L’hommage à Muntazar Zaydî


Depuis qu’il a envoyé ses chaussures à la tête du terroriste
américain Bush, en signe d’adieu de l’Irak, le journaliste Muntazar
Zaydî est devenu le héros national dans le monde arabe. Partout, des
manifestations, des rassemblements de soutien, des articles, des
hommages, dont celui-ci, en toute modestie.

Muntazar Zaydî a relevé la tête des masses arabes, qui se sont vues
toutes entières en train de lancer leurs chaussures sur la tête de ce
criminel. Certains journalistes, voulant paraître professionnels,
modernistes, occidentalisés, font la moue. Ils auraient été d’accord
si…. D’autres responsables politiques, se haussant au-dessus des
masses, essaient d’en parler avec détachement, comme s’il s’agissait
d’un acte banal, pour montrer à leurs maîtres, américains, occidentaux
en général, qu’ils ne sont pas comme ces foules excitées, qu’ils
réfléchissent, qu’ils savent analyser, à tête froide.

Moi, je l’avoue, j’ai adoré le geste, et j’ai souhaité que les
chaussures touchent ce criminel en plein front. J’ai même souhaité que
les chaussures aient plus d’effet que de simples coups. Et je suis
certaine que des milliers et des milliers d’Arabes, et d’autres, comme
Hugo Chavez, par exemple, auraient voulu la même chose. Peu nous
importe qu’il soit journaliste, que ce geste soit professionnel ou
pas, mais le geste est symbolique. Il résume la situation.

Mais nos sentiments indiquent notre frustration, aussi. Jusqu’à quand
allons-nous applaudir les héros et ne pas les imiter ? Jusqu’à quand
allons-nous faire la surenchère pour de simples gestes, mais
significatifs, sans pouvoir oser faire de même ?

L’hommage, le véritable hommage par lequel on pourrait célébrer le geste de Muntazar
Zaydî, c’est de faire la même chose, c’est d’oser frapper l’ennemi,
oser se lever devant lui, oser lui cracher à la face notre haine, oser
l’affronter. Nous en sommes capables car nous le désirons si fort,
mais jusqu’à quand allons-nous continuer à vivre, par procuration, des
gestes héroïques comme celui-là ?

Des jeux internet sont parus, pour que nous puissions nous défouler,
battre Bush avec une, deux, trois chaussures. La première idée qui
nous traverse l’esprit c’est : qui veut nous aider à nous défouler ?
Quoi de plus simple que de lancer des chaussures fictives sur une tête
fictive et faire passer notre rage ? Qui a intérêt à nous faire
ravaler notre énergie dans des jeux vidéos ???

C’est toute la question. Saurons-nous nous lever comme Muntazar Zaydî
et affronter le véritable ennemi ??? Et ne pas, ne plus nous contenter
de vivre ces moments décisifs, par procuration ??

Rim
16 décembre 2008
source: liste assawra

Une réflexion sur “L’hommage à Muntazar Zaydî

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s