LeSoir : Moubarak déçoit une fois de plus les Egyptiens


BAUDOUIN LOOS

vendredi 11 février 2011, 07:09

Pour la seconde fois en une semaine, Hosni Moubarak a provoqué une énorme déception populaire. Son deuxième « Je vous ai compris » a une fois encore suscité la colère de la foule réunie sur la place Tahrir au Caire.

Moubarak, qu’on savait condamné à s’en aller tôt ou tard, s’accroche de manière pathétique, même s’il a accepté de faire un pas de côté et de confier nombre de ses pouvoirs au vice-président Omar Soumeiman.

C’est une histoire d’honneur militaire. En Egypte, c’est l’armée qui occupe la réalité du pouvoir, et cela depuis le coup d’Etat militaire de 1952. Cinquante-neuf ans ! Ces derniers jours, l’armée égyptienne a beaucoup défendu l’honneur de Hosni Moubarak, « héros » de l’aviation militaire de la guerre de 1973 contre Israël. Et l’honneur, cela compte au sein de l’armée égyptienne.

Cette armée, en outre, n’a pas voulu laisser les événements tourner au chaos dans les rues d’Egypte. Une situation qui eût requis d’elle, selon ses critères, qu’elle remette le pays au pas. C’est-à-dire qu’elle procède à un nouveau coup d’Etat.

D’aucuns penseront d’ailleurs que le vrai-faux départ de Moubarak et son remplacement par le général Omar Souleiman ressemblent furieusement à un coup d’Etat déguisé. Les prochains jours diront si ces Cassandre ont vu clair. L’armée égyptienne, il est vrai, a beaucoup à perdre de l’avènement éventuel d’un régime démocratique digne du nom.

C’est elle qui bénéficie d’une aide américaine directe s’élevant à 1,3 milliard de dollars par an. C’est d’elle que viennent tous ces généraux qui se sont investis dans l’économie, même dans des domaines comme l’agriculture ou la construction qui n’ont rien à avoir avec sa spécialité. C’est elle, enfin, on l’a dit, qui régente le pays depuis près de soixante ans.

Saura-t-elle encadrer cette révolution populaire dans la direction naturelle qu’elle a empruntée, à savoir la démocratie ? Le prix d’une telle option, à terme, n’est autre pour elle que l’éloignement de l’épicentre du pouvoir, donc de ses privilèges… On a peine à imaginer qu’un tel pas a déjà été franchi.

Depuis le début de la révolte, Omar Souleimane et l’armée parlent de revendications du peuple « légitimes ». La population égyptienne, cette jeunesse pleine de sève, d’audace et de détermination, ne voudra pas voir sa révolution volée par des gens en uniforme. Quelle logique l’emportera ? Au-delà du futur départ de Moubarak, une victoire des Egyptiens sur les ténèbres de la dictature, l’avenir de l’Egypte reste nimbé d’incertitudes.

Une réflexion sur “LeSoir : Moubarak déçoit une fois de plus les Egyptiens

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s