Israël entendra-t-il Marwan Barghouti ?


BAUDOUIN LOOS

« LE SOIR » version numérique – 27.12.2012

marwan

De sa prison israélienne, Marwan Barghouti, très populaire en Palestine, voulait s’adresser aux Israéliens. L’enregistrement de l’interview a été finalement confisqué. Mais ses mots restent.

Marwan Barghouti, vous connaissez ? C’est le nom d’un prisonnier palestinien célèbre. Il a été arrêté en avril 2002 par l’armée israélienne à Ramallah puis condamné à cinq fois la prison à vie pour l’assassinat de cinq Israéliens au terme d’un procès pendant lequel il ne s’est pas défendu, estimant le tribunal « illégal ». Il était alors une personnalité éminente du Fatah de Yasser Arafat et avait pris une posture politique radicale avec l’irruption de la seconde intifada (soulèvement) palestinienne en septembre 2000.

Pourquoi reparler de lui ? En raison d’une interview jamais diffusée, qui avait été enregistrée dans sa prison en novembre, pendant la dernière opération israélienne à Gaza (161 morts palestiniens, six israéliens). Le Shin Bet, service de sécurité intérieure, a confisqué l’enregistrement, bien que l’entretien avait été autorisé. Les auteurs de l’interview, deux journalistes israéliens, viennent de raconter ce que s’était dit.

En dix ans de détention, Marwan Barghouti n’a pas pu parler à la presse, à une exception près, en 2006. Son avis sur la situation tient en quelques phrases :

1. le Hamas a gagné en popularité, tant à Gaza qu’en Cisjordanie grâce à sa résistance pendant la dernière opération militaire israélienne ;

2. le président palestinien Mahmoud Abbas (du Fatah, comme lui) aurait été un homme politique « fini » s’il n’avait pas réussi à obtenir à l’Assemblée générale de l’ONU le statut d’Etat observateur pour la Palestine ;

3. le même Abbas a tort de sembler renoncer au droit au retour pour les réfugiés palestiniens ;

4. il n’est pas impossible qu’une troisième intifada éclate, il recommande qu’elle soit alors non armée ;

5. il n’a pas de doute qu’il deviendra un jour président de l’Etat de Palestine.

Ce que dit Marwan Barghouti compte. Il l’a lui-même rappelé à ses intervieweurs : dans tous les sondages, il est prédit qu’il gagnerait facilement une compétition présidentielle contre n’importe quel candidat, fût-il du Hamas. Il n’a toutefois pas voulu dire s’il se présenterait – même en prison – aux prochaines présidentielles. Celles-ci ne sont ne sont pas encore programmées, bien que le mandat d’Abbas se fût éteint, officiellement, le 9 janvier… 2009.

L’un des deux journalistes qui l’ont rencontré, Avi Issacharoff, du quotidien Haaretz, estimait ce 26 décembre qu’Israël refuse de voir la vérité en face : cet homme sera un jour élu président. « Que fera alors Israël ? demande-t-il. Le choix doit être de parler avec Barghouti. C’est vrai, c’est un meurtrier condamné, mais dans le passé nous avons signé des traités avec des terroristes qui avaient du sang sur leurs mains. L’alternative sera le Hamas (…). Nous devons parler à Barghouti en raison de sa popularité parmi les Palestiniens et parce qu’après dix ans de prison il reste un grand partisan de la solution de deux Etats pour deux peuples. »

L’avis d’Avi Issacharoff a bien peu de chance d’être entendu par le gouvernement israélien. Au contraire, sa mise en garde sur le fait que l’alternative à Barghouti s’appelle le Hamas ne fait pas peur au Premier ministre Binyamin Netanyahou et à ses alliés de l’extrême droite. Ceux-ci peuvent plus facilement, dans ce cas de figure, expliquer en substance au monde que « la paix, décidément, n’est pas possible avec ces extrémistes islamistes ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s