Syrie – « Reynders a saboté ma libération »


(Femmes de chambre, 8 octobre 2013) – Texte intégral *

 

    Retour Rome 8 sept. 2013'

 Pierre Piccinin da Prata à sa descente de l’avion, à Rome (Italie), quelques heures après sa libération

Politologue et historien, Pierre Piccinin da Prata a été libéré le 8 septembre dernier après cinq mois de captivité en Syrie, en compagnie du journaliste italien Domenico Quirico. A peine débarqué à Bruxelles, l’ex-otage médiatise une allégation détonante : ce n’est pas Bashar al-Assad qui a eu recours aux armes chimiques dans la banlieue d’al-Ghouta, mais les rebelles. Contrairement à ce que martelaient les Etats-Unis et la France…

Avec un mois de recul, Pierre Piccinin da Prata revient sur le conflit syrien, sa captivité et le traitement médiatique de sa libération.

Mais, surtout, il accuse le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, d’avoir saboté le processus de sa libération et d’avoir été « sans pitié » envers sa famille…

       propos recuellis par Aurore VAN OPSTAL et Olivier MUKUNA

 

SYRIE--Alep----Juillet-et-aout-2012 0114.AVI.Still001[Photo : Pierre Piccinin da Prata, avec une katiba de l’ASL, correspondant du journal Le Soir, à Alep, en août 2012]

 

Femmesdechambre.be : Avec le recul, quel regard portez-vous sur ce qui vous est arrivé ces cinq derniers mois ?

Pierre Piccinin da Prata : La principale chose que je retiens, c’est la trahison d’une partie de l’Armée Syrienne Libre (ASL). C’est une grande insulte que d’avoir été trahi par des gens que nous étions allés soutenir. J’ai écrit deux livres, de nombreux articles, et j’ai participé à des conférences pour supporter l’opposition syrienne…

Cette trahison s’explique, d’une part, par une islamisation radicale de la révolution et, d’autre part, par des dérives criminelles.

Je continue à soutenir l’ASL et ses principes. Mais nombre de ses membres adoptent de plus en plus un comportement ambigu : d’une part, certains commandants de brigade se livrent à du banditisme, à du brigandage… Somme toute, ceux-ci se disent : « la partie est perdue » ou bien « il faudra bientôt accepter un compromis avec le régime. » Ils profitent donc de la situation pour rançonner la population des territoires qu’ils contrôlent.

Cette dérive criminelle est en partie le résultat de l’erreur magistrale de l’Occident, qui ne voulait pas vraiment de cette révolution et a joué à l’apprenti-sorcier. Dans les chancelleries, on s’est dit : « On va soutenir cette révolution par les mots, on va déstabiliser le régime baathiste en Syrie, on va affaiblir le grand allié de Moscou, mais on ne va pas faire tomber Bashar al-Assad.» Car il y a ce deal avec Israël : depuis 1973, Damas et Tel-Aviv sont les « meilleurs ennemis », qui ne se menacent plus, mènent chacun leur barque, sur leur territoire respectif. Il y a bien sûr eu l’attaque israélienne sur le réacteur nucléaire syrien, mais Damas n’a pas vraiment bronché ni répliqué…

L’Occident a donc cru que cette révolution était susceptible d’affaiblir le régime sans le faire tomber, mais ces messieurs des think-thanks et autres chancelleries n’ont pas vu venir – comme pour l’ensemble du printemps arabe – l’arrivée massive de djihadistes, d’autre part ; le réveil de l’islam fondamentaliste. Je fais aussi mon mea-culpa : je n’ai jamais imaginé que ce serait aussi radical… Tout ceci est pour moi profondément décevant. Ce soulèvement syrien, que je qualifiais de « dernière révolution romantique », était vraiment porteur de valeurs de justice et de démocratie. Finalement, non ! Comme toutes les révolutions arabes, elle a fini par connaître une certaine déliquescence.

 

FDC : Que retenez-vous de ces cinq mois de captivité ?

PPdP : Notre enlèvement a eu lieu le 8 avril ; c’était une mise en scène. En réalité, mon collègue italien et moi avons été livrés par une brigade de l’ASL à nos ravisseurs et futurs geôliers, la katiba Abou Omar. Du nom de son chef, un émir autoproclamé qui a rassemblé autour de lui une collection de pauvres types (des étudiants en échec, des ventres affamés ou des ratés en mal de reconnaissance sociale). Bref, un groupe de brigands mais qui travaillait sous la conduite des Brigades al-Farouk, un des trois piliers des débuts de la révolution, avec Jabhet al-Nosra, la branche syrienne présumée d’al-Qaeda, et l’ASL.

Al-Farouk ? Il s’agit soi-disant « d’islamistes modérés », qui ont en outre connu une scission interne pendant le temps que nous étions en captivité. Certains, au sein d’al-Farouk, aspirent aux honneurs, au pouvoir qui leur permettrait de contrôler l’économie de manière plus structurée que les gangsters qui rançonnent çà et là la population. C’est cette frange-là d’al-Farouk qui a organisé notre enlèvement en utilisant comme auxiliaires les bandits d’Abou Omar…

Que retenir de tout cela ? Selon moi, il y a une véritable involution de la révolution, un renfermement sur elle-même avec un changement d’objectif.

Et il ne reste plus grand-chose de l’ASL ! A part à Alep et dans quelques poches du gouvernorat de Damas …

L’erreur de ma part a été de ne pas avoir anticipé assez rapidement ce qu’était en train de devenir cette révolution. En janvier dernier, j’étais à Idlib et j’avais remarqué que, dans ce gouvernorat, l’ASL avait complètement disparu. J’avais écrit un article à ce propos, intitulé « Quand les fous de Dieu s’emparent de la révolution » ; car il n’y avait là-bas plus que les brigades d’al-Farouk et celles de Jabeht al-Nosra qui contrôlaient le terrain…

Mais je ne m’étais pas rendu compte que le phénomène allait si rapidement prendre les proportions que je lui connais dorénavant.

FDC : Vous tirez ce constat de vos propres constatations, mais aussi d’autres sources ?

PPdP : Concernant la Syrie, les informations proviennent soit des groupes rebelles, soit des officiels du régime. D’un côté comme de l’autre, elles sont donc très peu fiables. C’est la raison pour laquelle les événements syriens ne peuvent être réellement bien appréhendés qu’en se rendant sur le terrain.

Le terrain ! C’est mon leitmotiv !

Je sais que beaucoup de journalistes n’aiment pas la concurrence que je leur fait et me le reprochent, car eux, ils ne sont pas sur le terrain. Grosso modo, ils affirment : « Le terrain, c’est bien, mais il n’y a pas que le terrain. »

Eh bien, si ! Pour vraiment se rendre compte de ce qui se passe en Syrie, il faut aller partout sur le terrain. J’ai été à Homs, dans les gouvernorats de Damas, d’Alep et d’Idlib, de Deir ez-Zor aussi, très à l’est, sur l’Euphrate et la frontière irakienne. Même pendant ces cinq mois de captivité, j’ai pu continuer à observer les évolutions du conflit, sur le terrain, car nous avons souvent été déplacés. D’abord enlevés à Homs, nous avons été ramenés vers le sud, dans le gouvernorat de Damas. Puis, nous sommes remontés vers ceux d’Alep et Idlib pour être ensuite déplacés jusqu’à ar-Raqqa, plus à l’est, avant de descendre au cœur de la Syrie, dans le djebel.

Nous n’étions pas toujours enfermés au fond d’un trou. On vivait le plus souvent avec les djihadistes. Si ceux-ci n’étaient pas toujours sympathiques, nous avions cependant accès aux infos, à Al-Jazeera, à Al-Arabia, aux propos qu’ils échangeaient eux-mêmes, à tout ce qui se passait autour de nous.

Au-delà de ma propre souffrance et de celle, immense, de ma famille, cela a aussi été, disons, très « instructif ». Car j’ai pu voir comment fonctionnaient au quotidien ces groupes de bandits ainsi que la structure d’al-Farouk, un des piliers de la révolution, et de la katiba de Jabhet al-Nosra à laquelle nous avions été confiés durant une semaine.

FDC : Comment votre famille a-t-elle vécu votre enlèvement et votre captivité ?

PPdP : Ma famille a énormément souffert. Assez vite après le kidnapping, mes ravisseurs m’ont affirmé que des contacts avaient été pris avec mon ambassade et que ma famille savait que j’étais vivant. Je doutais de ces affirmations mais, tout de même, ça nous semblait cohérent : on supposait que des négociations avaient commencé…

A ce moment-là, nous étions retenus à al-Qousseyr, ville assiégée par le Hezbollah et les troupes gouvernementales. Aussi, en réalité, pendant les deux mois de siège qui ont précédé la chute de la ville et sa reconquête par le régime, aucun contact n’avait été pris par les djihadistes ! Tout en nous disant le contraire, ils avaient décidé de ne pas prendre de contact tant qu’ils n’étaient pas en mesure de nous livrer à nos gouvernements.

Lorsqu’al-Qousseyr a été sur le point de tomber, les djihadistes, comme les autres factions de la rébellion, ont décidé de quitter la ville et de forcer un passage à travers les lignes des troupes gouvernementales.

Une fois sorti de là, dans la confusion, j’ai pu obtenir un téléphone portable. C’était le 6 juin ; j’ai appelé mes parents ! C’est ma mère qui a décroché. A l’intonation de sa voix, à sa surprise, j’ai compris qu’elle n’avait eu aucune nouvelle depuis deux mois, qu’elle ignorait jusqu’alors si j’étais vivant… ou mort…

FDC : Comment êtes-vous parvenu à obtenir ce téléphone portable

PPdP : Nous nous trouvions au nord d’al-Qousseyr, avec les factions rebelles et les civils qui fuyaient l’avancée des troupes du régime. Tous ceux qui avaient pu fuir le siège de la ville s’étaient rassemblés en une foule d’environ 5000 à 10.000 personnes.

Cette masse humaine s’est dirigée vers les positions tenues par l’ASL dans le nord du gouvernorat de Damas. On voyageait de nuit.

Arrivés sur le plateau de Homs, à l’aube, on a été arrêté par des tirs de mitrailleuses. Nous étions bloqués par une ligne de défense de l’armée régulière.

Pendant cette journée du 6 juin, les combattants de l’ASL ont tenté de faire sauter cette position afin que nous puissions continuer notre chemin. Domenico et moi attendions dans un verger, assis avec l’Emir Abou Omar et de nombreux civils. Ceux-ci s’interrogeaient sur notre présence car nous étions les deux seuls Occidentaux. Dans mon mauvais arabe, je leur ai expliqué que nous étions des journalistes belge et italien, que nous avions été enlevés par les hommes de l’Emir. Certains ont commencé à s’énerver, à se demander pourquoi on nous avait kidnappés, alors que nous venions témoigner de leur résistance et de leurs souffrances. Ils ont fini par interpeller Abou Omar, qui n’était accompagné que par deux de ses hommes (les autres étant au combat)…

L’Emir était très mal pris. J’en ai profité pour l’interpeler devant tous ces gens : « Vous nous retenez prisonniers depuis deux mois, sans que nous ayons pu contacter nos familles : nous voulons leur téléphoner ! » Il n’a pas osé nous refuser cet appel devant la foule agglutinée autour de lui. Il m’a tendu un portable en disant : « Il n’y a pas de réseau, ici ! » Quelqu’un dans la foule a alors crié : « Mais si ! Moi, j’ai du réseau ! » C’est avec ce téléphone que, pendant presque une minute, j’ai pu appeler mes parents qui ignoraient si nous étions morts ou vivants.

FDC : Votre famille n’a pas été tenue au courant de votre sort par le ministère belge des Affaires étrangères ?

PPdP : Le jour de mon retour à Bruxelles, j’ai déclaré sur certains plateaux de télévision que ma famille avait reçu un soutien psychologique ; notamment parce que trois fonctionnaires du ministère de l’Intérieur étaient là pour les assister, quand je suis descendu de l’avion…

Je ne savais pas que ces trois hommes avaient été dépêchés depuis deux jours seulement.

Depuis lors, j’ai eu le temps de découvrir ce qui s’était réellement passé en Belgique pendant ma captivité en Syrie. Et là, je suis allé de tristesse en tristesse…

Je me suis rendu compte que la Belgique m’avait complètement abandonné !

Moi, et ma famille aussi !

Non seulement, le cabinet du ministre des Affaires étrangères n’a pas négocié mais, pire, il semblerait qu’il ait pour ainsi dire saboté les tentatives des services secrets italiens qui cherchaient à me libérer…

 

FDC : Quels éléments vous permettent-ils d’aboutir à cette grave accusation ?

PPdP : Durant ma captivité, mes parents se sont retrouvés face à un véritable mur dressé par le ministère des Affaires étrangères. Exception faite de quelques fonctionnaires qui les ont pris en pitié et ont tenté de les aider, au niveau du ministre Didier Reynders et de son cabinet, c’était le refus total de communiquer.

A un moment, certains fonctionnaires l’ont confirmé à mes parents : « Nous n’avons plus le droit d’avoir des contacts avec vous : ce sont les ordres du cabinet ! » D’une part, c’était le silence envers mes parents et, d’autre part, officiellement, c’était : « La Belgique ne négocie pas avec des terroristes; il est hors de question de payer une rançon. »

Par exemple, en matière de sabotage… Fin mai, les djihadistes demandent à l’Italie et à la Belgique de fournir une série de questions auxquelles seuls Domenico et moi pouvions répondre. Ceci, afin de pouvoir régulièrement montrer, au cours des négociations, que nous étions bien vivants. Et là, c’est le ministère italien des Affaires étrangères qui contacte directement mes parents pour obtenir une liste de questions à mon intention. Au téléphone, le fonctionnaire leur apprend qu’ils ont déjà demandé cette liste à leurs homologues belges, mais que ceux-ci ne répondent pas! Et mes parents de tomber des nues : le ministère de Didier Reynders ne leur avait jamais demandé une liste de questions me concernant… Ils n’avaient jamais été mis au courant de cette requête.

Négligence ou sabotage ? Tout est possible, bien sûr… Mais je doute qu’un fonctionnaire eût « oublié » la requête italienne alors que la vie d’un ressortissant belge était en jeu.

Peu avant notre libération, le matin du 29 août, c’est la cellule de crise italienne qui appelle directement mes parents. L’officier leur dit clairement qu’il court-circuite les autorités belges. Il voulait vérifier avec mes parents certaines de mes réponses que leur avaient transmises les djihadistes. Puis, dans l’après-midi de cette même journée, c’est le ministère belge des Affaires étrangères qui téléphone à mes parents pour … avoir la liste des questions ! Autrement dit, les Belges demandaient à mes parents les questions que les Italiens leur avaient déjà demandées depuis trois mois et qu’ils avaient déjà transmises aux djihadistes ; et auxquelles ils avaient déjà reçu les réponses…

FDC : Un autre exemple « d’efficacité » de nos Affaires étrangères ?

PPdP : Oui, et celui-là est proprement inimaginable !

Lorsque je suis parvenu à contacter mes parents le 6 juin, ils ont enregistré le numéro avec lequel je les avais appelés. Ils l’ont bien évidemment directement transmis au ministère des Affaires étrangères.

Plus tard, un fonctionnaire leur a fait savoir que le cabinet Reynders avait décidé de ne pas rappeler ce numéro, de ne pas essayer d’obtenir des informations… au motif que « la Belgique ne négocie pas avec les terroristes. »

Dès lors, un diplomate – que ma famille connaît et que je ne vais pas citer, pour ne pas lui attirer d’ennuis – a décidé d’aider mes parents. Un soir, il a demandé à son concierge, qui est d’origine maghrébine et parle arabe, de téléphoner au numéro en question pour voir qui répondait, ce qu’on lui disait…

Voilà la manière dont l’Etat belge « gérait » ma situation, juste après que j’ai pu me signaler !

  source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s