seraient intéressés.

 

 

Budget nécessaire

 

Cachet des artistes (8.000€, dans l’idéal 400€ par musicien, une vingtaine d’artistes)

Frais d’enregistrement : ingénieur du son, mixeur, techniciens et matériel (1.800€)

Réalisation d’une vidéo de promotion (1.800€)

Design pochette et photos du CD (1.200€)

Impression des CD (3.500€, 2000 exemplaires)

Sabam et droits d’auteurs (1.750€)

Promotion (1.500€)

Transports et frais divers (440€)

 

 

En tout, près de 20.000€ seront nécessaires à la confection de l’album. Nous faisons appel à votre générosité pour 12.500€. Estimant que ce genre de projets doit être soutenu également par des fonds publics, nous sommes en bonne voie pour trouver 8000€ de subsides. Mais bien évidemment, plus ce Crowdfunding sera une réussite, plus nous pourrons aller loin dans le projet.

Thumb_dsc_6551-2-4-1447694860

Muziekpublique

Muziekpublique est une asbl qui défend et promeut les musiques du monde, plus particulièrement celles qui ont un lien avec les musiques acoustiques, traditionnelles, populaires, folk, métissées, classiques, jazz et « nu:trad ». Ce travail se réalise autours de quatre axes de travail : l’organisation de concerts et de cours, la production de cd et de… Voir la suite

source

La mémoire courte !


Le chef de la communauté juive veut limiter l’afflux de migrants en Allemagne. C’est assez incroyable de faire du « devoir de mémoire » plusieurs fois par jour concernant la situation des Juifs qui n’ont pu fuir les persécutions nazies, et de s’opposer à l’accueil des réfugiés qui fuient d’autres persécutions ou la misère, sur des bases racistes racistes qui plus est !

Le président du Conseil central des juifs d’Allemagne, Josef Schuster, s’est prononcé lundi en faveur d’une limitation de l’afflux de réfugiés dans le pays, arguant que beaucoup d’entre eux viennent de pays où la haine des juifs est largement répandue.

Je crois qu’il faudrait que l’accès à l’Allemagne soit contrôlé. Tôt ou tard, on ne pourra pas éviter des plafonds pour limiter le nombre de réfugiés, a-t-il déclaré au quotidien allemand Die Welt.

« Beaucoup de réfugiés fuient la terreur de (l’organisation) Etat islamique et veulent vivre en paix et librement, a-t-il ajouté. Mais en même temps, ils viennent de cultures où la haine des juifs et l’intolérance sont solidement installées , a-t-il mis en garde, appelant aussi à considérer les questions relatives à l’égalité homme/femme et le rapport aux homosexuels. »

« C’est déconcertant, si la CSU (le parti conservateur allié de la CDU de Mme Merkel, qui exige une limitation du flux de réfugiés, ndlr) et le Conseil central des juifs exigent que la convention européenne des droits de l’homme soit mise de facto hors service, » a réagi auprès de l’AFP Günter Burkhardt, patron de l’ONG allemande d’aide aux demandeurs d’asile Pro Asyl.

(©AFP / 23 novembre 2015 11h37)

  • On pourrait ajouter qu’un grand nombre de réfugiés syriens, qui sont des Palestiniens, ne demanderaient pas mieux que de retourner dans leur pays, la Palestine, au lieu d’aller en Allemagne ou ailleurs, si les amis israéliens de M. Schuster, ne les en empêchaient pas et respectaient le droit international (résolution 194 de l’ONU) !

CAPJPO-EuroPalestine