En Tunisie, une harissa traditionnelle donne des ailes à des agricultrices  


Najoua Dhiflaoui montre ses produits de harissa traditionnelle -piments séchés, épices et huile d'olive- dans sa petite ccopérative à Menzel Mhiri dans le centre de la Tunisie, le 13 juillet 2017
Najoua Dhiflaoui montre ses produits de harissa traditionnelle -piments séchés, épices et huile d’olive- dans sa petite ccopérative à Menzel Mhiri dans le centre de la Tunisie, le 13 juillet 2017
afp.com – FETHI BELAID

Quand Najoua Dhiflaoui prépare la harissa traditionnelle, ce n’est plus seulement pour le plaisir de sa famille: avec plus de 150 autres agricultrices tunisiennes, elle exporte désormais son savoir-faire ancestral pour atteindre une autonomie financière.

En 2013, un groupe d’agricultrices de Menzel Mhiri, près de Kairouan, dans le centre rural et défavorisé de la Tunisie, lance une petite coopérative nommée Tahadi, qui signifie « défi » en arabe.

Najoua et les autres ont fait du « porte-à-porte pour convaincre des agricultrices d’unir leur savoir-faire et vendre ensemble leurs produits », explique la dynamique quadragénaire.

Grâce à un projet de soutien aux produits du terroir, ces femmes ont reçu des formations techniques, sanitaires et commerciales et préparent une harissa traditionnelle, un condiment tunisien dont la recette se perpétue « de mère en fille ».

La harissa est cuisinée à partir de piments séchés au soleil, d’épices fraîchement préparées et d’huile d’olive qui la conserve et en atténue le piquant. On la trouve quasiment dans toutes les assiettes de restaurateurs en Tunisie et elle est exportée par ailleurs dans une vingtaine de pays au total.

– Petite gazelle –

Depuis 2015, les agricultrices commercialisent leur harissa sous la marque Errim, un mot désignant en arabe une petite gazelle, symbole de beauté féminine.

« C’est une manière de représenter la femme tunisienne, laborieuse, authentique et fière », sourit Najoua Dhiflaoui, dont le front perle de sueur sous l’effet de la chaleur.

Tahadi, qui compte 164 employées, est une des premières sociétés tunisiennes à faire travailler exclusivement des femmes rurales, selon un système de roulement: elles sont adhérentes et viennent à tour de rôle selon un emploi du temps flexible.

Dans un sobre laboratoire blanc où sont alignées quelques machines agroalimentaires de base, broyeur, malaxeur ou remplisseuse, elles enfilent blouse et gants pour laver et réduire en une pâte rouge les ingrédients récoltés localement.

Le rôle des femmes est essentiel dans l’économie tunisienne, reconnaît Farouk Ben Salah, expert chez Pampat, le projet d’accès aux marchés des produits du terroir lancé par l’ONU, la Suisse et le gouvernement tunisien.

« L’essentiel est de leur créer des occasions de travail dès que possible », ajoute-t-il.

Les productrices de harissa sont payées « un peu plus que le salaire agricole, environ une quinzaine de dinars » (cinq euros) par journée de travail, selon M. Ben Salah. D’autres effectuent à domicile des tâches qui génèrent de petits revenus, en nettoyant, vidant puis séchant sur le toit de leur maison les piments nécessaires.

Najoua Dhiflaoui est enthousiaste: « Ce travail permet aux femmes une certaine autonomie financière ». Elles sont « confiantes » et peuvent ainsi « aller de l’avant », assure-t-elle.

Depuis que la coopérative existe, les agricultrices « s’encouragent mutuellement pour imposer leur existence. Il n’y a pas que l’institutrice, le médecin, elles aussi peuvent travailler et sentir qu’elles ont une place dans la société. »

– Plus de ‘liberté’ –

En Tunisie, les femmes des zones rurales sont particulièrement touchées par les discriminations de genre et la précarité. Si au niveau national le taux de chômage des femmes est de 22,5%, il dépasse les 35% pour les gouvernorats ruraux, selon un rapport de l’Institut national de la statistique (INS) en 2015.

Najoua Dhiflaoui ajoute que beaucoup de femmes employées chez Tahadi travaillaient auparavant dans les champs dans des « conditions pénibles » ou « attendaient que leurs maris ramènent de l’argent ». Cet emploi leur procure plus de « liberté » et « d’épanouissement ».

« Il y a une grande différence entre une femme qui a un salaire mensuel et une femme qui attend l’argent de son mari », approuve Chelbia Dhiflaoui, sa cousine qui travaille aussi chez Tahadi. « Elle se sent responsable, elle a une ambition à atteindre, elle travaille pour améliorer ses conditions de vie ».

Selon Farouk Ben Salah, le projet Pampat pourrait aider Tahadi à diversifier sa production, afin de fournir davantage d’emplois à des femmes rurales.

Et la harissa Errim commence déjà à se faire un nom: on la trouve en Tunisie dans les épiceries fines mais aussi en Suisse ou en Allemagne. Des commandes ont en outre été expédiées vers la France et l’Italie, et des discussions ont été engagées pour exporter vers le Canada.

Publicités

Tunisie : les Musulmanes peuvent enfin épouser des non-musulmans


En Tunisie, le mariage des femmes musulmanes avec des hommes non-musulmans n’est plus interdit. Une avancée majeure vers plus d’égalité.

C’est la bonne nouvelle du jour : les Tunisiennes musulmanes peuvent désormais se marier à des non-musulmans. Une circulaire datant de 1973 encadrait jusqu’à présent l’union des Tunisiennes de confession musulmane. Celle-ci vient d’être annulée. Explications.

Depuis le 14 septembre, les Tunisiennes musulmanes pourront dorénavant épouser des non-musulmans dans leur pays. Les circulaires ministérielles empêchant ces unions viennent d’être abolies par le président Béji Caïd Essebsi lui-même, suite à une plainte déposée auprès du tribunal administratif par des organisations de la société civile.

Ces circulaires étaient en effet jugées discriminatoires et contraire à la Constitution qui garantie l’égalité entre les hommes et les femmes. Il s’agissait également d’une « violation du droit fondamental de tout être humain à choisir son conjoint » selon le Collectif pour les libertés individuelles.

Jusqu’à présent, les Tunisiennes qui souhaitaient se marier à des non-musulmans devaient être en mesure de fournir le certificat de conversion à l’islam de leur futur mari. Alors que, de leur côté, les hommes musulmans avaient le droit d’épouser une femme de confession judaïque ou chrétienne, selon les préceptes du Coran.

Saïda Garrach, porte-parole de la présidence de la République tunisienne a affirmé sur Facebook :

« Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la Tunisienne avec un étranger, à savoir la circulaire de 1973 et tous les textes semblables, ont été annulés. Félicitations aux femmes de Tunisie pour la consécration du droit à la liberté de choisir son conjoint. »

Une très belle avancée au nom de l’égalité dans le pays considéré comme pionnier dans le monde arabe en matière de droits des femmes.

Vive la Tunisie !


Excellente émission quotidienne que Géopolitique. Ecoutez-la ci-dessous

http://www.franceinter.fr/emission-geopolitique-vive-la-tunisie-0

Par Anthony Bellanger.

Direction la Tunisie qui s’apprête à réinstaller la statue de Bourguiba dans le centre-ville de Tunis.

Une énorme statue équestre d’Habib Bourguiba, le père de la nation et de l’indépendance de la Tunisie, sur l’avenue qui porte son nom à Tunis. Mais vous avez raison de parler de réinstallation, parce que cette statue revient à son point de départ.

Ce bronze monumental avait en effet été installé là du vivant de son vivant, déboulonnée par son tombeur et successeur le président Ben Ali, en 1988, pour être plus modestement exposé dans le quartier de la Goulette, toujours à Tunis mais en retrait.

C’est à l’actuel président Essebsi, qui a été le ministre de Bourguiba, qu’il revient d’avoir décidé de remonter le colosse équestre sur son socle historique : la statue a donc été réinstallée hier sur son socle et sera officiellement inaugurée le 1er juin prochain.

 

Tout va bien donc ? Statue, commémoration, unité nationale, tout ce dont la Tunisie a besoin ?

A voir. D’un côté, ce que vous dites est exact : la Tunisie, qui a été secouée par de très violents attentats islamistes, qui a la Libye défaite pour voisine et dont une partie de la jeunesse est partie faire le djihad en Syrie, a bien besoin de repères.

De l’autre, réinstaller la statue du commandeur en centre-ville de Tunis est une sorte de pied-de-nez particulièrement retors fait à tout une partie de la classe politique passée ou présente tunisienne. A commencer par les anciens cadres du régime de Ben Ali.

Ceux-là, de toute façon, ont été plus ou moins écartés du pouvoir et des responsabilités et la réinstallation symbolique du « président à vie » Bourguiba au centre de la capitale est une façon de signer leur licenciement définitif.

Mais c’est surtout un message adressé aux islamistes qui tous ont de bonnes raisons de détester Bourguiba qui buvait ostensiblement de l’eau pendant le Ramadan et qui avait « libéré » les Tunisiennes en leur octroyant un statut unique dans le monde arabe.

 

D’autant que les statues, les islamistes ne doivent pas les apprécier !

Effectivement, on l’a compris avec Palmyre : les radicaux n’aiment pas la représentation humaine en ronde-bosse. C’est haram, tabou !

Or il se trouve qu’il y a quelques jours à peine, le principal parti islamiste tunisien, Ennahdha, a tenu son congrès et qu’il a pris un tournant historique : celui de laisser la religion aux religieux et de ne s’intéresser qu’à la politique.

Au revoir l’islam politique, bonjour les « islamo-démocrates » sur le modèle des « chrétiens-démocrates » allemands. Cette inauguration de la statue du père de la nation est donc une façon de les prendre au mot.

C’est machiavélique mais très malin. C’est d’ailleurs ça qui est intéressant : en Tunisie, et nul par ailleurs dans le monde arabe, les questions politiques ne se règlent plus à la kalachnikov mais par le biais d’une statue.

Et s’il en fallait une, c’est pour cette raison qu’il faut soutenir ce petit pays exemplaire qui, tous les jours, par sa presse, par ses débats, par ses statues qu’on inaugure, nous donne à tous des leçons de démocratie et d’exemplarité. Alors vive la Tunisie !

TUNISIE – Pour votre sécurité…


TUNISIE – Loi antiterroriste | The Maghreb and Orient Courier

By on September, 2015 Tunisia

« Pour votre sécurité, vous n’aurez plus de liberté ! » C’est le slogan qui s’affiche ici et là, à Tunis et dans les grandes villes du pays, depuis que la loi « antiterroriste », la loi n°26 votée par le parlement tunisien ce 7 août 2015, relative à la lutte contre les infractions terroristes et la répression du blanchiment d’argent, est venue résumer à elle seule les contradictions qui écartèlent désormais la Tunisie. Si la nouvelle loi génère le débat, c’est du fait de la légitime peur qu’elle suscite, la peur que le gouvernement puisse à travers son application porter atteinte aux acquis de la révolution de 2011, en termes de droits et de libertés encore très fragiles, qui n’ont même pas encore été concrétisés dans des lois d’application abolissant les textes liberticides de la législation de la dictature, dont l’essentiel reste en vigueur.

 

Supposée assurer son salut, la protégeant du péril terroriste tout en promouvant la culture du respect des Droits de l’Homme, acquis majeur de sa révolution, la « loi antiterroriste » traduit l échec de la société tunisienne à relever le défi de la liberté et de la démocratie.

Un texte politiquement contesté

Produit en parallèle à la législation de droit commun et y dérogeant, la loi traduit de toute évidence les velléités répressives des autorités.

Elle a été adoptée selon une procédure d’urgence, se passant de la nécessaire consultation des diverses parties concernées, comme les juges, les avocats, les associations des Droits de l’Homme… bref de la société civile tunisienne, pourtant très active en ce domaine.

Le texte du projet de loi n’a même pas été publié sur le site de l’Assemblée des Représentants du Peuple (l’ARP, le parlement tunisien), contrairement à la norme en matière de projets en discussion. De plus, les autorités ont fait le choix délibéré de ne pas soumettre la loi à l’examen de sa conformité à la Constitution par la commission provisoire habilitée.

D’où un texte imparfait juridiquement sur nombre de points, faisant d’ores et déjà l’objet de contestations pour de flagrantes lacunes et aberrations, laissant supposer d’inévitables difficultés d’application, voire, surtout… des dérives liberticides.

Au reste, ce sera lors de la mise en œuvre de la loi que se vérifiera le degré de solidité des fondamentaux de la nouvelle république tunisienne, quant au respect des valeurs humanistes et des principes des Droits de l’Homme.

Dans un communiqué officiel publié à la suite d’un colloque consacré à la loi et organisé à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire, la très active Association des magistrats Tunisiens (AMT) a déjà fait état de la détermination des juges de se conformer, dans son application, moins aux dispositions de la nouvelle loi « antiterroriste » qu’à celles de la Constitution et des droits et libertés nouveaux que la loi violerait délibérément. Émettant un certain nombre de réserves, l’AMT propose ainsi quelques mesures de corrections estimées indispensables (cfr. Addenda ci-dessous).

Les assises d’un État qui se veut « de droit » ne peuvent être bancales ; or, cette importante loi ne satisfait pas à une telle évidence, ayant dès le départ choisi de violer, au nom de l’urgence, le critère premier de l’État de droit, à savoir la soumission du travail législatif au contrôle juridictionnel de sa constitutionnalité.

Il reste à relever que la loi n’est pas encore entrée en vigueur, puisqu’elle n’a pas été publiée à ce jour au Journal officiel de la République tunisienne. Aussi n’est-il pas exclu qu’il y ait encore des rebondissements, eu égard à l’opposition qu’elle suscite qui, si elle est fondée d’un point de vue de pur droit sur nombre de dispositions de la loi, n’est pas moins à forte teneur politique.

SUITE ARTICLE ICI

Tunisie: «Essebsi veut empêcher la vérité sur la corruption d’éclater»


loos

Jaouhar Ben M’Barek, militant de gauche, s’est opposé au gouvernement dominé par les islamistes d’Ennahda; il se dresse maintenant pour contester les initiatives de la coalition entre les anciens du régime dictatorial défunt et Ennahda. Rencontre avec un homme qui assume sa laïcité sans ambages.

Juriste, professeur d’université, Jaouhar Ben M’Barek, 46 ans, fait partie de ce qu’on appelle «la société civile» en Tunisie, l’un des quelques pays arabes où cette expression fait sens. Il a de qui tenir: ses parents ont connu les geôles de Bourguiba, son père, un syndicaliste connu, y a même séjourné pendant six ans. Il anime une association, «Destourna» (Notre Constitution), qui est une des rares du genre à se revendiquer ouvertement de la laïcité, à clairement promouvoir la séparation de l’Etat et de la religion. De passage à Bruxelles, il nous a confié ses impressions sur la situation dans son pays.

Comment évaluez-vous la coalition au pouvoir qui met ensemble depuis l’année dernière plusieurs partis dont les deux poids lourds, Nidaa Tounès (premier parti, regroupant pêle-mêle des nostalgiques de l’ancien régime et des gens venus de la gauche) et Ennahda (le parti islamiste)?

Cette alliance a été peu compréhensible pour les électeurs qui ont souvent eu un sentiment de trahison puisque ces deux formations avaient fait campagne aux élections de novembre 2014 en se diabolisant mutuellement! Et 72 heures après le scrutin, elles négociaient, d’où le soupçon que les carottes étaient cuites avant les élections. Par ailleurs, nous avons un problème d’opposition puisque les partis qui composent la majorité disposent de quasiment 90% des élus au parlement! Certes, il existe une opposition extra parlementaire mais elle est fragmentée. On l’a encore vu ce samedi 10 septembre à Tunis, où trois manifestations sur le même sujet n’ont même pas pu démarrer à la même heure!

Ce jour-là, un millier de manifestants ont en effet protesté contre  le projet de loi dit de «Réconciliation économique» adopté par le gouvernement qui doit être discuté et voté par le parlement. Cette affaire fait grand bruit au pays car d’aucuns considèrent que cette loi revient juste à accorder l’amnistie aux corrompus de l’ancien régime… 

Oui. Il s’agit au départ d’une initiative du président Béji Caïd Essebsi, lequel s’était pourtant abstenu d’en parler lors de la campagne électorale pour l’élection qu’il a remportée en 2014. J’estime d’ailleurs que cette question importante devrait faire l’objet d’un référendum. C’est une mauvaise loi pour au moins quatre raisons: 1. elle est anticonstitutionnelle, contraire à la procédure de la justice transitionnelle prévue par la Constitution pour solder le passé ; 2. ses prétendues retombées financières seront quasi nulles ; 3. le message est catastrophique: il nous dit que la Tunisie reste dans l’impunité par rapport à la corruption, qu’elle n’est pas prête à se réformer, que la bonne gouvernance attendra – pour les investisseurs nationaux ou étrangers qui cherchent un climat de transparence loin de l’affairisme et de la corruption qu’on a longtemps connus, c’est dramatique ; 4. la loi apporte aux Tunisiens un nouveau sujet de discorde. Il faut dire non! Va-t-on réhabiliter les Ben Ali et ceux de leur sphère qui se sont servis dans la caisse durant deux décennies? Il faudrait être très naïf pour croire qu’ils vont rapatrier le fruit de leurs larcins et l’injecter dans l’économie nationale.

Si ce n’est pas une tentative de relancer l’économie, comment analysez-vous alors cette loi de «réconciliation économique»?

C’est la facture que le président doit payer à ses donateurs qui l’ont aidé pendant la campagne électorale! C’est purement politique. Les deux grands partis coalisés au sein de la majorité gouvernementale tiendront bientôt leur congrès et les dirigeants doivent jeter du lest aux mécontents. C’est donc aussi un donnant-donnant: «je vote cette loi et j’obtiens plus de ministres au gouvernement», voilà ce qu’on offre d’un côté aux RCDistes (du nom de l’ancien parti de Ben Ali) au sein de Nidaa Tounès, et de l’autre aux cadres d’Ennahda, le parti islamiste, qui estiment qu’avec un seul ministre le parti a été marginalisé dans l’exécutif. En réalité, cette loi scelle l’alliance historique entre l’ex-RCD et Ennahda.

Pendant ce temps, l’Instance vérité et dignité (IVD), l’organe officiel de la justice transitionnelle, qui dispose selon la Constitution d’un mandat de quatre ans pour établir les dossiers des victimes de l’ancien régime et permettre à la justice de lancer des poursuites, fait l’objet de nombreuses critiques

J’ai figuré parmi les premiers critiques, il y avait beaucoup à redire. Mais ici, c’est grave: la loi de «réconciliation» met quasiment fin à la justice transitionnelle! Il faut savoir que beaucoup de victimes ont déjà été indemnisées et/ou réintégrées dans leurs fonctions. Ôter les crimes économiques de la compétence de l’IVD c’est l’asphyxier. Il faut au moins sauver l’aspect «vérité», plus important que l’aspect «sanctions». Mettre au jour le «comment»: comment la Tunisie en était arrivée là? C’est-à-dire arrivée à un tel stade de corruption, de malversations, de mauvaise gouvernance. L’identification des failles doit permettre d’éviter le retour aux mauvaises pratiques, d’entamer les réformes nécessaires. Mais ceux qui ont procédé au pillage des deniers publics ne veulent pas de ce processus. Et il faut bien constater que le président Essebsi veut empêcher la vérité d’éclater. L’IVD est démunie, elle ne dispose d’aucun levier de manoeuvre, tout le monde est contre elle: la justice, la police, le gouvernement, les médias…

La Tunisie offre la particularité d’être à la fois le pays arabe qui a le moins mal réussi son «printemps» et celui d’où émane la plus grande proportion de djihadistes qui vont en Syrie et ailleurs, comment l’expliquez-vous?

D’abord, les chiffres ne sont pas toujours concordants et ils sont surtout difficiles à vérifier faute de sources indépendantes. En outre, la Tunisie communique de manière transparente sur le nombre de ses ressortissants qui rallient les groupes terroristes contrairement aux autres pays de la région. Ensuite, il faut noter que le départ de djihadistes en Syrie était une politique d’Etat largement financée et presque avouée et cela deux années durant (2012-2013). A l’époque, la Tunisie avait rompu ses relations diplomatiques avec la Syrie et avait organisé le congrès des amis de la Syrie contre le régime Assad. Enfin, la politique d’étranglement et l’efficacité des services de sécurité et de l’armée dans le démantèlement et la lutte contre les cellules terroristes ont progressivement asphyxié les groupes djihadistes en repoussant plusieurs de leurs adeptes en dehors du territoire. Ceux-là rejoignent l’Etat islamiste (Daesh) en Syrie ou en Irak et surtout en Libye mais toujours avec l’espoir de revenir en conquérants.

Deux attentats sanglants -le Bardo et Soussse, sans parler des maquis à l’ouest- ont montré que les djihadistes tunisiens sévissent d’ailleurs déjà sur le sol national et peuvent être très  percutants. Quelle part de responsabilité estimez-vous portée par les autorités depuis 2011? 

Une responsabilité extrêmement lourde car pour la période qui a précédé les élections de 2014 le fondamentalisme a été instrumentalisé, les islamistes au pouvoir à l’époque étaient tentés en quelque sorte de faire chanter la société en brandissant la menace d’islam radical et terroriste qui contraste avec un islam modéré qu’ils prétendent, eux, incarner. Le laxisme et le laisser-faire qui en ont découlé ont permis aux terroristes de s’implanter et de mettre en place l’infrastructure de la terreur (recrutement, armement, financement…). Cela dit, il faut peut-être commencer par dénoncer toute forme d’instrumentalisation de la terreur, y compris le chantage sécuritaire qui consiste aujourd’hui à s’appuyer sur le terrorisme pour amener la population à renoncer à sa liberté.

Propos recueillis à Bruxelles par Baudouin Loos

 

PS Jaouhar Ben M’Barek était l’invité le 15 septembre dernier de l’association European Endowment for Democracy.