Rectificatif : des intellectuels palestiniens au régime syrien : « Pas en notre nom ! »


UPDATE: There are credible reports that many of the supposed signatories to this document never saw it and had no knowledge that their names were being used. If this is true, those responsible for the forgery have done irreparable harm to the Syrian cause. I respectfully request that anyone who has republished this translation take appropriate measures to inform their readers.
AVIS : on nous informe que nombre des signataires de ce document ne l’avaient jamais vu et ne savaient pas que leur nom avait été utilisé. Dans ce cas, les responsables de ce mensonge ont causé un dommage irréparable à la cause syrienne. Je demande respectueusement à quiconque a repris ce texte, d’en informer ses lecteurs.
anniebannie a parcouru les deux listes et  y a retrouvé les mêmes noms;  toutefois la manoeuvre  était totalement inexcusable
Déclaration collective palestinienne

Wadistocracy

Pour solliciter l’adhésion au syndicat des Écrivains syriens et en solidarité avec le peuple syrien.

C’est un honneur, pour nous, écrivains et signataires de cette déclaration, que de solliciter en tant que groupe d’être accepté au sein du syndicat des Écrivains syriens, récemment créé par des écrivains et intellectuels syriens qui soutiennent le peuple alors qu’il gravit les marches de la liberté, maculées de sang par la main du tyran. La création du syndicat des Écrivains syriens constitue un piller essentiel de la révolution syrienne et met le vrai intellectuel, homme et femme, à sa juste place aux côtés du peuple, comme un partenaire efficace dans la construction d’une nouvelle Syrie libérée de tout autoritarisme dynastique, différente, démocratique, d’un système civil fondé sur les droits des citoyens, qui embrasse les droits d’expression et de création, un système incapable de détourner la volonté des intellectuels syriens libres au moyen de structures falsifiées qui s’arrogent les potentialités de la culture, usurpent le rôle de la femme et de l’homme intellectuel et détournent sa volonté, des structures qui ne sont qu’un dispositif toujours aux mains du tyran et de ses appareils.

Maintenant plus que jamais, la Syrie a besoin d’une voix mature qui parle depuis le cœur de la Syrie, une voix qui renforce l’unité nationale et tire sa force de la diversité et de la richesse de la société syrienne (…) (qui servira de) base pour construire une démocratie.

Nous avons récemment entendu un représentant du régime syrien au Conseil de sécurité des Nations-Unies utiliser la cause palestinienne et son évolution douloureuse et honorable pour couvrir les crimes effroyables commis en Syrie. Nous disons au régime syrien et à ses représentants : ce n’est pas en notre nom, ce n’est pas au nom de la Palestine que ces crimes sont perpétrés dans notre Syrie bien-aimée, oh les tueurs ! N’utilisez pas notre juste cause pour masquer vos crimes inhumains contre nos frères et sœurs syriens. C’est le peuple syrien qui a, historiquement, adopté notre cause, et sacrifié des martyrs pour elle, pas votre régime, dont nous avons des souvenirs douloureux. Nous n’oublierons jamais son rôle dans le massacre de Tel Az-Zaatar en 1976, ni dans cet assaut épouvantable contre le camp de réfugiés de Nahr al-Baret près de Tripoli en 1983, ni le siège des camps à Beyrouth en 1985, ni aucun de tous ces autres actes qui ont affaibli amèrement l’unité nationale palestinienne. Ne vous servez pas du nom de Palestine, car ce nom n’est plus un atout pour vous.

Une Syrie unifiée, libre et démocratique est ce dont la Palestine a besoin, et c’est la Syrie qui est en train de naître aujourd’hui, du ventre d’une révolution sanglante déclenchée par un grand peuple. Nous sommes confiants que le nom de Palestine restera dans le cœur de ce peuple courageux, en révolte, et de son élite culturelle.
Mourid Barghouti (poète et écrivain)
Taher Riyad (poète)
Ghassan Zaqtan (poète)
Zuhair Abu Shayib (poète)
Azmi Bishara (intellectuel)
Mahmoud Ar-Rimawi (écrivain)
Ma’an al-Biyari (écrivain et journaliste)
Youssef Abu Laouz (poète)
Najwan Darwish (poète)
Rub’i al-Madhoun (romancier)
Adel Bishtawi (écrivain, romancier et chercheur)
Antoine Shalhat (écrivain et critique)
Fakhri Salih (critique)
Hussein Shaweesh (écrivain)
Huzama Habayeb (écrivain et romancier)
Nasr Jamil Shaath (poète)
Ahmed Abu Matar (critique universitaire, chercheur et militant)
Mohammad Khalil (écrivain)
Youssef Abdel Aziz (poète)
Moussa Barhouma (écrivain)
Issa Ash-Shu’aibi (écrivain)
Moussa Hawamdeh (poète)
Na’il Balaawi (poète)
Khalil Qandeel (écrivain)
Ghazi at-Theeba (poète)
Wissam Joubran (poète et musicien)
Omar Shabana (poète)
Qusai al-Labadi (poète)
Ali al-Aamari(poète)
Jihad Hudeib (poète)
Ziad Khaddash (écrivain)
Nasr Rabah (poète)
Bassem Al Nabrees (poète et écrivain)
Raji Bathish (écrivain)
Shaher Khadra (poète)
Raed Wahish (poète)
Asma Azaiza (poète)
Mahmoud Abu Hashhash (poète)
Khodr Mahjaz (écrivain, poète, chercheur, critique universitaire)
Bassel Abu Hamda (écrivain)
Ibrahim Jaber Ibrahim (écrivain)
Abdullah Abu Bakr (poète)
Osama al-Rantisi (écrivain)
Issam As-Saadi (poète)
Khalid Juma (poète)
Naim al-Khatib (écrivain)
Akram Abu Samra (poète)
Hanin Juma Takrouri (writer) Najwa Chamoun (poète)
Mohamad As-Salimi (poète)
Hani As-Salimi (romancier)
Bilal Salameh (poète)
Osama Abu Awad (écrivain)
Jaber Sha’at (poète)
Youssef al-Qadra (poète)
Nesma al-Aklouk (écrivain)
Othman Hussein (poète)
Rizk al-Biyari (poète)
Yasser al-Wiqaad (poète)
Subhi Hamdan (écrivain)
Imad Mohsen (écrivain)
Leila Violet (poète)
Tayseer Muheisen (écrivain, critique et militant politique)
Fayez As-Sirsawi (artiste visuel et poète)
Rajab Abu Sirriyeh (écrivain)
Fuad Hamada (critique universitaire, chercheur, et militant politique)
Mai Nayif (critique universitaire, chercheur et militant pour l’égalité des sexes)
Yusri Al-Ghul (écrivain et critique)
Hussein Abu An-Najja (écrivain et chercheur universitaire)
Nasr Aliwa (romancier et critique)
Abdel Karim Aliyan (écrivain et chercheur en enseignement)
Walaa Tamraz (chercheur et écrivain politique)
Omar Sha’aban (écrivain et chercheur) Hassan Mai (écrivain et critique universitaire)
Ma’an Samara (poète et journaliste)
Mohamad Hassouna (universitaire et critique)
Aoun Abu Safia (romancier)
Atif Hamada (poète et critique universitaire) Ghiath al-Madhoun (poète)
Rajaa Ghanem (poète)
Tariq al-Karmi (poète)
Ahmed al-Ashqar (poète)
Ali Abu Khitab (poète et écrivain)
Dunia al-Amal Ismail (poète)
Isra Kalash (écrivain)
Moussa Abu Karash (poète et écrivain)
Abdel Fitah Shihada (poète et romancier)
Yasser Abu Jalala (poète et artiste visuel)
Khalil Hassouna (poète et romancier)
Muheeb al-Barghouti (poète)
Abdel Nasr Aamer (poète et artiste visuel)
Nidal al-Hamarna (écrivain)
Ashraf Amro (écrivain)
Asma Nasr Abu Ayyesh (écrivain et journaliste)
Maya Abu al-Hiyaat (écrivain)
Zeinat Abu Shaweesh (écrivain)
Suzanne Salameh (poète)
Publication Wadistocracy :

Le texte original en arabe est disponible ici : https://www.facebook.com/notes/yass….

J’ai pris quelques petites libertés pour l’intérêt de la clarté et de la facilité du texte en anglais, mais en essayant de rester aussi fidèle au texte que possible. J’ai aussi pris la liberté d’ajouter « lui ou elle » (intellectuel) ce qui n’est pas généralement utilisé dans l’arabe pour des raisons de style mais je sens que c’est dans l’esprit de la déclaration puisque les femmes sont parmi les signataires.

Yassin Al Haj Saleh

9 février 2012 – traduit de l’arabe et publié par wadistocracy واديقراطية – traduction de l’anglais : Info-Palestine-JPP
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=11785

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s