Bernard Henri Levy – Après la pantalonnade libyenne, un auto- entartrage syrien ?


L’étiquette de sioniste colle à la peau  de Bernard Henry Levy comme celle de nazi colle à la peau d’Hitler. Il s’enorgueillit et va jusqu’à déclarer que c’est en tant que juif qu’il s’est engagé en Lybie.  Comme par hasard, son parcours de soldat de l’humanitaire le mène souvent dans les contrées musulmanes. Après la Bosnie, la Tchétchénie, l’Afghanistan, le Soudan et la Libye, le voilà qui repart à l’assaut de la Syrie. Pour le spectateur qui l’observe se démener comme un diable depuis des années, le nouveau round va sûrement être le plus intéressant à suivre. C’est que, autant que pour  BHL sinon plus, pour le peuple syrien, la notion d’identité dépasse souvent tout autre intérêt.

Le sionisme de Bernard Henry Levy

Pour ceux qui refusent de le reconnaître, Bernard Henri Levy est un sioniste pur et dur, donc par extension un raciste, si l’on s’en tient à la résolution 3379 des Nations Unies qui en 1975 a jeté l’opprobre sur le sionisme le décrétant « une forme de racisme et de discrimination raciale ». Partant de ce constat, on ne peut que demeurer sceptique quant à ses engagements pour les causes humanitaires dans le monde et particulièrement dans le monde arabo-musulman.  La seule cause pour laquelle se bat BHL est celle d’Israël et du sionisme. Le Grand prêtre du Ramsès  français s’est  jeté corps et âme dans l’aventure libyenne, pour la seule raison d’être juif,  entraînant l’Elysée dans sa folie meurtrière. « J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël » a-t-il déclaré lors de la première Convention nationale organisée par le Conseil de  représentation des organisations juives de France (Crif).

Le soutien aveugle de BHL à Israël  a toujours constitué un obstacle à l’adhésion des masses arabes à son « souci continu de  démocratie et de paix » auquel ils opposent toujours ses déclarations sur les massacres des enfants de Gaza en 2009  qu’ils s’accordent tous à juger ignobles.

Là où certains voient en BHL un défenseur de la justice, de la paix et de la démocratie, nombreux sont les Arabes qui continuent à l’accuser de jouer un rôle suspicieux dans la manipulation des masses. Ils demeurent convaincus que là où BHL est passé, la situation sécuritaire des pays s’est encore plus détériorée avec l’intensification des massacres commis dans le cadre de conflits confessionnels et sectaires. Même le CNT libyen n’a pas hésité à rappeler à BHL qu’il n’était nullement dans les projets de la Libye Post Kadhafi de reconnaître Israël. Le journaliste Slimane Dogha va jusqu’à déclarer à Al Jazeerah que « l’allégeance de BHL à Israël représente un réel danger dont le CNT doit tenir compte. Le « conseiller » de Sarkozy n’est plus le bienvenu en Libye et sa présence porte préjudice à la révolution libyenne ».

Mais le succès grise son auteur et, tournant le dos à la nouvelle position des Libyens à son encontre, le Lawrence d’Arabie des temps modernes, en quête d’une nouvelle victoire,  a déjà jeté son dévolu sur la Syrie.

Le réalisme des Syriens

Aucune personne sensée ne peut s’opposer aux désirs de liberté et d’égalité des peuples et il ne saurait y  avoir d’exception pour le peuple syrien.

Mais quand Bernard-Henri Lévy décide de voler aux secours de la révolution syrienne, même les opposants les plus farouches au régime de Bachar El Assad tirent la sonnette d’alarme.

En Syrie, à part quelques exceptions aujourd’hui pointées du doigt, tous les opposants sont d’accord pour émettre de sérieuses réserves quant à  cet « « ennemi du peuple palestinien » en raison de ses liens étroits avec Israël.

Si à Benghazi, son allégeance  sans nuance à Israël ne l’a pas empêché  de faire tomber la dictature de Kadhafi, il en va tout autrement du régime de Bachar El Assad.

Les opposants syriens ne s’y sont pas trompés quand ils ont décidé de boycotter la soirée organisée par le philosophe, baptisée « SOS Syrie ».  Venir s’exprimer ainsi que BHL les y avait conviés devant un parterre  on ne peut plus acquis à Israël,   dont notamment  Fabius, Kouchner, Delanoë, Glucksmann, Fadela Amara ou encore…Jane Brikin, c’était sans aucun doute se discréditer et donner du grain à moudre au régime syrien qui se serait empressé de les accuser de trahison.

C’était également sans compter que pour les Syriens se battre pour la liberté c’est également se battre pour son indépendance et  celle de tous les autres peuples.  Comme l’a déclaré Suhair Atassi, figure emblématique de l’opposition syrienne, « celui qui se fait l’ennemi des droits d’un peuple ne peut prétendre soutenir une révolution fondée sur les mêmes droits » avant de rappeler que « BHL a considéré les enfants tués à Gaza comme des dommages inévitables de la guerre contre le terrorisme. Celui qui parlait de guerre propre au Liban en 2009 alors qu’en 33 jours, les bombardements israéliens avaient fait 1300 morts civils dont un tiers de moins de 12 ans,  avait poussé l’ignominie lors du massacre de Jénine en 2002, à entrer dans le camp de réfugiés à bord d’un char israélien en déclarant haut et fort que « L’armée israélienne est l’armée la plus humaine de l’histoire moderne ».

Après la pantalonnade du CNT libyen dans lequel il avait placé ses espoirs pour la signature d’un traité de paix avec Israël, avec le dossier syrien cette fois Bernard Henri Levy qui selon Desproges détient le record incontestable et incontesté du nombre d’entartages, semble parti pour s’auto-entartrer.

Fatma BENMOSBAH – Taamul.net

source

*Bernard-Henri Lévy, épargnez aux Syriens votre soutien!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s