Traversée en mer, camps, gaz lacrymogènes: Cette jeune femme a filmé son exode depuis la Syrie (VIDEO)


International Non, ceci n’est pas un film mais bien l’odyssée d’un migrant à travers les yeux de Rania, jeune Syrienne de 20 ans. Les images sont parfois dures mais elles reflètent la réalité de milliers de Syriens abandonnant leur foyer dans l’espoir d’obtenir un avenir meilleur.«Je veux un futur. J’ai 20 ans et je n’ai rien eu d’autre que ça… » A travers la caméra, on vit la route semée d’embuches de Rania. Fatiguée de la terreur que suscite la guerre dans son pays, cette jeune Kurde a fait le choix de quitter la Syrie pour rejoindre l’Europe. Avant de partir, Rania a rencontré un Norvégien qui lui a tendu une caméra et lui a demandé de tout filmer. The Guardian a publié ce « documentaire » poignant : « Escape from Syria : Rania’s odyssey ». Solidarité, violence, espoir, angoisse… De la boue des camps à la traversée en bateau de la Méditerranée en passant par les tirs des policiers… tout a été enregistré. Ce montage n’occulte rien, ni les larmes, ni les rires, ni la peur.Un reportage brut et authentique de 22 minutes. Aujourd’hui, la vidéo a été vue plus de 7 millions de fois.

Une jeune femme comme les autres

Rania Mustafa Ali est originaire de Raqqa, capitale auto-proclamée de l’Etat Islamique récemment tombée. A la veille du départ, elle jette un dernier coup d’oeil aux messages laissés par les radicalistes sur les murs de Kobane : «Vraiment ? Est-ce ça l’Islam ? Bombarder et tuer les gens ». Mais rien ne la fera changer d’avis : « Même si la traversée de la mer est effrayante, la vie ici est plus effrayante encore ». Ce qu’elle emporte dans son sac à dos : 300 dollars pour le passeur, un smartphone, un pc, quelques vêtements, des livres, des photos de familles et… ses DVD de Game of Thrones.

Un chemin semé d’embuches

La veille du départ en bateau, la jeune fille admet avoir peur, être « terrifiée« . Une fois dedans, la chaleur est intenable, les remous menacent l’embarcation de couler avec à son bord 52 personnes, alors qu’elle ne peut en contenir que 15.  « Comme d’habitude, le passeur est un bâtard ! », lance l’un des hommes à bord. Les enfants pleurent autour de Rania qui peine elle-même à retenir son angoisse. Heureusement, un navire les secourt avant que l’irréparable n’arrive. Débarquement à Athènes, direction la Macédoine. C’est malheureusement encore une arnaque. Rania perd 50 euros de son budget déjà serré.

Au bout de trois jours de train, de bus et de marche, Rania arrive enfin au camp d’Idomeni, à la frontière de la Macédoine. Une rumeur circule : les forces de l’ordre viendront le lendemain déloger les migrants et les renvoyer en Turquie. Dans la peur, un exode humain se déroule sous les yeux des organisations humanitaires. Il traverse une large rivière. Les handicapés et les blessés sont portés à bout de bras pour atteindre l’autre rive. Un spectacle effarant mais qui soulage la plupart des familles.

Une fois le premier village atteint, la liesse retombe. Les policiers les y attendent et les refoulent. Une nouvelle tentative désespérée de passer la frontière grecque décourage Rania. Les yeux brûlés par les gaz, la jeune Syrienne s’effondre en sanglots. « Je ne suis pas venue ici pour me faire brûler les yeux et frapper ainsi. Comme si je n’étais pas un être humain.»

Finalement, en mai 2016, Rania et son ami Ayman se font passer pour des touristes à l’aide de fausses cartes d’identité bulgares. Ils prennent l’avion direction Vienne en Autriche. Après un périple de plusieurs mois, ils sont enfin en sécurité mais ne perçoivent toujours pas leur avenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :