Israël avertit Assad et le Hezbollah


LOOS,BAUDOUIN

Page 8

Vendredi 1er février 2013

PROCHE-ORIENT Les lignes rouges israéliennes ont été précisées par des bombardiers

Nous ne tolérerons pas que le régime syrien transfère en catastrophe une partie de son matériel au Hezbollah, encore moins ses armes chimiques. Il s’agit d’une ligne rouge dont le franchissement nous forcera à intervenir immédiatement. » Répétés depuis plusieurs semaines par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, par son ministre de la Défense Ehoud Barak, et par le chef d’état-major de l’armée Benny Gantz, ces avertissements n’étaient pas lancés à la légère. Ils se sont concrétisés mercredi lorsque douze chasseurs bombardiers de l’Etat hébreu ont frappé à l’intérieur du territoire syrien.

Leurs cibles ? Un convoi d’armement transportant des missiles terre-air SA-17 (antiaériens) qui se dirigeait vers le Liban, ainsi qu’un centre de recherche militaire de Jamraya (banlieue de Damas) où seraient fabriquées des armes chimiques selon les renseignements militaires israéliens.

Personne ne confirme ces informations en Israël, mais la Syrie a reconnu que l’attaque a eu lieu et le Liban, dont le territoire a été survolé, et la Russie, l’ont condamnée. Quant à l’Iran, il clame que le raid pourrait avoir « de sérieuses conséquences pour les sionistes ». Car, contrairement à l’attaque israélienne de septembre 2007 qui avait détruit la carcasse en béton d’un centre nucléaire en construction dans le nord-est de la Syrie, à proximité de l’Euphrate, que Damas avait passée sous silence, cette fois le régime syrien n’a pas tardé à reconnaître l’une des frappes israéliennes : « Israël a directement bombardé un centre de recherche sur l’amélioration de la résistance et l’autodéfense (…) dans la province de Damas », a indiqué l’armée syrienne dès mercredi soir. Ajoutant : « Cette attaque prouve désormais à tous qu’Israël est le moteur, le bénéficiaire et parfois l’acteur des actes terroristes visant la Syrie et son peuple résistant, en coordination avec les pays soutenant le terrorisme. »

A Beyrouth, le mouvement chiite Hezbollah – affecté depuis des mois par la faiblesse croissante de son allié syrien – n’a pas dit autre chose, fustigeant « un projet israélien pour détruire la Résistance (anti-sioniste, NDLR) qui est à l’origine du conflit ».

Le régime d’Assad et le Hezbollah tentent ainsi d’exploiter le sentiment populaire anti-israélien encore très vif chez les Arabes. D’ailleurs la Ligue arabe, peu suspecte de sympathie pour le régime en place à Damas, s’est sentie obligée d’émettre un communiqué au Caire pour dénoncer « une violation flagrante du territoire d’un Etat arabe et de sa souveraineté ».

En Israël, pendant ce temps, l’ex-ministre israélien de la Défense Benyamin Ben Eliezer a estimé que son pays « doit, quoi qu’il arrive, garder un avantage qualitatif contre ses ennemis ». Et de poursuivre : « Le Proche-Orient est en pleine ébullition et personne ne sait de quoi demain sera fait. Nous ne pouvons donc nous permettre de laisser des missiles russes de la dernière génération passer des arsenaux syriens à ceux du Hezbollah. »

Le raid de mercredi s’explique également par la peur israélienne de voir des armes chimiques syriennes utilisées contre sa population. « Qui sait comment Bachar el-Assad va réagir lorsque son régime sera au bout du rouleau ? Et qui nous dit que les islamistes fanatiques qui déferlent sur son pays ne vont pas s’emparer de quelques têtes chimiques ou bactériologiques et les balancer sur Israël ?, interroge l’ancien directeur général du Mossad Shabataï Shavit. Etant donné l’instabilité croissante dans la région, Israël ne peut relâcher sa garde. »

Selon les chroniqueurs militaires de la presse israélienne, des opérations semblables au bombardement de mercredi pourraient se multiplier si la situation l’exige. Depuis quelques semaines, le thème des armes chimiques syriennes a d’ailleurs supplanté celui de la menace nucléaire iranienne dans le discours des dirigeants israéliens ainsi que dans les médias locaux, même si le convoi visé mercredi était, semble-t-il, composé de missiles SA-17, un engin de conception russe considéré comme un des plus perforants au monde dans la défense anti-aérienne.

Parallèlement, le niveau d’alerte des troupes stationnées sur le plateau du Golan a d’ailleurs été élevé et l’effectif des stations de surveillance électronique renforcé. En outre, durant le week-end, deux batteries de roquettes anti-roquettes « Dôme d’acier » ont été déplacées des alentours de la bande de Gaza vers le nord d’Israël.

source

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s