1 an plus tard : Rima Alaf sur FB


Traduction via Deepl

J’ai écrit un long fil de discussion sur la #Syrie sur twitter il y a un an pour le 20e anniversaire de sa métamorphose officielle en république héréditaire – je vais le RT après ceci.

Depuis lors, aucune des questions fondamentales ou des problèmes de fond n’ont changé, mais les développements récents pourraient vous faire penser le contraire. /1

Bachar Assad affirme avoir été « réélu », alors qu’il n’a jamais été élu. Si vous connaissez un tant soit peu la Syrie, vous savez qu’il n’y a pas eu d’élections depuis le coup d’État militaire du Baas en 1963. La farce est devenue encore plus flagrante avec les Assad. /2

Entre-temps, la normalisation avec le régime le plus meurtrier du XXIe siècle semble faire fureur. Plusieurs pays flirtent ouvertement avec le maniaque du génocide, lui faisant miroiter la possibilité de rouvrir leurs ambassades à Damas au niveau des chargés d’affaires… pour l’instant. /3

Certains Européens prétendent maintenant que tout va bien en Syrie, afin de pouvoir y renvoyer des Syriens. Adoptant un récit d’après-guerre qui est de la musique aux oreilles d’Assad, de Poutine et de Khameini, ils trouvent Damas assez sûre pour les Syriens terrifiés qui avaient fui, mais pas assez sûre pour les diplomates danois. /4

Les pays du Golfe, qui n’ont jamais accueilli de réfugiés syriens en premier lieu, jouent ouvertement au ballon avec Bachar Assad. Ramenez-le à la Ligue arabe, disent-ils. Assez de cette absurdité de liberté révolutionnaire, prient-ils. Amen à cela, hochement de tête des autres autoritaires proches et lointains. /5

Les alliés de Poutine s’amusent tous à faire ce qu’ils font le mieux, car pourquoi pas ? Forcer les avions de ligne civils à atterrir et arrêter les passagers – qui « avouent » ensuite de grandes conspirations à la télévision biélorusse – est maintenant une chose. De nouveaux précédents. Que pourrait-il bien se passer ? /6

Pourtant, l’administration Biden ne pourrait pas être moins intéressée par la Syrie ou par les ravages causés par le régime dans la région et au-delà. Personne à Washington n’a reçu le mémo selon lequel ce qui s’est passé en Syrie n’est pas resté et ne restera pas en Syrie ; sur ce point, en dehors de la question iranienne, Biden = Trump = Obama. /7

Le régime iranien attend son heure, en attendant le nouvel accord nucléaire et ses avantages annexes : tous les risques qu’il a pris, tous les investissements qu’il a faits ont porté leurs fruits. Le Hezbollah règne en maître, l’ingénierie démographique a changé la Syrie à jamais, et l’influence de l’IRGC sur l’Irak est inégalée. /8

La « communauté internationale » se dit impuissante et déplore les souffrances des Syriens, mais le boucher de la Syrie – auteur avéré de massacres chimiques, de bombardements en tapis, de sièges, de tortures et d’annihilation d’hôpitaux – a rejoint le conseil exécutif de l’Organisation mondiale de la santé. /9

7 ans de malchance ? Les Syriens ont enduré 21 ans sous le régime de Bachar Assad, mais on leur demande d’en avaler encore plus alors que le narcissisme malin du génocidaire atteint de nouveaux sommets. Le problème, c’est que ces satanés Syriens croient encore qu’ils méritent une vie digne. Imaginez ça. /10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s