Hommage au courage des Syriens à travers Omar Aziz


L’Institut du Monde Arabe pour Omar Aziz.

Je veux rendre hommage au courage des Syriens à travers un homme.

Omar Aziz

Omar Aziz était tout à la fois un mystique, un homme de culture et une tête scientifique magnifiquement organisée. Francophone impeccable – il avait fait son doctorat d’économie à Grenoble – il incarnait cette force tranquille de la révolution syrienne, celle que l’on ressent lorsqu’on parle avec les jeunes manifestants de la première heure mais qui ne savent pas toujours l’exprimer.
Il est le père des conseils locaux qui sont devenus le centre d’intérêt de tous les partenaires extérieurs et malheureusement des cibles pour les jeux d’influence. Lui les avait conçus dès l’automne 2011 comme les supports de la société civile ; il prévoyait une lutte longue qui aurait besoin de s’appuyer sur des structures alternatives à celles de l’Etat pour organiser la vie de la population dans les zones qui étaient déjà libérées et qui n’étaient encore que des poches.

Il avait présenté un projet complet sur les différentes fonctions et activités de conseils locaux, leur attribuant un rôle essentiel dans la préservation de la dimension civile de la révolution et de la paix intercommunautaire. Cela faisait partie de sa remarquable clarté de vue. Il savait précisément où nous allions et le temps que cela prendrait. Il avait une confiance immense dans les jeunes et dans les capacités de résistance du peuple. Il m’avait dit un jour « jamais les Syriens se sont tant aimés les uns les autres ». Loin d’être un romantique, il était parfaitement lucide sur les acteurs, les risques, la nature du régime mais il savait que la jeunesse syrienne irait jusqu’au bout et que les déceptions qu’il avait vécues lui-même tout au long de sa vie, ne devaient en aucun cas se répéter. C’était la force de caractère habillée d’une voix et d’un style de la plus grande douceur.
Il est rentré en Syrie dans les premières semaines de la révolution et avait décidé de ne plus en sortir. Arrêté le 20 novembre, ses amis ont cherché à avoir des nouvelles. Mais ceux que l’on pensait avaient des relations avec tel ou tel responsable des services de renseignements ou pouvaient servir d’intermédiaire pour négocier une rançon que la famille et les amis auraient volontiers payée, manifestaient une réserve décevante et incompréhensible. Il fallait savoir que lorsqu’un activiste passait « de l’autre côté du soleil » (expression que les opposants égyptiens utilisent pour informer de l’arrestation d’un des leurs) ceux qui cherchent à s’informer sur son sort s’exposent eux- mêmes à de grands risques.
Omar Aziz est mort sous la torture la semaine dernière, mort parce qu’il a refusé de parler et a voulu protéger ses amis.

3 réflexions sur “Hommage au courage des Syriens à travers Omar Aziz

  1. Omar Aziz est mort d’un crise cardiaque. Nous n’en savons pas plus. Je ne veux pas dire qu’il n’a pas subi de mauvais traitements, peut-être même a-t-il été torturé. Mais rien ne le prouve.
    Qu’est-ce donc qui vous permet d’écrire ceci ; « Omar Aziz est mort sous la torture la semaine dernière, mort parce qu’il a refusé de parler et a voulu protéger ses amis. » ? Avez-vous bénéficié d’informations que les médias n’ont pas ?

  2. Et rien ne prouve qu’il s’agissait d’Omar Aziz et que cela se passait en Syrie !

    Et que ce texte soit rédigé par l’Institut du monde arabe ne vous exonère en rien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s