Un Etat colonial, mais aussi un regime corrompu jusqu’à la moelle


Un Etat colonial, mais aussi un regime corrompu jusqu’à la moelle

Il y a un ou deux ans je publiais un post sur l’immense rideau qui fermait, a certains moments, la rue Balfour, lieu de la residence du Premier Ministre et de sa famille. « Qu’ont-ils a cacher? » je demandais naïvement, et plus naïvement encore, je répondais « rien… en fait, ils ne veulent pas voir le peuple, c’est tout. » Grace au travail de plusieurs journalistes, mais aussi de la police criminelle, le rideau s’est dechire, et on sait ce qu’ils cachent.

Commencons par l’aperitif: ils cachaient des centaines de caisses de champagne rose [sic] qu’adore Madame Sarah, et des centaines de boites de cigares-batons-de chaise dont raffole Monsieur Benjamin. Cadeaux du milliardaire Arnon Milchan, mais pas tout a fait gratuits comme on peut l’imaginer: Milchan sera temoin a charge dans le dossier 1000, dans lequel Netanyahou est suspecte de corruption.
Mais avant même que le premier ministre ne soit mis en examen, c’est sa femme qui occupe la justice: elle vient d’être inculpée de fraude aggravée, suite a une longue série de dépenses importantes (nourriture, boissons, catering de luxe) inscrites sur le compte de la résidence officielle, mais qui étaient destinées a leur villa de Césarée et accessoirement au père de Madame Netanyahou.

Passons maintenant aux choses serieuses qui se passent derriere le rideau de la rue Balfour, et en particulier au dossier 3000: des centaines de millions de dollars de pots de vin et de commissions dans l’achat de sous marins allemands. Si Netanyahou n’est pas – encore – interroge, tout son entourage l’a été, y compris son ancien chef de cabinet et plusieurs anciens ministres, sans oublier les chefs de la marine militaire. Plusieurs sont déjà inculpes, certains ont accepte de temoigner a charge, en echange d’une promesse de peine plus legere. L’odeur qui transpire a travers le rideau de la rue Balfour est nauseabonde, celle d’une corruption generalisee.
Face a ce qui apparait comme une veritable avalanche d’affaires sordides, loin de demissioner, Netanayahou contrattaque: devant ses supporters qui sont prets a tout entendre et a tout accepter, il denonce un complot des elites – justice, police et surtout media – contre… le peuple, dont il est evidement le representant, ayant été democratiquement elu. « Les élites refusent le verdict populaire » répètent a tour de rôle ses proches, en particulier la ministre de la justice [sic] Ayelet Shaked pour qui la démocratie est un cheque en blanc et une impunité totale a ceux que la majorité a élu: droit, separation des pouvoirs, « checks and balances » comme le disent les Americains – elle n’en a jamais entendu parler. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle elle a fait de la Cour Supreme sont ennemi numero un, avec pour objectif declare de lui enlever son role de cour constitutionnelle, et la reduire a une simple cour d’appel.

Netanyahou se voit comme un nouveau Sultan: avec ses frasques, son bling bling, mais aussi la centralite qu’il donne a la Sultane Sarah et surtout a celui qu’il considere comme le prince heritier, son fils Yair. Ce jeune homme de 26 ans, dont l’intelligence n’est pas la qualite la plus remarquable, n’a jamais travaille de sa vie, et ne fait qu’accompagner son père dans ses voyages officiels. Il est actif, hyperactif peut-on dire, dans la defense aggressive de son Sultan de père, et surtout de la Sultane. Dans le cadre de cette campagne, il vient de publier une caricature ouvertement antisémite qui a mis, une fois de plus, son père dans l’embarras.
Alors que les dirigeants israéliens étaient connus pour leur train de vie modeste et l’absence de frasques dans leurs façons de mener les affaires de la nation, les Netanyahou sont l’exact oppose: demandez aux Jerusolomitains ce qu’ils pensent des convois officiels et tonitruants qui accompagnent plusieurs fois par jour le premier ministre dans ses déplacements publics et prives, a coup de sirènes, de klaxons, et de fermetures de rues. J’avais rencontre ce type de convois en Turquie, a l’epoque de la dictature militaire… Et qu’on ne nous raconte pas que se sont les services de securite qui l’exigent: le President de l’Etat, Reuven Rivline, ne fait pas tout ce bruit quand il se deplace, et il n’hesite pas a aller a pied et a serrer les mains des passants. Mais le Chef de l’Etat, pourtant nationaliste de droite, ne se considere pas comme le Sultan…

Les frasques de Netanyahou et de sa famille resteraient du domaine des faits divers s’ils n’étaient pas le décor d’un regime pourri par la corruption et qui, pour pouvoir poursuivre ses mefaits, a besoin de se defaire de cette democratie (ethnique et coloniale) dont Israel a su faire son image de marque internationale. Une course contre la montre se deroule devant nos yeux: le système judiciaire et la police criminelle qui veut en finir avec la pourriture Netanyahou, et les projets de ce dernier et de sa ministre de la justice, de briser les ailes de ces institutions. Si Netanyahou gagne ce bras de fer, on pourra dire sans hesitation qu’Israel est entre dans une nouvelle ere, dans un nouveau regime.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :