Pourquoi la Syrie m’obsède ?


VINCE REMOS•DIMANCHE 21 FÉVRIER 2016

Après tout je ne suis pas syrien, encore moins musulman, je vis loin de là bas et leurs malheurs, même s’ils sont grands, me touchent peu directement. Bon, il y bien quelques « migrants » qui débarquent çà et là dans ma ville mais pas vraiment l’invasion fantasmée par d’aucun. Les Syriens ne sont pas le seuls peuples « à problème » citons pèle-mêle, les rohingas, les ouïgours, les papous, les tibétains, les palestiniens, les habitants du kivu…bref, ce ne sont pas les « nobles causes » qui manquent.

Pourquoi donc un tel privilège en faveur des Syriens ?

Par esprit de contradiction sans doute, une grande part de la gauche radicale partage les thèses de l’extrême droite sur ce sujet et soutient Bashar Al Assad et Vladimir Poutine sans complexe…moins par « anti-impérialisme » que par connerie !

Mais bon la connerie à gauche est au moins aussi répandue qu’à droite et depuis bien longtemps. On ne reviendra pas ici sur les justifications aussi diverses et improbables des goulags, de la politique agraire de Pol-Pot et autres « erreurs » comme dernièrement le soutien à PTB-« GO » émoticône smile

Ce qu’il y a donc de si spécial dans cette « Crise syrienne », mis à part le niveau de violence records du régime et de ces alliés et la spectacularisation morbide des crimes de Daesh, c’est qu’elle continue d’exister malgré 5 ans de répressions atroces de la part du régime et de ces alliés.

Ajoutons à cela l’exode massif de la population, l’émergence et la consolidation de Daesh, la politique opportuniste du PKK/PYD, la radicalisation islamiste de beaucoup et l’offensive aérienne massive de l’armée russe…le fait qu’il existe toujours une Syrie libre qui s’organise pour déblayer les décombres, soigner les blesser, distribuer le peu de vivres, régler les litiges et maintenir une cohésion sociale là où tout appelle le chaos est ce qui devrait surprendre les observateurs éclairés de la « la crise syrienne » bien plus que « l’islamisme ».

Certains y verront « la preuve » du soutien sans faille du complot americano-sioniste et des ses alliés truco-saoudiens qui comme chacun le sait gouvernent le monde au nom des illuminatis-reptiliens du groupe bildergerg… mais d’autres, moins savants, y verront peut-être autre chose :
Personnellement, j’y vois l’émergence d’un peuple là où l’on ne voulait voir chez « les arabes » qu’une masse informe tout juste bonne à vivre soumise sous la botte des divers services de sécurité d’une dictature.

Ce sont ces gens là que j’appelle « le peuple syrien » au delà sa diversité religieuse et ethnique.
– C’est ce peuple qui a décidé de dire non à Bashar Al Assad sans pour autant dire oui à Daesh. – C’est ce peuple qui sent pertinemment bien que Daesh ne fait que reprendre la place de tyran laissée libre par le régime. – C’est ce peuple là et sa révolution, au sens propre du terme, qui est actuellement l’enjeu des combats actuels.

Certes ce n’est pas le seul peuple en lutte, ni même le plus sympathique ou le plus vertueux mais sans doute celui dont l’autonomie et la liberté est le plus nié.

« Le monde » semble prêt à tout accepter plutôt que de prendre cette révolution au sérieux. Tout est mis à contribution pour lui dénier le droit à faire la révolution :
– la référence à l’islam de beaucoup de combattants, tous islamistes pour Moscou et bien d’autres – sa faible maîtrise du français de l’anglais et des langues « civilisées » au profit de l’arabe – le caractères banlieusard voir rural de ce derniers opposés aux manières bourgeoise « occidentalisée » du maître de Damas – ses prétendus soutiens étrangers réels ou fantasmés négligeable pourtant en regard des soutiens internationaux avérés du régime et des moyens engagés par ces derniers – les équilibres géopolitiques bien que ces derniers soient actuellement plus que mis à mal par la fuite en avant opérée par le régime et ses alliés russes et iraniens – la mort du colonel kadhafi et l’échec relatif de la révolution libyenne – le soutien de Bernard-Henri Levy a sa cause…

Bref, ce peuple syrien qu’on s’acharne à écraser a déjà réussi à démontrer au monde que le peuple a toujours raison de se révolter et de désobéir à ses maîtres…sans avoir besoin pour cela d’un parti, d’une ligne idéologique juste, d’une force armée préalablement organisée, de conditions historiques favorables…Simplement un jour il a pris la rue pour dire non a l’oppression malgré la menace claire : « Bashar ou on brûle le pays » disait le régime au début de la révolution, force est de reconnaître qu’il a tenu parole…pourtant 5 ans après, malgré tout les efforts du régime et de ses alliés et l’absence coupable des démocraties, ce peuple n’est toujours pas vaincu.

C’est sans doutes cela qu’on ne lui pardonne pas, spécialement à gauche, et c’est celà qui me plaît tant chez lui !
Vive le peuple syrien et sa révolution !

source

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s