Pas maintenant ? François Burgat


 

Je comprends et je respecte la position ceux qui se sentent aujourd’hui beaucoup ou même un peu “Charlie”, quand bien même ils n’étaient plus les lecteurs de ce journal. Depuis qu’il était devenu celui de Philippe Val et de Caroline Fourest, depuis que dans ce “temple de l’irrévérence” (vous savez…le droit sacré de se moquer de tous, quelle que soit leur religion :-)) le grand Siné avait été frappé par une fatwa de licenciement pour “antisémitisme”… nos routes s’étaient radicalement séparées.

Pour dire ma condamnation des assassins, l’identification métaphorique aux victimes m’est néanmoins initialement apparue, à moi aussi, comme parfaitement opportune. J’ai donc un temps envisagé d’”être Charlie”. Mais, ensuite, c’est tout ce que la cohorte de ceux qui s’arrogent l’absolu monopole de la parole de deuil ont jugé bon d’ajouter au sens initial – minimal – de la dénonciation nécessaire d’un crime, qui m’a fait reculer.

L’identification à des victimes par dessus les divergences (avec en fait certaines d’entre elles seulement, pas Cabu !) ne me pose pas de problème. Il en va différemment de l’injonction autoritaire à m’identifier “pour toujours” à un projet éditorial que je combattais bec et ongles. Car …. “Il faut s’abonner à vie à Charlie » exigeait hier F. O. Giesbert, “il faut le tirer à soixante millions d’exemplaires » surenchérissait un de ses comparses. Et bien cela, il n’y a pas de délais pour le dire. La mémoire de Cabu ne peut qu’en être honorée !

Il y a une autre raison pour laquelle, dès aujourd’hui, à l’avant veille d’un grand rassemblement où les tripes risquent une fois encore de marcher à la place des cerveaux, je refuse catégoriquement d’”Etre Charlie” : je ne veux pas cautionner l’ aveuglement mortifère qui nous demande d’entrer dans les coulisses du crime par la seule porte du fanatisme religieux. Je ne veux pas cautionner ce tour de passe passe qui fait que jamais, la moindre trace de la matrice politique pourtant essentielle ( les centaines de tonnes de bombes que nous déversons sur ceux qui nous dérangent) ne trouve place dans l’univers explicatif des maitres de notre parole publique.

“Etre Charlie” ce serait accepter le hold up de mon émotion. « Etre Charlie » ce serait accepter le viol de ma conscience et celui de mon cerveau. La semaine a été suffisamment longue et suffisamment douloureuse pour que je ne veuille pas y rajouter ces épreuves là. Et différer le moment le dire. Au contraire…il y a urgence !

 

Publicités

Une réflexion sur “Pas maintenant ? François Burgat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s