Firas Kontar sur Israël/Palestine sur FB


 · les civils des deux côtés souffrent bien sûr mais il faut rappeler que plus de 90% des victimes civiles de ce conflit sont palestiniennes et que c’est le reflet d’une réalité : il y a un oppresseur et un opprimé.

Tant que l’état d’Israël continue d’occuper et de coloniser, Israël ne peut prétendre au statut de victime et l’offensive du Hamas que je déplore et je condamne ni change rien. Faire croire que le problème est le Hamas c’est faux, le Hamas n’est que conséquence du désespoir vécu par la population palestinienne. Le Front populaire de libération de la Palestine fondé par Georges Habache, un chrétien, a mené la lutte armée contre Israël au-delà des frontières de la Palestine bien avant le Hamas et cela en opposition à l’OLP d’Arafat.

On peut rappeler qu’Israël a liquidé le processus d’Oslo, Les dirigeants israéliens ont rejeté la main tendue de la ligue arabe en 2002 appelant à une normalisation en contrepartie de la fin de l’occupation des territoires de 1967. Résultat aujourd’hui nous n’avons jamais été aussi éloignés de la paix, la normalisation avec quelques états arabes n’y change rien, la région est confrontée à une nouvelle équation : la présence iranienne en Syrie en Irak au Liban au Yémen et l’alliance des Mollahs avec des factions palestiniennes à Gaza. Les roquettes envoyées depuis Gaza sont d’ailleurs un message de l’Iran sur sa capacité de nuisance, imaginez les milices iraniennes en Syrie et au Liban avec une puissance de feu bien supérieure à celle des factions palestiniennes à Gaza…

Si ces fronts n’ont pas encore été ouverts c’est parce que les iraniens ne veulent pas risquer une attaque directe contre les installations nucléaires du pays. Avec la dissuasion nucléaire, et ce n’est qu’une question de temps avant la bombe nucléaire iranienne, l’Iran pourra mener ses guerres au Moyen-Orient en limitant le risque d’attaque sur son territoire.

L’avenir du Moyen-Orient est sombre, rien ne laisse à penser à un début d’amélioration, l’ONU est en état de mort cérébrale et les différents belligérants et puissances ne sont pas en capacité d’œuvrer pour rétablir la stabilité et la paix dans les pays du Levant.

Ce qui guide les choix des différents belligérants sont les intérêts à court terme sans prendre en compte les notions de justice de droit et surtout le changement auquel aspirent les populations de la région. L’accord de désarmement chimique d’Assad après le massacre de la Ghouta en 2013, accord voulu par Obama est un indicateur de l’absence de toute notion de justice et de droit, marchander comme un vendeur de tapis le sang des enfants syriens morts gazés par le boucher de Damas était annonciateur d’un chaos durable conséquence de l’absence de justice, ça ne pouvait qu’accélérer la mort de l’ONU.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s