Le Monde n’est pas un village…


 

LOGOLe Talmud l’affirme, paraît-il : « Lorsqu’il y a unanimité et fraternité, c’est qu’il y a un problème; c’est toujours louche, et ça ne dure jamais. »

Le phénomène d’hystérie dénommé « Charlie » est déjà passé de mode.

Le président Hollande s’en est rendu compte, qui a promptement changé de registre pour jouer aujourd’hui les gros-bras et se muscler politiquement devant les Français, prolongeant en cela l’effet « Je suis Charlie » qui lui a bien profité; et il menace Moscou d’une guerre en Ukraine !!! On doit bien rigoler, au Kremlin…

L’hystérie collective de tous ces « beaufs » (aurait dit Cabu ; et a dessiné Coco…), de tous ces badauds qu’on n’avait jamais vu lever le petit doigt pour défendre aucune liberté et qui, dans leur élan soudain à « sauver » celle de l’expression, s’en sont souvent pris, violemment parfois, ici et là, à ceux qui « n’étaient pas Charlie »… et osaient –crime de lèse république- l’exprimer ; ceux-là qu’il faut désormais « traquer et ‘traiter’ » (sic)…

Ces « beaufs », animés de cette hystérie toujours si prompte à s’emparer des masses, si propre aux foules et qui a laissé place à la névrose, à la peur de l’attentat, et à une autre forme de panique, liberticide plus que jamais : désormais, les manifestants embrassent les policiers, nouveaux héros d’une guerre nouvelle, et les masses sont prêtes à toutes les concessions… L’hypothèse d’un « Patriot Act » européen a déjà germé dans le cerveau de quelques-uns ; d’autres n’ont pas hésité un seul instant à l’appeler publiquement de leurs vœux, aussitôt applaudis par ces bandes d’inconscients… Paris et Bruxelles ont eu leur petit « 11 septembre » bien à elles et se pâment à l’idée d’un « remake French style » de ses conséquences. On le sait déjà : nos démocraties n’en sortiront pas indemnes.

Mais cette hystérie a aussi changé (ou aggravé – c’est selon) la donne pour les communautés arabo-musulmanes d’Occident, sommées de montrer « patte blanche », de s’autoproclamer « plus Charlie que Charlie » et de participer, en rue, à la vue de tous, à cette grand-messe occidentalo-laïcarde pour « prouver » par ce gage de « bonne citoyenneté » qu’on peut être musulman en Europe et ne pas nécessairement soutenir l’État islamique.

On est ainsi entré de plain-pied dans la fantasmagorie de 1984, brutalement devenue réalité, ou, mieux, duMeilleur des Mondes : la République française a enjoint les citoyens, à l’école ou au travail, à tous déclarer « Je suis Charlie », à l’occasion de longues minutes de silence, sous peine d’être répertorié comme « déviant » et pourchassé comme tel. Les temps sont, comme toujours, à la stupidité… et à la cruauté…

« Une bite et une paire de couilles ! Voilà comment Charlie Hebdo a remis ça… Et tout le monde a applaudi. »

Je ne comprends pas…

Mais oui ! Prends ton Charlie et retourne-le ! Tu verras ce qu’ils ont fait, une nouvelle fois, avec le Prophète ; la bénédiction et la paix soient sur Lui… « Tout est pardonné » ; tu parles ! C’est obscène, comme d’habitude. C’est surtout insultant, dans les circonstances actuelles. C’est plus qu’insultant : c’est humiliant ; d’un côté on exige des Musulmans qu’ils se positionnent « clairement » et, d’un autre, on leur met « ça » sous le nez… Mais, « ça », ce n’est pas une incitation à la haine ? Ce n’est pas raciste ? Ce n’est pas discriminatoire ?

Je suis Charlie à Paris, à New York, à Sydney… Mais pas à Gaza, à Alep, à Alger, ni à Bagdad…

Alors, on s’étonnera, après tout cela, qu’un jeune arabo-musulman de Saint-Denis s’interroge ? « Suis-je un citoyen ? Ces ‘blancs’, ’Français de souche’, m’accordent-ils d’avoir la vocation à être moi aussi un citoyen ? Peut-être pas… » Et qu’il se surprenne dès lors à se demander s’il ne devrait pas soutenir ses « frères islamiques » et rejoindre le combat de l’EI, par haine, par rejet d’une France qui le rejette, par provocation, à tort ou… par raison ?

Quand l’Occident, dans ses banlieues, se confronte au Maghreb et à l’Orient…

Le phénomène « Je suis Charlie » l’a parfaitement démontré : sans aucun doute, le Monde n’est pas un village.

Historian and Political Scientist – Rédacteur en Chef

source

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s