Manifeste adressé par de jeunes grévistes à Madame Marghem


Lettre de jeunes manifestants à la ministre fédérale du climat parue dans la Libre Belgique :

Ce mercredi après-midi, nous avons eu l’occasion de discuter avec madame la ministre fédérale du climat, de l’environnement et de l’énergie, Marie-Christine Marghem. Cette rencontre aura duré 2h, et fut l’occasion d’échanger sur nos visions respectives de l’écologie et de l’action politique qui en découle, ou qui devrait en découler.
Tout d’abord, merci à madame la ministre de nous avoir accordé de son temps. Nous précisons que nous ne sommes pas des membres de l’organisation des grèves, mais de simples manifestants qui ont pour combat commun la défense de la vie sur Terre et de notre avenir. Nous ne représentons que nous-mêmes. Lors de cette discussion parfois houleuse, nous n’avons pas mis en avant de mesures politiques précises que devrait appliquer la ministre, car nous n’estimons pas en avoir la légitimité. Nous avons tenté de faire entendre le message de notre génération, la génération climat. Ce message, le voici :
“ Pour la première fois depuis des décennies, nous, les jeunes, sommes convaincus que notre vie ne sera pas meilleure que celle de nos parents. La raison de cet avenir sombre ? Un modèle de société mortifère, qui détruit la vie sur Terre et défait les équilibres des écosystèmes.
Nous ne croyons plus au progrès vendu par votre génération de responsables politiques. Nous désirons autre chose, un autre horizon que celui de l’accumulation matérielle et l’aliénation des individus.
Nous ne voulons plus de la croissance et de l’expansion économique, car cette quête insensée et aveugle, inhérente à notre civilisation industrielle, nous mène vers le gouffre écologique.
Nous actons ici la déconnection entre votre monde et le nôtre. Nous aspirons à une toute autre société, où la politique appartient à tous, où chaque décision intègre la finitude et la fragilité de la nature, où les relations humaines priment sur la compétition et la concurrence entre tous. Cette nouvelle société, ou plutôt ces nouvelles sociétés, le système politique et économique actuel ne peut nous l’offrir sur un plateau. C’est pourquoi nous continuerons à nous battre, à faire la grève, à manifester et à désobéir pour notre avenir.
Peu importe ce que vous nous proposez, que ce soit des « coachs climats » infantilisants -qui serviraient d’ailleurs sans doute plus au personnel politique qu’aux étudiants- ou des recommandations individuelles culpabilisatrices. Nous avons le désir radical de transformer la société, et vous, tout comme vos collègues, avez la volonté radicale de gagner les élections. La faute à un système politique dépassé et purement représentatif qui met en compétition des partis dont le but principal est d’arriver au pouvoir. A partir de ce constat, la probabilité que nous tombions d’accord est proche de zéro, et l’intérêt que nous avons à négocier des petits pas avec vous l’est tout autant.
Tous les jeudis, et ce jusqu’aux élections, nous ferons grève, toujours plus nombreux. Tous les jours, nous nous organiserons pour développer les alternatives au vieux monde, et nous construirons des moyens d’actions innovants et divers pour faire pencher la balance vers la préservation de la vie sur Terre plutôt que vers sa destruction.
De votre côté, faites ce que vous pouvez. Ou plutôt, faites ce que vous devez, si tant est que l’avenir des jeunes générations vous est prioritaire : réunissez tous les partis démocratiques autour de la table et travaillez pour inscrire dans le marbre le basculement vers une société vraiment démocratique et soutenable. Ensemble, prenez des décisions courageuses pour mettre fin au règne de l’énergie sale, abondante et bon marché, et ce dans les plus brefs délais. Ensemble, acceptez l’impossibilité de concilier des objectifs antagonistes tels que la croissance et l’écologie.
La transition écologique suppose un juste partage des ressources et des richesses, la fin de l’expansion industrielle incontrôlée, la fin des grands travaux inutiles, destructeurs de terres arables et d’écosystèmes.
Et ce rêve, nous ne comptons pas sur vous pour en faire une réalité. Tout au plus vous nous dites que vous êtes d’accord avec nous. Mais votre mission devrait être la même que la nôtre au final : préserver les conditions de vie sur Terre, et ce pour les humains comme les non-humains. Rejoignez le camp des Terriens face aux Destructeurs. Là se trouve le combat humaniste du XXIème siècle.  »
Piero Amand, Youna Marette, Zoé Dubois, Harold Fitch Boribon et les jeunes grévistes qui se retrouveront dans ce « manifeste ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s