« Ces migrants qui gâchent nos vacances »: l’indécence à son comble


« Vous n’avez pas encore réservé vos vacances ? Quoi de mieux que les côtes de la Méditerranée pour vous dorer la pilule ? Un seul conseil : n’allez pas à Djerba ; vous risqueriez de tomber nez à nez avec des cadavres. Ce serait fâcheux et risquerait de gâcher vos vacances. »

© reuters

« Vendredi dernier (12 juillet), RTL-TVI a diffusé, au journal télévisé, une séquence intitulée « Une touriste belge découvre des cadavres sur une plage de Djerba » et présentée de la façon suivante : « Un début de vacances raté pour Charlotte. La Liégeoise venait d’arriver à Zarzis, en Tunisie, et elle a découvert un cadavre sur la plage ». Au cours du reportage, on comprend que ce sont des corps de migrants échoués sur la plage qui sont en cause : ils viennent gâcher les vacances d’une touriste belge, qui demande à changer d’hôtel.

Les garde-côtes tunisiens dénombrent près d’une centaine de migrants morts suite au naufrage d’un canot parti de Libye. Leur destin tragique n’est abordé à aucun moment. Seules apparaissent les réactions des touristes et du voyagiste lié à leur séjour. Le traitement médiatique de cet événement nous a profondément choqués.

Une déshumanisation à son paroxysme

Dans cette séquence, l’indécence et l’inhumanité prédominent. Plutôt que de s’attarder sur l’essentiel – des vies humaines ont été arrachées au cours d’une tragédie en mer -, tout est pensé pour focaliser l’attention des téléspectateurs sur la réaction d’une touriste belge parce que les corps ont échoué précisément sur la plage où elle passait ses vacances. Cette profonde dérive du sens éthique — qui amène à voir les vacances de nos compatriotes comme plus importantes que le droit inaliénable de tous à une vie digne — rend ce traitement de l’information inacceptable et contraire au code de déontologie journalistique.

La « loi de proximité » a été appliquée : les informations paraissent d’autant plus importantes qu’elles sont proches de leur cible. Pour maximiser l’audience, il a semblé opportun de parler du désarroi de touristes « bien de chez nous » plutôt que de la mort tragique de migrants. Ce dévoiement de la mission première du journalisme n’est malheureusement pas neuf : la course à l’audimat amoindrit jour après jour la qualité de l’information. Mais, dans la séquence dont il est question, l’indécence est à son comble, à tel point qu’il devient difficile d’imaginer que seule la recherche d’audience est en cause.

La Méditerranée : lieu de villégiature pour les uns, cimetière pour les autres

Si nous dénonçons l’absence de repères éthiques dans ce « reportage », il présente néanmoins le mérite de mettre involontairement en relief les inégalités criantes entre les habitants du « Nord » et d’un certain « Sud ». Les uns peuvent se ressourcer ; les autres sont contraints de risquer leur vie pour subvenir à leurs besoins fondamentaux. Les uns sont libres de parcourir le monde à leur guise ; les autres ne peuvent le faire qu’au prix de leur vie. Les uns peuvent changer d’hôtel pour éloigner de leur vue ou de leur conscience ce qui les dérange ; les autres seront enterrés loin des leurs. Les uns se voient offrir un soutien psychologique ; les autres peinent à recevoir — en Belgique — l’accompagnement psychologique ou psychiatrique que les traumatismes successifs endurés nécessiteraient. Notons que c’est d’ailleurs cette dissymétrie révoltante entre le « Nord » et le « Sud » qui est responsable d’une partie significative des migrations actuelles.

La responsabilité des médias

L’angle choisi par RTL-TVI n’est pas un cas isolé. En effet, la représentation des migrants véhiculée par certains médias dominants ne cesse de se détériorer. Présentés, selon les cas, comme des menaces, des victimes, des fardeaux ou des intrus — et, systématiquement comme des « autres » si différents de nous — (Mazzocchetti & Yzerbyt, 2019), les migrants ne sont plus reconnus comme des êtres humains à part entière : ils sont infrahumanisés, voire déshumanisés. Chez nous, ils sont perçus comme indésirables, corvéables à merci. Ici comme ailleurs, nous sommes indifférents à leur souffrance, voire même incommodés si elle vient à s’afficher sur la plage de nos vacances ! La séquence de vendredi va ainsi jusqu’à légitimer l’indifférence : n’est-il pas normal de vouloir changer d’hôtel pour pouvoir se soustraire à toute prise de conscience ?

La responsabilité des médias dominants dans la construction de nos représentations sur les migrants est énorme. En alimentant des représentations erronées, largement formulées par l’extrême-droite, les médias « altérisent » les migrants, rendent toute forme d’identification impossible et participent au déni de solidarité. En exacerbant cette logique, RTL-TVI a contribué — une fois de plus — à remplacer notre humanité par l’égocentrisme le plus désinhibé.

Nous ne pouvons accepter que la migration soit abordée de façon aussi biaisée. À l’heure de la montée de l’extrême-droite un peu partout en Europe, nous appelons les médias à assumer leurs responsabilités et à informer l’opinion publique de façon complète et nuancée.

Mazzocchetti, J., & Yzerbyt, V. (2019). Crise migratoire: le discours médiatique alimente-t-il la peur des migrants ? Sociétés en changement, 7.

Primo-signataires (8)

Jean-Baptiste Dayez – Psychologue social et militant

Sarah Degée – Enseignante et collaboratrice de l’Institut de recherche, formation et action sur les migrations (IRFAM)

Martine Demillequand – Collaboratrice pédagogique à l’UCLouvain et professeure de français

William Donni – Militant associatif et politique, activiste et membre du Mouvement Demain

Jessy Doulette – Citoyenne militante antispéciste, féministe et antiraciste

Mohamed El Hendouz – Militant associatif et politique

Seyma Gelen – Enseignante, féministe décoloniale, membre et cofondatrice du Collectif féministe Kahina

Eva Maria Jiménez Lamas – Syndicaliste féministe antiraciste

Signataires (816)

voir ici

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :