Bernie Sanders propose une alternative à la politique du président Joe Biden au Moyen-Orient


Je sais, ce n’est pas tout récent (mai 2021) mais toujours d’actualité

Alors que les critiques de la Gauche et des démocrates montent face à l’attitude de l’administration Biden, Bernie Sanders, sénateur indépendant de l’Etat du Vermont qui se dit « socialiste démocrate » – rattaché au Parti Démocrate- a publié le texte ci-dessous qui propose une alternative aux atermoiements et à l’immobilisme de l’administration Biden.

Candidat aux présidentielles de 2020, Bernie Sanders a été rattrapé aux primaires par l’ancien vice-président démocrate Joe Biden. En dépit de son échec, il est crédité de la renaissance idéologique et électorale de la gauche sociale-démocrate aux États-Unis et devient une figure politique majeure, s’investissant activement dans le débat public.

Il a publié le point de vue ci-dessous dans The New York Times du 14 mai 2021; point de vue qui peut faire office d’une proposition en vue d’une autre stratégie américaine pour le Moyen-Orient. En écho à une frange de plus en plus importante de la société américaine, il conclut son texte en reprenant un mot d’ordre qui a été d’abord un hastag: « Palestinians lives matter » (Les vies palestiniennes comptent.) »

Bernie Sanders: Les États-Unis doivent cesser de faire l’apologie du gouvernement Netanyahu ». Israël a le droit de se défendre. » Ce sont les mots que nous entendons de la part des administrations démocrates et républicaines chaque fois que le gouvernement d’Israël, avec son énorme puissance militaire, répond à des attaques à la roquette depuis Gaza.

Soyons clairs. Personne ne prétend qu’Israël, ou tout autre gouvernement, n’a pas le droit de se défendre ou de protéger son peuple. Alors pourquoi ces mots sont-ils répétés année après année, guerre après-guerre ? Et pourquoi la question n’est-elle presque jamais posée : « Quels sont les droits du peuple palestinien ? »Et pourquoi semblons-nous prendre conscience de la violence en Israël et en Palestine uniquement lorsque des roquettes tombent sur Israël ?

A l’occasion de la crise actuelle, les États-Unis devraient appeler à un cessez-le-feu immédiat. Nous devrions également comprendre que, si les tirs de roquettes du Hamas sur les communautés israéliennes sont absolument inacceptables, le conflit d’aujourd’hui n’a pas commencé avec ces roquettes.

Les familles palestiniennes du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem vivent sous la menace d’une expulsion depuis de nombreuses années, se débattant dans un système juridique conçu pour faciliter leur déplacement forcé. Et ces dernières semaines, les colons extrémistes ont intensifié leurs efforts pour les expulser.

Et, tragiquement, ces expulsions ne sont qu’une partie d’un système plus grand d’oppression politique et économique. Depuis des années, nous assistons à l’aggravation de l’occupation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et à la poursuite du blocus de Gaza, qui rendent la vie des Palestiniens de plus en plus intolérable. À Gaza, qui compte environ deux millions d’habitants, 70 % des jeunes sont au chômage et ont peu d’espoir dans l’avenir.

En outre, nous avons vu le gouvernement de Benjamin Netanyahu s’employer à marginaliser et à diaboliser les citoyens palestiniens d’Israël, à poursuivre des politiques de colonisation conçues pour exclure la possibilité d’une solution à deux États et à adopter des lois qui consacrent l’inégalité systémique entre les citoyens juifs et palestiniens d’Israël.

Rien de tout cela n’excuse les attaques du Hamas, qui a tenté d’exploiter les troubles à Jérusalem, ni les échecs de l’Autorité palestinienne, corrompue et inefficace, qui a récemment reporté des élections attendues depuis longtemps. Mais le fait est qu’Israël reste la seule autorité souveraine sur la terre d’Israël et de Palestine, et qu’au lieu de se préparer à la paix et à la justice, il a consolidé son contrôle inégal et antidémocratique.

Pendant plus d’une décennie de son règne de droite en Israël, M. Netanyahu a cultivé un nationalisme raciste de plus en plus intolérant et autoritaire. Dans son effort frénétique pour rester au pouvoir et éviter les poursuites pour corruption, M. Netanyahu a légitimé ces forces, y compris Itamar Ben Gvir** et son parti extrémiste « Jewish Power », (Pouvoir juif) en les faisant entrer au gouvernement. Il est choquant et attristant que des bandes racistes qui attaquent les Palestiniens dans les rues de Jérusalem soient désormais représentées à la Knesset.

Ces tendances dangereuses ne sont pas propres à Israël. Dans le monde entier, en Europe, en Asie, en Amérique du Sud et ici aux États-Unis, nous avons assisté à la montée de mouvements nationalistes autoritaires similaires. Ces mouvements exploitent les haines ethniques et raciales afin de renforcer le pouvoir de quelques personnes corrompues plutôt que la prospérité, la justice et la paix pour le plus grand nombre. Au cours des quatre dernières années, ces mouvements ont eu un ami à la Maison Blanche.

Dans le même temps, nous assistons à la montée d’une nouvelle génération de militants qui veulent construire des sociétés fondées sur les besoins humains et l’égalité politique. Nous avons vu ces militants dans les rues américaines l’été dernier à la suite du meurtre de George Floyd. Nous les voyons en Israël. Nous les voyons dans les territoires palestiniens.

Avec un nouveau président, les États-Unis ont maintenant l’occasion de développer une nouvelle approche du monde – une approche fondée sur la justice et la démocratie. Qu’il s’agisse d’aider les pays pauvres à obtenir les vaccins dont ils ont besoin, de diriger la lutte contre le changement climatique ou de se battre pour la démocratie et les droits de l’homme dans le monde entier, les États-Unis doivent montrer la voie en favorisant la coopération plutôt que le conflit.

Au Moyen-Orient, où nous fournissons près de 4 milliards de dollars par an d’aide à Israël, nous ne pouvons plus faire l’apologie du gouvernement de droite de Netanyahu et de son comportement antidémocratique et raciste. Nous devons changer de cap et adopter une approche impartiale, qui respecte et renforce le droit international en matière de protection des civils, ainsi que la loi américaine existante qui stipule que l’aide militaire américaine ne doit pas permettre les violations des droits de l’homme.

Cette approche doit reconnaître qu’Israël a le droit absolu de vivre en paix et en sécurité, ainsi que les Palestiniens. Je crois fermement que les États-Unis ont un rôle majeur à jouer pour aider les Israéliens et les Palestiniens à construire cet avenir. Mais si les États-Unis veulent être une voix crédible en matière de droits de l’homme sur la scène mondiale, nous devons faire respecter les normes internationales en matière de droits de l’homme de manière cohérente, même lorsque c’est politiquement difficile. Nous devons reconnaître que les droits des Palestiniens sont importants. La vie des Palestiniens compte.

** Itamar Ben Gvir, d’origine irakienne, est député kahaniste du Parti extrémiste sioniste religieux Otzma Yehudit. C’est un adepte de Meir Kahane, un rabbin extrémiste né à Brooklyn (New York) prônant le transfert des Palestiniens et fondateur du parti Kach qui a été interdit en Israël. Kahane a été assassiné en 1990 à Manhattan (New York)

Itmar Ben Gvir est considéré comme l’instigateur des évènements tragiques d’al Aqsa et de Cheikh Jarrah où il soutenait les colons voulant dépouiller les Palestiniens de leurs maisons.(Note du traducteur)

The New York Times, 14 mai 2021.Traduction de l’anglais de Mohamed Larbi Bouguerra

44

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s