LA STRATÉGIE DU CHOC séance ATTAC


Le jeudi 21 octobre

à 21heures 30, au cinéma Arenberg

ATTAC-Bruxelles

vous invite à la projection de

LA STRATÉGIE DU CHOC

d’après le best-seller de

NAOMI KLEIN

Coup d’Etat anti-Allende au Chili, gangstérisation de la Russie

ou instauration du chaos permanent en Irak :

un film percutant sur un monde à la merci

des jihadistes ultralibéraux

et  d’une économie au cynisme meurtrier

dès 20 heures 30,

LE GRAND DÉBAT:

« DEVOIR TOUJOURS BANQUER?

MAINTENANT, ÇA SUFFIT… !»

Avec, notamment,

Laurent ARNAUTS

avocat au Cabinet «Modrikamen»

(représentant la partie plaignante dans le dossier FORTIS)

Marco VAN HEES

fonctionnaire au Ministère des Finances,

auteur de Banques qui pillent, banques qui pleurent

et Inès TRÉPANT

conseillère politique auprès des Verts au Parlement européen

_________________

LE CAPITALISME DU DÉSASTRE

Lorsque Richard Nixon apprend la victoire de la gauche au Chili, il a cette réaction suffoquée: «Ces  fils de putes vont payer: on va faire crier l’économie». L’implication américaine pour renverser le président, démocratiquement élu, va commencer onze jours à peine après l’élection d’Allende. Le chef de la CIA, Richard Helms, en témoigne : «Le président Nixon a décidé qu’un régime communiste au Chili n’était pas acceptable. Il a demandé à l’Agence soit d’empêcher Allende d’accéder au pouvoir, soit de le déposer». Tout va donc être entrepris pour favoriser une situation de chaos sans pareil, par l’entremise notamment de la multinationale ITT. Le coup d’Etat s’exécute finalement de mains de maître. Puis viennent les «demains de maîtres» : la terreur, la torture, les «disparitions» ; l’interdiction des partis, des syndicats, de la presse indépendante. Plus que la victoire du putschiste Augusto, José, Ramon Pinochet Ugarte, le Chili va subir le triomphe des thèses ultra de Milton Friedman. Mis à part les régimes sociaux des militaires, tout (tout) va être entièrement privatisé. Pas seulement les entreprises, mais aussi la santé, les pensions, l’éducation. Pour la première fois au monde, Friedman va pouvoir appliquer ses théories monétaristes à une société-cobaye désormais sans défense…

Friedman avait pourtant publiquement prévenu : «Seule une crise, réelle ou supposée, peut produire des changements. Telle est notre véritable fonction: trouver des solutions de rechange aux politiques existantes et les entretenir jusqu’à ce que des notions politiquement impossibles deviennent politiquement inévitables». On le sait : les théories obscènes de Milton Friedman vont lui valoir le prix Nobel…

Comment le capitalisme a-t-il pu s’imposer, dans sa version hard, au cours des trente dernières années ? En agissant avec un cynisme déjanté et criminel : profiter des cataclysmes sciemment provoqués voire des catastrophes naturelles, pour abuser de la détresse psychologique et de la vulnérabilité physique dans lesquelles se trouvent tout à coup projetées des populations désemparées et vulnérables. Des moments propices pour leur asséner les thérapies de choc du néolibéralisme. Telle est la thèse formalisée par Naomi Klein dans La stratégie du choc, dénonçant un «capitalisme du désastre» né de la collusion entre les gouvernements et le monde des affaires.

Quoi de commun, en effet, entre le renversement d’Allende en 1973 et l’invasion de l’Irak trente ans plus tard? Entre le tsunami asiatique et l’ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans? A chaque fois, ces circonstances effroyables se sont avérées des opportunités utiles aux «djihadistes» du profit à tous prix afin de substituer aux valeurs démocratiques, auxquelles les sociétés aspirent, la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.

«S’informer, c’est résister : alors, « Armez-vous ! »»… : c’est peu dire que le film de Michael Winterbottom et Mat Whitecross, inspiré par la journaliste Naomi Klein, est une protestation à découvrir en extrême urgence. Mêlant images d’archives époustouflantes (souvent inédites) et documents d’actualités balancés avec l’efficacité des uppercuts, les réalisateurs britanniques réussissent à mettre à nu cette histoire secrète du libre marché, en dessinant une nouvelle éthique de l’investigation journalistique.

Une démonstration factuelle, puissante et  captivante –donnant la pêche et l’envie de résister.

____________

Jean FLINKER

Cinéma ARENBERG

(26 Galerie de la Reine)

LA STRATÉGIE DU CHOC

Grande-Bretagne 2009  /    Durée 80 minutes

Prix d’entrée

6,6 euros y compris pour le débat

(sauf les Article 27)

ATTAC-Bruxelles 1

16 avenue Nouvelle, 1040 Bruxelles

mail : bxl 1@attac.be http://bxl.attac.be tél : 0494 / 808 854

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s