« Avec nous, ou avec les terroristes » : les éditorialistes-faucons sont de retour


par Colin Brunel, Vendredi 20 Novembre 2015

Les voix dissidentes sont-elles encore audibles ? Question que l’on peut légitimement se poser au regard de l’assaut mené par certains éditorialistes et chroniqueurs, depuis les attentats de vendredi soir, contre celles et ceux qui n’adhèrent pas pleinement à la rhétorique de « l’union nationale ».

Au-delà de l’évidente condamnation de ces actes ignobles et de l’expression de la solidarité avec les victimes et leurs proches, certaines organisations et certains individus ont tenté de faire entendre une voix discordante, refusant de s’identifier de manière acritique à la politique française, qu’elle soit étrangère ou intérieure.

Ces voix discordantes ont-elles raison ? Là n’est pas la question. Il s’agit plutôt de savoir si elles ont le droit de s’exprimer dans l’espace public et, singulièrement, dans l’espace médiatique. Nous estimons que oui, car rien ne saurait justifier l’interruption du débat démocratique, a fortiori dans un moment où une population sous le choc a envie, et besoin, de réfléchir et de comprendre.

Or de toute évidence, certains considèrent qu’il est urgent de faire taire ces voix dissonantes. Mais comme ils ne peuvent aller jusqu’à demander qu’on les interdise de s’exprimer, ils ont choisi de les attaquer de front, en maniant caricatures, amalgames, voire mensonges, afin de les délégitimer.

« Crétins »

Cela a commencé dans la nuit du 13 au 14 novembre, avec un éditorial signé Joseph Macé-Scaron, publié sur le site de Marianne avant d’être repris (et parfois reformulé) dans la version papier du magazine. Extrait :

Et l’on voit déjà les cortèges des crétins des deux bords d’extrême gauche et d’extrême droite s’avancer vers nous. « Ce sont vos guerres, ce sont nos morts » clament les premiers. Comme si la lutte contre les fous de Daesh et ses métastases en Afrique étaient une affaire de guerre coloniale.Décidemment (sic), jusqu’au bout, ils n’auront rien compris.

Au-delà du classique amalgame entre les-extrêmes-qui-se-touchent, on ne pourra manquer de relever la finesse argumentative du directeur de la rédaction de Marianne (« crétins », « rien compris »), plagiaire avéré qui s’autorise, du haut de sa superbe, à jeter le discrédit sur ceux dont il ne partage pas l’avis.

Quelques heures plus tard, toujours sur le site de Marianne, c’est Thibaut Pézerat qui prend la relève, dans un article [1], entendant dénoncer « les commentaires politiques les plus obscènes » : « D’un côté du front, les appels au calme, à l’union nationale, les messages de solidarité. De l’autre, ceux qui soufflent sur les braises encore chaudes, éparpillées ça et là à Paris, à Saint-Denis ».

Et le journaliste, à l’instar de son patron, d’amalgamer sans gêne « extrême-droite » et « extrême-gauche », et de regrouper sous le même label (« vautours ») un Philippe de Villiers parlant de la « mosquéisation de la France » (sic) un Lionnel Luca évoquant « un pays en voie de libanisation »et les positions de Lutte Ouvrière (LO) et du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA).

Ces deux organisations ont certes publié, après les attentats, des communiqués de presse [2] dans lesquels elles établissent un lien entre les interventions militaires françaises au Moyen-Orient et les attentats de Paris, exprimant leur refus de joindre leurs voix au concert de « l’union nationale », tout en condamnant fermement les attentats.

Mais Thibaut Pézerat n’a pas peur du ridicule, puisqu’il s’en prend à la« complaisance de l’extrême-gauche à l’égard de l’horreur islamiste  » tout en citant un communiqué du NPA qui dénonce la « barbarie abjecte en plein Paris » [3]. On ne peut que conseiller au journaliste d’ouvrir un dictionnaire et de se renseigner sur le sens des mots « barbarie », « abjecte », et « complaisance ». Cela lui évitera peut-être, à l’avenir, les calomnies [4].

Toujours dans Marianne, Jack Dion caricature une nouvelle fois les propos de ce qu’il nomme « la brigade islamo-gauchiste » [5]. D’après sa lecture, pour « eux » (le NPA, « des associations, des syndicats et des partis de gauche », Julien Salingue…), « la France et les djihadistes sont ainsi renvoyés dos à dos, l’une étant jugée aussi responsable du bain de sang que les seconds. »Et son raisonnement va même plus loin : « cette sphère islamo-gauchiste (…) se refuse à toute condamnation explicite du djihadisme et (…) assimile toute condamnation de l’intégrisme à une forme de haine à l’égard des musulmans. »Pourtant, si l’on excepte un extrait tronqué du communiqué officiel du NPA, Jack Dion ne se base sur rien d’autre que quelques idées reçues pour appuyer son analyse.

« Ils excusent les tueurs »

 

lire la suite ici
Colin Brunel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s