Syrie-Irak: le retour des barbares


Baudouin Loos
Mis en ligne jeudi 21 août 2014, 7h21

Les images et informations sur les sanglantes exactions perpétrées par les séides du soi-disant « Etat islamique » en Syrie et en Irak se succèdent à bon rythme depuis des mois, plongeant la région – et le monde entier – dans l’effroi. Exécutions sommaires massives, décapitations, crucifixions dilatent l’écœurement de tout être humain normalement constitué.

Dernier épisode en date, ce mardi, ces djihadistes de l’enfer ont produit une vidéo montrant la décapitation du journaliste américain Jim Foley. Devant ces actes barbares, perplexité, colère et dégoût nous étreignent.

Ces « fous de Dieu » – de Dieu, vraiment ? – maîtrisent les techniques modernes de communication. Dans leur but de semer la terreur, ils recourent aux réseaux sociaux avec une habileté qu’on oserait qualifier de diabolique. Ils produisent ainsi l’effet souhaité – susciter l’effroi le plus absolu pour asseoir leurs conquêtes – mais ils s’ouvrent aussi à des réactions populaires de rejet qui pourraient leur coûter cher.

L’effet secondaire le plus affligeant, dans cette affaire, c’est que celui qui en tire un profit maximum s’appelle Bachar el-Assad. Or le dictateur syrien fait bien pire, en réalité, de son côté, depuis plus de trois ans de conflit interne. Celui qui bombarde sa propre population – visant sciemment les hôpitaux, les boulangeries, etc. – et on approche les 200.000 morts –, celui qui est responsable de l’exode de neuf millions de Syriens dont un tiers d’exilés, celui qui n’hésite pas à affamer des villes et quartiers encerclés, eh bien ! celui-là apparaît désormais comme un « moindre mal » aux yeux de certains, y compris au sein des classes dirigeantes de ce bas monde.

Faut-il évoquer aussi l’indignation des Syriens sous les bombes (ou traqués par « l’Etat islamique ») quand ils constatent que les Etats-Unis et les Européens ne se mobilisent, contre ces mêmes djihadistes, que quand ceux-ci s’en prennent dans l’Irak voisin à des minorités et aussi à leurs intérêts pécuniaires ?

Il n’est évidemment pas scandaleux de protéger les minorités. Ce qui l’est, c’est de ne pas protéger les majorités. Dans la région, du reste, les « deux poids deux mesures » fleurissent, il suffirait de demander aux Gazaouis ce qu’ils en pensent pour s’en convaincre.

Mais revenons en Syrie. Les méthodes abjectes du régime sectaire de Bachar el-Assad n’ont pas peu pesé dans la genèse de « l’Etat islamique ». L’Occident n’est pas exempt de reproches. A force de ne pas aider les rebelles « modérés », nous avons contribué à l’essor des plus fanatiques. Et, en Irak, le soutien aberrant des Américains à un Premier ministre comme Nouri al-Maliki, qui n’avait de cesse de marginaliser les sunnites, a propulsé aux yeux de ces derniers ces fanatiques au rang de seul recours… Un gâchis qui aura des suites, chez nous aussi sans doute

source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :