La « Désobéissance Civile »


La « Désobéissance Civile »
s’invite aux
 » Rendez-vous d’été de la Nonviolence du MIR – IRG  »

« Renoncer à la désobéissance civile, c’est mettre la conscience en prison »,GANDHI

La désobéissance civile est l’un des moyens d’action utilisé dans la stratégie d’action nonviolente.
La désobéissance civile est partout présente dans nos luttes pour plus de liberté et de justice

Du vendredi 28 août à partir de 18 h. au dimanche 30 août à 14 h. ( non résidentiel )

Maison de la Paix – 35 Rue Van Elewyck à 1050 Bruxelles-Ixelles

Programme détaillé sur demande au : mirirg@swing.be

La conscience en prison

La désobéissance civile est collective et publique.
Son caractère en fait une manifestation civique.
Le désobéissant agit dans l’intérêt qu’il juge général tout en assumant de manière individuelle les conséquences de ses actes.

Sa motivation est de changer la loi et pas, contrairement à l’objection de conscience, de la choisir. Pour Gandhi, les deux sont complémentaires. En affirmant que « Renoncer à la désobéissance civile, c’est mettre la conscience en prison », il place alors l’objection de conscience comme préalable à la désobéissance civile.

Néanmoins, le principe de désobéissance civile pose la question de la légitimité de l’action. Car en ces termes, chacun est en droit d’enfreindre la loi s’il estime qu’elle est en désaccord avec sa conscience. En effet, le fait que dans la majorité des cas, la désobéissance civile est utilisée pour défendre ou promouvoir des idées progressistes, laisse en suspend la question du droit à utiliser cette arme citoyenne face à l’Etat.

Personne ne critiquera aujourd’hui l’action de Martin Luther King contre la discrimination raciale.

La résistance de la Rose Blanche qui défendait l’idéal démocratique dans l’Allemagne hitlérienne n’est pas non plus sujette à critique.
En France le manifeste des 343 salopes, publié par le Nouvel Observateur en 1971, regroupait les noms de femmes, connues ou pas, qui affirmaient avoir eu recourt à l’avortement, à l’époque illégal. Par ce geste, elles réclamaient la légalisation de l’avortement.

Mais les manifestants anti-IVG revendiquent également leurs actions comme relevant de la désobéissance civile.

Comment accepter alors que certains puissent légitimement user du concept de désobéissance civile pour défendre une conception de la société ou des droits et en exclure d’autres ? – Pierre Sylvain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s