Israël réoriente sa pression de l’Iran vers la Syrie


DUMONT,SERGE

Page 7

Vendredi 21 septembre 2012

PROCHE-ORIENT L’armée lance de vastes manœuvres sur le plateau du Golan occupé

TEL-AVIV

DE NOTRE CORRESPONDANT

Bien national ». Tel est le nom codé des manœuvres à grande échelle que vient d’entamer l’armée israélienne sur le plateau du Golan occupé, face à la ligne de démarcation avec la Syrie. Une semaine à peine après d’autres exercices menés sur le même site, ceux-ci ont toutefois été improvisés. Ils ont débuté mercredi lorsque des dizaines de milliers de réservistes et de soldats d’active ont été réveillés au milieu de la nuit. Cela, alors que des commandos d’active étaient prélevés sur les troupes stationnées en Cisjordanie pour être transportés en hélicoptère face à la Syrie.

Dans la foulée, les stations d’écoute des Renseignements militaires, et plus particulièrement celle de l’Unité 8200 basée sur le mont Hermon (un département ultrasecret interceptant les communications téléphoniques et électroniques des pays voisins 24 heures sur 24), ont été placées en état d’alerte maximal.

La menace d’une frappe israélienne sur les sites nucléaires iraniens semblant s’écarter à court terme, la multiplication des manœuvres militaires sur le Golan confirment que l’hypothèse d’une guerre avec la Syrie est prise très au sérieux par les dirigeants de l’Etat hébreu. En témoignent la multiplication d’articles sur « la menace syrienne » et sur les « armes chimiques de Bachar el-Assad » ainsi que les déclarations martiales du chef de l’état-major, Benny Gantz.

Pour ce que l’on en sait, divers scénarios ont été élaborés de longue date par les stratèges israéliens et ils sont remaniés au gré des événements. Le plus élaboré envisage que lorsqu’il sera aux abois, le régime de Damas tentera de reconquérir une partie de son opinion, et la rue arabe en général, en régionalisant le conflit. C’est-à-dire en frappant l’« ennemi sioniste ». Dans ce cadre, les experts israéliens envisagent les pires éventualités. Y compris le tir sur leur territoire d’obus, de roquettes et missiles syriens munis d’une tête chimique. En outre, ils estiment que les Pasdaran (Gardiens de la révolution iraniens) opérant auprès du Hezbollah libanais ou comme « conseillers » de l’armée syrienne prendront une part active à ce conflit.

Pour Tel-Aviv, il est aussi acquis que le Hezbollah soutiendra la Syrie et qu’un autre front s’ouvrira au Liban, ce pays se transformant de nouveau en champ de bataille. « Depuis six ans, nous avons eu le temps de tirer les leçons de la deuxième guerre du Liban (été 2006, NDLR). Nous sommes mieux organisés et plus réactifs. S’ils se risquent à une aventure militaire, nos voisins comprendront vite qu’ils se sont trompés », a déclaré un lieutenant-colonel à la radio publique.

« En organisant une démonstration de force à cet instant précis et en la dramatisant, Israël a voulu montrer ses muscles. Il s’agit de faire comprendre aux Syriens que toute provocation suscitera une riposte et que ces représailles feront mal », affirme le spécialiste des questions militaires Ron Ben Yishaï. Ce qui explique sans doute pourquoi les manœuvres se sont déroulées à balles et à obus réels. Avec des chars, des obusiers, des hélicoptères, de l’aviation et même certaines des armes les plus sophistiquées, tel le lanceur de roquettes MLRS.

Devant l’ampleur des moyens mis en œuvre, de nombreux habitants de petits villages de haute Galilée ont cru que l’alerte était sérieuse. Et qu’un conflit avec le voisin du Nord était en passe d’éclater. Une impression confortée par la présence du chef de l’état-major Benny Gantz accompagné d’une brochette de généraux, ainsi que du Premier ministre Binyamin Netanyahou, qui s’est brièvement rendu sur place.

« Durant le briefing, on nous a clairement expliqué que “Bien nationalallait simuler l’ouverture d’un front avec un pays ennemi », raconte un sous-officier réserviste mobilisé à Tel-Aviv. « Bien sûr, on ne nous a donné aucun nom, mais ça ne peut être que la Syrie, éventuellement le Liban, car je nous vois mal attaquer l’Iran avec des chars et des chenillettes. »

source

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s