La crise syrienne déborde au Liban


Le Point.fr – Publié le 13/05/2012 à 10:01 – Modifié le 13/05/2012 à 10:36

Des heurts meurtriers ont lieu à Tripoli, entre quartiers hostiles et favorables à Bachar el-Assad.

Pro et anti-Bachar el-Assad se sont affrontés à Tipoli, grande ville au nord du Liban.Pro et anti-Bachar el-Assad se sont affrontés à Tipoli, grande ville au nord du Liban. © Joseph Eid / AFP

Les affrontements se poursuivaient dimanche à Tripoli, grande ville du nord du Liban, entre quartiers hostiles et favorables à la révolte en Syrie voisine, faisant un nouveau mort, a affirmé une source au sein des services de sécurité. Dans un incident séparé, un officier de l’armée a été abattu, selon une source au sein des services de sécurité, par un tireur embusqué, après des échanges de tirs samedi soir entre l’armée et de jeunes islamistes qui manifestaient pour exiger la libération d’un des leurs soupçonné de « terrorisme » en Syrie.

À Bab el-Tebbaneh, un homme a péri lors d’affrontements entre les habitants de ce quartier à majorité sunnite, hostile au régime syrien, et les résidents du quartier de Jabal Mohsen, alaouite et sympathisant du régime de Bachar el-Assad. Un habitant du quartier sunnite de Kobbé avait déjà été tué samedi soir lors de heurts similaires qui avaient également fait cinq blessés. Une centaine de jeunes islamistes avaient dressé samedi un camp à l’entrée sud de Tripoli et planté des drapeaux noirs sur lesquels était écrite la profession de foi musulmane, ainsi que des drapeaux de l’indépendance syrienne, symbole de la rébellion dans ce pays voisin du Liban.

Des tirs ont ensuite éclaté lorsque ces jeunes, sympathisants de la révolte syrienne, ont tenté de s’approcher d’un bureau du Parti social nationaliste syrien (PSNS), une formation libanaise pro-Assad. Les autorités syriennes ont à plusieurs reprises affirmé que des armes et des combattants passaient clandestinement depuis le Liban pour venir en aide aux rebelles qui cherchent à renverser le régime Assad, après 14 mois de révolte réprimée dans le sang. Le Liban est divisé entre l’opposition, soutenue par Washington et hostile au régime syrien, et le camp du Hezbollah, qui domine le gouvernement et qui est appuyé par Damas et Téhéran.

Source

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s