Comment « dépolluer » nos relations ou reconnaitre les relations toxiques


Photo

Comment reconnait-on une « relation toxique » ? Quels effets ont-elles sur notre mental et notre corps ? Pourquoi nous laissons nous empoisonner ?

Apprenons à les repérer pour mieux nous « désintoxiquer » et retrouver une bonne énergie avec les autres.

Qu’est ce qu’une relation toxique ?

C’est une relation affective, amicale ou professionnelle, qui en apparence, a tout pour être sincère mais est masquée par l’utilisation d’un jeu malsain, souvent celui de l’être parfait alors que ses intentions sont bien plus perverses. Le plus souvent nous ne voyons rien venir tellement cette personne nous a jeté de la « poudre aux yeux ». Le réveil peut s’avérer douloureux ou au pire ne jamais se produire.

Avez-vous déjà connu des déceptions amicales en vous disant «  J’ai fini par comprendre que ce que je prenais pour de l’amitié n’était en réalité qu’une relation de pouvoir, mais pourquoi n’ai-je rien vu ?  » Au final, vous vous êtes senti utilisé pour servir ses intérêts alors que vous étiez une personne bienveillante et authentique. C’est comme si cette personne vous enlevait toute la « lumière » qui vous permet d’irradier en temps normal et l’absorbait à ses fins personnelles.

Oui, il s’agit bel et bien d’une relation de pouvoir que la personne toxique cherche à établir avec vous, le pouvoir est son moteur. Avoir de l’emprise sur l’autre, le manipuler pour satisfaire ses besoins narcissiques et affectifs. Comment ? par la séduction, l’émotion ou la peur. Souvent en laminant au passage l’estime de soi, avec notre consentement, ou notre passivité, c’est le qui fait le plus mal finalement quand on réalise l’impact que cette personne a eu dans notre vie, qui parfois nous bloque et nous détruit à petit feu. 

Identifier le poison

Au départ, il s’agit de deux personnes qui se reconnaissent car ils devinent qu’ils vont trouver chez l’autre ce qu’ils recherchent pour apaiser leurs désirs, leurs manques, leurs peurs. C’est ainsi que nait l’attachement. Il faudra du temps pour transformer le lien névrotique en relation mature, respectueuse des intérêts et des limites de chacun.

Si nous restons dans les relations toxiques, sans pouvoir les identifier comme telles, c’est parce que quelque chose en nous rejoue une partition du passé. L’inconscient recherche ce qu’il connait, il préfère sa zone de confort plutôt que l’inconnu ou ce qui diffère de lui.

Ce n’est jamais un hasard si nous nouons des liens avec une personne qui va nous dominer, manipuler ou nous envahir. Cela veut dire que nous n’avons pas réglé certaines choses de notre passé par rapport à une personne qui nous a certainement affecté de la même manière. Alors pourquoi reproduisons-nous le même schéma répétitif en nous attachant à ce type de personne ? Avons-nous su identifier ce profil et leur poser des limites à temps ?

La toxicité se révèle sous plusieurs formes de comportements dans la normalité non détectable : la manipulation, l’imprévisibilité, l’immaturité, l’apparence trop parfaite ou dans l’excès : l’alcoolisme, la violence physique et psychiques, la culpabilisation.

Toutes ces formes de poison contaminent votre psychisme et conditionnent votre fonctionnement relationnel affectif.
Petites piques régulières, chantage affectif voilé sans oublier les conseils permanents l’air de rien de « c’est pour ton bien ».La relation toxique se caractérise par la multiplicité de ces formes. C’est ce qui la rend difficile à identifier rapidement. Mais ce n’est pas tout. A cela s’ajoute une forte dose de dépendance affective qui va se créer car si nous n’étions pas pris affectivement ou psychiquement dans ses filets, non seulement nous aurions déjà rompu le lien mais nous n’y retournerions pas ! Combien de personnes pardonnent-elles à leur partenaire alors qu’elles-mêmes ont subi les pires humiliations ?

Ces personnes toxiques ont bien compris que ce type de relation leur fournit des gratifications : du plaisir, une forme de sécurité, une certaine reconnaissance. Les plus pervers profiteront de votre situation matérielle ou de votre période à vide et donc de votre solitude afin de régner en maître sur vous et votre entourage, toujours pour votre bien évidemment!

Apprendre à décoder les messages corporels 

Même si nous ne nous rendons pas compte de suite de l’influence négative des personnes toxiques, notre corps peut être un atout précieux pour garder les yeux ouverts car nous en avons tous fait l’expérience un jour : certaines personnes nous apaisent et nous dynamisent, nous font rire ou réfléchir et d’autres nous dévitalisent, nous pèsent ou font chuter notre moral.

Les relations malsaines occasionnent toujours in fine trois types de déperdition :

– La perte de l’autonomie

– La perte de la vitalité

– La perte de la confiance en soi

Si une relation saine se caractérise par une sensation de légèreté, de liberté, de confort ou de sécurité, la version toxique se distingue par une forme d’envahissement et d’inconfort, au pire vous ne possédez plus votre libre arbitre et ne faites que des choix « guidés »par l’autre, et non par vous-mêmes (souvent c’est le cas des personnes passives ou « trop gentilles » qui n’osent pas contredire l’autre). Cette relation malsaine génère donc du stress, qu’il soit conscient ou pas. Autrement dit, nous nous sentons mal à l’aise avec ces personnes, dans tous les cas pas libre de s’exprimer.

Tout ce qui affecte l’esprit, même inconsciemment, affecte le corps. Quand nous sommes pris dans une relation toxique le corps réagit : nervosité, contractions musculaires, fatigue, cela peut même affecter le sommeil et l’appétit. Si nous sommes à l’écoute de notre corps, nous recevons forcément ses messages ou ses avertissements.

La relation malsaine crée des tensions psychologiques. Quand elle est régulière, le stress qu’elle engendre, même inconsciemment, devient chronique ainsi que ses conséquences. Encore faut-il prêter attention à ces manifestations corporelles!

Lorsqu’une relation produit toujours le même type de réactions physiques négatives, elle est évidemment à interroger.

Connaissez vous une amie qui se montre toujours présente quoi qu’il arrive et vous a toujours conseillé pour votre bien mais lorsque vous prenez du recul et regardez en arrière, vous constatez que depuis que vous la fréquentez, vous n’avez jamais réussi à construire une seule relation stable? Etes-vous sûr du bien fondé de cette personne ?

Ou

Ressortez-vous épuisé des conversations avec votre mère, d’une susceptibilité maladive, culpabilisatrice qui vous tyrannise depuis des années ? Quand vous lui parlez, vous êtes toujours sur le qui-vive et vous vous crispez de la tête aux pieds ? Même s’il s’agit de votre mère, avez-vous pris conscience que cette personne était toxique pour votre vie au quotidien ?

Tous ces « bobos »ne sont que les cris d’un corps qui exprime les souffrances de l’âme.

Prendre de la distance 

Il n’existe hélas pas d’antidote pour se décontaminer des personnes toxiques, simplement parce qu’il ne s’agit pas de les neutraliser, mais de se désengager du lien toxique.

C’est ce qui fait la différence entre une position infantile qui consisterait à faire porter le chapeau « au méchant » tout le poids de la faute à l’autre et une position adulte qui consiste à prendre sa part de responsabilité.
Par exemple, une personne toxique immature cherchera toujours à se valoriser en critiquant subtilement les autres pour montrer qu’ils agissent mal ou ne sont pas des personnes biens, elle gardera ainsi toujours l’image de la personne « gentille », et ceci au détriment des mensonges qu’elle est capable d’inventer pour vous garder près d’elle.

La difficulté découle en effet que l’ampleur de la toxicité vient avec le temps, avec la fréquence des relations et l’intimité qui s’installe.
Avez-vous pris l’habitude de raconter votre vie à votre ami qui vous a habitué à même lui donner des détails et ainsi connaître vos ressentis ? Si oui, il est fort probable que cet ami se nourrisse de ces informations que vous lui donnez pour mieux vous manipuler.
Testez cet ami en le privant de cette « nourriture » et observez.  Si cette personne est saine, elle respectera la distance que vous prendrez et comprendra que vous ne souhaitez plus lui parler de votre vie personnelle. Si cette personne est toxique, elle se révèlera d’elle-même en vous demandant des explications sur votre changement d’attitude : « mais pourquoi tu ne me racontes plus rien ? prends tes distances ? ne donne plus signe de vie malgré mes contacts ? »

Plus le temps passe et plus nous devenons lucide, mais plus les choses deviennent difficiles à dénouer.

Il existe trois comportements qui peuvent empêcher de sortir de la relation toxique :

1) La passivité : ne pas se dire qu’avec le temps cela s’arrangera, au contraire moins vous poserez des limites à la personne envahissante et plus elle vous maintiendra sous son emprise « comme si de rien n’était » puisque la personne toxique est « parfaite » . Elle ne vous donnera jamais une raison de la blâmer ni de lui faire un quelconque reproche.

2) La peur de perdre le lien : qu’il soit un lien social, professionnel, amical ou affectif et d’en subir les conséquences. Car souvent, soit la personne toxique s’est bien faite voir et a attiré la sympathie de tout votre entourage soit au contraire, elle vous a isolé de vos proches pour mieux régner sur votre vie face à votre solitude qu’elle a su évidemment capté chez vous dès le début. Elle saura donc se rendre indispensable et est même capable d’inventer des histoires pour vous éloigner d’eux. Dans ce cas, il est donc possible que vous vous contentiez de sa présence en attendant de combler ce vide par une autre personne mais est-ce réellement la bonne démarche pour que vous puissiez être heureux ? Ne croyez pas que vous allez vous en débarrasser si facilement car une fois que vous serez en relation avec une autre personne, elle saura délicatement s’immiscer dans votre couple rien que pour semer le trouble et la zizanie, au pire vous séparer et faire échouer chacune de vos relations amoureuses lentement mais sûrement.

3) La peur de faire du mal et de penser « je peux prendre sur moi, après tout ce n’est pas grave » : l’illusion réside dans le fait que vous pensez que la personne toxique se conduit de cette manière avec vous sans le faire exprès. Or, elle sait exactement où elle met les pieds et comment maîtriser la situation pour vous « endormir ».N’oubliez pas qu’elle connait parfaitement vos forces, vos faiblesses et vos peurs. Il faut d’abord prendre conscience de ce qui se joue et se rejoue dans la relation, puis réussir à prendre de la distance.


Comment rompre avec une personne toxique ? 

– Regarder la réalité en face et accepter les émotions contradictoires
 : après avoir découvert la personne qui est à la source de vos problèmes, rappelez vous que prendre la décision de mettre fin à cette relation toxique est ce que vous avez de mieux à faire pour renforcer votre estime de soi. Si vous éprouvez quelque remords ou sentiment de culpabilité, pensez simplement à la façon terrible dont cette personne vous a traité. Rester en contact avec elle ne ferait que stimuler votre colère et affaiblir l’estime que vous avez pour vous-même. Malgré la haine que vous ressentez et la joie d’être enfin libéré, vous risquez d’être triste de vous séparer d’un parent, d’un ami de longue date, d’un conjoint ou de quelqu’un qui fait partie de votre vie depuis longtemps. L’absence de cette personne pourrait être un traumatisante pour vous. Ces émotions sont tout à fait naturelles, car vous faites votre deuil d’une relation, si toxique qu’elle ait pu être. Il est normal que vous éprouviez remords et culpabilité, même si vous êtes convaincu d’avoir pris la bonne décision. Ne vous étonnez donc pas de ressentir pleins d’émotions au moment de la rupture. Eprouvez ce que vous éprouvez car cela facilitera le processus de guérison et de libération.

– Rompre par lettre ou par mail : l’une des meilleures façons de mettre fin à une relation consiste à le faire par lettre, car vous avez le temps de réfléchir à ce que vous souhaitez dire. Passez en revue les sentiments positifs que vous avez eus pour elle. Décrivez ensuite les effets que son comportement toxique a eus sur vous et expliquez ce que vous avez ressenti. Quand vous expliquerez pourquoi il vous est nécessaire de rompre, rappelez en détail des incidents précis. C’est un excellent moyen de relâcher votre colère. Parfois, en découvrant à quel point il a été toxique, son destinataire comprendra que son comportement a des répercussions et que les autres ne l’endureront pas toujours quand il fait des siennes. Elle acceptera peut être de réfléchir sur son comportement toxique et vous lui aurez rendu service. Quand vous rompez par un écrit, n’oubliez pas qu’ils restent et peuvent servir de preuve contre vous. Elle pourrait donc avoir des conséquences négatives. Votre lettre pourrait être lue par d’autres, mais aussi ridiculisée, rejetée.

–  Rompre par téléphone : certains préfèreront rompre par ce biais à cause de la distance physique. Du fait que vous ne voyez pas l’autre, vous pourriez être en mesure de mieux vous exprimer. Rappelez vous de parler sans crier, car le téléphone est un micro qui capte et amplifie votre voix. Parlez lentement et distinctement. Attendez vous à ce que l’autre se mette à crier. Soyez prêt à vous faire raccrocher au nez ou à ce que votre interlocuteur, n’en croyant pas ses oreilles, vous rappelle plusieurs fois. Ayez un calepin à portée de main, dressez la liste des choses que vous voulez dire, afin qu’elle sache tout ce que vous avez sur le cœur.

– Rompre en personne : nombreux sont ceux qui croient que l’affrontement en personne est la meilleure façon de mettre fin à une relation toxique, si pénible que cela soit. Si vous choisissez de rompre ainsi, attendez vous à ce que cette personne pleure, hurle, se déchaîne, voir s’excuse par désespoir de vous perdre.
Vous voudrez sans doute que cette scène se déroule dans un endroit neutre où vous aurez une certaine intimité.  Ces personnes ne peuvent changer, car ce tempérament manipulateur est plus fort qu’eux, elles pourront toujours manipuler d’autres personnes jusqu’au jour où peut être elles se retrouveront vraiment toutes seules, le déclic se fera peut être…

Gérer l’après… ? 

– On récolte ce que l’on a semé  :
la pensée que l’on récolte ce que l’on a semé pourra vous être d’un certain réconfort. Justice finit toujours par être rendue, quoique pas nécessairement dans l’immédiat. Le même principe existe dans toutes les croyances du monde : le bien engendre le bien et le mal engendre le mal.

– Pardonner, c’est laisser aller et passer à autre chose : Que vous ayez été toxique pour quelqu’un ou que quelqu’un l’ait été pour vous, vous devez pardonner. Pardonner ne signifie pas oublier, c’est se délester du poids de ce que l’on vous a fait subir. Cela ne signifie pas qu’il ne faut plus jamais repenser au mal que l’on vous a fait, mais simplement que vous devez cesser de vous maltraiter vous-même ou vous libérer de votre douleur. Vous devez relâcher les sentiments négatifs et la haine, parce que la haine détruit celui qui hait. Quand vous nourrissez votre haine, vous perpétuez les émotions négatives et le ressentiment, non seulement dans la vie des autres, mais aussi dans la vôtre. Mais surtout la haine marque votre visage et votre cœur de traits hargneux. Le pardon est le premier pas vers une vie exempte de toxicité.

Des profils types

Il existe trois profils toxiques  « classiques », en général ce sont les personnes dont nous sommes particulièrement proches :

–         Le père ou la mère toxique

La plupart des parents ne sont pas des êtres méchants, qui préméditent les mauvais traitements qu’ils infligeront à leurs enfants .Souvent, le mauvais parent n’est qu’un« pauvre type » qui ne s’aime pas lui-même et qui fait de son mieux pour vivre avec ses enfants. Mais à cause de son ignorance, de son estime de soi médiocre ou de ses propres antécédents familiaux, le parent est devenu toxique pour ses enfants. Dans ce cas, il faut recourir à une autre technique que celle de la coupure.

Certains parents inconsciemment toxiques pour leurs enfants découvrent parfois trop tard les conséquences de leur comportement.

Du fait qu’on ne peut jamais leur faire confiance, il est terrifiant d’être en contact avec les parents qui appartiennent à la catégorie de type  « fuyard, indécis, hypocrite, menteur ou bombe à retardement ». Vous espériez beaucoup d’eux, mais ils vous ont donné très peu et vous ont causé chagrin, colère et déception. Dans ce cas vous devez d’abord penser à votre propre protection.

Par exemple, il y a malheureusement trop de mères toxiques de type « critique ou dénigreur »qui doivent être affrontées ou interrogées calmement.  Il faut leur dire carrément que leurs paroles et leur comportement sont blessants.

Dans le cas de parents qui nous ont abandonné, la technique du « chasse-pensée »peut vous aider à retrouver notre santé mentale et à guérir notre peine.

Il y a des parents qui ne sont au fond que des enfants tristes et qui ont créé une relation dans laquelle ils ont changé de rôle avec nous. L’enfant essaye de sauver ces êtres pathétiques et faibles. Il faut souvent intégrer un peu d’amour sévère. Pour éviter la co dépendance, nous devons les couper de votre vie, non parce que nous les détestons mais bien parce que nous les aimons. Nous devons fixer des limites pour qu’ils ne nous entrainent pas dans leur douleur. Cette technique les force à prendre leurs responsabilités et à affronter leurs problèmes.

Il ne faut surtout plus transmettre à nos enfants les comportements toxiques que nous avons appris de nos parents.

–         Le conjoint toxique

De nos jours, parce que les gens ne savent pas communiquer entre eux, nous ne donnons pas de seconde chance à l’autre, nous sommes prêts à le quitter après des années de vie commune seulement parce qu’il nous contrarie et nous voyons augmenter le taux divorce qui n’a jamais été aussi élevé.

Au lieu de recourir à l’humour, à l’interrogation calme, à l’affrontement, nous nous empressons de fuir. Désormais, l’herbe est plus verte ailleurs. Même si nous sommes follement amoureux de quelqu’un, il y aura des moments où cette personne vous énervera, vous blessera et vous fera sortir de vos gonds. Dans ces moments difficiles, nous ne devons pas nous enfuir ni refouler nos sentiments  jusqu’à ce qu’il soit impossible de nous en libérer. Nous devons plutôt faire face à la situation. Nous devons communiquer, c’est le seul moyen qui nous permettra de rester avec notre conjoint.

Parfois les partenaires se sont éloignés l’un de l’autre et se sont créés des styles de vie si différents qu’ils n’ont plus rien en commun. D’autres sont incapables de pardonner à la personne aimée qui les a trompés ou trahis et ont le sentiment qu’ils ne pourront jamais leur faire confiance. Ces personnes doivent recourir à la technique du « chasse-pensée » pour les aider à faire face à la colère que l’on ressent contre son conjoint toxique.
Servez-vous de votre colère afin de vous extraire de la relation toxique en sauvegardant votre dignité et votre amour-propre. Par exemple, essayer de détruire votre ex-conjoint en cherchant à se venger pendant le reste de vos jours vous empêchera de tourner la page et d’aller de l’avant dans votre vie.

–         L’ami(e) toxique

Rien n’est plus blessant et décevant que de se voir trahi par une personne que l’on aimait et à qui l’on faisait confiance.  Parfois nous tolérons certaines personnes et les considérons comme amies alors qu’elles ne le sont pas du tout : nous éprouvons de la pitié pour elles parce que la vie ne les a pas traitées aussi bien qu’elle nous a traités. Nous avons grandi
ou fréquenté l’école avec elles, nous restons attachés à elles parce qu’elles font partie de notre vie depuis très longtemps et nous les considérons même parfois comme un frère ou une soeur. Malgré cela, ces êtres qui nous font du tort, qui nous blessent et nous déçoivent en ne nous respectant pas, ne nous soutenant pas et en nous trahissant ne pourront jamais être des amis.

Un ami, ce n’est pas simplement quelqu’un que l’on connaît depuis longtemps. C’est quelqu’un qui nous soutient dans les périodes difficiles, qui se réjouit de nous voir heureux, qui n’est pas jaloux de nous. Un ami ne révèle jamais les secrets que vous lui confiez. Un ami se porte toujours à votre défense, va vous voir à l’hôpital lorsque vous avez eu un accident ou passe tout simplement voir comment vous allez si vous êtes malade et sait que vous n’avez personne sur qui compter.

Un ami n’essaie pas de rivaliser avec vous. Il se montre respectueux, généreux, sensible et
accueillant avec vous.

Un véritable ami partage honnêtement ses pensées et ses sentiments avec vous, il ne vous juge jamais.

Quiconque ne répond pas à tous ces critères n’est pas votre ami.
Bien sûr, personne n’est parfait, même un ami peut commettre une erreur. C’est là que la communication entre en jeu. La communication fondée sur la technique de l’affrontement, de l’interrogation calme et du désamorçage vous permettra de préserver le lien intime qui vous unit à votre ami, pour que vous puissiez continuer de vous respecter et de vous apprécier l’un l’autre.

Comment ne plus attirer les personnes toxiques ?

Evaluer sa responsabilité : jusqu’où lui avez-vous permis d’aller ? lui avez-vous déjà posé des limites ?

Faire le point sur ses besoins, les exprimer, poser ses limites ou rompre quand la prise de distance ne suffit pas sont autant d’étapes clés sur le chemin de la « décontamination ».

Renforcer son autonomie affective et matérielle offre moins de prise aux « empoisonneurs ».

Mieux nous savons nous traiter, nous écouter et satisfaire nos besoins fondamentaux, moins nous serons « contaminables ».

-Ponnary Love coach-

source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s