Europe : s’adresser directement aux gens


Article de Pierre Defraigne à lire ici

 

et réponse de Philippe Grell

Cher Monsieur Defraigne,

La thérapie de choc consistant à s’adresser directement aux citoyens me paraît effectivement indispensable pour une remise en confiance de l’opinion et une reprise de sens du projet européen.

Mais comme vous le dites très bien, il y aurait lieu de bien préparer l’opinion et de fixer des modalités concrètes pour limiter les risques de la démocratie directe.

Et « la consultation populaire devrait porter sur des questions politiques préalables à une révision des Traités ».

Cela me rappelle la consultation populaire du G1000 en Belgique à laquelle j’avais participé lors de la crise des 538 jours sans gouvernement.

Mais nous sommes à une époque où les choses changent rapidement et où nous devons faire face à des conditions inéluctables telles que le réchauffement climatique, la pollution de notre planète et la limite de ses ressources. Cela nous amène à des choix précis sous peine de disparition de notre espèce.

– pour moi, il n’est plus possible de rêver à une Europe « grande puissance économique » située entre les USA et les BRICS dans un « Grand Marché concurrentiel mondial ». Mais bien comme une « grande puissance humaniste » mettant La Vie au sommet de ses valeurs et tout le reste au service de la protection et de l’épanouissement de la vie (ce n’est d’ailleurs que revenir aux « fondamentaux » de notre civilisation judéo-chrétienne et des Lumières);

– il n’est plus possible non plus dans nos pays développés de rêver à une croissance économique continuée mais bien à une meilleure répartition des richesses assurant à tous les européens une vie humaine digne (nous avons en effet atteint pour la plupart un niveau de vie suffisant, que les autres continents nous envient) ;

– notre activité économique, visant à maintenir ce niveau de vie, devrait se concentrer principalement sur la créativité et l’innovation de biens « durables et recyclables » dans de petites et moyennes entreprises à taille humaine. Cela signifie : fermer la porte aux multinationales qui ne mettent pas le bien-être de leurs employés au pinacle de leur raison sociale et aux industries alimentaires qui barrent la route à l’agriculture de proximité (voir le film « Demain ») ;

– excepté en cas de survie, je pense que le travail n’a plus pour but principal de « gagner sa vie » mais bien d’épanouir sa personnalité au service de la société. Et que la qualité d’une personne ne se mesure pas à la hauteur (parfois invraisemblable) de la rémunération qu’on lui octroie (valeur spéculative sur le marché du travail) mais à ses dons propres et compétences acquises qui sont valeurs humaines non monnayables ;

– il me semble indispensable pour l’Europe d’investir davantage dans l’éducation et l’instruction de ses ressortissants et dans la création pour eux d’emplois « outremer » visant à aider les populations autochtones à faire advenir dans leurs pays « en voie de développement » une économie capable de leur assurer un niveau de vie suffisant (il y aurait par le fait même moins de demandeurs d’asile en Europe – ce serait aussi prendre en charge officiellement ces ONG qui n’existent que comme palliatifs aux carences gouvernementales) ;

– nous devrions aussi veiller à une indépendance augmentée vis-à-vis des États-Unis et de l’OTAN et avoir notre propre politique internationale européenne unifiée (et ne plus voir deux pays européens qui disent « non » à Erdogan et un autre qui dit « oui » !) ;

– en ce qui concerne une armée européenne, je suis forcé de revoir mon opinion : de moins en moins d’européens sont prêts à « sacrifier leur vie pour leur pays » et certainement pas pour aller mener une guerre en-dehors de l’Europe. Même les troupes de l’ONU ne risquent plus leurs vies pour maintenir la paix mais s’enrôlent pour des soldes et des missions intéressantes ;

– s’il est bien dans la vocation européenne de protéger à vie, il serait temps aussi de renoncer à la fabrication d’engins qui n’ont pour but que de tuer ; cela ne peut éventuellement se justifier que pour la légitime défense en cas d’envahisseurs armés.

Philippe Grell

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s