Syrie : Auto-indignation


par Syrie Moderne Démocratique Laïque, dimanche 13 mai 2012, 20:43 ·

Dans ce désarroi historique où vit la Syrie, et parmi tous ces mouvements opposants intérieurs et extérieurs, une grande préoccupation jaillit et s’avère très importante : Comment construire notre nouvelle Syrie ? Quelle est notre vision pour la Syrie libre de demain ? Quels sont nos droits et devoirs dans le pays où règnerait la liberté et l’égalité après des décennies de répression ?

Conscients de cette responsabilité, plusieurs Syriens ont commencé à créer des groupes ou des associations, afin d’unifier les efforts et travailler d’une façon collective, consciente pour organiser le futur de notre Syrie.

De ce fait, j’étais enthousiaste quand on m’a proposé de me joindre à un groupe qui s’intéresse aux sujets de la citoyenneté en Syrie – à supposer qu’elle existe en ce moment !

Khaled Al-Khani

Lors de notre première réunion, j’étais éblouie non seulement par le nombre des gens qui y participent , mais aussi par leur culture, leur connaissance et surtout par ce fabuleux vocabulaire qu’ils utilisaient. Avec un grand sérieux nous avons discuté de notre vision pour la nouvelle constitution syrienne.

J’attendais avec impatience la  prochaine réunion consacrée à la citoyenneté et ses principes. J’avoue que j’ai beaucoup lu pour pouvoir discuter avec mes compatriotes. Ma joie était équivalente à ma déception, une fois tous réunis, un des responsables nous a lancé calmement son avertissement : »Il se peut que nous aurions une visite inattendue et non désirée »…Un grand silence a régné dans la salle, on essayait de mesurer la gravité de cet avertissement. Rapidement nous avons saisi le message : notre travail civil pour construire la Syrie  inquiète ce régime et ils veulent nous empêcher de le poursuivre.

Après une brève discussion, nous avons opté pour annuler cette réunion, essayant de nous convaincre que ce choix n’est pas dû à notre peur ou lâcheté, mais plutôt à notre désir de gâcher leur projet de nous faire arrêter. Réellement, nous avons passé juste à côté de la vérité, la dure vérité qui montre que jusqu’à maintenant, nous avons encore peur de ce maudit régime ! Le mur que nous avons brisé, il y a plus de treize mois, subsiste toujours. En fait, ce que nous avons brisé c’est l’illusion, que nous avions jadis, de notre incapacité à affronter ce régime. Or nous avons réussi à faire face, mais malheureusement, la peur emprisonne toujours nos âmes.

Déçue, je n’ai pas pu m’empêcher de m’indigner contre moi-même, contre cette peur qui refuse de me laisser en paix. Je me demande : N’est-il pas temps de nous sacrifier nous aussi pour notre patrie ? En quoi nos vies sont-elles plus chères que celles qui meurent chaque jour ?

Jusqu’à quand allons-nous rester des « opposants »  face de notre télévision ou notre ordinateur ?

Dorénavant, nous devons déclarer la révolution contre nous-mêmes, contre notre faiblesse-dite humaine- pour pouvoir ensuite la déclarer contre le régime.

—————————————-

Nassma de Syrie Moderne Démocratique Laïque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s