Syrie: l’attaque chimique provenait de zones tenues par le régime


MONDE | Mis à jour le lundi 2 septembre 2013 à 21h30

Le président syrien Bachar al-Assad a mis en garde lundi contre le risque d’une « guerre régionale » en cas d’action militaire occidentale, alors que Washington et Paris tentent de convaincre leurs opinions de la nécessité de frapper le régime syrien. Selon une source française, des documents permettent d’affirmer que l’attaque chimique provenait de zones tenues par le régime.

« Le Moyen-Orient est un baril de poudre et le feu s’en approche aujourd’hui (…) Tout le monde perdra le contrôle de la situation lorsque le baril de poudre explosera. Le chaos et l’extrémisme se répandront. Le risque d’une guerre régionale existe« , a déclaré le président syrien au journal Le Figaro.

Alors que Paris est en première ligne au côté de Washington pour mener une riposte, le président Assad a mis en garde contre une « politique hostile au peuple syrien« .

La France menacée

« Le peuple français n’est pas notre ennemi, mais (…) dans la mesure où la politique de l’Etat français est hostile au peuple syrien, cet Etat sera son ennemi« . »Il y a aura des répercussions, négatives bien entendu, sur les intérêts de la France« , a-t-il menacé.

Le président François Hollande s’est déclaré la semaine dernière « déterminé » à frapper le régime de Damas, accusé d’avoir utilisé des armes chimiques le 21 août, une attaque qui a fait « au moins 281 morts » selon Paris. Il s’agit d’informations des services de renseignement français rendues publiques lundi par le gouvernement. Cette attaque était « massive. Nous, nous identifions au moins 281 décès« , a-t-on précisé de source gouvernementale française. Cette évaluation est bien inférieure à celle livrée par les Etats-Unis qui avaient estimé vendredi à 1.429 morts dont 426 enfants le bilan de cette attaque.

La France dit avoir identifié l’origine de l’attaque

Sous couvert de l’anonymat, une source gouvernementale française sur la base d’un document des services de renseignement assure que l’attaque chimique du 21 août près de Damas est partie de zones tenues par le régime de Bachar el-Assad vers des quartiers rebelles: « L’imagerie montre que les zones de départ des roquettes étaient tenues par le régime et que les zones de frappes étaient tenues par les rebelles« , a déclaré cette source. La note des services de renseignement diffusée lundi par le gouvernement évoque « un emploi massif et coordonné d’agents chimiques contre la population civile le 21 août« , « sur la base d’une analyse technique méthodique de 47 vidéos originales« .

Aux Etats-Unis, Barack Obama, qui s’est dit prêt samedi à frapper le régime syrien mais a demandé un vote du Congrès, multiplie les appels téléphoniques à destination de membres de la Chambre des représentants et du Sénat pour tenter de convaincre les élus, qui doivent se prononcer dans la semaine du 9 septembre.

source

lire aussi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s