Le régime syrien cent fois plus meurtrier que les djihadistes de l’EI


Par Anna Fischer, publié le 22/11/2014 à 09:53

Les vidéos de décapitations diffusées ces derniers mois par l’organisation terroriste Etat islamique soulèvent l’indignation et l’écoeurement. Pourtant, à y regarder de plus près, les forces syriennes restées fidèles à Bachar el-Assad demeurent bien plus meurtrières.

Le régime syrien cent fois plus meurtrier que les djihadistes de l'EI

Après le largage de barrils d’explosifs dans le quartier d’al-Shaar à Alep, le 6 novembre 2014. Ces bombes rudimentaires sont probablement à l’origine de la majorité des morts en Syrie.

Reuters/Rami Zayat

 

 

 

Aussi ignobles soient les exactions perpétrées par les djihadistes de l’Etat islamique (EI), l’examen des chiffres de morts civiles enSyrie est formel: depuis le début du soulèvement, en mars 2011, les crimes commis par le groupe demeurent bien moins nombreux que ceux du régime de Damas.

Les crimes de l’Etat islamique

En Syrie, l’Etat islamique serait responsable de la mort de quelques 800 civils, selon le Réseau syrien pour les droits de l’Homme, parmi les quelque 200 000 morts recensés par l’Organisation des Nations Unies (ONU) depuis mars 2011, dont une écrasante majorité de civils. En incluant les régions en Irak contrôlées par le groupe, le chiffre total atteindrait environ 1500 morts, selon diverses sources non-gouvernementales.

Outre les exécutions sommaires, par décapitation ou non, le groupe terroriste a revendiqué des attentats à la voiture piégéeet des tirs d’obus de mortier dans des zones principalement fréquentées par des civils.

Un attentat à la voiture piégée a ainsi fait 34 morts, le 20 juin 2014, à Al-Horra, un village contrôlé par les troupes du régime de Bachar el-Assad, dans la province syrienne de Hama. Plusieurs fois par semaine, des attentats semblables ont lieu en territoire irakien, entraînant des dizaines de victimes.

L’EI aurait également eu recours aux bombes à sous-munitionsen Syrie, d’après l’ONG Human Rights Watch. Disparitions forcées, torture, kidnappings d’humanitaires et de journalistes, emploi d’enfants comme soldats sont monnaie courante pour ce groupe, qui applique la charia dans les territoires qu’il contrôle.

La barbarie du régime syrien

Aussi horribles soient les crimes de l’EI, ils sont bien en-deçà de l’ampleur et la brutalité des crimes commis par les forces gouvernementales syriennes et milices pro-Assad depuis mars 2011 : l’une et l’autre auraient tué près de 125 000 civils en Syrie, selon les estimations du Réseau syrien pour les droits de l’Homme.

[youtube http://youtu.be/OPTaQFGIIbA?]
Les vidéos des activités criminelles de l’EI frappent les esprits, à juste titre. Mais le régime syrien, lui, continue chaque jour de tuer des civils au moyen de barils d’explosif. Le 29 octobre, au moins 10 déplacés (parmi lesquels une majorité de femmes, d’enfants et de personnes âgées) ont été tués dans des raids aériens du régime syrien, au cours duquel des barils d’explosif agrémentés de ferraille ont été lâchés sur un camp de déplacés à Idleb, dans le nord-ouest du pays, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.

Larguées par dizaines sur des villes et villages, ces bombes rudimentaires sont probablement à l’origine de la majorité des morts en Syrie.

Torture à mort

La terreur syrienne ne vient pas que du ciel. En mars 2014, un photographe de l’armée syrienne ayant fait défection a révélé quelques 55 000 clichés représentant plus de 11 000 victimes torturées à mort, hommes femmes et enfants de tous âges, de toutes origines confessionnelles et ce uniquement pour la région de Damas.

Autre arme de terreur, le bombardement à l’arme chimique dans la banlieue de Damas, le 21 août 2013, alors sous contrôle de l’opposition. L’attaque a fait plus de 1 700 morts, dont une majorité de civils, selon Médecins sans frontières. Elle a, selon toute vraisemblance, été perpétrée par les forces gouvernementales. Ces dernières, ou leurs supplétifs, ont également multiplié les massacres de civils, comme dans les villes d’al-Bayda et de Baniyas, où au moins 248 personnes, dont 45 femmes et 43 enfants, ont été exécutés sommairement.

Enfin, dès le début du conflit en mars 2011, les forces de l’ordre et milices pro-régime ont fait du viol des femmes une arme de guerre.

Les crimes commis par l’EI, sous l’objectif des caméras, sont sans commune mesure avec l’ampleur des exactions commises par les forces pro-gouvernementales. Pour autant, selon l’ONU, l’EI est lui aussi coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/le-regime-syrien-cent-fois-plus-meurtrier-que-les-djihadistes-de-l-ei_1624707.html#UBXc6KDI8Zr3hXMx.99

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s