Le conflit syrien devient une confrontation sunnites-chiites


Baudouin Loos
Jeudi 16 Mai 2013, 9h22

En Syrie, la guerre s’est internationalisée. Bachar el-Assad avait choisi de confessionnaliser le conflit. Les enjeux le dépassent désormais et le schisme entre sunnites et chiites s’en mêle.

  • © AP

Le théâtre de guerre syrien est-il en train de devenir celui d’un affrontement régional entre sunnites et chiites ? Tout se passe en effet comme si l’âpre conflit avait depuis longtemps déjà dégénéré en sanglante confrontation entre ces deux communautés musulmanes qui se vouent une franche hostilité en Orient depuis la mort du prophète Mohamet au VIIe siècle.

Passons en revue une série non exhaustive d’éléments qui composent ce puzzle complexe bien à l’image de la région.

Les alaouites syriens ne sont pas chiites

Avant de parler d’« axe » chiite, comme le font maints observateurs en évoquant l’alliance entre chiites libanais, alaouites syriens, chiites irakiens et l’Iran, il convient de préciser que les alaouites, la minorité religieuse dont émane le régime de Bachar el-Assad, n’ont qu’un rapport très lointain avec le chiisme.

Apparue au XIe siècle, la doctrine alaouite se fonde notamment, comme le chiisme, sur la vénération d’Ali, cousin et gendre de Mohamet. Mais l’obédience alaouite cultive de nombreuses originalités qui lui ont valu d’être taxée de secte hérétique voire impie par les autres musulmans, sunnites comme chiites. Les alaouites croient en la réincarnation, par exemple, ils ne fréquentent pas les mosquées, ne voilent pas leurs femmes, ne refusent pas l’alcool, et leurs rites s’apprennent par une initiation secrète.

Pour faire accepter sa constitution par la population syrienne en 1973, Hafez el-Assad dut ainsi y faire mentionner que l’islam était la religion du président et il veilla en même temps à ce que le plus important imam chiite du Proche-Orient, le Libanais Moussa el-Sadr, promulguât une « fatwa » reconnaissant les alaouites parmi la communauté chiite.

Minoritaires en Syrie (environ 10 % de la population), les alaouites allaient bientôt connaître un sort nouveau dans un pays où ils avaient jusque-là et historiquement dû jouer un rôle peu enviable de laissés-pour-compte méprisés, pauvres et montagnards. L’ascension sociale passa par les emplois au sein de la bureaucratie, des services de police et, massivement, de l’armée, beaucoup moins par le commerce, qui resta aux mains des grandes familles sunnites.

Comme le précise le spécialiste français Fabrice Balanche, « le pouvoir n’appartient pas aux alaouites, mais à des alaouites. La nuance est de taille car elle implique qu’il ne suffit pas d’être alaouite pour être proche du pouvoir et bénéficier d’un traitement de faveur ». C’est dire aussi que beaucoup d’alaouites sont demeurés pauvres. Mais presque tous sont désormais sensibles aux harangues du régime qui les invite à faire bloc dans l’adversité (voir plus loin).

La Syrie des Assad a opté pour une alliance avec l’Iran

C’est Hafez el-Assad, père de Bachar, qui avait choisi de s’allier avec la république islamique d’Iran des ayatollahs qui s’installe à Téhéran en 1979. Rien de religieux à cela. A la tête d’un régime qui reposait officiellement sur le parti Baas à l’idéologie panarabiste et laïque, Hafez cherchait surtout à nuire à l’Irakien Saddam Hussein, baasiste lui aussi, qui lui contestait le leadership panarabe. Il n’hésita pas, ainsi, à pactiser avec l’Iran durant la sanglante guerre Iran-Irak (1980-88), alors que le reste du monde arabe appuyait, peu ou prou, l’Irak.

Cette alliance n’a jamais prix fin, elle existe toujours, et comment ! Elle s’articule autour d’une cause commune contre de mêmes ennemis, à savoir Israël, les Etats-Unis, l’Occident en général et les régimes arabes qui lui sont proches. Quand le Hezbollah est créé avec l’appui de Téhéran au Liban occupé par Israël en 1982, la Syrie trouve en ce mouvement radical un allié naturel.

Les alliances régionales s’alignent sur les communautés religieuses et nourrissent le conflit

Une gigantesque lutte d’influence se joue en Syrie depuis que la contestation y a pris un tour armé en raison de la féroce répression du régime. Malgré la quasi-absence de vrais chiites syriens, sunnites et chiites ont fait de la Syrie un champ de bataille à l’échelle régionale.

C’est que, à Riyad, les Saoudiens ont dès l’origine vu l’émergence de la très radicale république islamique d’Iran comme une menace existentielle pour leur prédominance sur le monde musulman qu’ils veulent exercer au nom de leur titre autoproclamé de « défenseurs des Lieux saints » (La Mecque et Médine).

Le régime de Bachar el-Assad s’affichant ostensiblement aux côtés des fers de lance du chiisme, l’Iran et le Hezbollah, pour briser la révolte syrienne interne principalement sunnite, les sunnites du golfe Arabo-persique et d’ailleurs se sentent tenus d’intervenir. D’autant que les horreurs se multiplient sur le terrain et que les civils, surtout, payent le prix exorbitant des méthodes révoltantes du régime qui n’hésite pas à bombarder des zones habitées, privilégiant même des cibles comme les hôpitaux ou les boulangeries.

Des capitaux saoudiens et qataris – privés ou non – financent des jihahistes, selon des informations difficiles à vérifier. Riyad et Doha, en tout cas, ne cachent pas leur implication dans le dossier syrien. Mais ces deux pétromonarchies, qui cultivent une sournoise rivalité, ne soutiendraient pas les mêmes groupes armés.

De leur côté, la Turquie et la Jordanie, à majorité sunnite écrasante, se sont rangées derrière la rébellion après avoir initialement conseillé au régime une approche qui privilégierait les réformes. Ces deux pays accueillent, avec le Liban, des centaines de milliers de réfugiés sunnites. Le Turc Erdogan, islamiste « soft », pousse loin son soutien puisque l’Armée syrienne libre et la Coalition de l’opposition reçoivent le gîte en Turquie. Son souci additionnel : les Kurdes syriens, proches du PKK turc séparatiste avec qui il a entamé un processus de paix.

Bachar a rapidement choisi de communautariser le conflit

De son côté, le « raïs » syrien a dès avril 2011, au début de la contestation de son régime, cherché à confessionnaliser celle-ci. Il a ainsi tenté de mobiliser les minorités chrétienne, druze et évidemment alaouite contre les « terroristes » qui menaçaient la stabilité de son joug dictatorial. Depuis 2012, les récits d’exactions cruelles dues aux « chabihas », des milices à prédominance alaouites, se multiplient en Syrie.

Des centaines de villageois ont été massacrés à travers le pays, singulièrement dans un axe qui semble s’articuler autour du « pays alaouite » (l’ouest montagneux et côtier), comme si la théorie du « plan B » restait une possibilité que le régime se réservait : en l’occurrence, il s’agirait, en cas de chute des grandes villes comme Damas et Alep, de se retrancher dans un territoire qui deviendrait une sorte d’« alaouistan ». Certains parlent d’ailleurs d’« épuration ethnique », comme en attestent les tragiques événements du côté de Banias, sur la côte, ces dernières semaines…

Des étrangers dans tous les camps…

Les jihadistes, on l’a dit, arrivent en Syrie. Ces sunnites radicaux n’ont aucune peine à combler le vide d’une assistance à peuple en danger dont personne d’autre ne veut entendre parler. Combien sont-ils ? Quelques milliers. Impossible d’être précis. Mus par la solidarité islamique, ils présentent des profils variés, certains groupes ayant même prêté allégeance à Al-Qaïda, au grand dam d’un Occident tétanisé.

En face, la « main-d’œuvre étrangère » ne manque pas non plus, que du contraire. Le Hezbollah libanais ne cache plus qu’il intervient activement sur le terrain, son chef Hassan Nasrallah l’a admis le 30 avril tout en menaçant d’en faire plus si le besoin s’en faisait sentir. Le chercheur libanais Joseph Bahout le dit ainsi sur le site Les clés du Moyen-Orient : le Hezbollah « entretient des relations organiques avec la République islamique. L’implication militaire du Hezbollah en Syrie ne suscite certes pas l’enthousiasme des cadres ou de la base du mouvement libanais, mais tous s’en acquittent sans sourciller car la lutte qu’ils mènent est perçue comme déterminante pour la survie même de la communauté ».

Le mentor iranien du Hezbollah, lui, sait également où ses intérêts le portent : des centaines, voire plus, de « conseillers » opèrent en Syrie ; l’opposition clame d’ailleurs depuis longtemps que des milliers de « pasdaran » (« gardiens de la révolution », paramilitaires iraniens) épauleraient déjà l’armée de Bachar.

Enfin, la géopolitique épousant parfois des trajectoires ironiques, les chiites irakiens, qui dominent à Bagdad depuis que les Américains ont débarrassé le pays de Saddam Hussein, ne peuvent avoir que la même solidarité que leurs coreligionnaires libanais et iraniens pour le régime syrien aux abois. Ainsi, même si le gouvernement irakien opte officiellement pour la neutralité, des milices « dormantes » ces dernières années ont retrouvé leur allant et envoient des activistes aux côtés de l’armée loyale à Bachar.

Face aux milliers de jihadistes accourus pour soutenir la rébellion, il y a donc fort à parier que les militants chiites iraniens, irakiens et libanais représentent une légion étrangère au total bien plus imposante.

L’Occident tétanisé, Israël concerné

Tétanisé par le catastrophique paradigme irakien et par la crainte de voir une aide en armes sophistiquées tomber dans des mains extrémistes telles que celles d’Al-Qaïda, l’Occident reste comme paralysé et ne cherche qu’à gagner du temps. Ce dont profitent les extrémistes qu’ils craignent !

Les Israéliens, eux, estiment ne pas disposer du luxe de pouvoir attendre. Mais ils font face à un dilemme façon « peste ou choléra ». Le régime de Bachar el-Assad, à l’instar de celui de son père, s’est toujours révélé un ennemi bien commode. Une rhétorique criarde et revancharde mais aucun acte. La frontière, sur le Golan syrien occupé par Israël depuis 1967, est toujours restée des plus calmes. En revanche, et c’est ce qui compte surtout pour Israël, l’alliance de Damas avec l’Iran et le Hezbollah est perçue comme porteuse d’une menace rien moins qu’existentielle.

L’ennui, dans ce calcul israélien, c’est que les forces les plus dynamiques et efficaces au sein du camp des rebelles syriens, les jihadistes, vouent une haine inextinguible à l’Etat hébreu, dont ils ont juré la perte. On pourrait même aller vers un « jihadistan » dans le nord de la Syrie. C’est dire si les raids israéliens sur des cibles syriennes risquent de se multiplier ces prochains mois. Et peut-être pas seulement contre le transfert allégué d’armes vers le Hezbollah. Mais contre tous les camps…

S’il y a un vainqueur, le pire est à craindre pour les vaincus

La minorité alaouite est désormais devant un dilemme impossible : assimilée tout entière à la barbarie du régime, elle n’a d’autre choix que d’épouser ce camp, car elle craint – sans doute à juste titre – que la vengeance des sunnites, s’ils devaient l’emporter, serait terrible. Par ses méthodes, le régime a donc réussi à la persuader que la cause est simplement existentielle. Des exécutions sommaires, des enlèvements et des tortures dont des factions rebelles se sont rendues coupables çà ou là depuis deux ans et quelques mois que dure le conflit achèvent de la convaincre en ce sens.

Inversement, si le meilleur armement grâce à l’allié russe et l’aide en combattants étrangers quantitativement plus importante côté régime devaient permettre à celui-ci de l’emporter, on peut également craindre que les sunnites et les autres Syriens qui ont choisi la rébellion ne fassent l’objet de représailles des plus sanguinaires.

Plus ce terrible conflit s’éternise, plus les raisons de haïr s’amoncellent. Quel que soit l’avenir de la Syrie, il sera rouge. Rouge de sang. A l’image d’un voisin irakien loin d’avoir vaincu ses démons confessionnels.

Scénario apocalyptique ?

En attendant un vainqueur, il est à craindre que la situation évolue de manière complexe. Joseph Bahout, cité plus haut, évoque un scénario qui donne froid dans le dos : « La dynamique d’enlisement interconfessionnel dans laquelle est pris le conflit syrien pourrait aboutir à très court terme à la formation d’un continuum conflictuel libano-syro-irakien où s’affronteront les forces favorables et hostiles à la Révolution syrienne. On voit déjà un axe se former entre Nouri al-Maliki, Premier ministre irakien et chiite, le Hezbollah irakien, le Hezbollah libanais et le régime syrien, tous jouissant du soutien de l’Iran. Ces acteurs fusionnent de plus en plus, non seulement sur le plan théorique mais également sur le plan militaire. (…) A cet axe s’opposerait en miroir une alliance entre les tribus sunnites de la province irakienne d’Al-Anbar, actuellement en lutte contre Maliki, l’Armée syrienne libre (…) bientôt rejointes par les salafistes libanais et placés globalement sous les parrainages des puissances du Golfe. (…) On verra la région s’enfoncer dans un chaos transfrontalier durable. Sur le temps long, ce genre de conflit ne peut être remporté que par ceux qui ont le temps de leur côté, disposant du souffle nécessaire et de la capacité de mener des conflits asymétriques. En l’occurrence, il s’agirait plutôt de l’Iran et de ses alliés. Les Saoudiens sont en effet tétanisés tandis que les Occidentaux, qui se situent par dérivation du côté sunnite, n’ont ni les ressources ni l’intention de s’impliquer davantage ».

source

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s