La mémoire courte !


Le chef de la communauté juive veut limiter l’afflux de migrants en Allemagne. C’est assez incroyable de faire du « devoir de mémoire » plusieurs fois par jour concernant la situation des Juifs qui n’ont pu fuir les persécutions nazies, et de s’opposer à l’accueil des réfugiés qui fuient d’autres persécutions ou la misère, sur des bases racistes racistes qui plus est !

Le président du Conseil central des juifs d’Allemagne, Josef Schuster, s’est prononcé lundi en faveur d’une limitation de l’afflux de réfugiés dans le pays, arguant que beaucoup d’entre eux viennent de pays où la haine des juifs est largement répandue.

Je crois qu’il faudrait que l’accès à l’Allemagne soit contrôlé. Tôt ou tard, on ne pourra pas éviter des plafonds pour limiter le nombre de réfugiés, a-t-il déclaré au quotidien allemand Die Welt.

« Beaucoup de réfugiés fuient la terreur de (l’organisation) Etat islamique et veulent vivre en paix et librement, a-t-il ajouté. Mais en même temps, ils viennent de cultures où la haine des juifs et l’intolérance sont solidement installées , a-t-il mis en garde, appelant aussi à considérer les questions relatives à l’égalité homme/femme et le rapport aux homosexuels. »

« C’est déconcertant, si la CSU (le parti conservateur allié de la CDU de Mme Merkel, qui exige une limitation du flux de réfugiés, ndlr) et le Conseil central des juifs exigent que la convention européenne des droits de l’homme soit mise de facto hors service, » a réagi auprès de l’AFP Günter Burkhardt, patron de l’ONG allemande d’aide aux demandeurs d’asile Pro Asyl.

(©AFP / 23 novembre 2015 11h37)

  • On pourrait ajouter qu’un grand nombre de réfugiés syriens, qui sont des Palestiniens, ne demanderaient pas mieux que de retourner dans leur pays, la Palestine, au lieu d’aller en Allemagne ou ailleurs, si les amis israéliens de M. Schuster, ne les en empêchaient pas et respectaient le droit international (résolution 194 de l’ONU) !

CAPJPO-EuroPalestine

Mohammed Assaf 21 nov au Bozar


[youtube https://youtu.be/jCOfMdXNSzs?]

Pour sa nouvelle édition, le Moussem Sounds rend hommage à la culture palestinienne. Mohammed Assaf, qui fut notamment sacré meilleur artiste du Moyen-Orient aux MTV Europe Music Awards, en est l’invité d’honneur. Trois artistes palestiniennes résidant en Belgique vous feront également partager leurs oeuvres : Samah Hijawi, plasticienne, ainsi que Nisma al-Aklouk, écrivaine, et Fatena Al-Ghorra, poète. Par ailleurs, BOZAR accueillera The Long Journey, l’exposition photographique d’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine) qui témoigne de l’histoire et de la résilience des réfugiés de Palestine.

Co-production: Bozar Music, Moussem Festival
With the collaboration of: Mission of Palestine to the EU, Belgium and Luxembourg

MORE INFO: http://bit.ly/1NFfcZ9

Tickets online of bellen: http://www.bozar.be/nl/static-pages/106011-contact

VOORPROGRAMMA: 19 uur
-De Palestijnse artiesten Samah Hijawi (beeldend kunstenares en performance artist),
– Schrijfster Nisma Al Ahlouk
– Dichteres Fatena Al Ghora

OPTREDEN Mohammed Assaf: 20 uur

Encore une chanson waw !

[youtube https://youtu.be/Aj-pyJF6ckU?]

 

L’affaire Ali Aarrass après les attentats de Paris


Le problème serait la radicalisation. L’intégration ratée des jeunes dans nos valeurs démocratiques. Et s’il s’agissait plutôt du retour violent du boomerang ? Le boomerang des guerres interminables menées ailleurs et qui nous revient ? Oui, je me répète. Je l’ai écrit après chaque attentat qui a frappé l’Europe ces dernières années. Dans « The making of Anders B.Breivik ». Dans « D’Oslo-Utoya à Toulouse-Montauban : l’horreur de la guerre gagne l’Europe ». Dans le chapitre de « Guantanamo chez nous ? », à propos des volontaires pour l’Afghanistan, l’Irak et la Syrie.

Les barbaries commises à Paris ce 13 novembre s’ajoutent à la liste macabre. Pour ces actes, il n’y a aucune justification, ni humaine, ni politique, ni religieuse.

Parfois, seules les larmes peuvent encore parler. Des larmes qui deviennent un acte politique.

Pleurer les victimes des attentats et leurs familles, aussi bien celles des tués que des tueurs. Les victimes de Paris, mais aussi celles de Beyrouth ou de Gaza. Pleurer tous ces milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents, victimes de drones et de bombes soi-disant chirurgicales. Pleurer ce monde laissé à nos enfants, aussi bien aux jeunes tueurs qu’à leurs jeunes victimes. Ce monde injuste, ce monde d’inégalités criantes et révoltantes, mis à feu et à sang depuis un quart de siècle par des guerres sans fin.

Après chaque attentat, la réaction de nos gouvernants est identique. Augmenter d’un cran la guerre, l’esprit de revanche, la répression, les contrôles, les murs, l’islamophobie, la mise en observation et l’état d’exception pour les communautés d’origine immigrée, stigmatisées comme cinquième colonne.

Jamais la paix. Jamais plus de justice. Jamais la conciliation et le dialogue.

Nous assistons à la chasse à l’homme, 24 heures sur 24, en live sur nos écrans de télévision. A une occupation policière et médiatique de la commune de Molenbeek, taxée dorénavant « commune terroriste » dans le monde entier. Jan Jambon, le ministre de l’Intérieur belge, déclare qu’il va « personnellement nettoyer cette commune ». Dans ce climat, Eric Zemmour peut ajouter tranquillement sur RTL que « la France devait bombarder Molenbeek ».

Et puis, il y aura les victimes collatérales de ce choc médiatique mondial. Les réfugiés, à qui on refusera l’accès. Les détenus, victimes innocentes des frappes antiterroristes dans des pays partout dans le monde, à qui on refuse une libération, un traitement humain ou un procès équitable.

Une des victimes du terrorisme d’État s’appelle Ali Aarrass, dont la presse marocaine rappelle déjà qu’il est « le libraire du quartier bruxellois de Molenbeek ». Qu’Ali Aarrass est aussi catastrophé que nous, qu’il a toujours condamné fermement tout attentat, d’où qu’il vienne, qu’il soit perpétré à Casablanca, à Madrid, à Bruxelles ou à Paris contre des hommes, femmes et enfants innocents, n’a pas d’importance. L’opération des autorités marocaines pour lier sa cause aux attentats terroristes est déjà en cours. Avec le soutien de certains politiciens belges.

Ali Aarrass, un homme innocent et torturé : un rappel des faits

Des membres de la Brigade nationale de la Police judiciaire (BNPJ) ont torturé Ali Aarrass pendant les 10 jours de sa détention en garde à vue, en décembre 2010, c’est un fait établi et confirmé. C’est en effet à ce moment-là, et à ce moment seulement, que l’homme qui clame son innocence depuis le premier jour de son arrestation, qui a été innocenté en 2009 par Baltazar Garzon, le juge antiterroriste le plus sévère de l’Europe, a craqué et a paraphé l’acte d’accusation de la police. Ce qui va servir comme unique preuve pendant tout le procès Ali Aarrass.

Pour Human Rights Watch (HRW), il s’agit là d’une méthode systématique que l’organisation a dénoncée en 2013 dans un rapport de 137 pages sous le titre éloquent : « Tu signes ici, c’est tout : Procès injustes au Maroc fondés sur des aveux à la police ». Human Rights Watch est arrivé à cette conclusion après son analyse de « six affaires politiquement sensibles, jugées entre 2008 et 2013 ». HRW y dénonce le fait que les 84 personnes inculpées dans ces six affaires ont été condamnées sur base des aveux « extorqués sous la torture ou par d’autres méthodes illégales » ou sur base de « témoignages, sans que les témoins aient dû témoigner devant le tribunal ».

Si ce rapport sur les méthodes « antiterroristes » marocaines ne suffit pas, prenez n’importe quel document sur Guantanamo. Vous y verrez que le Maroc a servi de base de transfert et de torture de détenus, sur la route de l’Afghanistan ou du Pakistan vers Guantanamo.

Les faits de torture d’Ali Aarrass ont été confirmés tout d’abord par Juan Mendez, rapporteur de l’ONU sur la torture, dans son rapport sur Ali Aarrass en septembre 2012. Ensuite, en septembre 2013, par le Comité de l’ONU contre la détention arbitraire, qui demandait sa libération immédiate. En mai 2014, un autre Comité de l’ONU, le Comité contre la torture, a condamné la Maroc pour avoir violé la règle absolue de l’interdiction de la torture, pour ne pas avoir mené une enquête sérieuse sur sa torture, et pour avoir condamné Ali Aarrass sur base de preuves tronquées. Le Comité a exigé une enquête impartiale et approfondie, incluant un examen médical conforme aux standards internationaux.

En août 2014, le Comité des droits de l’homme des Nations unies condamne l’Espagne pour avoir extradé Ali Aarrass au Maroc alors qu’il existait un risque sérieux de torture, comme le même comité l’avait signalé en extrême urgence quatre ans auparavant. Le Comité impose à l’Espagne d’offrir une compensation adéquate à Ali Aarrass pour les souffrances encourues et d’assurer un suivi efficace quant au traitement d’Ali Aarrass.

En février 2014, puis en appel en septembre 2014, la Belgique est condamnée par deux Cours de justice belges à « requérir de l’État du Maroc de permettre aux autorités consulaires au Maroc de rendre hebdomadairement visite à Ali Aarrass pendant une période de six mois », et à payer « une astreinte de 100 euros par jour de retard si elle n’adresse pas cette demande dans le mois de la signification de l’arrêt », si elle ne réagit pas à l’urgence signalée par la Cour de Bruxelles. Pour la Cour, « des indications sérieuses tendent à démontrer que l’intimé (Ali Aarrass) a subi des traitements inhumains et dégradants dans les prisons marocaines afin de lui arracher des aveux. » La Cour critique « le silence persistant conservé par les autorités marocaines aux demandes d’information », « la manière dont elles tendent à minimiser les plaintes de l’intimé ». Pour la Cour, il est clair qu’ « Ali Aarrass subit encore à ce jour des atteintes graves à son intégrité physique et à son intégrité morale.. »

En mai 2014, Ali Aarrass devient une des cinq personnes emblématiques de la campagne mondiale contre la torture d’Amnesty international. En octobre 2015, le Comité Free Ali, la Ligue des Droits de l’Homme et le MRAX rendent publique une video d’Ali Aarrass faite à la prison de Salé II. La vidéo a été réalisée suite aux maltraitances qu’Ali a subies après son témoignage à Juan Mendez en 2012. Elle constitue une preuve – cette fois visible -, qui s’ajoute au dossier accablant sur ses tortures.

Le silence assourdissant du Maroc

Comme le constate la Cour de Bruxelles, le silence des autorités marocaines a été leur principale réponse. Silence quant à la demande, datant de 2012, de recevoir un oui ou un non pour un procès en cassation. A la demande, datant de septembre 2014, d’obtenir la permission d’une visite consulaire belge à Ali Aarrass. A la demande de faire un examen sur la torture d’Ali Aarrass conforme aux règles établies par le Protocol d’Istanbul. A la demande des Comités onusiens pour la mise en liberté immédiate d’Ali Aarrass.

Si les autorités marocaines ne donnent aucune des réponses qu’on attend d’elles, elles se lancent par contre dans des articles incendiaires dans la presse du régime, aidées par des rédacteurs complices. Par la voie de la MAP (Maghreb arabe presse), ou en publiant sur les sites de 360M, Opinion et autres. Les tortionnaires – qui portent la responsabilité du drame Ali Aarrass pour lequel ils devront rendre des comptes tôt ou tard -, s’y déchaînent tout en aggravant leur cas.

Guilty by association – coupable par association : Ali Aarrass et Charlie Hebdo

J’ai assisté à toutes les audiences du procès d’Ali Aarrass, aussi bien en première instance qu’en appel. À aucun moment je n’ai vu l’accusation apporter une seule preuve matérielle de son accusation. Ni entendu un seul témoin venir témoigner pour ou contre Ali. Ni assisté à une confrontation avec ceux qui, selon l’accusation, l’auraient accusé de faire partie d’un complot terroriste.

Toutes ces demandes de la défense ont été rejetées. La seule et unique « preuve » présentée au tribunal étant l’accusation de la police, paraphée par Ali Aarrass, rédigée en arabe, langue qu’Ali Aarrass ne maîtrise pas. Les tortionnaires savent que la base de condamnation d’Ali Aarrass est à ce point inexistante qu’il ne leur reste que le déni systématique et son association à des affaires terroristes qui font trembler l’Europe.

Ainsi, le 24 janvier 2015, après les attentats à Paris contre Charlie Hebdo, un certain Abdelkader El-Aine publie un article dans le 360M sous le titre : « Attentats de Paris : la piste des réseaux d’Ali Aarrass ». Avec comme sous-titre : « Les armes ayant servi aux attentats de Paris pourraient avoir été fournies par des réseaux proches d’Ali Aarrass, détenu au Maroc depuis 2010 ». « Pourraient avoir été fournies »… Preuve apportée par ce journaliste du Mahzen ? Aucune. Il lui suffit de suggérer des liens. Pour faire taire les critiques et les condamnations, il lui suffit de semer la peur et le doute en liant Ali Aarrass aux attaques contre Charlie Hebdo, un magazine dont Ali Aarrass n’a probablement jamais entendu parler dans sa cellule marocaine. Voyez-vous, écrit le journaliste, comme certaines armes utilisées par les auteurs des attentats contre Charlie Hebo proviendraient de la Belgique, le lien avec l’affaire du Belge Ali Aarrass n’est-il pas évident ? Puisque lui aussi est accusé d’être le responsable logistique d’un trafic d’armes ? Ce que ce journaliste ne réalise pas, c’est qu’en nous proposant sa conception délirante de justice et de droit, il met à nu l’inexistence d’un état de droit marocain.

Guilty by association – coupable par association : Ali Aarrass et ISIS

Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est que Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, se prête au même jeu honteux que le Mahzen marocain. Ainsi, dans l’émission de la RTBF (« Jeudi en Prime », 5 novembre 2015), pour se justifier de sa non-intervention pour un concitoyen torturé au Maroc, Reynders appelle à la prudence et s’oppose à la demande de libération en suggérant un lien entre Ali Aarrass et l’Etat islamique en Syrie. Cela n’a pas échappé au MAP et au 360M qui ont sauté sur cette occasion dans un article publié le jour même des attentats à Paris sous le titre : « Le cas Ali Aarrass : halte aux surenchères politiques ! ». En voici un large extrait : « Côté belge, une récente réaction médiatique inédite du ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, visiblement lassé d’être interpellé pour une affaire qui prend son cours normal par la justice marocaine et les autorités compétentes, est venue tirer les choses au clair. Au journaliste qui l’interrogeait sur le sujet il a répondu : « J’ai entendu des abominations (…). Quand on ne connaît pas le dossier, il ne faut pas s’exprimer. C’est un dossier lié au terrorisme (…). Dans le cadre de mes responsabilités, j’ai interrogé les services de renseignements belges qui me disent que depuis le début des années 2000, il est suivi pour ce genre de faits ».

L’article continue : « Et Reynders de souligner que s’il y a un doute à ce sujet, il y a des procédures au Maroc. Dans le climat que nous vivons, a encore dit Reynders, je viens de réunir à Bruxelles, la coalition de lutte en Irak et en Syrie contre le terrorisme et le djihadisme, il faut être prudent. Pour lui, on peut demander des conditions de traitement correctes, à mettre fin à une grève de la faim pour réintégrer la prison dans de bonnes conditions, mais dire qu’il faut le libérer, je n’irais pas jusque-là. Ce sont des propos d’autant plus sages et circonspects que la justice marocaine est plus que jamais souveraine. Le ministre belge a également confirmé qu’Ali Aarrass bénéficie de ses droits aux visites, notamment de membres de sa famille, du CNDH et des services consulaires belges. Ceux qui avaient suivi les péripéties du procès du réseau Belliraj se souviennent bien d’Ali Aarrass, le libraire du quartier bruxellois Molenbeek ». Fin de citation.

Reynders, qui a toujours affirmé que le dossier Ali Aarrass était une affaire exclusivement marocaine, qui ne concernait en rien la Belgique, lance une véritable bombe. Pour suggérer la culpabilité d’Ali Aarrass. Reynders déclare à la télévision nationale, déclaration reprise par la presse marocaine : « Les services secrets belges suivent Ali Aarrass pour des affaires de terrorisme depuis 2000 » ! Fait, jusqu’à présent inconnu de la défense. Fait inconnu de son prédécesseur Van Ackere, de De Clercq ou Turtelboom, les ministres de la Justice belge pourtant maintes fois sollicités dans ce dossier. Fait jamais mentionné depuis le début du dossier en 2008. Cette affirmation mérite une interpellation parlementaire.

Trois remarques à ce propos. D’abord, l’information est invérifiable, puisqu’il s’agit sans doute d’informations secrètes, dont on a l’habitude dans les dossiers antiterroristes. Deux. Reynders ne mentionne pas le résultat de ce « suivi ». Ali Aarrass étant toujours en possession d’un casier judiciaire vierge, quel en a été le résultat ? Trois. Reynders est-il en train de dire que les services secrets belges étaient directement impliqués dans l’arrestation d’Ali Aarrass ? Dans ce cas, tout ce dossier prendrait un autre tournant, mettant à mal toutes les déclarations de non-ingérence de la Belgique dans ce dossier.

Pour suggérer la culpabilité d’Ali Aarrass, Reynders parle de la réunion de la coalition contre l’État islamique et Daesch en Syrie et en Irak, toutefois sans donner aucune information ou preuve sur l’implication d’Ali. Un procédé pervers à la marocaine où on voit que certains politiciens ne reculent devant rien quand ils sont, comme Reynders, acculés à la défensive. Quant à « la prudence » à laquelle appelle Reynders, ce sont plutôt le Maroc et la Belgique qui auraient intérêt à l’être. Au procès des recruteurs de jeunes pour la Syrie actuellement en cours à Bruxelles, le nom d’un informateur/infiltrant de nationalité marocaine, disposant d’une carte de presse marocaine, travaillant pour les services secrets belges et espagnols, vient d’être cité comme étant un des principaux recruteurs de jeunes envoyés au combat en Syrie. Une affaire à suivre.

Après le 13 novembre : Ali Aarrass, le Molenbeekois ?

Molenbeek après les attentats de Paris du 13-11-15

Plus généralement, que peut-on encore attendre des autorités marocaines et belges qui, face aux piles de rapports nationaux et internationaux condamnant la Maroc dans l’affaire Ali Aarrass, continuent à réfuter l’irréfutable ?

Après les attentats du 13 novembre à Paris, nous pouvons nous attendre avec certitude à de nouveaux articles du même genre. Cette fois liant Ali Aarrass à Molenbeek où il a été libraire. Le climat actuel s’y prête. Dans la répression qui s’abat en France et à Bruxelles, on ne parle plus d’individus. On met toutes les « affaires » d’aujourd’hui et du passé dans le même sac terroriste, sans distinction, sans contexte, sans histoire, sans se soucier de l’innocence ou de la culpabilité. Aujourd’hui, nous assistons à la stigmatisation de toute une commune, Molenbeek, une des plus pauvres de Belgique, peuplée d’une communauté issue majoritairement de l’immigration marocaine, comme étant le nid des terroristes.

La piste est très glissante et dangereuse. Non seulement pour la cause d’Ali Aarrass et celle de tous les autres détenus politiques au Maroc. Mais, de plus en plus, pour une communauté tout entière. Une situation qui rappelle l’internement de la population catholique en 1971 pendant la guerre contre les Britanniques en Irlande du Nord. Ou l’internement des Américains d’origine japonaise pendant la deuxième guerre mondiale. Jusqu’où ira-t-on ? Ce qui est certain, c’est qu’à partir de 2016 la police marocaine apparaîtra dans les rues de Molenbeek. Ce qui est certain, c’est que tous les habitants de Molenbeek devront dorénavant faire attention. Non seulement en Belgique, mais surtout au Maroc. Parce que, pour le Mahzen et les tortionnaires de la BNPJ, ils viennent d’une commune qui héberge des terroristes. Et au Maroc, vous l’avez compris, ça suffira comme preuve.

Mais la criminalisation d’une commune et d’une communauté entière aura aussi comme conséquence que plus de personnes se joindront à la défense d’Ali Aarrass. « Ali Aarrass est un héros », a dit le député bruxellois socialiste Jamal Ikazban à la soirée d’Amnesty international à l’ULB à Bruxelles.

Oui, Ali Aarrass deviendra de plus en plus le symbole de la lutte pour les droits égaux des citoyens de seconde zone dans ce pays. Il deviendra le symbole de la lutte contre l’étoile jaune des temps modernes : contre l’étiquette de terroriste collée injustement à ces milliers de familles, hommes, femmes et enfants, vivant à Molenbeek et ailleurs.

Luk Vervaet

Source :Site de Luk Vervaet

« Avec nous, ou avec les terroristes » : les éditorialistes-faucons sont de retour


par Colin Brunel, Vendredi 20 Novembre 2015

Les voix dissidentes sont-elles encore audibles ? Question que l’on peut légitimement se poser au regard de l’assaut mené par certains éditorialistes et chroniqueurs, depuis les attentats de vendredi soir, contre celles et ceux qui n’adhèrent pas pleinement à la rhétorique de « l’union nationale ».

Au-delà de l’évidente condamnation de ces actes ignobles et de l’expression de la solidarité avec les victimes et leurs proches, certaines organisations et certains individus ont tenté de faire entendre une voix discordante, refusant de s’identifier de manière acritique à la politique française, qu’elle soit étrangère ou intérieure.

Ces voix discordantes ont-elles raison ? Là n’est pas la question. Il s’agit plutôt de savoir si elles ont le droit de s’exprimer dans l’espace public et, singulièrement, dans l’espace médiatique. Nous estimons que oui, car rien ne saurait justifier l’interruption du débat démocratique, a fortiori dans un moment où une population sous le choc a envie, et besoin, de réfléchir et de comprendre.

Or de toute évidence, certains considèrent qu’il est urgent de faire taire ces voix dissonantes. Mais comme ils ne peuvent aller jusqu’à demander qu’on les interdise de s’exprimer, ils ont choisi de les attaquer de front, en maniant caricatures, amalgames, voire mensonges, afin de les délégitimer.

« Crétins »

Cela a commencé dans la nuit du 13 au 14 novembre, avec un éditorial signé Joseph Macé-Scaron, publié sur le site de Marianne avant d’être repris (et parfois reformulé) dans la version papier du magazine. Extrait :

Et l’on voit déjà les cortèges des crétins des deux bords d’extrême gauche et d’extrême droite s’avancer vers nous. « Ce sont vos guerres, ce sont nos morts » clament les premiers. Comme si la lutte contre les fous de Daesh et ses métastases en Afrique étaient une affaire de guerre coloniale.Décidemment (sic), jusqu’au bout, ils n’auront rien compris.

Au-delà du classique amalgame entre les-extrêmes-qui-se-touchent, on ne pourra manquer de relever la finesse argumentative du directeur de la rédaction de Marianne (« crétins », « rien compris »), plagiaire avéré qui s’autorise, du haut de sa superbe, à jeter le discrédit sur ceux dont il ne partage pas l’avis.

Quelques heures plus tard, toujours sur le site de Marianne, c’est Thibaut Pézerat qui prend la relève, dans un article [1], entendant dénoncer « les commentaires politiques les plus obscènes » : « D’un côté du front, les appels au calme, à l’union nationale, les messages de solidarité. De l’autre, ceux qui soufflent sur les braises encore chaudes, éparpillées ça et là à Paris, à Saint-Denis ».

Et le journaliste, à l’instar de son patron, d’amalgamer sans gêne « extrême-droite » et « extrême-gauche », et de regrouper sous le même label (« vautours ») un Philippe de Villiers parlant de la « mosquéisation de la France » (sic) un Lionnel Luca évoquant « un pays en voie de libanisation »et les positions de Lutte Ouvrière (LO) et du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA).

Ces deux organisations ont certes publié, après les attentats, des communiqués de presse [2] dans lesquels elles établissent un lien entre les interventions militaires françaises au Moyen-Orient et les attentats de Paris, exprimant leur refus de joindre leurs voix au concert de « l’union nationale », tout en condamnant fermement les attentats.

Mais Thibaut Pézerat n’a pas peur du ridicule, puisqu’il s’en prend à la« complaisance de l’extrême-gauche à l’égard de l’horreur islamiste  » tout en citant un communiqué du NPA qui dénonce la « barbarie abjecte en plein Paris » [3]. On ne peut que conseiller au journaliste d’ouvrir un dictionnaire et de se renseigner sur le sens des mots « barbarie », « abjecte », et « complaisance ». Cela lui évitera peut-être, à l’avenir, les calomnies [4].

Toujours dans Marianne, Jack Dion caricature une nouvelle fois les propos de ce qu’il nomme « la brigade islamo-gauchiste » [5]. D’après sa lecture, pour « eux » (le NPA, « des associations, des syndicats et des partis de gauche », Julien Salingue…), « la France et les djihadistes sont ainsi renvoyés dos à dos, l’une étant jugée aussi responsable du bain de sang que les seconds. »Et son raisonnement va même plus loin : « cette sphère islamo-gauchiste (…) se refuse à toute condamnation explicite du djihadisme et (…) assimile toute condamnation de l’intégrisme à une forme de haine à l’égard des musulmans. »Pourtant, si l’on excepte un extrait tronqué du communiqué officiel du NPA, Jack Dion ne se base sur rien d’autre que quelques idées reçues pour appuyer son analyse.

« Ils excusent les tueurs »

 

lire la suite ici
Colin Brunel

BAUDOUIN LOOS


loos

Terriblement prémonitoire… Interview publiée dans Le Soir le 9 janvier dernier, après les attentats de Charlie-Hebdo et du supermarché cacher:

«Ce qui s’est passé à Paris n’est rien à côté de ce qui nous attend»

«Le pire est devant nous!» Celui qui nous parle des jeunes Bruxellois attirés par les sirènes djihadistes sait de quoi il parle. Depuis plus de quinze ans, il arpente les trottoirs des communes de la capitale, comme travailleur social. Les quartiers dits «difficiles», il connaît. Pour préserver ce travail, il nous demande de conserver l’anonymat. On l’appellera donc par exemple «Samir».

Pour cet homme de terrain, «beaucoup de responsables politiques ne sont pas en phase avec la réalité». Une réalité qu’il décrit d’une manière crue. «Je ne parle pas de la première ou de la seconde génération d’immigrés. Mais de ceux qui sont jeunes maintenant. Beaucoup dans les quartiers portent les cicatrices de l’échec scolaire et des discriminations. Ils ont une double fragilité, la première nourrissant la seconde: une fragilité socio-économique et une fragilité identitaire. Ce qui les laisse démunis face à certaines dynamiques comme celles qu’ils voient sur internet à propos du Proche et Moyen-Orient. En outre, sur Facebook, ce que racontent et montrent leurs amis partis faire le djihad est parfois loin des images horribles qu’on imagine, mais ce sont des villas, des voitures, des femmes.»

Le cri d’alarme de Samir se veut strident. «Tant qu’on ne fixera pas rapidement des objectifs de lutte efficace contre l’échec scolaire, la pauvreté, pour l’égalité des chances, le respect des différences et la formation, on fera face à des conséquences toujours plus effrayantes. Certains n’ont pas subi d’échecs scolaires, disposent de diplômes en bonne et due forme, mais ils ne trouvent pas d’emploi parce qu’ils s’appellent Mohamed ou Abdallah.»

Mais les frustrations prennent aussi racines ailleurs que dans leur pays natal. «Ils ne sont pas fous, comme on le dit ici ou là. Ils sont dans une logique de guerre, et ils ne répondent pas au cliché de ces jeunes qui mélangeraient tout: ils connaissent très bien les enjeux en Europe comme au Proche-Orient. Ils vous parlent des injustices faites aux Palestiniens, de l’invasion de l’Irak, des morts en Syrie, mais aussi de l’islamophobie qui règne en Europe, deux poids deux mesures selon que vous vous appeliez Dieudonné, interdit de spectacle, ou Zemmour, héros des plateaux télévisés.»

Samir est intarissable. Il veut encore nous citer un exemple: «Je discutais hier avec des jeunes, l’un d’entre eux, avec un diplôme de comptable, doit faire la plonge dans un restaurant de Jette pour se nourrir, il dit y être traité comme un animal. On parlait de Charlie-Hebdo et un autre m’a dit: « Ouais, tout le monde est indigné ici et quand des centaines d’enfants meurent à Gaza sous les bombes israéliennes, on n’entend pas de réactions ». Ces gars, avec un flingue, pourraient un jour péter les plombs!».

Pour autant, ils ne sont pas tous prêts à se saisir d’une Kalachnikov. «Non, bien sûr. Mais il faut agir. On dit que le gouvernement s’apprête à durcir la répression contre les djihadistes belges qui reviennent au pays: se concentrer sur la répression, c’est ignorer que le travail doit commencer en amont sur le terrain social, alors qu’il y a si peu de structures et de moyens humains disponibles pour résoudre ces problèmes dans nos communes. Il y a un manque d’intérêt des autorités envers cette jeunesse qui décroche, désœuvrée, qui vit dans sa chair les injustices locales et celles du Proche-Orient. Je vous le dis, bien que je sois pourtant d’un naturel optimiste: ce qui s’est passé hier à Paris n’est rien à côté de ce qui nous attend!»

source

BAUDOUIN LOOS