LDJ, ça suffit ! Tous avec les prévenus des 5 et 12 juin !


mercredi 30 mai 2012 par Omar Alsoumi

Quand l’agresseur sioniste joue les victimes et que la justice française cède aux pressions, nos frères et amis risquent la prison…
Vérité et justice pour les opposants à la LDJ (Ligue de défense juive) : liberté pour Hassen, Nizar, Souleymane et tous les prévenus !

A tous les militants actifs depuis les mobilisations contre les massacres israéliens à Gaza.

Vous vous rappelez que depuis 2009, la LDJ a multiplié les agressions contre nos mobilisations. Jusqu’à présent, à quelques rares exceptions, les fanatiques pro-israéliens ont bénéficié d’une impunité inouïe, qui contraste avec la répression dont sont l’objet les militants du boycott d’Israël. Le dernier exemple est la condamnation de Sakina Arnaud par la cour de cassation de Bordeaux : elle avait collé des stickers de la campagne BDS sur des bouteilles de jus de fruits israéliens.

Un prochain rendez-vous important arrive. Les mardi 5 et 12 juin après-midi, au Palais de Justice de Paris, auront lieu des procès opposant des jeunes sympathisants de la cause palestinienne aux membres de la LDJ. Comme d’habitude, les fanatiques pro-israéliens, soutenus par les officines pro-israéliennes BNCVA et autres SPCJ, veulent nous la faire à l’envers : ils ont porté plainte et se présentent en victimes. Dans les deux cas pourtant, ils sont clairement venus pour casser du « sale arabe ».

La première affaire jugée remonte aux manifestations de l’hiver 2008-2009. Le 4 janvier 2009, rassemblés devant l’ambassade israélienne à l’appel du CRIF, les fascistes sionistes ont ensuite déboulé à Opéra à une manifestation spontanée contre les massacres israéliens. Là, ils se sont heurtés à des jeunes militants du droit et de la justice. Ils jouent maintenant les victimes et essayent de se faire passer pour de simples passant juifs victimes d’une agression antisémite. Mensonge !

La seconde affaire s’est déroulée en avril 2009 au métro Rue des Boulets, à proximité du CICP, le soir d’un événement de solidarité organisé par Génération Palestine : les sionistes attendaient les invités à la sortie du métro et en ont agressé plusieurs. Ils prétendront ensuite être venus coller des affiches pour Ilan Halimi et avoir été attaqués par les jeunes militants. Mensonge encore.

Dans les deux cas, la police et la justice semblent intimidées par les pressions sionistes. Dans les deux cas, Hassen, Nizar, Souleymane et les autres inculpés ont besoin de notre solidarité. Ils se sont défendus contre la LDJ, ils nous ont défendu contre les agressions. A nous de les défendre !

Ils ont besoin d’un maximum de monde pour les soutenir lors des procès des 5 et 12 juin. Ils ont besoin d’aide pour les frais de justice. Soyons à leurs côtés.

Informations et soutien : omar.jeningrad@gmail.com

Rejoignez la page Facebook de soutien : STOP LDJ !

Chèques à l’ordre de JEDPS, 21 ter rue Voltaire – 75011 Paris (mention au dos : STOP LDJ)

source

[bds-ulb] PROCES BDS : Appel au rassemblement jeudi 17 mars à midi, tribunal de bobigny, paris.


en nl à la suite

Le 17 mars 2011 se tiendra le procès d’Olivia Zemor.

La présidente d’Europalestine a été mise en examen ainsi que trois autres militants de la campagne BDS (Boycott Désinvestissements Sanctions) pour des actions dans des hypermarchés de Seine-Saint-Denis.

Cette journée sera sans nul doute un moment important pour l’avenir de la campagne BDS. En effet, depuis de longues années Olivia Zemor n’a cessé de se battre pour les droits des palestiniens et contre la politique du gouvernement israélien. Elle a été, et demeure aujourd’hui encore, un moteur pour la cause palestinienne et l’acharnement dont elle est victime l’atteste clairement. De nombreuses menaces, un harcèlement constant de la part de fanatiques pro-israéliens, des attaques physiques la visant de près ou de loin, n’ont pas eu raison de sa détermination. C’est pourquoi nous devrons lui apporter un soutien à la mesure de son engagement.

Un message fort doit être envoyé, d’une part à ceux qui n’ont de cesse de diaboliser l’expression de notre désaccord, mais aussi à tous les militants qui luttent pour une paix juste et durable au Proche Orient !

Soyons donc nombreux ce jeudi 17 mars, à partir de midi, au tribunal de Bobigny, afin de manifester notre soutien à tous les militants du mouvement BDS !

Comité BDS

Tribunal de Bobigny, 194 Avenue Paul Vaillant-Couturier, Bobigny, France.

NL:



17 maart 2011 vindt het proces tegen Olivia Zemor plaats.

De voorzitster van Europalestine is, samen met nog drie andere BDS-militanten (Boycot-Desinvestering-Sancties), in beschuldiging gesteld voor acties in grootwarenhuizen in Seine-Saint-Denis.

Deze dag zal zonder twijfel een belangrijk moment worden voor de toekomst van de BDS-campagne. Sedert vele jaren heeft Olivia Zemor onophoudelijk gestreden voor de rechten van de Palestijnen en tegen het beleid van de Israëlische regering. We willen haar steunen op een manier die haar engagement waardig is.

Olivia was, en is nog altijd, een drijvende kracht voor de Palestijnse zaak. De pesterijen waarvan ze nu het slachtoffer is, bevestigen dit overduidelijk. Veelvuldige bedreigingen, voortdurend lastiggevallen worden door fanatieke verdedigers van het Israëlische beleid en fysieke aanvallen van ver en van dichtbij hebben haar vastberadenheid niet kunnen ondermijnen.

We moeten een sterke boodschap sturen naar degenen die ons blijven diaboliseren, maar ook naar alle militanten die strijden voor een rechtvaardige en duurzame vrede in het Midden-Oosten.

Laat ons dus met velen afzakken naar het gerechtsgebouw van Bobigny op donderdag 17 maart, vanaf de middag, om onze steun te tonen aan alle militanten van de BDS-beweging!

BDS-comité

Rechtbank van Bobigny, Avenue Paul Vaillant-Couturier 194, Bobigny (Parijs), Frankrijk.

Procès BDS du 17 mars : MAM à la barre !


La défense des militants de la campagne BDS (Boycott Désinvestissements Sanctions) contre Israël qui passent en procès le 17 mars prochain à Bobigny (Seine-Saint-Denis) a cité la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie à comparaître comme témoin lors de cette audience.

Si MAM a l’honnêteté de se présenter, elle aura l’occasion de s’expliquer sur ses déclarations et décisions pour le moins contradictoires en matière de boycott des produits israéliens, estime
Olivia Zémor. Présidente de l’association EuroPalestine, mise en examen avec trois autres militants BDS pour des actions dans des hypermarchés de Seine-Saint-Denis au début de l’année 2009, juste après les massacres de l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

Intervenant à l’Assemblée Nationale en mai 2009, MAM, qui était alors ministre de l’Intérieur, avait fermement démenti les mensonges colportés par le lobby israélien en France, selon lequel la campagne BDS s’attaquait à d’hypothétiques « produits casher ». Elle avait en outre indiqué que ses services de police, dépêchés sur les lieux des interventions de la campagne BDS, dans des hypermarchés Carrefour notamment, n’y avaient pas constaté autre chose que l’exercice d’une liberté d’expression, garantie par la loi. Mais quelques mois plus tard, début 2010, changement de décor : cédant au chantage du CRIF et de ses officines, Michèle Alliot-Marie, devenue dans l’intervalle ministre de la Justice, mentait comme elle sait le faire, et ordonnait à tous les parquets de France de lancer des poursuites contre les militants et personnalités favorables au boycott. Une circulaire qualifiée « d’attentat judiciaire » par les responsables du syndicat de la magistrature

Nous appelons tous les hommes et femmes épris de justice à venir soutenir Olivia, Maha Mohamed et Ulrich

– LE JEUDI 17 MARS A PARTIR DE MIDI

AU TRIBUNAL DE BOBIGNY (M° BOBIGNY-PABLO PICASSO. LIGNE 5)

Merci également de retenir dès maintenant l’invitation à :

UN GRAND MEETING DE SOUTIEN EN PRÉSENCE DE NOMBREUSES PERSONNALITÉS

– JEUDI 10 MARS A 19 H 30

SALLE PABLO NERUDA A BOBIGNY

31 Avenue du Président Salvador Allende

M° Bobigny – Pablo Picasso. Ligne 5

Amicalement,
CAPJPO-EuroPalestine
Et pour toutes les autres informations quotidiennes : http://www.europalestine.com


Procès Alima Boumediene-Thiery et Omar Slaouti : les sionistes renvoyés chez eux !


Publié le 14-10-2010

Les parties civiles et le ministère public qui attaquaient la sénatrice Alima Boumediene-Thiery (Verts) et Omar Slaouti (NPA) pour leur participation à une actin de boycott des produits israéliens dans le magasin Carrefour de Montigny ont été déboutées ce jeudi 14 octobre 2010 par le tribunal de Pontoise.

Après que Me Antoine Comte, avocat de la défense eut fait valoir les nombreuses irrégularités commises par les plaignants dans cette affaire, les juges n’ont même pas estimé nécessaire d’entendre développer les autres arguments sur le fond.

Courageux, mais pas téméraires, ni le colon israélien Sammy Ghozlan, ni son acolyte du CRIF William Goldnadel (également israélien), ne se sont montrés au procès. Ils sont restés chez eux.

En revanche, les militants se sont massivement déplacés pour soutenir Alima et Omar et pour réaffirmer leur détermination à poursuivre et amplifier la campagne de boycott, désinvestissement et de sanctions (BDS) contre Israël. Ils sont venus par centaines malgré les grèves des transports. Ils sont venus de différents coins de France et même de Belgique. Nous sommes, pour beaucoup, allés en cortège de la gare Pontoise jusqu’au tribunal, où les prises de paroles et les slogans ont scandé la totalité de l’après-midi, jusqu’à l’annonce de cette victoire peu avant 18 H.

Un immense merci à tous ceux qui, depuis des mois, se mobilisent pour le droit et la justice. Le combat n’est pas terminé. Mais une manche importante vient d’être gagnée : ne boudons pas notre plaisir !

CAPJPO

Procès BDS : dernières infos


La conférence de presse qui s’est tenue ce lundi matin au Sénat a montré que la répression contre les femmes et les hommes engagés dans la campagne de Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) contre l’Etat d’Israël, suscite un vaste mouvement de protestation et de solidarité en France comme à l’étranger.

En France, tous les représentants des partis de gauche, de la vice-présidente du Sénat, Catherine Tasca (PS), au Parti de Gauche, en passant par le Parti Communiste, les Verts et le NPA, ont condamné clairement le soutien apporté par le gouvernement français à la politique raciste d’Israël. Ils ont souligné que les poursuites scandaleuses et les accusations mensongères d’incitation à la haine raciale contre une représentante du peuple, étaient un pas de plus franchi contre la démocratie. Ils ont réclamé des sanctions contre Israël, et ont félicité celles et ceux qui mènent une action citoyenne en faveur des droits que nos dirigeants se refusent à défendre. (voir le compte-rendu sur : http://www.europalestine.com/spip.php?article5487 )

A l’étranger aussi, les protestations se multiplient contre ces poursuites judiciaires, contre le parti pris du gouvernement français, à l’heure même où l’extrême droite israélienne chasse les Palestiniens de Jérusalem-Est, donne les pleins pouvoirs aux colons, et vote des mesures racistes pour bâillonner toute dénonciation de sa politique, y compris par des Israéliens.

A l’initiative du sénateur algérien Mostefa Boudina, plus d’une centaine de parlementaires du continent africain se sont solidarisés avec leur consoeur et ont dénoncé la « honteuse machination » en soulignant dans un appel commun que « l’esclavage, le féodalisme, le colonialisme, le fascisme, le sionisme et l’apartheid ont constitué, pour l’humanité, un même mal criminel condamné par l’histoire. »
Des parlementaires européens, canadiens, mexicains envoient également des lettres de protestation.

Aujourd’hui à Milan et à Rome des rassemblemernts ont eu lieu devant l’ambassade de France à Rome et devant le Consulat de France à Milan. Jeudi, jour du procès, c’est devant le consulat d’Edimbourg que des militants écossais appellent à venir protester. Le parti « Egalité » en Belgique a affrété un autocar afin de se joindre au rassemblement de jeudi à Pontoise.

Nous sommes tous conscients de l’importance des enjeux. C’est pourquoi, nous continuerons à agir pour faire respecter les droits de l’homme et le droit international. Chacun à notre niveau, et en commençant par dénoncer la présence de produits illicites et immoraux dans les rayons de nos magasins.

Pas plus tard que samedi, au magasin Auchan de Cergy-Pontoise, nous avons été protester contre la vente de produits étiquetés « Israël » et nous avons été reçus par le directeur qui a écouté nos explications. Il nous a promis de les vérifier et d’en tirer toutes les conséquences, en nous donnant une réponse vendredi. Nous pourrons ainsi apprécier ensemble l’honnêteté des dirigeants d’Auchan qui se déclarent en faveur d’un commerce éthique.

Voir la vidéo sur : http://www.europalestine.com/spip.php?article5488&var_mode=calcul

RENDEZ-VOUS JEUDI A 12 H DEVANT LE TRIBUNAL DE PONTOISE

Nous vous attendons nombreux au procès d’Alima Boumediene-Thiery et d’Omar Slaouti, ainsi qu’au rassemblement devant le tribunal de Pontoise ce jeudi 14 octobre à partir de 12 H, afin de demander que la justice sanctionne ceux qui violent les droits de l’homme, et non les gens de conscience qui s’appliquent à les faire respecter.

Le tribunal de Pontoise se trouve près de la Gare de Pontoise (terminus du RER C).

En cas de grève totale des transports en commun, nous avons prévu du co-voiturage à partir de la Porte de Clignancourt. (Merci de nous signaler par un message à info@eurpalestine.com si vous auriez des places libres dans votre voiture ou si vous souhaiteriez profiter d’une place dans une voiture, en cas de non fonctionnement du RER C).

Espagne : exigeons l’acquittement des militants jugés pour avoir appelé au boycott d’Israël


Neuf personnes, dont un militant AA.MOC, inculpées pour une manifestation contre des entreprises espagnoles investissant en Israël, deux semaines après l’assaut contre la Flottille de la Liberté  

Il n’y a pas qu’en France que des militants en faveur du boycott d’Israël sont l’objet de poursuites judiciaires. Le 18 Octobre prochain, neuf personnes doivent comparaître comme prévenus devant un juge espagnol pour répondre d’une action de protestation collective au cours de laquelle plus de 60 militants avaient dénoncé la violation permanente des droits humains par Israël et la politique espagnole d’investissement dans l’ État sioniste.

Traduit par Fausto Giudice